Fortunes d’archives [1] : Lettre de Raymond Delaporte à ses parents, 1er avril 1912

Des archives privées

Ces dernières années ont vu apparaître plusieurs fonds d’archives privées de militants bretons. Cela s’inscrit vraisemblablement dans une tendance actuelle mettant l’accent sur les archives politiques et syndicales. Celles-ci constituent en général un corpus extrêmement varié, ne serait-ce qu’en ce qui concerne le « papier », terme qui désigne aussi bien le manuscrit, la lettre, la facture, l’affiche ou la carte d’invitation. Les objets, le mobilier aussi peuvent parler et mettre en évidence la personnalité des hommes, ou encore tout un milieu. Ainsi, on découvre de quelle manière les archives de l’intime permettent une « traversée du siècle1 ».

La possession d’archives et leur mise à disposition du public sont douloureuses et compliquées pour les familles qui portent leur « mort en bandoulière2 », quelque destin qu’ait eu leur ascendant. Les « enfants de » sont à la croisée de plusieurs tensions qui peut les conduire soit à cacher les papiers, avec toute la suspicion que cela fait peser sur la personne qu’ils prétendent protéger, soit à laisser accès aux archives, avec ou sans restriction. Les archives de Raymond Delaporte s’inscrivent sous cette alternative : elles ont été versées au CRBC dans le but d’être mises à la disposition des chercheurs, des historiens et des étudiants. À la lumière du témoignage apporté par certains de ces « enfants de », on peut comprendre qu’il s’agit, dans cette volonté revendiquée, de faire avancer la recherche, de faire en sorte que l’exploitation des travaux paternels puisse rendre des services à même de justifier tant d’années de militantisme et de sacrifices. D’autres motivations entrent également en ligne de compte : ici il s’agira tout simplement pour les enfants de faire entrer leurs parents dans une histoire qui les a boudés jusqu’à présent ; ailleurs, il pourra s’agir de poursuivre implicitement leur œuvre ; enfin on cherchera à chasser un fantôme de la maison ou à se défaire d’un héritage trop lourd à porter. Partout, il est finalement nécessaire de légitimer un engagement qui a connu bien plus d’échecs et de souffrances que de réussites. En cela, les archives, en pérennisant le souvenir, participent surtout d’une construction mémorielle, d’où une forte tension avec l’histoire, surtout lorsque celui dont on dépose les papiers a eu un rôle de premier plan.

Les papiers de Raymond Delaporte

Raymond Delaporte est né en 1907 à Châteauneuf-du-Faou. Il est le fils de Raymond Delaporte, avoué à Châteaulin, érudit et notable local3, et de Caroline Dubuisson, fille de Louis Dubuisson, maire de Châteauneuf et député radical. Raymond a deux frères : Hervé et Yves, après la naissance duquel leur mère décède. Il rejoint le Parti autonomiste breton en 1927, et fait partie des fondateurs du Parti national breton en 1931. Il poursuit à l’Université catholique d’Angers des études de Droit qui lui permettent d’obtenir un doctorat. Dévoué à l’enseignement du breton, il fonde en 1933 l’association Breuriez ar brezoneg er skoliou au nom de laquelle il intervient dans les écoles libres du Centre-Bretagne et fait passer des examens aux élèves. Sa fortune familiale fait de lui un des argentiers du Parti national breton et de Breiz Atao, qu’il gère quelques temps. Après l’encyclique Mit brenneder Sorge, il entre en conflit avec la direction du parti et devient président du Bleun-Brug en 1938. En décembre 1940, les autorités allemandes le portent à la tête du Parti national breton à la place de François Debauvais, malade, et Olier Mordrel, bien trop remuant. Assisté de ses frères, et décidé à faire du PNB un parti de masse, il lui donne une organisation et des rituels caractéristiques des partis collaborationnistes de l’époque. Dans le même temps, L’Heure bretonne, organe du PNB, sert la propagande allemande en Bretagne. À partir de 1943, la politique delaportienne se fait plus prudente et la promotion de l’Europe nouvelle se dilue dans un discours fédéraliste plus flou, ce qui provoque une scission dans le parti, que quittent Célestin Lainé et Marcel Guieysse pour fonder un parti concurrent4. En 1944, Raymond Delaporte abandonne la direction du PNB, se réfugie à Paris puis en Irlande fin-mai 1947, ce qui lui permet d’échapper à une condamnation à 20 ans de travaux forcés pour intelligence avec l’ennemi, prononcée par contumace le 24 mars de la même année. Il devient alors lecteur, puis chef du service reprographie de la faculté de Cork. De 1947 à 1952 il est secrétaire du journal Celtic Times / An Aimsir Ceilteach, mais consacre l’essentiel de son temps libre à des travaux sur la langue bretonne. En 1955 il est rejugé, condamné à cinq ans de prison pour atteinte à l’intégrité du territoire national et amnistié immédiatement. Il meurt à Châteauneuf-du-Faou en 1990.

