Fortunes d’archives [6] : « Voyage dans le Finistère » (1865), traduction manuscrite par Edouard Fleury des chapitres X à XIII et XIV de A Vacation in Brittany de Richard Weld (1856)

À l’époque où je traduisais pour le CRBC Brittany and the Chase, récit de résidence en Bretagne d’un certain James Bromfield, alias I. Hope1, je rêvais, sans trop y croire, de trouver une traduction française d’un récit de voyage du même type, contemporaine de l’original, qui pût m’inspirer. Or, miraculeusement, la bibliothèque du CRBC a conservé un tel document : le manuscrit, daté de 1865, d’une traduction inédite par un Breton d’un récit de voyage en Bretagne, publié à Londres en 1856. On peut facilement imaginer mon excitation : ici, sans aucun doute, j’allais trouver non seulement un précédent, qui plus est auréolé par la sanction du temps, mais, du moins l’espérais-je, l’équivalent le plus proche possible du type de langue que j’essayais péniblement de reconstituer. Le moins qu’on puisse dire est que mes espoirs furent vite déçus.

Continuer la lecture
  1. I. Hope [alias James Bromfield], La Bretagne et la chasse, traduction et introduction de Jean-Yves Le Disez, Brest, CRBC-UBO, 1995, 105 p. [Titre de l’original : Brittany and the Chase (Londres, 1853)]. []

Le laboratoire linguistique d’Humphrey Lloyd Humphreys

L’arrivée de nouveaux fonds d’archives à la bibliothèque du CRBC suscite toujours la curiosité et l’intérêt, car ceux-ci constituent autant de portes qui s’ouvrent sur des ateliers de la pensée. C’est le cas du fonds « Humphrey Lloyd Humphreys », d’autant plus que ce chercheur est bien connu des spécialistes de linguistique bretonne et galloise, et des participants aux séminaires « La Bretagne Linguistique » du Groupe de recherche sur l’économie linguistique de la Bretagne (GRELB) qu’Humphreys suit depuis sa création en 1984, auquel il participe régulièrement depuis 25 ans et dont il a enrichi d’articles la revue éponyme.

Continuer la lecture

Fortunes d’archives [5] : La vie qui va

Nous vivons un moment paradoxal dont les contradictions confinent au tragique. Depuis que l’homme a commencé à humaniser son animalité, il manifeste sa présence au monde en laissant des traces matérielles de son passage sur la terre. Et ces traces matérielles balisent son itinéraire spirituel et intellectuel. On sait ce que mangeait un homme de Néandertal et dans quel environnement naturel il vivait, rien qu’en analysant la plaque dentaire de l’unique molaire qu’on a conservée de lui. Et ses premiers rites funéraires, il y a au moins 70 000 ans, montrent qu’il avait déjà ajouté sa propre culture à la nature, en aménageant pour ses défunts une autre existence dans un autre monde invisible. Cela nous suggère qu’il commençait à manipuler des notions comme celles de « avant » et « après », « ici » et « là-bas », ce qui lui aurait été impossible s’il n’avait déjà disposé d’un langage élaboré dans une longue durée.

Continuer la lecture

Mémento de requêtes SQL pour Omeka Classic

Omeka Classic, la plateforme de publication de collection numérisées, repose sur le logiciel de base de données relationnelle MySQL (ou sa version entièrement GPL, MariaDB). Aussi, des connaissances de base en SQL et des droits d’accès à cette base de données vous permettront d’obtenir des informations sur les documents déposées sur votre bibliothèque numérique que l’interface d’administration de Omeka ne pourra vous fournir. Par exemple, afficher le nombre de fichiers associés aux documents des collections ou trouver des documents en doublons.

Ce document constitue un mémento de requêtes SQL utilisées pour interroger la bibliothèque numérique du Centre de recherche bretonne et celtique dont vous pouvez vous inspirer pour interroger votre instance de Omeka. Il présuppose une connaissance des concepts de Omeka (fichiers, contenus ou items, collections) et des connaissances de base en SQL1.

