Fortunes d’archives [2] : le cahier de Jeanne Drévillon dans le fonds du Barzaz Bro-Leon

Couverture du cahier qui porte, écrit à la main, la mention « appartenant à Jeanne Drévillon – Losmarch – Crozon – Finistère », avec la date « 1907 ».

Le Barzaz Bro-Leon

Le Barzaz Bro-Leon est un concours lancé en 1906 par le vicaire Jean-Marie Perrot dans le journal Le Courrier du Finistère. Ordonné en 1903, ce jeune prêtre décide d’organiser ce concours dans un contexte tendu entre l’Église et l’État, avec une volonté de valorisation de la langue bretonne, qu’il considère comme étroitement liée à la foi catholique.

Le concours a également pour objectif de montrer la richesse de la tradition orale du Léon, considéré, depuis la seconde moitié du XIXe siècle, comme le parent pauvre des terroirs de Basse-Bretagne en matière de tradition chantée.

Il est précisé dans l’annonce publiée que les envois les plus intéressants recevraient un prix et seraient publiés dans un recueil. Ce projet d’anthologie rassemblant les plus belles chansons du Léon ne verra jamais le jour. Une très petite part des pièces envoyées dans le cadre du concours seront publiées dans des journaux ou des revues. Il faudra attendre 2013 et la parution du livre Barzaz Bro-Leon. Une expérience inédite de collecte en Bretagne, sous la direction d’Eva Guillorel, pour qu’une partie du corpus soit publiée.

Le nom du concours fait référence au recueil de Théodore Hersart de La Villemarqué, le Barzaz Breiz, publié en 1839, même si le contenu des pièces collectées est très différent en raison de la méthode utilisée pour réunir ces textes. L’originalité de la collecte réside en effet dans le fait qu’il s’agit d’un envoi direct par les conteurs et les chanteurs eux-mêmes, sans l’intermédiaire des collecteurs, qui choisissent leurs informateurs et trient les pièces en fonction de l’idée qu’ils se font de la tradition orale.

On remarque par exemple que les gwerzioù (complaintes) anciennes, privilégiées par les folkloristes du XIXe siècle, ne représentent que 5 % des envois, alors que les sonioù (chansons plus légères, par exemple les chants d’amour ou de travail) sont mieux représentées. Mais ce sont surtout les chansons issues de feuilles volantes ou les compositions récentes inspirées par les chansonniers à la mode qui sont majoritaires. Le Barzaz Bro-Leon reflète ainsi la diversité des chansons en circulation en Basse-Bretagne dans les premières années du XXe siècle. Le résultat de la collecte permet de démontrer que cette région possédait elle aussi un riche répertoire, même si celui-ci s’est moins bien conservé que dans d’autres pays bas-bretons1.

Le fonds numérisé

Le projet de départ, à savoir publier une anthologie des plus belles chansons reçues, ne verra jamais le jour. C’est sans doute ce qui explique que, contrairement à ce qui avait été annoncé, les documents reçus n’ont jamais été restitués à leurs auteurs.

À la mort de Jean-Marie Perrot, en 1943, le fonds est conservé par son secrétaire et exécuteur testamentaire, Herri Caouissin.

En 1973, Donatien Laurent, chargé de recherche en ethnologie au CRBC, prend contact avec Herri Caouissin au sujet du fonds. Ce dernier lui en confie l’inventaire, réalisé en 1976 par Jean-Yves Monnat, en collaboration avec Donatien Laurent. Par la suite, le fonds est également consulté et partiellement photocopié par l’association Dastum.

Au décès d’Herri Caouissin en 2003, le fonds est conservé par son fils, Youenn Caouissin2.

Étant donné l’importance du fonds (964 pièces), tous les documents n’ont pas pu être retranscrits et traduits dans le livre publié sous la direction d’Eva Guillorel3. Il a donc été décidé de mettre en ligne ces documents, ce qui a été fait entre 2016 et 2018 par Hélène Gombert, Véronique Le Gall et Anne-Claire Simon-Soundira. Il s’agit du premier fonds versé sur la bibliothèque numérique du CRBC.

Eva Guillorel a procédé à un important travail de tri des documents. Jean-Baptiste Pressac et Eva Guillorel ont ensuite réfléchi à l’organisation du fonds. Il a été décidé de rassembler dans une même notice tous les documents envoyés par un contributeur, même si l’envoi avait été fait en plusieurs fois. Grâce au travail mené sur les métadonnées de chaque document, avec comme optique de permettre d’optimiser les recherches, il est aussi possible de retrouver une chanson en faisant une recherche sur son titre.

Eva Guillorel a également intégré toutes les connaissances qu’elle avait rassemblées sur les documents et leurs auteurs (les informations sur la personne ayant fait l’envoi, le nombre de ses participations au concours, les prix éventuels qu’elle a gagnés…)4.