Le fonds Delaporte représente 1542 cotes pour 3,90 mètres linaires et couvre le siècle. Données au CRBC en 2012 par Anna Delaporte, fille de Raymond, ces archives ont en partie connu les tourments de la guerre. En 1944, l’imprimerie de L’Heure bretonne disparaît sous les bombes, ordre est donné de détruire les documents du parti, Delaporte lui-même le fait. Cependant, il subsiste quelques documents officiels du parti, des listes de noms, de la correspondance, nombre de papiers concernant l’Imprimerie de Bretagne, des souvenirs rédigés par Delaporte en vue de la publication de mémoires, sans compter l’ensemble des travaux linguistiques, réalisés pour la plupart en Irlande ; une correspondance abondante ; un fonds iconographique unique concernant le mouvement breton et les paysages de Bretagne ; des affiches et plans ; des enregistrements audio ; des dossiers de presse des années 1930 et après 1945 ; des documents liés à Ar Brezoneg er skol, Breuriez ar brezoneg er skoliou et l’unification du breton… Ces archives sont complétées par la bibliothèque familiale, qui se trouve à la médiathèque de Châteauneuf-du-Faou, qui conserve également les copies des élèves ayant passé les examens de Breuriez ar brezoneg er skoliou. Une bonne partie de ces documents ont été mis à profit dans la rédaction de travaux biographiques, tant par des enseignants-chercheurs que des étudiants ou des militants5.

Du biographe au biographé

Les papiers de Raymond Delaporte ne m’ont pas permis de réaliser la biographie réductrice du chef du PNB, ni celle, téléologique, de celui qui sera le chef du PNB, mais celle d’un homme pluriel qui, entre autres choses, a été un temps le chef du PNB. Le document ici présenté permet de comprendre cette approche méthodologique.

En effet, la biographie, selon Bourdieu, supposerait l’existence comme dotée de sens, à la fois signification et direction6. Insufflant une cohérence fictive à la vie, elle ne serait que la « projection par où le biographe, par empathie, s’identifie à son objet7 ». On ne peut contester l’existence ponctuelle d’un tel projet narcissique8, qui, tout bien pesé, s’étend bien au-delà du genre biographique, de l’histoire elle-même, de la recherche enfin, pour toucher toute démarche productive, quelle qu’elle soit. Il convient même d’en tirer parti : comment espérer comprendre l’homme en refusant de l’être soi-même ? Sans pour autant verser dans l’altro-biographie9 – où la biographie devient autobiographie –, on peut décider d’assumer cette part de narcissisme qui, consciemment et modérément utilisée, n’est autre qu’une nécessaire empathie. Cette qualité peut être un moyen, non pas de chercher l’identification à l’objet étudié, mais de le comprendre « de l’intérieur », la propre expérience du biographe permettant de démêler celle du biographé. Autant être clair, cette pratique ne s’applique aisément qu’à des sujets à qui leur âge offre encore un maximum de possibles, où les points de rencontres entre les expériences personnelles des uns et des autres peuvent être nombreux : des enfants ou des adolescents, donc. Dans ses jeunes années, chacun aura fait l’expérience de lectures « magiques », de lieux romantiques investis d’une histoire ancestrale, de conversations intergénérationnelles privilégiées, d’une crise mystique, de la contestation de l’ordre établi, c’est-à-dire d’un questionnement identitaire adolescent, qui doit cependant être replacé dans son contexte et ne peut donc être confondu avec quelque identification que ce soit. Tout au plus peut-on évoquer une « connivence », qui prend un accent particulier lorsqu’elle s’applique à des sujets habituellement considérés comme « répugnants10 ». La chronologie, là encore, joue un rôle certain : la distance avec l’enfant que fut Delaporte, est plus facile à envisager qu’avec l’homme politique qu’il devint. Le 1er avril 1912, Raymond Delaporte écrit à sa mère, qui est dans les derniers jours d’une grossesse difficile. Elle accouche le 16 avril d’un troisième garçon, et décède dix jours plus tard de fièvres puerpérales. Lui a été envoyé chez ses tantes à Châteauneuf-du-Faou. Vraisemblablement l’une d’elles lui aura tenu la main pour rédiger son courrier :