Si vous êtes intéressé par la même démarche avec Omeka S, vous pouvez consulter l’article de Pierre Couchet : Quelques requêtes MySql avec Omeka S. Continuer la lecture

  1. Pour une introduction au SQL, voir Des fichiers Excel au SQL, introduction aux bases de données relationnelles et Administrez vos bases de données avec MySQL []

Portraits croisés de doctorant·e·s [4]

Retrouvez les portraits de deux doctorant·e·s du CRBC à des moments différents de leur parcours de thèse. Pour cette Lettre, portraits de Éric Kerjean, doctorant en histoire, et Axelle Lamour, doctorante en histoire antique.

Quel est votre thème de recherche et qu’est-ce qui vous a conduit à le choisir ?

Éric Kerjean : Au terme de mes recherches doctorales, ma thèse s’intitule Hans Frank de A à H. La ligne légale du national-socialisme ? À l’origine, il n’avait bien sûr pas ce titre. En fait, je n’ai pas choisi mon thème de recherche. Quand on ne le choisit pas, tout l’intérêt est de faire que ce sujet devienne sien. S’approprier le sujet. Je viens de l’histoire antique jusqu’au Master 2, et après plusieurs années, j’ai fait un second Master 2 en histoire contemporaine, sur Wilhelm Canaris, le chef des services de renseignements militaires allemands sous Hitler. L’une des sources qui m’a aidé lors de ce mémoire, ce sont les portraits écrits par Werner Best, un juriste important de la SS, qui, après la chute du Reich nazi, a rédigé, en prison, différents portraits des hiérarques du régime déchu. Après le Master 2, j’ai décidé de les traduire avec la collaboration de Wiebke Hildebrandt. Portraits de nazis a été édité chez Perrin, comme mon mémoire de Master 2, Canaris : le maître espion de Hitler. Avec Best, le thème principal restait le nazisme, mais la dimension juridique du national-socialisme commençait à poindre.

Continuer la lecture

Fortunes d’archives [4] : Programme des Fêtes de Cornouaille 1956 – Notes manuscrites de Pierre-Jakez Hélias

En 1956, les Grandes Fêtes de Cornouaille font, pour la première fois, l’objet d’une retransmission télévisée en direct. La fête bretonne de l’entre-deux-guerres1, événement de bienfaisance réunissant les reines de Cornouaille, est devenue une manifestation d’ampleur, proposant un programme festif et culturel qui attire des milliers de spectateurs et, par conséquent, l’attention des médias. Du 20 au 22 juillet 1956, Quimper bat au rythme des spectacles et animations mettant en avant les traditions populaires, autour d’une programmation bretonne et internationale2. La manifestation trouve sa conclusion – son « apothéose » selon le programme – lors de la journée du dimanche : 1 000 danseurs et 1 500 sonneurs bretons participent au grand défilé du matin et les organisateurs annoncent 100 000 à 150 000 spectateurs pour cette seule journée3. L’Abadenn veur du dimanche après-midi est un grand spectacle de danse et musique assuré par les groupes bretons et étrangers présents au festival. Au sein du comité des fêtes, c’est Pierre Hélias qui est chargé de coordonner ce spectacle.

Continuer la lecture
  1. Créée en 1923, la fête s’est tenue jusqu’en 1937. []
  2. Sont présents des groupes venus de Norvège, Russie, Écosse, Italie et Suisse. []
  3. Ronan Gorgiard et Jean-Philippe Mauras, Cornouaille : de Fêtes en Festival, Spézet, Coop Breizh, 2010. p. 52. []

Fortunes d’archives [3] : Amoco Cadiz, le combat continue. Note du Syndicat Mixte à destination des populations, 1983-1984

Genèse de l’affaire Amoco Cadiz (1978-1992)

