L’ABC du CRBC [2] : Les microfilms

À l’occasion des 50 ans du CRBC, un appel avait été lancé pour écrire une histoire non institutionnelle du laboratoire. Retrouvez dans cette rubrique quelques entrées de cet abécédaire qui dresse un portrait affectif et distancié du CRBC. Jean Kerhervé nous présente les Microfilms.

« Je vous parle d’un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître… ». Car les habitués du CRBC d’aujourd’hui, jeunes et moins jeunes, n’ont plus guère l’occasion d’utiliser les microfilms ni même de voir les appareils servant à les lire. Ils ont pourtant jadis contribué à la naissance et au développement de la recherche en histoire à l’université de Brest – principalement en histoire du Moyen Âge –, et, d’une certaine manière, à la montée en puissance du CRBC lui-même, dont la composante historique était, au moins à ses débuts, dans les années 1970, avec la langue bretonne, le point fort essentiel.

L’éloignement des dépôts d’archives – bretons (Nantes, Rennes, Saint-Brieuc, Vannes) ou parisiens – obligeait alors à des déplacements incessants et à de longs et dispendieux séjours sur place, pour en ramener des prises de notes rapides, forcément incomplètes, parfois fautives, ou les rares photocopies autorisées. Sauf à multiplier les voyages pour réunir une documentation suffisant à nourrir un travail de recherche approfondi, force était de recourir au microfilmage des documents, technique alors la mieux adaptée à leur consultation hors des dépôts. Mais l’opération était fort coûteuse, même utilisée à dose homéopathique en regard de la masse documentaire, car seuls les photographes des centres d’archives étaient habilités à effectuer les prises de vue.

Dans ces conditions, la création du CRBC fut une chance. Disposant de fonds entièrement dévolus à la recherche et à sa gestion, il était seul capable de mettre à la disposition des chercheurs les moyens indispensables à leur activité, que ne pouvait ou ne voulait pas débloquer une faculté des lettres alors davantage orientée vers les activités d’enseignement. Le microfilmage de séries entières, ou de pièces isolées majeures d’archives anciennes que les conservateurs acceptaient encore d’extraire des liasses, et l’acquisition du matériel indispensable à leur exploitation, les vénérables appareils de lecture de microfilms, ont ainsi pu être réalisés.

Ces outils, que nous appelions familièrement « lecteurs », étaient des auxiliaires de lecture incontournables. Incontournables, quoique, d’une certaine manière, assez redoutables. À l’heure des micro-ordinateurs, tablettes ou autres smartphones, difficile d’imaginer l’effort physique et la persévérance qu’ils exigeaient. Les premiers d’entre eux, héritiers de la technique de l’épiscope, projetaient l’image du film, par un jeu de miroirs, sur un écran blanc placé au fond de la grande « boîte » constituant ces appareils encore primitifs et encombrants, à plusieurs dizaines de centimètres des yeux de l’utilisateur ; dans les premiers modèles utilisés au Centre (au début des années soixante-dix), l’usage d’un cache, destiné à rendre la « boîte » obscure et percé d’une « vue » étroite pour les yeux du lecteur, était même requis, augmentant la fatigue du travail et compliquant la tâche des… porteurs de lunettes. Très rares étaient les engins offrant la possibilité de modifier la taille de l’image ou de la reproduire, ce qui avait de quoi rebuter les paléographes débutants, confrontés aux périlleuses arabesques et aux abréviations de la cursive gothique habituelle aux administrations de la fin du Moyen Âge. Le perfectionnement de la technologie dans les années 1980-1990, auquel s’est adapté le CRBC en dépit des surcoûts financiers non négligeables qui s’ensuivaient, permit de disposer d’appareils toujours aussi volumineux, mais plus maniables, présentant l’image sur écran frontal, à la manière des visionneuses ou des récepteurs de télévision, et autorisant les changements d’échelle et même la reproduction des documents.