« Châteauneuf 1er Avril 1912
Ma chère Maman,
Je suis pressé de te voir
j’ai été a la messe hier
j’ai été bien sage, la
messe a été très longtemps
j’avais un joli bouquet de buis et de laurier qui
a été bénit je t’envoi une
feuille pour que tu
guérisse vite
J’ai été bien sage a
Chateauneuf.

Marianne m’a promené
hier Nous avons été voir
tante Anna puis au
bord du canal nous
sommes arrivés a la maison
jusse comme il allait
faire de la pluie.
Tante Emma voudrait
avoir de tes nouvelles
repond donc a ton
petit garçon bien vite
pour lui dire que
tu es guérie.
A bientôt ma chère maman je t’embrasse
bien fort Raymond Delaporte

Mon cher papa,
Pourquoi ne viens-tu pas
À chateauneuf tes petits
Garçons ont beaucoup de plaisir a te voir.
Je t’aime bien.
Je m’amuse à chateauneuf
j’aime à aller aux fontaines
voir grand’mère et tante
Anna j’ai beaucoup de
plaisir chez elle.
Je t’embrasse bien
bien fort
Raymond Delaporte »

Près d’un siècle après, la découverte du buis conservé dans l’enveloppe peut troubler le chercheur qui se croit aguerri par l’exploration de mètres linéaires de boîtes Cauchard. Ce phénomène de « connivence » participe évidemment de la relation du chercheur avec ses sources plus qu’à son sujet. Le lieu de consultation, le contact physique avec le document, véritable Belle au bois dormant parfois, la mise au jour de vies oubliées, ou de souffrances produisent un « effet de réel » qui participe du « goût de l’archive ». Mais au-delà de la « brèche dans le tissu des jours11 » et de la pétrification des moments intimes que constitue l’archive, il faut distinguer, autant que possible, cette « paléo-thérapie » de l’empathie elle-même12.
Le petit Raymond comprend-il tout ce qu’il se passe ? Que lui aura-t-on expliqué ? Visiblement il croit sa mère malade, et s’inquiète. Déjà le 24 mars il écrivait : « Je vais être plus sage qu’a l’ordinaire parce que j’espère que tu viendras avec papa me voir à chateauneuf13 ». Le 11 avril, il lui écrit « je suis bien sage, pour te faire plaisir14 », et espère encore sa guérison. En vain. Quelle culpabilité aura-t-il conçu alors ? Quel sentiment d’abandon l’aura saisi ? Peu de temps après on le retrouve caché, en pleurs, dans une armoire, persuadé que personne ne l’aime. C’est enfin cette même année 1912 qu’on l’envoie à Brest consulter pour une déviation antéro-postérieure, ou cyphose, qui le voûte considérablement. À Noël il adresse une ultime lettre « à petite maman chez le bon Jésus ». Le court texte, qui est certes le fait d’un tout jeune catholique, est cependant éclairant quant à la déréalisation de la mort de sa mère et à l’impossibilité d’un tel deuil :
« Je t’aime bien petite maman, je ne t’oublie pas. Dis au petit Jésus de m’envoyer un grand train pour noél
Je t’embrasse bien fort petite maman chérie
Raymond15 »

La psychologie a longtemps prétendu que les relations nouées dans l’enfance déterminaient le destin d’un individu. On pouvait trouver dans l’enfance, toujours décisive, des sujets biographés, la trace de pré-structurations, d’événements affectifs, de traumas, de normes, de définitions sociales expliquant un itinéraire désormais balisé. Or, si le biographe peut raconter l’enfance de son sujet et y trouver, parfois à raison, l’hypothétique germe de ce qu’il est devenu, il ne doit pas oublier que l’histoire n’est pas réductible à celle des relations affectives entre enfant et adulte, ni à une quelconque loi, serait-elle sociale.

