Portraits croisés de doctorant·e·s [2]

Retrouvez les portraits de deux doctorant·e·s du CRBC à des moments différents de leur parcours de thèse. Pour cette Lettre, portraits de Manon Deniel, doctorante en littérature bretonne, et Mael Jézéquel, doctorant en sociolinguistique.

Quel est votre thème de recherche et qu’est-ce qui vous a conduit à le choisir ?

MAEL JÉZÉQUEL : Ma participation dans les recherches sur la variation dialectale en domaine côtier a débuté en 2018. Depuis, j’ai compilé un bon nombre de données issues d’ouvrages sur la description des parlers locaux entre le sud de la Péninsule Ibérique et le nord de l’Écosse. Ensemble, elles permettent d’examiner les concordances lexicales et sémantiques dans les désignations d’animaux et de plantes marines.

Le choix du champ sémantique d’investigation – le vocabulaire maritime dialectal – est conditionné par ce que l’on connaît des dynamiques d’implantation humaines à l’ouest de l’Europe, au moins depuis le Mésolithique. L’occupation des sites côtiers à cette époque semblent s’étendre dans le temps, plus qu’à l’intérieur des terres et par là, révèle une caractéristique importante de l’économie à la Préhistoire. L’analyse des déchets provenant des sites mésolithiques montrent aussi que l’alimentation est en grande partie basée sur les ressources marines, puis complétée par des expéditions ponctuelles à l’intérieur des terres. Depuis ces sites, on retrouvera des objets de parure en coquillages à des centaines de kilomètres de la côte. Au Néolithique ancien aussi, les tombes et les foyers d’habitations sont situés dans des zones qui constituaient alors le bord de mer à l’époque. Aujourd’hui donc, on les retrouve essentiellement dans les îles.

La thèse consiste à exploiter les données de l’ALCAM (Atlas Linguistique des Côtes Atlantiques et de la Manche) en vue de mettre en valeur les concordances lexicales, sémantiques mais aussi de comparer les pratiques associées à l’exploitation des ressources marines. C’est un vaste projet qui a débuté dans les années 1980, et qui implique un grand nombre de chercheurs. En définitive, il s’agit de l’étude de tous les parlers maritimes qui se situent entre le sud de la Péninsule ibérique et le nord de l’Écosse. Suivant la méthode des atlas linguistiques, à partir d’un questionnaire commun, on repose les mêmes questions aux habitants des différentes localités. Les données déjà disponibles sont compilées dans une base de données dans le but de couvrir l’ensemble de la zone d’étude. Il faut donc croiser les questionnaires. Il faut également consulter des livres de biologie, des cartes de répartition des espèces pour savoir si les réponses sont possibles à tel ou tel endroit. Au fur et à mesure, on rentre dans le détail et on apprend à faire la différence entre la systématique scientifique et la systématique des gens qui sont en interaction prolongée avec ce milieu.

Daniel Le Bris, Mael Jézéquel. Désignations du Goéland : ALCAM
Journée d’étude CORLI : Traitements et standardisation des corpus multimodaux et web 2.0., May 2018, Paris, France.

Les deux axes principaux de la thèse sont : l’analyse du lexique, qui vise à dégager une forme type à partir d’une collection de variantes phonologiques et l’analyse de la sémantique (les noms d’animaux sont différents mais ils montrent un motif sémantique similaire). Ces résultats sont ensuite figurés sur des cartes pour mettre en valeur des réseaux que l’on va tenter d’interpréter.
Je ne suis pas tout seul, heureusement. Il faut essayer d’inclure des personnes dans le projet, se référer à des spécialistes et parfois retourner sur le terrain quand il n’y a pas assez d’informations disponibles.

