Portraits croisés de doctorant·e·s

Retrouvez les portraits de deux doctorant·e·s du CRBC à des moments différents de leur parcours de thèse. Pour cette Lettre, portraits de Pauline Huon, qui a soutenu en décembre 2020 une thèse en histoire, et Eve Rouxel, doctorante en sociologie de la littérature.

Quel est votre thème de recherche ?

PAULINE HUON : Le corps antique et sa construction sociale. Comment le corps, au sens large (vêtements, parure, gestes…), participe à la construction de l’individu.

EVE ROUXEL : Je travaille sur les pratiques de lecture en breton chez les enfants et les adolescents, et plus particulièrement sur la place du livre et des lectures en breton en dehors du cadre scolaire. Est-ce que le livre en breton sort du cadre scolaire ? Par quel(s) moyen(s) ? Est-ce qu’il y a des cas de figure récurrents où la présence du livre en breton sera plus forte, où l’on observe une pratique de la lecture en breton plus présente que chez d’autres enfants ou d’autres adolescents ? Je cherche par exemple à comprendre l’influence de l’environnement sociolinguistique, familial dans un premier temps, élargi dans un second temps (par exemple, est-ce qu’il y a une médiathèque ou librairie à proximité qui va mettre particulièrement en avant des ouvrages en breton, est-ce qu’il va y avoir des « passeurs » de lecture en breton, des personnes qui vont permettre un relais entre le livre et le lecteur, etc.). Je cherche à comprendre dans quelle mesure tous ces facteurs ont une influence sur le choix final de l’enfant ou de l’adolescent sur la lecture (ou la non lecture) en breton en dehors du cadre scolaire.

Qu’est-ce qui vous a conduit à choisir ce sujet ?

PH : Pendant mon master, j’ai travaillé sur la physiognomonie, une pseudoscience pratiquée dans l’Antiquité qui fait un parallèle entre les traits physiques et le caractère, et sur Suétone, qui construit des portraits sur cette « science » (quand il fait le portrait d’un empereur cruel par exemple, il le décrit comme laid).

ER : Même si mon intérêt pour la pratique et la perception des langues régionales remonte à assez loin (j’avais fait sans le savoir de la sociolinguistique lors de TPE au lycée, sur la perception du Ch’ti par les Lillois), c’est pendant mon master d’ethnologie que j’ai réellement découvert leurs études en sciences sociales. J’ai en effet suivi à ce moment-là les cours de sociolittérature et de sociolinguistique de Mannaig Thomas et de Ronan Calvez, domaines que j’ai trouvés passionnants. En parallèle, je suivais le MOOC de l’Université de Liège sur la littérature de jeunesse. Ces deux éléments, combinés à ma situation personnelle de parent d’enfants scolarisés en breton, m’ont amenée à transposer les questions soulevées en cours sur le cas de la littérature de jeunesse en langue bretonne, et à envisager d’en faire mon sujet de recherche. L’année suivante mon mémoire de master breton portait donc sur la littérature de jeunesse en langue bretonne, ses enjeux et spécificités, selon une approche sociolittéraire et sociolinguistique. J’ai réalisé une socio-histoire de la lecture en breton au cours du XXe siècle, et une étude de la chaîne du livre jeunesse en breton. Mais mon mémoire s’arrêtait au lieu de vente ou de diffusion du livre jeunesse en breton, et n’allait pas interroger l’aspect réception par ses potentiels lecteurs. J’avais envisagé mon mémoire de master comme une introduction à la littérature de jeunesse en langue bretonne, et par là même à mon travail de thèse qui porte justement sur les pratiques de lecture.

Quels changements a produits le passage du statut d’étudiant·e à celui de doctorant·e ?

PH : Aucune différence. J’avais et j’ai toujours une difficulté à me sentir légitime. Moi, je me considérais comme étudiante. Le statut de doctorant fait peur auprès des personnes qui ne sont pas dans le milieu universitaire, on a l’impression d’être des personnes à part.
Ce qui change, c’est de ne plus avoir de cours, c’est qu’on a plus de liberté, mais ce qui est difficile, c’est qu’il faut construire sa temporalité, savoir se prendre en main, se créer un emploi du temps de travail.