Le 16 mars 2018 marque les quarante ans de la catastrophe de l’Amoco Cadiz. L’anniversaire du naufrage du supertanker sur les côtes de Ploudalmézeau-Portsall est l’occasion pour différentes institutions de réévaluer l’impact – encore bien réel – de la gestion de l’une des premières marées noires de grande ampleur. L’Université de Bretagne occidentale dont étaient issues les figures de proue de la recherche en océanographie et en biologie marine dans les années 1970 prend la décision de s’associer au Cedre1 ainsi qu’à la Préfecture maritime et au SHD2 afin d’organiser différents événements scientifiques à l’instar de colloques, de tables rondes ou d’exposition portant sur l’histoire de la marée noire de l’Amoco Cadiz et sur l’influence que sa gestion politique, juridique et scientifique a pu entraîner sur la prise en charge contemporaine de ce type de pollution. En effet, il est indéniable que ce que l’on appelle couramment l’« affaire Amoco3 » fait date et ce, à plusieurs échelles.

Continuer la lecture
  1. Centre de documentation, de recherche et d’expérimentations sur les pollutions accidentelles des eaux []
  2. Service Historique de la Défense []
  3. Yvon Rochard, L’Affaire Amoco, Éditions ArMen, 2005 []

L’ABC du CRBC [3] : Panoramique

À l’occasion des 50 ans du CRBC, un appel avait été lancé pour écrire une histoire non institutionnelle du laboratoire. Retrouvez dans cette rubrique quelques entrées de cet abécédaire qui dresse un portrait affectif et distancié du CRBC. Julien Fuchs et Sylvaine Derycke nous présentent la salle panoramique de la bilbiothèque.

Ils se dressent, là, devant le lecteur venu consulter les archives du Courrier du Finistère, devant le chercheur venu sonder les cartes anciennes de la ville, devant ceux qui entrent dans cet espace pour une anodine réunion. Le téléphérique et le plateau des Capucins, ancien site de construction navale, comme une parenthèse hypermoderne, cicatrice d’un héritage rénové, sur fond d’un Brest à l’allure rectangulaire, grise et blanche, d’une ville reconstruite après la guerre. Un peu plus loin, les grues de l’arsenal, qui rappellent l’essentiel : nous sommes bien dans une ville militaire. Les ponts, aussi, en imposent. L’Harteloire et Recouvrance, comme deux vaisseaux irriguant la ville, comme deux agrafes accrochant un bord et l’autre de la Penfeld, jumelant deux Brest pourtant bien différents. Plus à gauche, le regard se porte sur l’église Saint-Louis, toute proche, massive comme du granit, presque anachroniquement parée de pierres de Logonna, dominant les environs et rappelant, mais l’aurait-on oublié, l’ancrage catholique d’une population. Sur la droite, le panorama s’ouvre sur le vallon de la Penfeld et sur l’ensemble universitaire du lieu : site de Segalen, que l’on surplombe littéralement, et dans l’alignement celui du Bouguen, que ceinture le quartier de Bellevue. Oui, Brest est universitaire, et populaire… Et puis la mer. La rade, le phare de Sainte-Anne du Portzic, le goulet, le bleu profond. Un horizon maritime comme une signature : Brest existe d’abord et avant tout, par, avec et contre la mer.

Continuer la lecture

L’ABC du CRBC [2] : Les microfilms

À l’occasion des 50 ans du CRBC, un appel avait été lancé pour écrire une histoire non institutionnelle du laboratoire. Retrouvez dans cette rubrique quelques entrées de cet abécédaire qui dresse un portrait affectif et distancié du CRBC. Jean Kerhervé nous présente les Microfilms.

« Je vous parle d’un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître… ». Car les habitués du CRBC d’aujourd’hui, jeunes et moins jeunes, n’ont plus guère l’occasion d’utiliser les microfilms ni même de voir les appareils servant à les lire. Ils ont pourtant jadis contribué à la naissance et au développement de la recherche en histoire à l’université de Brest – principalement en histoire du Moyen Âge –, et, d’une certaine manière, à la montée en puissance du CRBC lui-même, dont la composante historique était, au moins à ses débuts, dans les années 1970, avec la langue bretonne, le point fort essentiel.