Le cahier de Jeanne Drévillon

L’appel, lancé par Jean-Marie Perrot dans Le Courrier du Finistère les 9 juin 1906 (avec un rappel le 21 juillet 1906), 13 juillet 1907 et 24 juillet 1909, s’adressait normalement aux habitants du Léon. C’est effectivement le cas de 94 % des 150 contributeurs, mais on trouve également quelques documents en provenance du Trégor et de la Cornouaille5. C’est le cas du cahier envoyé par Jeanne Drévillon, habitante du village de Lostmarc’h à Crozon.

Il s’agit d’un cahier de brouillon de 100 pages, écrites sur une seule face, auquel ont été ajoutées 3 feuilles volantes à la fin. Il contient huit prières, six chansons et un conte écrits en breton.

Le conte, intitulé Histor Jean Calais, reprend une figure mythique du Moyen Âge, inspirée par le marin et corsaire Jehan Pédrogue (fin du XIIIe et début du XIVe siècle). Son histoire est propagée par les Contes bleus au XVIIe siècle et reprise par Jean Castilhon, dans son livre publié en 1862, L’Histoire de Jean de Calais6. Il existe également plusieurs versions orales en breton de ce conte, dont l’une est publiée en 1893 par Anatole Le Braz sous le titre « Jean Carré »7.

C’est de la version publiée par François-Marie Luzel dans les Contes populaires de Basse-Bretagne en 1887, « Iouenn Kerménou », que le conte de Jeanne Drévillon se rapproche le plus. Il s’agit d’une histoire classique, racontant comment un homme, qui connaît des déboires du fait de sa générosité, se voit finalement récompensé. L’histoire de Jean Calais est celle d’un jeune homme qui part naviguer. Son voyage le conduit à accomplir un acte généreux et désintéressé, en offrant une sépulture à la dépouille d’un mort laissée à l’abandon. Par la suite, il sauve deux jeunes filles réduites en esclavage et épouse l’une d’elles, sans qu’il connaisse ses origines. Lors d’un autre voyage, il apprend que sa femme et la mère de son fils est une princesse, mais un rival s’arrange pour qu’il échoue sur une île déserte. Il est sauvé en récompense de la bonté dont il a fait preuve au début de l’histoire.

Les versions bretonnes et françaises présentent des différences, soulignées par Anatole Le Braz qui indique : « Le peuple armoricain ne s’est pas contenté de transporter dans sa langue, avec la tournure d’esprit qui lui est particulière, le texte qui lui était fourni8. » Là où les récits divergent principalement, c’est « dans la part très restreinte qui est faite [dans le récit français] au surnaturel ».

Cette part du surnaturel se retrouve dans le récit de Jeanne Drévillon, qui contient également des éléments qui lui sont propres :

  • Le lieu où se déroule l’histoire : dans le livre de Jean Castilhon, le héros vit à Calais et, lors de son premier voyage, il échoue sur une île qu’il ne connaît pas, l’Orimanie, où on parle flamand. Par la suite, il voyage à Lisbonne, d’où est originaire sa femme. Le conte retranscrit par Anatole Le Braz se situe en Basse-Bretagne, puis en Angleterre. Jeanne Drévillon, elle, situe son histoire à Bordeaux, son héros voyage dans un premier temps en direction de l’Inde, puis, en route pour la Chine, il s’arrête à Alexandrie ; enfin, il se rend en Angleterre, le pays de sa femme.
  • L’origine du héros : dans l’histoire de Jean Castilhon, Jean de Calais est le fils unique du plus riche négociant de la ville, tout comme chez Luzel. Pour Anatole Le Braz, le héros est orphelin, tandis que Jeanne Drévillon prête à son héros des origines plus mystérieuses puisqu’il est trouvé par un armateur dans une caisse et élevé par cet homme et sa femme qui ne pouvaient avoir d’enfant.
  • Les motivations du jeune Jean : le héros de Jean Castilhon, arme un bateau pour partir combattre les corsaires qui sévissent au large de la ville de Calais ; ses exploits font de lui un héros dans sa ville. Chez Luzel et Le Braz, le héros prend la mer pour aller vendre des marchandises. Le jeune personnage de Jeanne Drévillon embarque pour des raisons ancrées dans le quotidien d’un village de Crozon : il part pour les Indes afin d’y vendre des pommes de terre ; selon les conseils de son père, il fait attention de les vendre à un bon prix. Dans les récits bretons, il n’est pas question de gloire, seul le comportement du jeune homme fait la fierté de ses parents qui lui ont appris à être juste, même si sa trop grande générosité finit par les fâcher, puisqu’elle entraîne des pertes financières trop importantes.

Le récit dont Jeanne Drévillon a eu connaissance reprend donc des éléments du récit français (le plus important étant le nom de son personnage), mais avec des particularités que l’on retrouve dans les récits bretons collectés par Anatole Le Braz et François-Marie Luzel.

La langue utilisée dans le cahier

Jeanne Drévillon écrit son cahier en breton, mais on remarque des particularités dans sa façon de l’écrire. Tout d’abord, dans les chansons, elle utilise des formes et notamment des terminaisons qui ne sont pas connues à Crozon, comme le pluriel en -o par exemple. On retrouve cette forme dans la complainte « Guers ar souder iaouanc lazet gant et dad a gant et mam9 », page 67 du cahier (camarado). Cette forme, qui se rencontre habituellement dans une grande partie du Trégor10, s’explique sans doute par le fait qu’il s’agit d’une chanson et qu’elle est indispensable pour la rime (camarado rime avec zo).