ER : Je vois surtout une différence cette année entre les deux statuts par des éléments plutôt extérieurs à mon travail de recherche en lui-même : ma participation à la coordination des activités du stand de la bibliothèque lors de la dernière Fête de la Science, les cours que j’ai donnés au premier semestre et le fait d’avoir été sollicitée pour une conférence sur le thème de la littérature de jeunesse en langue bretonne en octobre dernier (dans le cadre du festival Deus’ta).
Concernant ma recherche, la différence entre les statuts d’étudiante de master et de doctorante est peut-être plus marquée sur le terrain : quand je me présente, j’ai le sentiment qu’évoquer le fait d’être en thèse plutôt qu’en master donne un peu plus de légitimité dans l’échange avec l’interlocuteur (même si dans les faits les contacts sur mon terrain sont beaucoup plus compliqués depuis que je suis en thèse à cause de la situation sanitaire).
L’une des choses que je regrette parfois du statut d’étudiant ce sont les cours, qui donnaient la possibilité d’échanger avec d’autres étudiants et avec les enseignants, à la fois sur nos travaux en cours mais aussi sur d’autres questions justement. Le doctorat est un travail plus solitaire, bien que j’aie le privilège d’avoir un excellent suivi par les personnes qui dirigent ma thèse, ce qui me permet de ne pas me sentir isolée.

Quelle est la méthodologie que vous utilisez dans vos recherches ? (enquêtes de terrain, en bibliothèque…)

PH : Beaucoup de travail en bibliothèque et avec le service de prêt entre bibliothèque (80 % des livres empruntés via le PEB) et nécessité pour certains ouvrages (notamment des livres d’art de grands formats) de se déplacer à Paris. Déplacements dans des musées, surtout italiens.
Travail sur le texte et l’image, croiser toutes les sources disponibles (textes, images, reliefs funéraires). Une des difficultés est qu’il n’existe des sources que pour les classes sociales élevées.
J’ai travaillé avec des petits carnets sur lesquels je prenais des notes et que j’avais toujours sur moi, en voiture, en marchant, en faisant mes courses pour pouvoir noter une idée venue parce que j’avais laissé décanter.