Continuer la lecture

Portraits croisés de doctorant·e·s [3]

Retrouvez les portraits de deux doctorant·e·s du CRBC à des moments différents de leur parcours de thèse. Pour cette Lettre, portraits de Marie-Clémentine Corvest, doctorante en histoire, et Tanguy Solliec, doctorant en linguistique.

Quel est votre thème de recherche et qu’est-ce qui vous a conduit à le choisir ?

TANGUY SOLLIEC : J’étais avant professeur des écoles et j’avais envie de me former aux questions de bilinguisme, d’acquisition du langage, etc. j’ai repris mes études et j’ai donc suivi une licence de linguistique par correspondance pour travailler sur ces notions et de fil en aiguille, j’ai été pris par la question de la linguistique, ce qui m’a amené à m’inscrire en master en région parisienne. Là j’ai retrouvé un goût, une appétence que j’avais pour la recherche sur un sujet qui m’intéressait beaucoup et Denis Costaouec, un de mes directeurs de thèse, a proposé que je travaille sur un sujet pour lequel il cherchait quelqu’un depuis longtemps, la dialectométrie sur les données du NALBB (le Nouvel Atlas linguistique de la Basse-Bretagne de Jean Le Dû, 2001). Denis Costaouec avait lui-même fait un peu de dialectométrie dans le prolongement du travail précurseur de Gary German et avait abouti à des résultats intéressants, mais il avait travaillé à partir de données de l’ALBB, l’Atlas linguistique de la Basse Bretagne (Le Roux 1924-1963), l’ancêtre direct du NALBB. Il se disait que c’était dommage qu’un tel corpus comme le NALBB ne soit pas exploité plus en profondeur. C’est donc comme ça que ce thème de recherche est apparu avec la perspective de la thèse.

Continuer la lecture

Fortunes d’archives [2] : le cahier de Jeanne Drévillon dans le fonds du Barzaz Bro-Leon

Couverture du cahier qui porte, écrit à la main, la mention « appartenant à Jeanne Drévillon – Losmarch – Crozon – Finistère », avec la date « 1907 ».

Le Barzaz Bro-Leon

Le Barzaz Bro-Leon est un concours lancé en 1906 par le vicaire Jean-Marie Perrot dans le journal Le Courrier du Finistère. Ordonné en 1903, ce jeune prêtre décide d’organiser ce concours dans un contexte tendu entre l’Église et l’État, avec une volonté de valorisation de la langue bretonne, qu’il considère comme étroitement liée à la foi catholique.

Le concours a également pour objectif de montrer la richesse de la tradition orale du Léon, considéré, depuis la seconde moitié du XIXe siècle, comme le parent pauvre des terroirs de Basse-Bretagne en matière de tradition chantée.

Il est précisé dans l’annonce publiée que les envois les plus intéressants recevraient un prix et seraient publiés dans un recueil. Ce projet d’anthologie rassemblant les plus belles chansons du Léon ne verra jamais le jour. Une très petite part des pièces envoyées dans le cadre du concours seront publiées dans des journaux ou des revues. Il faudra attendre 2013 et la parution du livre Barzaz Bro-Leon. Une expérience inédite de collecte en Bretagne, sous la direction d’Eva Guillorel, pour qu’une partie du corpus soit publiée.

Continuer la lecture

L’ABC du CRBC [1] : Les archives sonores

À l’occasion des 50 ans du CRBC, un appel avait été lancé pour écrire une histoire non institutionnelle du laboratoire. Retrouvez dans cette rubrique quelques entrées de cet abécédaire qui dresse un portrait affectif et distancié du CRBC. Eva Guillorel nous présente les archives sonores.