Cela a commencé avec un mémoire de master sur le sujet « La variation lexicale dans les noms d’algues en breton ». En licence 3 à l’Université de Galway, lors de ce séjour, Daniel Le Bris m’avait demandé de faire des recherches de terrain, pour connaître les noms d’algues en gaélique et les pratiques associées. En rentrant, j’ai pu faire ce travail à Brest et collecter tout ce qui avait déjà été fait sur le sujet : des articles, des passages d’ouvrages en plus de transcrire le corpus sonore de l’ALCAM. Ces informations ont été ajoutées dans une base de données afin d’étudier la variation et de l’interpréter. L’objet du mémoire consistait à développer une méthodologie d’interprétation de données géolinguistiques que l’on peut transposer à d’autres domaines lexicaux, mais aussi à d’autre zones, pour comprendre la variation observée.

MANON DENIEL : Tu vas voyager, te déplacer pour faire des enquêtes ?

MJ : Oui, j’ai réalisé des enquêtes en Irlande et en Écosse en 2019. Je devais retourner en Écosse au mois de mars : prendre le ferry jusqu’à Plymouth et monter jusqu’au Pays de Galles, aux archives de l’université de Bangor, aux archives d’Édimbourg et de Glasgow, puis, faire du terrain au nord-ouest vers Lismore ; quand le virus est arrivé ! Mais ce n’est pas grave, j’ai continué les enquêtes par téléphone. Le problème avec le téléphone c’est qu’on ne peut pas rester longtemps et il y a 344 notions dans le questionnaire. On fait une heure au mieux, et puis c’est toujours difficile de rappeler la personne. Il faut qu’elle soit d’accord et à l’aise pour ce type d’exercice. Par téléphone, j’ai pu couvrir sept points d’enquêtes, en partie, dans des zones où je n’avais encore pas assez de données. Il en manque toujours à l’interface entre la zone gaélique à l’ouest de l’Écosse et scots à l’est, d’où la recherche dans les archives. Il reste encore quelques personnes à appeler, mais il faut d’abord avoir des propositions de réponses. Il faut aussi travailler l’accent pour éviter de passer pour un commercial. Un travail à faire en amont. Autre problème, certains n’ont pas le téléphone, alors que ce sont parfois les derniers locuteurs du village.

MD : Mon thème de recherche, c’est l’image et la place des femmes en littérature de langue bretonne. Au départ c’était de la fin du XIXe jusqu’à aujourd’hui. J’ai été obligée de réduire cette barrière chronologique, cela faisait trop de données à traiter. Je me suis arrêtée aux années 1980.

La première partie parle de l’image des femmes dans les textes. Quelles images nous avons des femmes au travers des personnages féminins ? La deuxième partie parle de la place des femmes en littérature de langue bretonne. C’est une partie sociolittéraire. Je m’interroge sur la place qui est accordée aux femmes-auteures, quelle place elles se créent aussi elles ? et pourquoi ? Il y a deux pans, la partie vraiment littéraire où je vais fouiller dans les textes, l’écriture… et la partie sociolittéraire, c’est celle que je préfère. C’est là qu’il y a de l’humain, en fait.

Quand on fait de la recherche, on a parfois le sentiment d’être dans un tunnel où tout devient mécanique alors qu’au final derrière les données, il y a de l’humain. Quand je lis un texte, ce qui est passionnant c’est de voir la personne humaine qui a produit ce texte-là avec ses craintes, ses espoirs, ses aspirations, ses envies. Par exemple, j’ai eu l’occasion de consulter les archives de l’INA à la Médiathèque des Capucins (poste à disposition avec un accès à toutes les archives) et j’ai découvert une émission de radio où une auteure est interviewée parce qu’elle avait participé à un documentaire filmé par un cinéaste québécois. J’ai pris connaissance de ce film et j’ai découvert une autre facette de la personnalité de l’auteure tout en émotivité et sincérité. Là, je me suis rendu compte que quand on a un corpus aussi vaste, on a besoin d’être systématique dans le traitement des données et on peut oublier ce côté humain qui existe derrière les textes, les articles de journaux, les interviews… On s’attache à décrire la posture de l’auteur, quel personnage d’auteur il endosse sur la scène publique ? Donc il y a un côté jeu, mise en scène, etc. Finalement, on se dit que derrière cette mise en scène, il y a vraiment des humains qui sont sincères qu’on soit d’accord ou pas avec leur point de vue.