ER : L’enquête de terrain a une place centrale. Le cœur de ma recherche, c’est normalement de pouvoir en premier lieu aller échanger avec les potentiels lecteurs en breton, donc les élèves qui sont scolarisés en filière bilingue (les trois filières, public, privé et Diwan). Je vais auprès des élèves de CE2, CM2, 5e, 3e et 1re (je n’ai pas encore rencontré les lycéens).
La situation sanitaire m’a contraint à modifier ce que j’avais initialement projeté (l’accès aux établissements scolaires est très restreint, voire fermé depuis mars dernier). J’ai donc commencé des entretiens par téléphone avec des étudiants qui sont en licence de breton et qui ont fait toute leur scolarité dans l’une des filières bilingues (jusqu’à présent, ceux avec qui j’ai pu échanger, sont tous des étudiants ayant suivi le cursus Diwan, je n’ai pas encore eu de retour d’étudiants d’autres filières). Je réalise également des entretiens avec des enseignants et des parents d’élèves (dont certains par téléphone pendant le premier confinement par exemple). Je me déplace aussi dans les librairies et médiathèques pour constater la présence ou non de livres jeunesse en breton, la manière dont ils sont exposés, présentés, etc. Il est intéressant de noter les différences qui existent entre les structures et les territoires : certaines médiathèques par exemple font le choix de mélanger les albums jeunesse avec les autres albums en langue française, d’autres les classent sous l’intitulé « langues étrangères » ou encore « Bretagne ». Toutes ces indications donnent des informations sur la façon dont est appréhendé le livre en breton dans un lieu donné, par des personnes en particulier, et me permet également d’approcher les pratiques de lecture par un autre biais que celui de l’entretien, en observant par exemple le nombre d’achats si c’est une librairie ou d’emprunts en médiathèque. Le terrain a donc une place centrale dans ma recherche.
En termes de recherches bibliographiques, mes sources sont assez diverses parce que même si la discipline centrale de ma thèse est la sociologie, mon sujet touche à d’autres domaines : la sociologie de la lecture, la sociolittérature, la sociolinguistique, mais également la science politique de par les enjeux politiques existant autour de cette question. Mais j’essaie de garder une cohérence, de trouver un équilibre dans la pluralité des domaines et des points de vue mobilisés.
En termes de méthodologie, à la fois quand je lis un ouvrage ou que je retranscris un entretien, en dehors des fiches d’ouvrages à proprement parler, je prends des notes sur les réflexions qui émergent de ces nouveaux éléments, les liens qui s’établissent avec les éléments précédents, et quand je rédige un article par exemple, je me reporte à ces notes que j’organise pour savoir comment les retrouver facilement, par thématiques.
En dehors de ces notes de travail ou des articles de revue, j’ai pour le moment rédigé un texte sur ma posture de chercheure, à la fois doctorante, scientifique, et parent d’élèves, en quelque sorte imbriquée dans mon terrain, le tout en ne parlant pas breton. Il m’a semblé important de poser par écrit en début de thèse les réflexions sur l’impact de cette situation sur ma recherche. Je ne parle pas breton, et même si je commence à le comprendre, suivant les personnes, je sens que ça pose parfois problème sur le terrain ; ça m’a déjà fermé au moins une porte de façon très claire par exemple, auprès d’un éditeur qui a refusé de répondre à mon questionnaire parce qu’il était en français. Je n’ai pas beaucoup de réactions comme celle-ci, mais globalement il y a un mouvement de surprise à chaque fois, de la part de personnes pour qui cela semble inconcevable que je ne parle pas breton. J’explique que mon sujet ne porte pas sur les textes et la littérature en elle-même, mais sur les pratiques de lecture, et que ce n’est donc pas un frein de ne pas parler breton. Jusqu’à maintenant, auprès des familles et des élèves, il n’y a vraiment eu aucun problème, c’est plus auprès des éditeurs, des enseignants ou chefs d’établissement ; mais leur réaction m’apprend aussi des choses donc je l’utilise, ça m’apporte des informations. Je rapporte ça aussi à la question de la lecture en breton, jugée importante par les personnes qui sont impliquées auprès des enfants scolarisés en breton, mais globalement, lorsque je demande à ces mêmes adultes s’ils lisent eux-mêmes en breton dans le cadre de leurs loisirs, la réponse est souvent non.

Pouvez-vous nous citer vos ouvrages de référence ?

PH : Voici quelques-uns de mes ouvrages de références : R. Amedick, Die Sarkophage mit Darstellungen aus dem Menschenleben, Vierter Teil : Vita Privata, ASR 1.4, Gebr. Mann Verlag, Berlin, 1991. V. Dasen, Le sourire d’Omphale. Maternité et petite enfance dans l’Antiquité, PUR, Rennes, 2015. T. Derks, « Les rites de passage dans l’Empire Romain : esquisse d’une approche anthropologique », dans P. Payen, E. Scheid-Tissinier, Anthropologie de l’antiquité. Anciens objets, nouvelles approches, Antiquité et sciences humaines vol. 1, Brepols, Turnhout, 2012, 43-80. F. Hinard, La mort, les morts et l’au-delà dans le monde romain, Actes du colloque de Caen, 20-22 nov., Centre de publ. de l’Univ. de Caen, Caen, 1987. J. Scheid, « Contraria facere : renversements et déplacements dans les rites funéraires », AION, 4, 1984, 117-139.