Plus de 16 000 enregistrements sonores sur 200 mètres linéaires… Les archives du CRBC conservent un trésor bien gardé autour duquel résonnent des noms prestigieux : Donatien Laurent et ses enquêtes ethnographiques autour de la tradition orale en langue bretonne ; Jean Le Dû et ses enquêtes linguistiques à la base du Nouvel atlas linguistique de la Basse-Bretagne ; Daniel Jéquel, Charlez ar Gall, Fañch Broudic et Rémi Derrien et leurs archives radiophoniques, et d’autres encore… Sur rouleaux de cire, disques 33 tours, bandes magnétiques, cassettes ou CD, les formats retracent l’histoire fascinante de l’évolution des technologies d’enregistrement. Peu importe leur support, les archives sonores du CRBC donnent avant tout à entendre les voix de celles et ceux qui ont vécu et construit la Bretagne. Dans les inventaires, les noms de ces milliers d’hommes et de femmes enregistrés n’évoquent le plus souvent rien : ils sont pour la plupart des Bretons parmi d’autres, interrompus dans leur travail ou à leur domicile au moment d’une enquête, parce qu’ils savaient des choses dont ils n’étaient d’ailleurs eux-mêmes pas forcément conscients de l’intérêt : une langue riche de ses dialectes et de ses innombrables prononciations locales, une mémoire se rappelant des contes et chansons appris dans la famille, une connaissance de la nature ou des savoir-faire artisanaux, un regard et des idées sur l’ici et l’ailleurs que le micro capte le temps d’un instant. Qu’ils soient citadins ou ruraux, paysans, ouvriers ou pêcheurs, jeunes ou vieux, ils racontent la Bretagne et le monde d’hier, d’aujourd’hui et de demain. Chaque voix a son timbre, son rythme, sa beauté. Derrière elle, on croit voir un visage, un sourire et une manière d’être au monde. Et pourtant, en l’absence de photographie, ce visage a toutes les chances de ne correspondre en rien à la réalité. Mais le son sans l’image, c’est la porte ouverte à l’imagination : la voix est d’autant plus présente et forte qu’elle se suffit à elle-même, elle capte toute notre attention.

Continuer la lecture

Fortunes d’archives [1] : Lettre de Raymond Delaporte à ses parents, 1er avril 1912

Des archives privées

Ces dernières années ont vu apparaître plusieurs fonds d’archives privées de militants bretons. Cela s’inscrit vraisemblablement dans une tendance actuelle mettant l’accent sur les archives politiques et syndicales. Celles-ci constituent en général un corpus extrêmement varié, ne serait-ce qu’en ce qui concerne le « papier », terme qui désigne aussi bien le manuscrit, la lettre, la facture, l’affiche ou la carte d’invitation. Les objets, le mobilier aussi peuvent parler et mettre en évidence la personnalité des hommes, ou encore tout un milieu. Ainsi, on découvre de quelle manière les archives de l’intime permettent une « traversée du siècle1 ».

La possession d’archives et leur mise à disposition du public sont douloureuses et compliquées pour les familles qui portent leur « mort en bandoulière2 », quelque destin qu’ait eu leur ascendant. Les « enfants de » sont à la croisée de plusieurs tensions qui peut les conduire soit à cacher les papiers, avec toute la suspicion que cela fait peser sur la personne qu’ils prétendent protéger, soit à laisser accès aux archives, avec ou sans restriction. Les archives de Raymond Delaporte s’inscrivent sous cette alternative : elles ont été versées au CRBC dans le but d’être mises à la disposition des chercheurs, des historiens et des étudiants. À la lumière du témoignage apporté par certains de ces « enfants de », on peut comprendre qu’il s’agit, dans cette volonté revendiquée, de faire avancer la recherche, de faire en sorte que l’exploitation des travaux paternels puisse rendre des services à même de justifier tant d’années de militantisme et de sacrifices. D’autres motivations entrent également en ligne de compte : ici il s’agira tout simplement pour les enfants de faire entrer leurs parents dans une histoire qui les a boudés jusqu’à présent ; ailleurs, il pourra s’agir de poursuivre implicitement leur œuvre ; enfin on cherchera à chasser un fantôme de la maison ou à se défaire d’un héritage trop lourd à porter. Partout, il est finalement nécessaire de légitimer un engagement qui a connu bien plus d’échecs et de souffrances que de réussites. En cela, les archives, en pérennisant le souvenir, participent surtout d’une construction mémorielle, d’où une forte tension avec l’histoire, surtout lorsque celui dont on dépose les papiers a eu un rôle de premier plan.