Au travers du prisme du genre, cela me permet de regarder comment la littérature fonctionne, c’est aussi un éclairage sur la société. C’est passionnant ! C’est ce fil rouge que je tire tout au long de ma thèse. L’image des femmes que possède une communauté, c’est le reflet d’une culture, d’un mode de pensée, d’une société. C’est la traduction esthétique d’un habitus et cela se retrouve aussi dans l’espace littéraire. C’est intéressant de voir qu’avec des textes, il est possible d’arriver à comprendre comment des hommes et des femmes pensent.
Je suis arrivée en thèse par un master de recherche, j’ai changé de sujet en M2 et je me suis intéressée à Naig Rozmor. J’ai lu quelques-unes de ses œuvres emblématiques et j’ai eu un coup de cœur tant scientifique que personnel pour une œuvre en particulier, Ar Mestr, c’est une pièce de théâtre où elle décrit un incident de vie qui est arrivé à sa famille. J’ai fait mon mémoire sur le sujet et je me suis aperçue que l’on mettait souvent en regard Angela Duval et Naig Rozmor. Ce sont les deux seuls noms qui ressortent quand on parle de littérature en Bretagne au féminin. Je me suis donc demandé : pourquoi pas traiter de ce sujet-là, les femmes en littérature de langue bretonne et voir comment les choses évoluent au fil des siècles ?

J’ai été financée, cela aide à se lancer. Si je n’avais pas eu ce financement et ce contrat doctoral, j’aurais cherché du travail.

Quels changements a produits le passage du statut d’étudiant à celui de doctorant ?

MD : Mon terrain, c’est vraiment les livres. Je suis plus un « rat de bibliothèque », le covid impact aussi mais ce ne sont pas les mêmes problématiques. J’aurais voulu faire des enquêtes mais la masse de données supplémentaires aurait été trop importante. Je n’ai pas vu beaucoup de différence avec le statut d’étudiant, si ce n’est une attente. En tant que doctorant, on n’est pas expert de notre domaine, mais on attend une rigueur scientifique, épistémologique, une exigence supérieure. Quelqu’un qui fait un mémoire, c’est encore un élève. Un doctorant, c’est entre-deux. On est un débutant mais on nous demande plus qu’un simple étudiant. Faire une communication dans un séminaire, essayer de trouver des colloques…

MJ : Le rapport à l’institution est différent : on est en train de préparer notre projet d’avenir dans l’endroit où nous allons potentiellement le passer. En théorie !

MD : Il y a une attente de résultat qui engendre des difficultés, mais il y a aussi des points positifs. Cela fait qu’on avance.

Pouvez-vous nous citer vos ouvrages de référence ?

