Article mis en avant

Fortunes d’archives [10] : Kornog, gloire et chagrin des Seiz Breur

L’année 2023 fut celle du centième anniversaire des Seiz Breur, ce groupe devenu légendaire auquel les principales villes des cinq départements bretons avaient consacré une grande exposition en 2000, au moment de franchir le cap du millénaire1. Il s’agissait alors de célébrer l’inattendue et spectaculaire réinvention de la Bretagne qui s’était opérée au cours du XXe siècle et de rendre hommage à ceux qui en auraient été des acteurs décisifs : en l’occurrence, une poignée de jeunes artistes fixés à Paris après la Grande Guerre, qui avaient souhaité faire de l’Exposition internationale des arts décoratifs la vitrine du renouveau breton qu’ils escomptaient. En dépit de leur rapide dispersion, ils avaient maintenu leur ambition et décidé de la placer sous une bannière commune ; lors du pardon du Folgoët de 1923, Jeanne Malivel, pionnière de cette aventure, avait alors proposé de baptiser le collectif en gestation du nom d’un conte gallo qu’elle affectionnait, Les Sept Frères, aussitôt traduit en breton : Ar Seiz Breur. Leur pugnacité leur avait permis d’aménager l’Osté, grande salle commune installée dans le Ty Breiz, le pavillon que la Bretagne était parvenue à édifier dans le Village français de l’Exposition. Mobilier, objets et décors : tout dans cette pièce leur était redevable.

Couverture du livre accompagnant l’Exposition de 2000.
Livre accompagnant l’Exposition de 2000, d’abord présentée à Rennes, puis à Nantes (2001), Quimper (2001), Saint-Brieuc (2002) et Le Faouët (2002).
Continuer la lecture
  1. Le Couédic Daniel, Veillard Jean-Yves (Dir), Ar Seiz Breur, 1923-1947 : La création bretonne entre tradition et modernité, Rennes, Terre de brume & Musée de Bretagne, 2000. Le livre fut également édité en breton. []

Kornog – Occident, revue illustrée des arts bretons

À l’occasion du centenaire de la naissance du mouvement artistique breton Ar Seiz Breur, la bibliothèque du CRBC souhaite mettre en lumière sa collection de la revue Kornog – Occident.

Kornog – Occident, revue illustrée des arts bretons – dastumadenn skeudennek arzou Breiz, est une revue d’art bilingue (français-breton) publiée à Brest entre 1928 et 1930 (cinq livraisons) et initiée par les Seiz Breur (« Les sept frères » en breton, nom issu d’un conte du pays gallo). Ce collectif voit le jour en 1923 et est, à son origine, constitué de plusieurs artistes, hommes et femmes, provenant de champs artistiques différents : peintres, sculpteurs, graveurs, ébénistes, céramistes, brodeurs, etc. Parmi les membres de ce groupe, qui a compté en tout plus d’une cinquantaine d’artistes, les plus connus sont Jeanne Malivel, René-Yves et Suzanne Creston, Georges Robin, Xavier de Langlais, Youenn Drézen, James Bouillé… Animés par une volonté de renouveler l’image populaire de la Bretagne, ces artistes se sont attachés à mettre en valeur le patrimoine artistique breton souhaitant insuffler un renouveau.

Continuer la lecture

Fortunes d’archives [9] : De la nécessité des archives privées. L’exemple du fonds Miorcec de Kerdanet

Les chercheurs et les étudiants sont habitués à consulter les archives dépendant des services publics : municipalités, départements, État ou armées. Mais plus rares sont ceux qui ont accès à des documents privés. Heureusement, le CRBC offre à un large panel de ses lecteurs le loisir de compulser, depuis déjà plusieurs années, une multitude de références issues de fonds privés.

Ces documents, qui apparaissent sous différentes formes (courriers, récits, listes, tableaux, iconographie, etc.), donnent à celui qui les lit et les consulte l’opportunité de rentrer dans l’intimité de l’auteur ou de celle d’une tierce personne dont il peut être question, mais le but recherché n’est-il pas d’établir une précision sur tel ou tel fait permettant d’infirmer ou de confirmer une réalité énoncée ?

C’est pourquoi l’apport des archives privées est un complément essentiel et nécessaire à tout chercheur qui a la chance d’y avoir accès, soit pour compléter un travail, soit pour entreprendre une analyse sur un événement, une situation ou/et des individus.

Continuer la lecture

Bibliothèque Miorcec de Kerdanet : les recueils factices

Le catalogage se poursuit, je vous renvoie vers ce billet d’août dernier introduisant le travail sur ces collections. 425 notices bibliographiques sont désormais disponibles à la date de publication de ce billet, à la fois dans les catalogues de la bibliothèque du CRBC et du Sudoc mais la consultation n’est pour le moment pas encore possible. Ça viendra !