À l’inverse, dans le conte, on retrouve des formes que l’on entend à Crozon (id pour « blé »11, goud pour « savoir »12 ou avalo douar pour « pommes de terre »13). On retrouve également un vocabulaire maritime important (main sur main, lastra ar batiman, troad ar vern bras, an amer, laquad lien var ar batiman), ce qui s’explique par ses origines familiales puisqu’elle est née dans un village où les hommes sont pêcheurs-paysans et que son père est dans la marine. Ces termes spécifiques devaient donc être couramment utilisés dans son entourage.

Dans le conte, on note que l’orthographe utilisée est personnelle, avec des formes qui s’inspirent de l’orthographe du français : le possessif de la troisième personne du singulier, habituellement écrit e, est orthographié et, comme la conjonction de coordination française (voir par exemple le titre de la complainte précédemment citée), tout comme l’adverbe cetu, orthographié sur le modèle du français « cet ». On peut donc en conclure qu’elle a eu connaissance de ce récit de façon orale et non par la lecture. Cette particularité laisse également à penser qu’elle parle breton, mais qu’elle ne l’écrit pas et qu’elle a appris à écrire en français14.

Jeanne Drévillon en 1945.

Jeanne Drévillon est née en 1896. Elle est la cadette d’une famille de trois enfants. Elle avait 11 ans lorsqu’elle a écrit ce carnet. Née dans un village retiré (à plus de 8 km du bourg de Crozon), elle est issue d’une famille de pêcheurs-paysans. Son père, Joseph Drévillon, est marin d’État. Les registres militaires indiquent qu’il savait lire et écrire. Sa mère, Marie-Anne Danielou, devait également être instruite, puisqu’elle quittera son village après la Première Guerre mondiale pour devenir commerçante au bourg de Crozon. Par la suite, Jeanne Drévillon deviendra elle-même commerçante à Crozon.

Jeanne Drévillon était mon arrière-grand-mère.

Marie Salomon-Le Moign, secrétaire du CRBC.

  1. Eva Guillorel, « Le Barzaz Bro-Leon, ou la tentative d’un nouveau Barzaz-Breiz : premières approches d’un fonds inédit de près de 1 000 chansons en breton », La Bretagne linguistique n° 14, juin 2009.
    Eva Guillorel, « Introduction : Une expérience inédite de collecte en Bretagne au début du 20e siècle, le Barzaz Bro-Leon », dans Eva Guillorel (dir.), Barzaz Bro-Leon. Une expérience inédite de collecte en Bretagne, Rennes-Brest, PUR-CRBC, février 2013. []
  2. Eva Guillorel, « À l’origine de la constitution du fonds », dans Eva Guillorel, Barzaz Bro-Leon. Une expérience inédite de collecte en Bretagne, op. cit., p. 43. []
  3. Eva Guillorel (dir.), Barzaz Bro-Leon. Une expérience inédite de collecte en Bretagne, op. cit. []
  4. Merci à Jean-Baptiste Pressac pour ces informations concernant la mise en ligne du fonds sur la bibliothèque numérique du CRBC. []
  5. Eva Guillorel, « La répartition générale du fonds : entre la volonté d’une collecte léonarde et la réalité des envois », dans Eva Guillorel, op. cit., p. 67. []
  6. Leroy Christian, Péron Frédérique, « Présentation générale », Nord’, 2012/1 (n° 59), p. 5-10. DOI : 10.3917/nord.059.0005. URL : https://www.cairn.info/revue-nord-2012-1-page-5.htm []
  7. Eva Guillorel, « La répartition générale du fonds : entre la volonté d’une collecte léonarde et la réalité des envois », dans Eva Guillorel, op. cit., p. 59. []
  8. Anatole Le Braz, La Légende de la Mort chez les Bretons armoricains, Paris, Honoré Champion éditeur, 1902 [1893], p. 232. []
  9. « La complainte du soldat tué par son père et par sa mère ». []
  10. Voir par exemple la carte 307 (« chaînes (des) ») du Nouvel Atlas Linguistique de la Basse-Bretagne de Jean Le Dû (2001) ou la carte 99 (« des boyaux ») de l’Atlas linguistique de la Basse-Bretagne de Pierre le Roux. []
  11. Voir le point d’enquête 36 (Crozon) de la carte 186 (« Le blé est mûr ») de l’Atlas linguistique de la Basse-Bretagne de Pierre le Roux (publié entre 1927 et 1963). []
  12. Voir le point d’enquête 36 de la carte 234 (« savoir ») du même Atlas. []
  13. Voir le point d’enquête 36 de la carte 20 (« des pommes de terre ») du même Atlas. []
  14. Un grand merci à Ronan Calvez pour sa traduction du conte, ainsi que pour les informations concernant la langue et l’orthographe utilisées dans l’ensemble du cahier. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.