Portraits croisés de doctorant·e·s [3]

Retrouvez les portraits de deux doctorant·e·s du CRBC à des moments différents de leur parcours de thèse. Pour cette Lettre, portraits de Marie-Clémentine Corvest, doctorante en histoire, et Tanguy Solliec, doctorant en linguistique.

Quel est votre thème de recherche et qu’est-ce qui vous a conduit à le choisir ?

TANGUY SOLLIEC : J’étais avant professeur des écoles et j’avais envie de me former aux questions de bilinguisme, d’acquisition du langage, etc. j’ai repris mes études et j’ai donc suivi une licence de linguistique par correspondance pour travailler sur ces notions et de fil en aiguille, j’ai été pris par la question de la linguistique, ce qui m’a amené à m’inscrire en master en région parisienne. Là j’ai retrouvé un goût, une appétence que j’avais pour la recherche sur un sujet qui m’intéressait beaucoup et Denis Costaouec, un de mes directeurs de thèse, a proposé que je travaille sur un sujet pour lequel il cherchait quelqu’un depuis longtemps, la dialectométrie sur les données du NALBB (le Nouvel Atlas linguistique de la Basse-Bretagne de Jean Le Dû, 2001). Denis Costaouec avait lui-même fait un peu de dialectométrie dans le prolongement du travail précurseur de Gary German et avait abouti à des résultats intéressants, mais il avait travaillé à partir de données de l’ALBB, l’Atlas linguistique de la Basse Bretagne (Le Roux 1924-1963), l’ancêtre direct du NALBB. Il se disait que c’était dommage qu’un tel corpus comme le NALBB ne soit pas exploité plus en profondeur. C’est donc comme ça que ce thème de recherche est apparu avec la perspective de la thèse.

La dialectométrie est une méthode de quantification de la distance linguistique, c’est-à-dire le degré de similarité ou de différence qui existe entre deux ensembles de données, de jeux de données, des variétés locales, des langues et par là, les données présentes dans les atlas linguistiques. Avec les techniques de la dialectométrie, on va quantifier la distance linguistique qui sépare les différents points d’enquête d’un atlas linguistique en comptabilisant toutes les différences qui les séparent et en établissant un taux de différence. Ensuite, on peut étudier la répartition des résultats, chercher à comprendre leur organisation…

Tout le monde utilise la distance linguistique, souvent s’en rendre compte : quand on entend quelqu’un qui parle avec un accent (pour nous !), on repère cette différence. Cette appréciation de la distance linguistique est spontanée. La démarche de la dialectométrie est de parvenir à une mesure relative et à comprendre l’organisation de la distance linguistique, les éléments qui la constituent et la structurent. L’appréciation de la distance linguistique, compétence que possède tout locuteur d’une langue, s’intègre ici dans le cadre d’une réflexion scientifique.

Pour réaliser l’analyse dialectométrique des données du NALBB, j’ai mis en relation les différents points d’enquête du NALBB avec leurs voisins immédiats et j’ai donc quantifié cette relation de distance linguistique qui s’établit entre eux. J’ai ainsi abouti à une représentation cartographique dont l’analyse m’a permis de réfléchir à la constitution du domaine bretonnant et à son histoire sur le temps long. De façon assez surprenante, les résultats que j’ai obtenus sont corrélés à la répartition géographique de spécificités génétiques liées à la mucoviscidose pour lesquelles on dispose de datations. Les atlas linguistiques permettent d’ouvrir des fenêtres sur le passé des sociétés humaines.

Distribution spatiale de la similarité linguistique (Tanguy Solliec)

MARIE-CLÉMENTINE CORVEST : Mon thème de recherche, c’est l’histoire de la gouvernance internationale des marées noires et des pollutions maritimes en règle générale, mais plus particulièrement des marées noires. Ce qui m’a amenée à ce champ de recherche c’est un peu la chance et les opportunités. En fait, quand j’étais en licence d’histoire, j’ai eu un cours de géographie sur la gestion des marées noires et j’avais l’impression qu’il y avait quelque chose à faire en droit et en histoire. J’en ai parlé avec mon professeur, Bernard Fichaut qui est maintenant à la retraite. La décision a été prise de codiriger avec Laurent Le Gall mon mémoire de master qui était à proprement sur l’affaire, le procès Amoco Cadiz. Logiquement au gré des rencontres s’est posée la question de la thèse et puis la découverte d’un fonds de l’Organisation maritime internationale qui m’a amenée à travailler justement sur la gestion, a posteriori, de la gouvernance internationale des pollutions maritimes. C’est un peu au gré des hasards. La thématique m’a plu, j’ai vu qu’il y avait une brèche à saisir et j’en ai parlé à Laurent Le Gall, qui a accepté de suivre l’aventure.