Une des particularités de la bibliothèque des Miorcec de Kerdanet est la présence de nombreux recueils factices, terme du jargon bibliothéconomique qui définit un assemblage des feuilles volantes de tailles diverses, imprimées ou manuscrites, indépendantes les unes des autres et reliées entre elles sans forcément de logique précise. Il s’agit avant tout de conserver au même endroit des feuillets et de pouvoir les manipuler de manière pratique.

Continuer la lecture

La conservation préventive : dépoussiérage de la salle des archives sonores

C’est dans la chaleur du 4e étage de la faculté Victor-Ségalen, début juillet 2023, qu’ont démarré les opérations de dépoussiérage de la salle des archives sonores de la bibliothèque Yves-Le Gallo. 

Cette salle de conservation regroupe à la fois la bibliothèque Francis Even, donnée à la création du laboratoire, une collection d’ouvrages anciens acquise au fil des ans mais également les archives sonores, composées de supports divers allant du cylindre phonographique au CD.

Continuer la lecture

Fortunes d’archives [8] : Daniel-Louis Miorcec de Kerdanet (1792-1874) : juriste, historien et défenseur du patrimoine à La Roche-Maurice.

Le fonds de Kerdanet récemment déposé aux archives du CRBC contient quelques « trésors » susceptibles d’interpeller les historiens. Nous avons jeté notre dévolu sur deux pièces rédigées par Daniel-Louis Miorcec de Kerdanet : la première est un petit brouillon de 8 pages intitulé « Le château de La Roche-Maurice » avec des mots et des paragraphes raturés. Il a été publié dans le second volume du Lycée Armoricain, en 1823, pages 346 à 353. Il est actuellement conservé dans la liasse MdK 413. La seconde est un brouillon de correspondance daté de 1856 (liasse MdK 414).

1re page du brouillon de l’article « Le château de La Roche-Maurice »

Daniel-Louis est le fils de Daniel-Nicolas Miorcec de Kerdanet (1752-1836), actif politiquement durant la Révolution et l’Empire. Comme son père, Daniel-Louis est avocat et maire de Lesneven où se trouve son étude. C’est aussi un érudit qui collabore à l’édition du Lycée Armoricain, à Nantes, de 1823 à 1831 et qui publie en 1837 les Vies des saints de la Bretagne Armorique, à Brest et Paris.

Continuer la lecture

Bibliothèque Miorcec de Kerdanet : début du catalogage

Campagne de signalement dans le Sudoc

Début mai 2023, derrière une des portes du CRBC, des milliers d’ouvrages attendent depuis quelques mois leur signalement dans le Sudoc, le catalogue commun des bibliothèques universitaires. Après avoir été formée au catalogage par l’Agence bibliographique de l’enseignement supérieur (ABES), et plus particulièrement au catalogage du livre ancien, je suis parée pour une plongée dans la bibliothèque de la famille Miorcec de Kerdanet, originaire de Lesneven, qui a amassé au fil des siècles des ouvrages aux thématiques variées : droit, religion, histoire, littérature, en français, en breton et dans plusieurs autres langues. Pour un historique de l’arrivée de ce fonds au CRBC, je vous renvoie vers la présentation du fonds d’archives de la famille Miorcec de Kerdanet sur le site du laboratoire.

Continuer la lecture

Portraits croisés de doctorant·e·s [5]

Retrouvez les portraits de deux doctorant·e·s du CRBC à des moments différents de leur parcours de thèse. Retrouvez ici les portraits de Malo Adeux, doctorant en littérature médiévale, et Marianne Raguénès, doctorante en histoire de l’art.

Quel est votre thème de recherche et qu’est-ce qui vous a conduit à le choisir ?

Malo Adeux : J’ai fait des études de littérature de lettres modernes, et puis j’ai commencé à faire des études de littérature médiévale à la faculté des Lettres de Brest et à m’intéresser à l’aspect comparatif. J’ai travaillé sur des corpus scandinaves notamment. Le sujet qu’on a choisi avec Hélène Tétrel, ma directrice, c’était un sujet qui permettait de travailler sur des corpus qu’on n’avait pas l’habitude de mettre en regard la plupart du temps, parce qu’il n’y a pas grand monde qui maîtrise à la fois un corpus français et deux corpus étrangers. Notre choix s’est resserré autour du gallois et de l’islandais médiéval, on a cherché quelque chose sur le contact entre les cultures et on a trouvé un texte de la fin de l’Antiquité qui est un faux témoignage de la guerre de Troie, parce qu’à l’époque on sait qu’Homère est quelqu’un qui raconte tardivement les événements.

Marianne Raguénès : À la base, je suis ébéniste, restauratrice de mobiliers anciens. Quand je suis arrivée en master, j’ai ouvert mon atelier de restauration, le temps que la clientèle arrive j’ai voulu poursuivre mes études sur un sujet concernant le mobilier et comme on est en Bretagne, de préférence le mobilier breton.