MJ : Un de ces ouvrages, Seanchas agus Nathanna Cainte Mhicí Whiting (2018) ou en français Le folklore et le parler natif de Michou dit « le Merlan », décrit le parler local d’Inis Bó Finne dans le comté de Donegal. Sur cette île, à peine plus grande que Molène, l’économie était principalement tournée vers la pêche et, des quelques lopins de terre, pourtant soigneusement amendés avec du goémon de qualité, on ne tirait pas grand-chose. La population s’est progressivement déplacée vers l’île principale au cours du XXe siècle et s’en est allée, pour trouver du travail dans les fermes au Royaume-Uni. Éamonn Ó Dochartaigh, l’enquêteur, auteur et aujourd’hui instructeur à Derry, a réuni dans ce dictionnaire le vocabulaire de l’île, depuis le matériel de construction pour les maisons jusqu’aux techniques de pêches. Son informateur principal : Micí Whiting a également et chaleureusement accepté de me rencontrer. À partir du questionnaire de l’Atlas Linguistique des Côtes de l’Atlantique et de la Manche (ALCAM), nous avons passé trois jours à répondre et à affiner les 344 notions qui constituent le questionnaire. D’une grande patience et très passionné il disait souvent « Vous ne trouverez ce mot dans aucun dictionnaire ! » et cela s’est avéré être vrai, même dans un dictionnaire basé sur son propre parler. Gal dit-il, désigne la vapeur qui s’échappe du scath bhuí, goémon d’épave, qui pouvait teindre le bateau en noir que vous étiez justement en train de peindre en blanc, 40m plus haut sur la côte. Le scéibhear ou galet servant à décoller les bairnigh des rochers, patelles, mais aussi et surtout les fianna, les patelles sauvages qui étaient ensuite données aux enfants pour les vermifuger. Réunis, les termes et les pratiques sont ensuite comparés avec le reste du littoral atlantique, en France avec l’ALCAM, au Portugal et en Galice avec l’Atlas Linguístico do Litoral Português (1987) de Gabriela Vitorino et la Nomenclatura de la flora y fauna marítimas de Galicia (1977, 1983) de Maria Del Carmen Ríos-Panisse. Résolument, les enquêtes se font aujourd’hui par téléphone, parfois sur Zoom avec de la chance. J’essaye de penser au travail de Nancy Dorian, notamment publié dans East Sutherland Gaelic: the dialect of the Brora, Golspie, and Embo fishing communities (1978) qui a mené ses enquêtes par téléphone. Concernant l’aspect plus théorique et pour mieux comprendre les principes sémantiques sous-jacents à la désignation d’animaux, on peut citer Les Rites de Chasse chez les peuples Sibériens (1953) par Eveline Lot-Falck et la thèse de Maria Goudi sur les parlers de l’île de Lesbos (2011) en Grèce.

MD : C’est compliqué de faire une sélection quand on est en fin de parcours !

Le premier qui me vient à l’esprit serait l’ouvrage d’Anne-Marie Thiesse, La création des identités nationales, qui m’a fait comprendre à quel point les nations sont des communautés imaginées et les processus qui sous-tendent la mise au point de ces communautés. Il m’a donc été très utile pour décrire comment les femmes, en tant que personnages dans les œuvres et auteures dans l’espace littéraire, participent à la construction d’une identité bretonne.

Plusieurs ouvrages de Nathalie Heinich m’ont vraiment permis d’avancer dans la réponse que j’apportais à ma problématique. Si je devais n’en citer qu’un seul, je citerais le premier que j’ai lu : États de femme : l’identité féminine dans la fiction occidentale. Je n’ai pas pu utiliser la grille de lecture, de classification, qu’elle propose. Pourtant, j’ai tenté dans un premier temps de calquer sa méthode à mon corpus. Avec le temps, j’ai compris que ça ne marchait pas. J’ai donc dû construire ma propre grille de lecture en me demandant pourquoi la grille qu’elle proposait ne fonctionnait pas avec mon terrain de recherche. Paradoxalement, alors que je n’ai pas pu utiliser les solutions qu’elle propose, cet ouvrage m’a vraiment permis de me lancer dans mon analyse des personnages.

Les ouvrages L’Écrivain imaginaire, scénographies auctoriales à l’époque romantique de José-Luis Diaz et Postures littéraires : mises en scène modernes de l’auteur, de Jérôme Meizoz, m’ont également permis de mettre en relation le contexte socio-littéraire dans lequel un auteur évolue et les choix que fait cet auteur. Ce qui est intéressant avec la notion de posture, c’est qu’elle inclut, non seulement les choix esthétiques, mais également tout ce qui relève de la mise en scène du personnage de l’auteur par lui-même.

Quelles sont vos relations avec le CRBC et les autres doctorants du laboratoire ?