Tout n’était pourtant pas idéal : les microfilms de 35 mm, livrés en rouleaux de 20 à 30 m, contenant des centaines de vues et conservés dans des boîtes de fer rondes, étaient assez fragiles et peu maniables ; les placer sur la platine de lecture sans les casser, dans le bon sens (!), était source de perte de temps ; leur définition – des négatifs le plus souvent, c’est-à-dire un texte blanc sur fond noir – laissait parfois à désirer ; les appareils, qui obligeaient à travailler en lumière au moins atténuée, chauffaient, étaient bruyants, en raison de leur système de ventilation, ce qui n’empêchait pas les ampoules de griller rapidement. Mais le CRBC, dès son installation au 3e étage de l’ancienne faculté des lettres, avenue Victor-Le-Gorgeu, installa « lecteurs » et lecteurs dans une salle particulière – et l’usage s’est maintenu après 1994, à Victor-Segalen –, manière d’accroître le confort du travail et de reconnaître la spécificité de la recherche sur archives.

Je repense parfois avec admiration au courage et à la persévérance des étudiants de maîtrise auxquels il a fallu passer des dizaines voire des centaines d’heures devant ces écrans « diaboliques » pour apprendre à lire et à comprendre des textes en moyen français, rédigés en écriture cursive gothique ou bâtarde difficile à déchiffrer, avant de les transcrire pour en faire la base de leurs mémoires… Plus d’un a d’ailleurs dû commencer par une visite chez l’ophtalmologiste en début d’année, la machine ayant contribué à révéler une anomalie cachée de leur vision ! Rares pourtant sont ceux qui, piqués par le virus de la recherche et la fascination de textes manuscrits jamais transcrits, ont abandonné la fréquentation quotidienne des microfilms pendant leur(s) année(s) de maîtrise. Ils leur ont donné le « goût de l’archive », dont ils allaient ensuite respirer les effluves sur place, pour combler les lacunes ou imprécisions de l’image photographique. Ces instruments de recherche ont permis la réalisation de très nombreux mémoires – maîtrises, diplômes d’études approfondies, thèses – fondés sur des documents originaux : étude et publication d’archives financières, édition intégrale, assortie d’un commentaire diplomatique et historique, d’une bonne vingtaine de registres de la chancellerie ducale (années 1460-1520), de nombre de livres rentiers des domaines de la Couronne, d’aveux et dénombrements essentiels à la recherche sur le manoir et l’économie manoriale.

L’ensemble – microfilms et transcriptions critiques – constitue une mine documentaire, couvrant l’ensemble de l’ancien duché, assise sur un fonds d’archives « délocalisées » par le truchement du microfilm, à défaut d’être encore véritablement dématérialisé, que la génération actuelle n’a pas fini d’exploiter. Une richesse complémentaire de celles de la bibliothèque du CRBC, développée en même temps que s’intensifiaient les activités de recherche fondamentale.

Certes les temps ont bien changé. Une masse de documents anciens sont aujourd’hui numérisés et mis en ligne par les dépôts d’archives nationaux, départementaux ou même municipaux, et consultables à domicile dans des conditions de confort et de lisibilité inimaginables jadis : il en va ainsi du précieux trésor des chartes des ducs, dont il fallait jadis consulter une à une à Nantes les milliers de feuilles de parchemin ou de papier (248 liasses et registres) constituant la mémoire officielle du duché de Bretagne entre le xiie et le début du xvie siècle. Pour les autres, la possibilité pour les chercheurs de réaliser eux-mêmes dans les centres d’archives, à l’aide d’un simple appareil photographique, les numérisations qu’ils souhaitent, – au risque de crouler sous la documentation –, et de disposer de clichés de haute définition, se prêtant à tous les traitements que permet l’image numérique, rend obsolète le recours aux coûteux et fragiles rouleaux de microfilms conservés au CRBC. Ces derniers, dont le stock d’informations reste cependant utile, peuvent même, grâce à des « lecteurs » de nouvelle génération, être numérisés aujourd’hui et donc lus sur ordinateur ou tablette : le CRBC aurait profit à en faire l’acquisition. Leurs prédécesseurs, pareils à des dinosaures témoins d’une « préhistoire » pourtant pas si lointaine de la recherche, aujourd’hui déclassés, sont devenus quasi inutiles et ont été discrètement « exfiltrés » vers on ne sait quelle moderne déchetterie, ou sommeillent dans quelque salle annexe, loin des yeux des habitués du Centre. Gloire malgré tout à ces vénérables ancêtres, sans qui la recherche en histoire médiévale à Brest n’aurait pu « décoller », instruments d’une « torture » douce, librement consentie par de jeunes chercheurs que ne rebutaient ni l’archaïsme des techniques ni l’austérité de leur matière !

Jean Kerhervé, professeur émérite de civilisation de la Bretagne.
Avril 2019


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.