Mais force est de constater que ce petit garçon restera toute sa vie dans l’incertitude, l’attente. Celle de la mort, qui frappe n’importe quand : il songe sans cesse à la sienne. Étudiant à Angers puis Rennes, il aura tendance à l’hypocondrie, vivant régulièrement ce qu’il croit être son dernier jour. La propension aux plaintes psychosomatiques semble être fréquente chez les jeunes enfants endeuillés16 . Cette angoisse face à l’avenir explique en partie sa réticence à intégrer la vie active. Cette attitude est symptomatique des animateurs des revues non-conformistes de l’entre-deux-guerres, pour la plupart étudiants attardés ou plutôt en attente d’une situation17. En 1938, âgé de 31 ans, Delaporte s’inquiète encore quant à son avenir, après avoir rechigné à boucler sa thèse de Droit. Bien plus, Raymond Delaporte peinera à intégrer toute société autre que le monde rural de Châteauneuf.

Les souffrances, réelles, de ce type d’hommes devenus adultes peuvent susciter de la compassion, non pas celle qui inspire la pitié, mais celle qui permet la compréhension. Comprendre n’est ni justifier ni excuser, l’empathie n’est pas l’adhésion.

Lettre de Raymond Delaporte à ses parents, 1er avril 1912
Fonds Raymond Delaporte – RD3 C11
Sébastien Carney, maître de conférences en histoire contemporaine

  1. Yann Potin, Catherine Dolto-Tolitch, Muriel Djéribi-Valentin, et Manon Pignot, Françoise Dolto. Archives de l’intime, Paris, Gallimard, 2008. []
  2. Id., p. 13. []
  3. Dont les archives ont également été acquises par le CRBC, à l’impulsion de Chantal Guillou, en 1994-1995. Une description du fonds Raymond Delaporte (père) est disponible sur le site du CRBC []
  4. Une partie des archives Lainé est également déposée au CRBC, ainsi que celles de la fille de Marcel Guieysse, Denise. []
  5. Voir par exemple Sébastien Carney, Breiz Atao ! Mordrel, Delaporte, Lainé, Fouéré : une mystique nationale (1901-1948), Rennes, PUR, 2015 ; Erwann Tihay, Écrire pour se retrouver : la correspondance de guerre de Raymond Delaporte 1914-1919, mémoire de Master 2, Brest, UBO, 2018 ; Brenda Gourlan, La déconstruction du mythe irlandais face aux réalités de l’exil : le cas de Célestin Lainé, mémoire de Master 2, Brest, UBO, 2019 ; Charlie Grall, Remont Delaporte, Reun ar C’halan, div blanedenn daou zen eus ar C’hastell-Nevez, Éditions al Lanv, 2019 et Raymond Delaporte, René Galand : Deux Châteauneuviens, deux destins, Éditions Spered Gouez, 2020. []
  6. Pierre Bourdieu, « L’illusion biographique », Actes de la recherche en sciences sociales, 1986, n°62, p. 69. []
  7. Sarah Kofman, L’Enfance de l’art. Une interprétation de l’esthétique freudienne, Paris, Galilée, 1985, p. 36. []
  8. Sabina Loriga, Le Petit x. De la biographie à l’histoire, Paris, Éditions du Seuil, 2010, p. 254. []
  9. Dominique Viart, cité par François Dosse, Le pari biographique. Écrire une vie, Paris, La Découverte, 2005, p. 52. []
  10. J’emprunte cette expression à Véra Nikolski, « La valeur heuristique de l’empathie dans l’étude des engagements “répugnants” », Genèses, mars 2011, no 84, p. 113-126. []
  11. Arlette Farge, Le goût de l’archive, Paris, Seuil, 1989, p. 13 et 18. []
  12. À ce sujet, voir Nicolas Offenstadt, L’historiographie, Paris, Presses universitaires de France, 2011, p. 31. []
  13. CRBC, fonds Raymond Delaporte, RD3 C10, lettre de Raymond Delaporte à sa mère, 24 mars 1912. []
  14. Ibid., RD3 C12, lettre de Raymond Delaporte à sa mère, 11 avril 1912. []
  15. Ibid., RD3 C16, lettre de Raymond Delaporte à sa mère, Noël 1912. []
  16. Hélène Romano, « Annoncer à un tout petit la mort d’un de ses parents », dans Patrick Ben Soussan, L’enfant confronté à la mort d’un parent, Toulouse, Érès, 2013, p. 61. []
  17. Philippe Olivera, « “L’esprit des années 30” à l’épreuve de la sociabilité », Hypothèses, 1997, no 1, p. 168. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.