Continuer la lecture
  1. Yann Potin, Catherine Dolto-Tolitch, Muriel Djéribi-Valentin, et Manon Pignot, Françoise Dolto. Archives de l’intime, Paris, Gallimard, 2008. []
  2. Id., p. 13. []

Portraits croisés de doctorant·e·s [2]

Retrouvez les portraits de deux doctorant·e·s du CRBC à des moments différents de leur parcours de thèse. Pour cette Lettre, portraits de Manon Deniel, doctorante en littérature bretonne, et Mael Jézéquel, doctorant en sociolinguistique.

Quel est votre thème de recherche et qu’est-ce qui vous a conduit à le choisir ?

MAEL JÉZÉQUEL : Ma participation dans les recherches sur la variation dialectale en domaine côtier a débuté en 2018. Depuis, j’ai compilé un bon nombre de données issues d’ouvrages sur la description des parlers locaux entre le sud de la Péninsule Ibérique et le nord de l’Écosse. Ensemble, elles permettent d’examiner les concordances lexicales et sémantiques dans les désignations d’animaux et de plantes marines.

Le choix du champ sémantique d’investigation – le vocabulaire maritime dialectal – est conditionné par ce que l’on connaît des dynamiques d’implantation humaines à l’ouest de l’Europe, au moins depuis le Mésolithique. L’occupation des sites côtiers à cette époque semblent s’étendre dans le temps, plus qu’à l’intérieur des terres et par là, révèle une caractéristique importante de l’économie à la Préhistoire. L’analyse des déchets provenant des sites mésolithiques montrent aussi que l’alimentation est en grande partie basée sur les ressources marines, puis complétée par des expéditions ponctuelles à l’intérieur des terres. Depuis ces sites, on retrouvera des objets de parure en coquillages à des centaines de kilomètres de la côte. Au Néolithique ancien aussi, les tombes et les foyers d’habitations sont situés dans des zones qui constituaient alors le bord de mer à l’époque. Aujourd’hui donc, on les retrouve essentiellement dans les îles.

Continuer la lecture

Portraits croisés de doctorant·e·s

Retrouvez les portraits de deux doctorant·e·s du CRBC à des moments différents de leur parcours de thèse. Pour cette Lettre, portraits de Pauline Huon, qui a soutenu en décembre 2020 une thèse en histoire, et Eve Rouxel, doctorante en sociologie de la littérature.

Quel est votre thème de recherche ?

PAULINE HUON : Le corps antique et sa construction sociale. Comment le corps, au sens large (vêtements, parure, gestes…), participe à la construction de l’individu.

EVE ROUXEL : Je travaille sur les pratiques de lecture en breton chez les enfants et les adolescents, et plus particulièrement sur la place du livre et des lectures en breton en dehors du cadre scolaire. Est-ce que le livre en breton sort du cadre scolaire ? Par quel(s) moyen(s) ? Est-ce qu’il y a des cas de figure récurrents où la présence du livre en breton sera plus forte, où l’on observe une pratique de la lecture en breton plus présente que chez d’autres enfants ou d’autres adolescents ? Je cherche par exemple à comprendre l’influence de l’environnement sociolinguistique, familial dans un premier temps, élargi dans un second temps (par exemple, est-ce qu’il y a une médiathèque ou librairie à proximité qui va mettre particulièrement en avant des ouvrages en breton, est-ce qu’il va y avoir des « passeurs » de lecture en breton, des personnes qui vont permettre un relais entre le livre et le lecteur, etc.). Je cherche à comprendre dans quelle mesure tous ces facteurs ont une influence sur le choix final de l’enfant ou de l’adolescent sur la lecture (ou la non lecture) en breton en dehors du cadre scolaire.

Continuer la lecture