MD : J’ai besoin d’être dans mon monde, au CRBC. Quand je suis dans mon travail, j’ai peur d’être perturbée. Je ne suis pas allée dans la salle des doctorants, par peur de me disperser. Peu de liens avec les autres doctorants à part avec Myriam Dupouy, avec qui j’ai eu l’occasion de travailler. Il y a une forme de frustration de ne pas avoir été plus en lien, de ne pas faire plus de choses avec les autres collègues doctorants. Il faut faire des choix, je ne peux pas m’éparpiller, j’aurais voulu faire plus. Quand on est doctorant, c’est aussi une première, on ne se connaît pas non plus en tant que chercheur. Je referais les choses différemment maintenant, parce que je suis mieux organisée.

MJ : Avec les autres doctorants je n’ai pas beaucoup de contact non plus. Bien qu’étant leur représentant au conseil de laboratoire, je n’ai pas souvent l’occasion de les croiser. Les doctorants sont souvent isolés, bien qu’ils participent activement à de nombreux projets. Certains sont tenus par les financements, par les cours, par des colloques… On se voit en salle des doctorants, il y a des ordinateurs qui fonctionnent très bien, une imprimante, et du café ! C’est aussi très bien et important de voir du monde (des doctorants dans d’autres disciplines que la nôtre ou bien d’autres laboratoires, par exemple HCTI, Géoarchitecture…) tous les jours. On va au travail ! On a tous les mêmes doutes et c’est bien de pouvoir en parler. Depuis le confinement, je reste à mon domicile pour pouvoir faire les cours en visioconférence. J’espère revoir bientôt les collègues.

Nous avons récemment déposé un projet de séminaire des doctorants du CRBC avec Eve Rouxel. Le premier aura probablement lieu le 24 septembre 2021. Nous avons déjà reçu des propositions de communications. La matinée sera consacrée à la rencontre entre doctorants (déjà présents et arrivants) et l’après-midi au séminaire sur le thème du « terrain ».

MD : C’est une bonne idée, c’est un premier jalon. Cela demande de l’organisation mais en termes de logistique, c’est moins compliqué. Je me demande si ces temps de rencontres ciblés pour les doctorants ne devraient pas être organisés par les docteurs qui vont comprendre les difficultés des uns et des autres mais qui sont sortis du carcan de la thèse, de cette pression-là. Il faudrait trouver des docteurs motivés.

MJ : Il faut proposer des thèmes communs. Par exemple, les doctorants HCTI donnent un titre assez large à leurs séminaires pour que tout le monde puisse s’y retrouver.

MD : Trouver un thème qui rassemble, une communication libre. Présentation de livres, d’auteurs… cela permettrait de mettre les choses au clair et au final il y aurait moins de pression. Cela enlèverait une contrainte et dédramatiserait, désacraliserait le fait de communiquer devant ses pairs.

MJ : Magali Coumert proposait de continuer le séminaire Histoires des Bretagnes et de faire intervenir les doctorants, c’est aussi une solution.

MD : Pour les séminaires, inclure systématiquement des docteurs, des chercheurs associés, des enseignants-chercheurs. Cela créerait du lien au sein du laboratoire. En conjuguant les forces, peut-être que la charge paraîtrait un peu moins lourde.

MJ : On peut aussi proposer des interventions de la part des étudiants en masters et en licence 3.

Quelle est la perception de votre entourage sur votre projet de recherche ?

MD : Ça dépend ; avec mon conjoint ou mon entourage très proche qui vit un peu la chose avec moi, qui est curieux, même s’il n’est pas du tout de ce milieu-là, il y a vraiment un échange, c’est un peu mon cobaye, je lui demande souvent : « Regarde ça et dis-moi ce que tu en penses. »

Sinon pour l’entourage au sens large du terme, un doctorat, ils ne savent pas tous ce que c’est. Quand on dit qu’on fait un doctorat, on nous demande : « tu vas être médecin ? » Il y a une méconnaissance de ce que c’est et ça impressionne. L’entourage ne sait pas ce qu’on fait, mais sent que c’est important, que c’est du travail. Maintenant d’un point de vue pragmatique, comme on travaille beaucoup chez nous, souvent les gens nous proposent : « Ça te dit de venir te balader avec moi ? » Je suis à la maison, je travaille, mais ils ont du mal à percevoir ce que c’est concrètement.