ER : La thèse de Catherine Adam est une base parce qu’elle a fait un premier travail sur les motivations et les raisons qui amènent à scolariser son enfant en classe bilingue. Ces raisons peuvent avoir une incidence sur l’importance que les parents accordent à la lecture en breton. Si le choix est motivé par un engagement militant par rapport à la langue bretonne, le livre en breton sera plus présent, il y aura plus facilement des livres en breton au domicile, au moins par la volonté des parents. Il peut y avoir un lien entre les motivations des parents et le fait que l’enfant lise ou pas en breton.
J’ai par ailleurs plusieurs ouvrages de référence, du fait que mon sujet touche différents domaines. J’ai récemment écrit un article dans un numéro spécial de la Revue Électronique de Littérature Française (RELIEF) consacré à la sociologie de la médiation littéraire ; il porte sur la médiation littéraire par le biais des salons et festivals du livre jeunesse et la place du livre en breton dans ces manifestations : pour sa rédaction, de nombreux articles de La Bretagne linguistique m’ont intéressée et servi.
En sociologie de la lecture, je m’appuie par exemple sur un ouvrage de la sociologue Fanny Renard sur les pratiques de lecture des lycéens, qui touche de près mon sujet. Mon enquête de terrain auprès des lecteurs est assez similaire à ce qu’elle a fait, dans le but de retracer des « parcours de lecteur ». Pour sa thèse Fanny Renard avait interrogé des lycéens en essayant de retracer un peu leur parcours depuis la petite enfance, les habitudes de lectures familiales, etc.
D’autres ouvrages, comme celui de Clara Lévy sur le livre de chevet, ou plus généraux en sociolittérature (comme les travaux de Pierre Bourdieu, ceux d’Anne-Marie Thiesse ou de Pascale Casanova) sont une base de travail importante également.

Quelles sont vos relations avec le CRBC et les autres doctorant·e·s du laboratoire ?

PH : Peu de contacts avec les autres doctorants, en dehors de Marin Mauger avec lequel j’ai préparé l’organisation du colloque « La matérialité des rites de passage dans l’occident romain » (en 2017) et dont le sujet de thèse est proche. J’ai par ailleurs eu des contacts avec d’autres doctorants, parce que je travaillais dans la salle des doctorants.
Ce serait intéressant qu’il y ait un séminaire des doctorants, ça permettrait de développer des liens et ça serait un entraînement pour communiquer dans les différents séminaires.
Enfin, j’ai aimé travailler à la bibliothèque (pour la tranquillité et la plus belle vue de Brest).

ER : Avec le CRBC, l’événement Fête de la Science m’a permis de participer aux activités du laboratoire et j’en suis très contente.
J’aime beaucoup venir travailler à la bibliothèque du CRBC.
Avec les autres doctorants du laboratoire, je n’ai pas vraiment de relations, d’échanges. On devait préparer une journée des doctorants en 2020 avec Mael Jézéquel, puis est arrivé le Covid… J’étais contente de cette opportunité, je trouve que c’était un bon moyen de pouvoir aller les uns vers les autres et d’échanger, car on n’a pas forcément l’occasion de se croiser autrement. Cela me semble être un bon support.

Quelle est la perception de votre entourage sur votre projet de recherche ?

PH : L’entourage ne comprend pas tout le temps passé sur un tel projet. Les personnes qui ne font pas partie du milieu universitaire ont du mal à comprendre, beaucoup pensent qu’on ne travaille pas vraiment, qu’on est tout le temps disponible, parce qu’on n’a pas d’employeur : tu es chez toi, donc tu ne travailles pas. Il y a une grande difficulté à faire comprendre que l’on travaille vraiment.
Mais les proches se rendent compte de l’investissement.

ER : Mon mari me soutient et m’encourage dans ce projet. Mes enfants cernent un peu mieux mon travail quand je peux leur faire part de quelque chose de « concret » (un article, une conférence…). Par exemple à la fin de mon master, ils ont été contents quand ils ont vu mon mémoire posé, écrit… ils ont réalisé que je travaillais « vraiment ». C’est seulement à ce moment-là que ma fille m’a dit qu’elle était contente que je fasse ce travail de recherche, parce que jusqu’à maintenant elle me disait qu’à l’école ses copains trouvaient étrange que sa mère fasse toujours des études…
Ce n’est pas forcément évident parce que c’est un vrai travail, mais ce n’est pas un « vrai » travail, surtout pour un parent en charge de famille ! Je n’en parle pas forcément beaucoup autour de moi dans mon entourage familial élargi. C’est plus avec mon entourage amical que j’échange vraiment sur le sujet. Parce que souvent, on me pose la question de savoir sur quoi cela va déboucher. Et quand je dis que je ne suis pas sûre, cela paraît suspect. J’ai beaucoup de chance d’avoir obtenu une bourse, d’être sous contrat et de pouvoir dire que c’est mon travail. Je me considère comme privilégiée de pouvoir consacrer ce temps-là à ma thèse sans avoir besoin de quelque chose de nourricier à côté, mais pour beaucoup de personnes extérieures à la recherche, cela paraît être malgré tout un sacrifice énorme, qui peut-être ne débouchera sur rien, parce que c’est possible que le diplôme du doctorat ne me donne pas accès au Graal, d’un point de vue professionnel. Cela amène souvent une incompréhension, pas auprès de mes proches directs mais plutôt dans un cercle de personnes plus élargi qui me demande ce je fais dans la vie et là, souvent, il y a un petit malaise et je change de sujet assez vite, je réponds que cela me permettra d’enseigner. J’ai quand même conscience que l’avenir professionnel attaché à la thèse est plutôt incertain, ce qui provoque parfois de l’incompréhension.