Continuer la lecture

Fortunes d’archives [7] : Jean-Louis Milliner, un français libre de la première heure. Fonds Mari Kermareg

Durant mes quatre années de thèse, je n’ai pas trouvé, dans les fonds du CRBC, d’archives concernant mon sujet : le massacre de Penguerec le 7 août 1944. Pour ce texte Fortunes d’archives, j’ai donc recherché quelque chose qui pourrait se rapprocher de ma période, la Seconde Guerre mondiale. Je suis donc tombé sur ce fonds Mari Kermareg, ancienne présentatrice, animatrice et réalisatrice d’émissions télévisuelles et radiophoniques en breton. Celui-ci renferme, entre autres, des photos, coupures de presse et documents privés de Jean-Louis Milliner, ancien membre des Forces Navales Françaises Libres.

Comme l’a écrit l’historien Erwan Le Gall : « Dans la mémoire collective, le Français libre est à la fois un héros et un aventurier, un individu quittant tout pour combattre sous l’uniforme orné de la Croix de Lorraine 1 ». Comme il l’explique ensuite, tout ceci ne résulte que d’une « mystique construite à la faveur d’un terreau mémoriel favorable, entre mythe résistancialistes, irénisme des pouvoirs publics en charge des politiques du souvenir et publication de témoignages emblématiques2 ».

Pour ce texte Fortunes d’archives, j’ai choisi de vous parler d’un Français libre, Jean-Louis Milliner, engagé volontaire à seulement 18 ans dans les Forces Navales Françaises Libres, et ce, dès juin 1940. Il faisait partie de ces 128 Sénans qui ont répondu à l’appel d’un général de brigade alors totalement inconnu du grand public : Charles de Gaulle.

Continuer la lecture
  1. Erwan Le Gall, « L’engagement des Français Libres : une mise en perspective », dans Patrick Harismendy et Erwan Le Gall, Pour une histoire de la France Libre, PUR, Rennes, 2012, p. 29-30. []
  2. Idem. []

Fortunes d’archives [6] : « Voyage dans le Finistère » (1865), traduction manuscrite par Edouard Fleury des chapitres X à XIII et XIV de A Vacation in Brittany de Richard Weld (1856)

À l’époque où je traduisais pour le CRBC Brittany and the Chase, récit de résidence en Bretagne d’un certain James Bromfield, alias I. Hope1, je rêvais, sans trop y croire, de trouver une traduction française d’un récit de voyage du même type, contemporaine de l’original, qui pût m’inspirer. Or, miraculeusement, la bibliothèque du CRBC a conservé un tel document : le manuscrit, daté de 1865, d’une traduction inédite par un Breton d’un récit de voyage en Bretagne, publié à Londres en 1856. On peut facilement imaginer mon excitation : ici, sans aucun doute, j’allais trouver non seulement un précédent, qui plus est auréolé par la sanction du temps, mais, du moins l’espérais-je, l’équivalent le plus proche possible du type de langue que j’essayais péniblement de reconstituer. Le moins qu’on puisse dire est que mes espoirs furent vite déçus.

Continuer la lecture
  1. I. Hope [alias James Bromfield], La Bretagne et la chasse, traduction et introduction de Jean-Yves Le Disez, Brest, CRBC-UBO, 1995, 105 p. [Titre de l’original : Brittany and the Chase (Londres, 1853)]. []

Le laboratoire linguistique d’Humphrey Lloyd Humphreys

L’arrivée de nouveaux fonds d’archives à la bibliothèque du CRBC suscite toujours la curiosité et l’intérêt, car ceux-ci constituent autant de portes qui s’ouvrent sur des ateliers de la pensée. C’est le cas du fonds « Humphrey Lloyd Humphreys », d’autant plus que ce chercheur est bien connu des spécialistes de linguistique bretonne et galloise, et des participants aux séminaires « La Bretagne Linguistique » du Groupe de recherche sur l’économie linguistique de la Bretagne (GRELB) qu’Humphreys suit depuis sa création en 1984, auquel il participe régulièrement depuis 25 ans et dont il a enrichi d’articles la revue éponyme.

Continuer la lecture

Fortunes d’archives [5] : La vie qui va

Nous vivons un moment paradoxal dont les contradictions confinent au tragique. Depuis que l’homme a commencé à humaniser son animalité, il manifeste sa présence au monde en laissant des traces matérielles de son passage sur la terre. Et ces traces matérielles balisent son itinéraire spirituel et intellectuel. On sait ce que mangeait un homme de Néandertal et dans quel environnement naturel il vivait, rien qu’en analysant la plaque dentaire de l’unique molaire qu’on a conservée de lui. Et ses premiers rites funéraires, il y a au moins 70 000 ans, montrent qu’il avait déjà ajouté sa propre culture à la nature, en aménageant pour ses défunts une autre existence dans un autre monde invisible. Cela nous suggère qu’il commençait à manipuler des notions comme celles de « avant » et « après », « ici » et « là-bas », ce qui lui aurait été impossible s’il n’avait déjà disposé d’un langage élaboré dans une longue durée.