Carnets de thèse, Tiphaine Rivière, Éditions du Seuil, mars 2015. @Seuil

MJ : Tu as raison, on est dans des domaines qui sont assez particuliers, il y a plein de métiers comme ça, très spécialisés et du coup, les expliquer, les rendre compréhensibles, ce n’est pas toujours facile. Ma famille comprend en partie, parce que mes grands-parents parlent breton. Ils me demandent « Alors tu cherches ? Et tu as trouvé ? », mais ça ne va pas plus loin, c’est un autre monde. Leur expliquer ce qu’on fait, c’est assez abstrait bien sûr, mais tant que ça va… Pour l’entourage proche, rapporter le travail à la maison, ne pas avoir autant de barrières que dans un métier où, à 17 heures, on a fini la journée, c’est un équilibre à trouver. Je pense que c’est pareil pour toi Manon, c’est du 24 heures sur 24, à se poser des questions, pas toujours les bonnes.

MD : Nous, on travaille tout le temps. Quand je vais à la librairie Dialogues, avant aller dans une librairie, c’était un plaisir, et là, c’est toujours un plaisir, quand je vais au rayon faune et flore, il n’y a aucun rapport, il n’y a pas moyen de faire le lien avec mon sujet de thèse, donc là, ça va ; mais si je vais au rayon histoire ou au rayon Bretagne, je me dis : ça, ça pourrait être bien, je suis en mode travail. Dès que je lis, je suis en mode travail. Quand on arrive à la fin du parcours, il est temps que ça s’arrête.

Quels sont les aspects positifs et les difficultés rencontrées ?

MD : Chaque aspect de la thèse, après c’est mon ressenti, peut être positif comme négatif. Par exemple, l’inconnu, quand on se lance dans une recherche, on ne sait vraiment pas où on met les pieds, tant personnellement, que scientifiquement, c’est un peu comme ouvrir une nouvelle route, tracer un nouveau sentier. On ne sait pas trop, on a une idée, mais on ne sait pas trop où on va. Ça, ça a un côté très stimulant et je pense que c’est un cycle propre aux doctorants, il y a des phases ascendantes et des phases descendantes. Il y a la stimulation de l’inconnu, on a commencé à trouver quelque chose, on a réussi à avancer, on est content, et il y a des périodes, plus ou moins longues où cet inconnu se transforme en doute, en angoisse : je ne sais pas où je vais ! c’est nul ce que je fais ! Et c’est un cycle qui se répète sans cesse.

On fait des rétroplannings, des prévisions, c’est essentiel, mais on ne peut jamais s’y tenir. C’est pour ça que j’aime bien comparer la recherche à l’ouverture d’un nouveau sentier, on peut faire des reconnaissances aériennes, prévoir, mais ce n’est qu’en commençant à faire le travail qu’on se rend compte de l’ampleur de la tâche. Je suis en train de rédiger une partie et, en commençant à le faire, je me suis rendu compte qu’en lisant les textes la première fois, j’avais occulté tout un aspect. Il a donc fallu que je les relise, en diagonale, mais ça m’a fait prendre du retard et ça, je n’aurais pas pu le prévoir.

Pour ce qui est des points négatifs, c’est l’isolement, mais qui est peut-être dû à mon caractère, il y en a qui sont peut-être moins isolés que moi et le bénéfice, c’est que dans la recherche, ce n’est jamais terminé, c’est ça qui est passionnant, on tire un fil, mais on tirera toujours sur le fil.

MJ : Oui, on travaille sur un domaine spécialisé, le local n’est qu’un point de départ mais s’intègre dans plein d’autres domaines.

MD : Ça permet de rencontrer d’autres personnes.