Quels sont les aspects positifs et les difficultés rencontrées ?

PH : Parmi les difficultés rencontrées, il y a le temps qui peut être long quand on doit consulter des sources ou des livres qu’on doit faire venir. Il y a aussi l’immensité du travail, qui donne parfois le vertige, un isolement et des grandes phases de découragement, où on a l’impression qu’on n’arrivera pas à finir.
Les moments positifs, c’est quand on trouve une solution, qu’on résout un problème et la satisfaction quand on arrive à faire tout ce qu’on s’était fixé comme objectif dans la journée. Il y a aussi les colloques, la communication, le partage du savoir, la rencontre avec des gens qui connaissent le sujet. Ces moments ne sont pas des pertes de temps, mais permettent au contraire de faire une synthèse, de rédiger des textes qui ensuite pourront être intégrer à la thèse.

ER : Il y en a plein ! J’aime vraiment la recherche, et je trouve passionnant de pouvoir approfondir une question. J’ai mon sujet, mon focus et j’essaye d’en faire le tour pour essayer de le décortiquer. J’aime cette richesse des différences de points de vue, des différences de domaines (sociolinguistique, sociolittérature, sociologie de la lecture, science politique) sachant qu’il faut tout de même que je trouve un équilibre, sinon cela peut être aussi un point négatif. En fait, c’est un aspect positif et une difficulté en même temps, mais c’est une très forte motivation d’avoir justement cette richesse de différences de points de vue et d’apport de plusieurs domaines.
Les difficultés que je rencontre sont surtout liées au contexte du Covid et au fait que l’accès à mon terrain, aux établissements scolaires, ait été rendu vraiment plus compliqué (là, on est en janvier, j’ai quasiment sept mois de retard sur mon planning de terrain prévisionnel). Au moment du deuxième confinement, je me suis demandé si je ne devais pas changer de sujet, n’ayant accès ni aux lecteurs ni aux lieux de diffusion des livres (les librairies et médiathèques étant fermées au public). Finalement, j’ai réussi à trouver deux établissements qui ont bien voulu m’accueillir et j’ai démarré les entretiens par téléphone avec les étudiants. À l’origine j’avais ciblé trois zones géographiques précises en Bretagne pour mon enquête de terrain, mais la situation sanitaire m’a obligé à changer mes choix, au moins provisoirement. Ce n’est pas toujours évident de garder sa motivation dans ces conditions, mais j’ai la chance d’être très bien entourée par mes directrices et mon directeur de thèse (courriels d’encouragement, de pistes à suivre, de propositions d’appels et pour se rencontrer…). Si je partage un questionnement ou une inquiétude, j’ai toujours une réponse. Ces échanges m’évitent un sentiment d’isolement que peuvent provoquer la situation sanitaire mais aussi le statut de doctorante. De la même manière, le fait d’avoir pu m’investir dans la Fête de la Science m’a permis de mieux connaître le personnel de la bibliothèque du CRBC. Cela paraît peut-être très anodin, mais quand j’arrive à la bibliothèque pour travailler et qu’on me salue par mon prénom, qu’on me demande des nouvelles, cela donne également un sentiment d’appartenance qui est important, d’autant plus dans le contexte actuel. Je pense que je ne suis pas la plus à plaindre à mon avis de ce point de vue-là.
Je craignais au départ que l’autonomie complète dans le travail soit une difficulté, mais dans l’ensemble j’atteins globalement les objectifs que je me fixe. Certaines périodes sont un peu plus difficiles, mais c’est surtout lié aux changements dus au virus, à la modification du planning prévu et à la constante incertitude des changements de protocole sanitaire. En dehors du travail de terrain, j’essayais, jusqu’en mars 2020 d’avoir un équilibre dans la répartition de mon travail, en partageant la moitié du temps de travail entre la bibliothèque du CRBC pour avoir un cadre de travail, et chez moi. Les conditions d’accueil liées au nouveau protocole sanitaire m’ont amené à travailler essentiellement chez moi. Mais lorsque l’on est chez soi, on n’est pas entièrement dans un cadre de travail, ce qui peut parfois être une difficulté, mais ce n’est pas insurmontable !