Continuer la lecture

Mémento de requêtes SQL pour Omeka Classic

Omeka Classic, la plateforme de publication de collection numérisées, repose sur le logiciel de base de données relationnelle MySQL (ou sa version entièrement GPL, MariaDB). Aussi, des connaissances de base en SQL et des droits d’accès à cette base de données vous permettront d’obtenir des informations sur les documents déposées sur votre bibliothèque numérique que l’interface d’administration de Omeka ne pourra vous fournir. Par exemple, afficher le nombre de fichiers associés aux documents des collections ou trouver des documents en doublons.

Ce document constitue un mémento de requêtes SQL utilisées pour interroger la bibliothèque numérique du Centre de recherche bretonne et celtique dont vous pouvez vous inspirer pour interroger votre instance de Omeka. Il présuppose une connaissance des concepts de Omeka (fichiers, contenus ou items, collections) et des connaissances de base en SQL1.

Si vous êtes intéressé par la même démarche avec Omeka S, vous pouvez consulter l’article de Pierre Couchet : Quelques requêtes MySql avec Omeka S. Continuer la lecture

  1. Pour une introduction au SQL, voir Des fichiers Excel au SQL, introduction aux bases de données relationnelles et Administrez vos bases de données avec MySQL []

Portraits croisés de doctorant·e·s [4]

Retrouvez les portraits de deux doctorant·e·s du CRBC à des moments différents de leur parcours de thèse. Pour cette Lettre, portraits de Éric Kerjean, doctorant en histoire, et Axelle Lamour, doctorante en histoire antique.

Quel est votre thème de recherche et qu’est-ce qui vous a conduit à le choisir ?

Éric Kerjean : Au terme de mes recherches doctorales, ma thèse s’intitule Hans Frank de A à H. La ligne légale du national-socialisme ? À l’origine, il n’avait bien sûr pas ce titre. En fait, je n’ai pas choisi mon thème de recherche. Quand on ne le choisit pas, tout l’intérêt est de faire que ce sujet devienne sien. S’approprier le sujet. Je viens de l’histoire antique jusqu’au Master 2, et après plusieurs années, j’ai fait un second Master 2 en histoire contemporaine, sur Wilhelm Canaris, le chef des services de renseignements militaires allemands sous Hitler. L’une des sources qui m’a aidé lors de ce mémoire, ce sont les portraits écrits par Werner Best, un juriste important de la SS, qui, après la chute du Reich nazi, a rédigé, en prison, différents portraits des hiérarques du régime déchu. Après le Master 2, j’ai décidé de les traduire avec la collaboration de Wiebke Hildebrandt. Portraits de nazis a été édité chez Perrin, comme mon mémoire de Master 2, Canaris : le maître espion de Hitler. Avec Best, le thème principal restait le nazisme, mais la dimension juridique du national-socialisme commençait à poindre.

Continuer la lecture

Fortunes d’archives [4] : Programme des Fêtes de Cornouaille 1956 – Notes manuscrites de Pierre-Jakez Hélias

En 1956, les Grandes Fêtes de Cornouaille font, pour la première fois, l’objet d’une retransmission télévisée en direct. La fête bretonne de l’entre-deux-guerres1, événement de bienfaisance réunissant les reines de Cornouaille, est devenue une manifestation d’ampleur, proposant un programme festif et culturel qui attire des milliers de spectateurs et, par conséquent, l’attention des médias. Du 20 au 22 juillet 1956, Quimper bat au rythme des spectacles et animations mettant en avant les traditions populaires, autour d’une programmation bretonne et internationale2. La manifestation trouve sa conclusion – son « apothéose » selon le programme – lors de la journée du dimanche : 1 000 danseurs et 1 500 sonneurs bretons participent au grand défilé du matin et les organisateurs annoncent 100 000 à 150 000 spectateurs pour cette seule journée3. L’Abadenn veur du dimanche après-midi est un grand spectacle de danse et musique assuré par les groupes bretons et étrangers présents au festival. Au sein du comité des fêtes, c’est Pierre Hélias qui est chargé de coordonner ce spectacle.

Continuer la lecture
  1. Créée en 1923, la fête s’est tenue jusqu’en 1937. []
  2. Sont présents des groupes venus de Norvège, Russie, Écosse, Italie et Suisse. []
  3. Ronan Gorgiard et Jean-Philippe Mauras, Cornouaille : de Fêtes en Festival, Spézet, Coop Breizh, 2010. p. 52. []