Il y a un groupe sur Facebook « Ciel mon doctorat » qui regroupe des doctorants, ça permet de se rendre compte qu’on n’est pas tout seul à vivre ça. Mais quand on discute avec son entourage, on se rend compte que c’est un petit monde, qu’on est à part. Il y a quelques jours, j’ai vu une publication sur cette page qui m’a fait beaucoup rire ; quand mon conjoint est rentré, je lui ai tout de suite dit que j’avais lu quelque chose de très drôle, mais quand je lui ai lu la publication, il n’a pas compris en quoi c’était drôle, et là j’ai vu que ça ne parlait qu’à un petit nombre de personnes.

Quels sont vos projets, vos actualités ?

MJ : Il s’agit d’un travail collectif mené sur plusieurs décennies que je dois synthétiser et interpréter dans la thèse mais aussi sous la forme d’articles. Outre la rédaction, je participe activement aux recherches menées dans le cadre du dispositif ArMeRie avec l’aide mon directeur de thèse Daniel Le Bris. Elles permettent de confronter nos observations avec celles des autres participants, archéologues, généticiens, palynologues et géomorphologues, qui eux aussi, s’intéressent à la complexe relation homme/milieu sur le long terme. Les cours et les sorties de terrain le long de la côte, affiliant microtoponymie et archéologie, permettent de discuter des avancées et de respirer par la même occasion.

MD : J’avais participé à un colloque en Corse en décembre 2019 qui s’était très bien passé. Les actes du colloque viennent de paraître, Des Images qui collent à la peau. Ethnotypes de Corse, de Bretagne et d’ailleurs. L’image utilisée pour la couverture est une image que j’ai utilisée pour illustrer mon article, ils ne m’avaient pas prévenue et quand j’ai reçu le livre, ça m’a fait très plaisir.
Ma plus grande actualité c’est que je devrais soutenir au mois d’octobre [2021]. Je vais tâcher d’envoyer mon mémoire avant les vacances d’été pour passer un été plus serein.

Jean-Jacques Monanteuil (1785-1860), Paysan breton, huile sur toile 1834, musée de Tessé, Le Mans.
Manon Deniel, “‘La vraie Bretonne’, l’ethnotype au service de la cause ?”, dans Des Images qui collent à la peau. Ethnotypes de Corse, de Bretagne et d’ailleurs, p. 383-394 .
Auriez-vous un conseil à donner à un nouveau doctorant ?

MJ : Le sujet ou plus précisément les questionnements, font partie intégrante de votre vie, le matin, le midi et souvent tard le soir. Rédiger, si ce n’est que des bribes, vous aidera à gagner en aisance. Apprendre à maîtriser les outils disponibles, comme le scanner de numérisation, faire des recherches bibliographiques et utiliser le prêt entre bibliothèques qui sert à faire venir des ouvrages situés dans d’autres bibliothèques et qui ne se trouveraient pas dans la vôtre. Assurez-vous aussi d’avoir un bon ordinateur.

MD : L’école doctorale propose des prêts d’ordinateur pour un an, j’ai fait appel au secrétariat de l’école doctorale l’année dernière et j’ai pu en bénéficier.

Il faut rédiger au fur et à mesure. C’est un conseil que je donnais dans l’atelier « méthodologie de la recherche ». Dès qu’on a une idée, même si on avait prévu de faire autre chose, il faut s’arrêter pour écrire.

Et lors des phases plus compliquées, que tout doctorant connaît, il ne faut pas se décourager, on peut faire chou blanc, mais il ne faut pas s’arrêter à ça, ne pas se laisser submerger. L’énergie, l’envie vont revenir. Dans ces moments-là, il faut prendre rendez-vous avec son directeur de thèse, surtout quand ça se passe bien, comme moi avec Nelly Blanchard, et lui parler des dernières découvertes ou aller dans la salle des doctorants et parler de ses recherches. Voir l’enthousiasme dans le regard de l’autre redonne confiance en soi.

Entretien réalisé par Hélène Gombert et Marie Salomon-Le Moign en mars 2021 à la bibliothèque Yves-Le Gallo du CRBC.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.