Quels sont vos projets, vos actualités ?

PH : Après la soutenance [en décembre 2020], j’ai eu besoin de beaucoup de repos. Maintenant, j’ai un article à paraître, je vais également présenter un aspect de ma thèse, dans un programme sur le corps romain, une fois par mois sur Radio évasion et je voudrais commencer un nouveau travail de recherche sur la chevelure et la coiffure, et la représentation du cheveu antique.
Pour le moment, je continue également à donner des cours à l’université et à préparer des candidatures pour différents postes.

ER : Comme je le disais précédemment, je viens de publier un article en décembre dernier dans la revue RELIEF, « Bilinguisme scolaire et médiation littéraire dans les salons et festivals du livre jeunesse : le cas de la littérature de jeunesse en langue bretonne ». Il est par ailleurs possible que j’intervienne dans le cadre du séminaire La Bretagne Linguistique d’ici la fin de l’année 2021. J’ai également intégré le comité de lecture de la revue Passerelles SHS des doctorants de l’École doctorale Sociétés, Temps, Territoires, suite à une formation en décembre. Enfin, j’espère que nous pourrons reprendre l’organisation d’une journée des doctorants du CRBC.

Avez-vous un conseil à donner à un·e nouveau·elle doctorant·e ?

PH : Ne pas se consacrer entièrement aux recherches au risque de se retrouver avec une masse d’éléments difficile à traiter, mais écrire, se forcer à rédiger tous les jours, des sous-parties ou des synthèses de ce que l’on lit comme si on voulait l’intégrer à la thèse. Se rendre compte dès le début que le temps va très vite et se fixer des plages de travail, des objectifs pour la journée qui soient réalisables. Par exemple deux post-it avec des objectifs à remplir dans la journée et avoir la satisfaction de les jeter quand ils sont atteints.

ER : Je pense que le choix des directeurs ou directrices de thèse est important, mais bien sûr cela dépend aussi de la façon de travailler, du caractère de chacun. À mon niveau, le soutien que j’ai depuis la constitution du dossier d’obtention de bourse doctorale, et encore plus ces derniers mois où tout a été perturbé du fait de la situation sanitaire, est un aspect décisif pour ne pas se décourager quand il y a des difficultés ou des questionnements. Il me semble en tout cas important d’avoir des personnes-ressources, si ce n’est pas les directeurs, directrices de thèse, au moins des personnes qui sont ou ont été dans le milieu de la recherche, avec qui partager les périodes de doutes mais également les réussites. Pouvoir faire part des difficultés et des joies aussi, les deux sont importants. Parce que, quand l’entourage familial ou amical n’est pas dans le domaine de la recherche, il ne réalise pas forcément ce que va impliquer par exemple la publication d’un article, qui est pourtant un événement important au cours de la thèse. Donc, avoir cette opportunité-là par le biais de la direction de thèse, cela me semble quelque chose d’essentiel pour rester accrochée tout au long de la thèse.

Entretiens réalisés par Hélène Gombert et Marie Salomon-Le Moign en janvier 2021 à la bibliothèque Yves-Le Gallo du CRBC.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.