L’ABC du CRBC [1] : Les archives sonores

À l’occasion des 50 ans du CRBC, un appel avait été lancé pour écrire une histoire non institutionnelle du laboratoire. Retrouvez dans cette rubrique quelques entrées de cet abécédaire qui dresse un portrait affectif et distancié du CRBC. Eva Guillorel nous présente les archives sonores.

Plus de 16 000 enregistrements sonores sur 200 mètres linéaires… Les archives du CRBC conservent un trésor bien gardé autour duquel résonnent des noms prestigieux : Donatien Laurent et ses enquêtes ethnographiques autour de la tradition orale en langue bretonne ; Jean Le Dû et ses enquêtes linguistiques à la base du Nouvel atlas linguistique de la Basse-Bretagne ; Daniel Jéquel, Charlez ar Gall, Fañch Broudic et Rémi Derrien et leurs archives radiophoniques, et d’autres encore… Sur rouleaux de cire, disques 33 tours, bandes magnétiques, cassettes ou CD, les formats retracent l’histoire fascinante de l’évolution des technologies d’enregistrement. Peu importe leur support, les archives sonores du CRBC donnent avant tout à entendre les voix de celles et ceux qui ont vécu et construit la Bretagne. Dans les inventaires, les noms de ces milliers d’hommes et de femmes enregistrés n’évoquent le plus souvent rien : ils sont pour la plupart des Bretons parmi d’autres, interrompus dans leur travail ou à leur domicile au moment d’une enquête, parce qu’ils savaient des choses dont ils n’étaient d’ailleurs eux-mêmes pas forcément conscients de l’intérêt : une langue riche de ses dialectes et de ses innombrables prononciations locales, une mémoire se rappelant des contes et chansons appris dans la famille, une connaissance de la nature ou des savoir-faire artisanaux, un regard et des idées sur l’ici et l’ailleurs que le micro capte le temps d’un instant. Qu’ils soient citadins ou ruraux, paysans, ouvriers ou pêcheurs, jeunes ou vieux, ils racontent la Bretagne et le monde d’hier, d’aujourd’hui et de demain. Chaque voix a son timbre, son rythme, sa beauté. Derrière elle, on croit voir un visage, un sourire et une manière d’être au monde. Et pourtant, en l’absence de photographie, ce visage a toutes les chances de ne correspondre en rien à la réalité. Mais le son sans l’image, c’est la porte ouverte à l’imagination : la voix est d’autant plus présente et forte qu’elle se suffit à elle-même, elle capte toute notre attention.

Plus de 16 000 enregistrements sonores sur 200 mètres linéaires… Et pourtant tout cela tient dans une salle si petite. On y est très à l’étroit, à marcher entre les étagères couvertes de bandes magnétiques et de CD. Il y règne une atmosphère particulière, c’est froid et bruyant : le système de climatisation pour maintenir l’hygrométrie et la température constantes est continuellement en marche. Sur les pochettes prises au hasard, on lit des noms, des lieux, des durées pour chaque plage numérotée. Si l’enregistrement est numérisé – c’est maintenant le plus souvent le cas – rien de plus simple que d’insérer le CD dans un ordinateur. Et une voix inconnue commence à parler ou à chanter : il ne s’agit plus que de tendre l’oreille et de se laisser bercer par la beauté de la langue. Il est rarement nécessaire maintenant de se rendre dans la salle des archives sonores. Depuis quelques années, des postes informatiques et des casques audio bien en évidence dans la salle de lecture principale de la bibliothèque Yves-Le Gallo invitent les lecteurs à ne pas oublier que les enregistrements sonores sont l’une des grandes richesses du CRBC. Peut-être n’est-il même plus la peine de venir jusque-là : la bibliothèque numérique du CRBC propose maintenant de plus en plus d’écouter ces archives chez soi, bien tranquillement. Vous vous êtes toujours demandé comment on dit « le crochet pour déloger les congres », dans le breton de l’île de Sein ? Pour enfin avoir la réponse à cette question qui vous taraude depuis tant d’années, Yvonne Bloc, née Guilcher en 1914, saura vous le dire si vous écoutez l’entretien qu’elle donne à Jean Le Dû lors de son enquête dialectologique pour l’Atlas Linguistique des Côtes de l’Atlantique et de la Manche : http://bibnumcrbc.huma-num.fr/document/825 !

Éva Guillorel, maîtresse de conférences en histoire moderne à l’Université Rennes 2


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.