J’ai proposé le projet pour le contrat doctoral, cela a été accepté. Entre-temps, j’avais eu l’occasion de me documenter un peu plus longuement sur les fonds internationaux parce que j’ai organisé la journée d’études et l’exposition Amoco Cadiz pour la Présidence de l’UBO où j’avais été engagée en tant qu’ingénieure de recherche pour le projet.

Les marées noires, ce n’est pas une passion au départ. En fait c’est presque de l’opportunisme intellectuel, dans le sens où la question des pollutions maritimes mobilise beaucoup les questions de gouvernance et d’environnement et qui sont aussi des champs de recherche assez porteurs aujourd’hui et intéressants puisqu’en cours de définition.

J’ai commencé le travail de thèse en 2018 et si tout se passe bien en 2022 cela devrait être terminé. C’est rude mais pour le moment, le calendrier est respecté. J’ai eu la chance d’avoir une prolongation du contrat doctoral pour la terminer. Je suis plus sereine.

Quels changements a produits le passage du statut d’étudiant à celui de doctorant ?

TS : J’ai cette histoire un peu particulière, le fait que j’aie travaillé avant ma reprise d’études et pendant mon master, donc je n’avais pas cette crainte de ne pas savoir ce que pouvait être le monde du travail. La différence, c’est que j’étais payé pour faire ce que j’aimais. Le fait d’avoir un financement m’a permis d’avancer sérieusement.

Concernant la légitimité vis-à-vis des autres chercheurs, j’ai plutôt envisagé la collaboration comme un dialogue, avec tout ce que ça implique d’interrogations, d’erreurs, de discussions, d’apprentissage ; je ne crois pas m’être trop posé de questions sur ce sujet. C’est toujours un travail sans fin, ce sont les joies du dialogue. Je m’étais dit que, si j’avais été accepté en thèse, c’est qu’on avait senti que le projet pouvait avoir un intérêt.

MCC : Cela a été un peu compliqué au début, même si on n’a plus de cours, je vivais vraiment le statut de doctorant comme un statut d’étudiant. Ce qui a été un problème parce que pour les premiers colloques ou les premières publications, je me plaçais systématiquement en deçà des autres participants. C’est l’enseignement, en fait, qui m’a permis de dépasser aussi ce statut, ce qui faisait que j’avais vraiment un statut différent d’un étudiant de master. Je n’avais plus cours, c’est moi qui les donnais donc forcément cela différencie. Le fait d’avoir un contrat doctoral d’enseignement, d’être payée à temps plein pour une recherche, de ne plus obligée d’avoir des petits jobs pour financer sa vie. C’est très pragmatique comme perception mais c’est ce qui m’a aidée à me mettre un cadre, à matérialiser mon emploi du temps. C’est mon travail, j’organise mon emploi du temps en fonction de ce travail. Je ne suis pas disponible à 100 % parce que j’ai des horaires plus flexibles que les autres. À partir du moment où ces variants ont été posés, la recherche a pu commencer sereinement.

Cela a été surtout plus compliqué de le faire entendre à mon entourage, mais globalement je suis quelqu’un d’assez indépendant. Les réflexions ne m’ont pas particulièrement touchée et aujourd’hui c’est plutôt l’inverse qui s’est produit, dans le sens où c’est ma famille qui est fière de dire sans savoir tellement définir mon sujet de recherche que je fais un doctorat, qu’il est financé et que c’est mon travail à temps plein pour le moment. Ils ont compris aussi que c’est un travail qui s’inscrivait dans une perspective de professionnalisation.

Quelle est la méthodologie que vous utilisez dans vos recherches ? (enquêtes de terrain, en bibliothèque…)

TS : C’est amusant, parce que j’ai complètement changé de perspective : avant, je faisais du terrain, c’est toujours ma grande passion, aller voir les gens, discuter avec eux et là, pour une fois, paradoxalement, je me suis retrouvé à traiter des données et souvent dans un contexte un peu particulier, parce qu’un atlas linguistique, souvent on l’utilise pour chercher comment on dit tel mot dans tel endroit, est-ce qu’on observe tel phénomène dans telle partie, alors que ma perspective était d’exploiter l’atlas linguistique comme un corpus, c’est-à-dire en le prenant comme un ensemble. J’ai dû faire une sélection par la force des choses. D’autre part, j’ai travaillé avec une base de données et un algorithme qui quantifiait la distance linguistique pour moi. Tout ce travail se faisait sur l’ordinateur. Moi qui étais plutôt tourné vers la description des faits dans leur singularité, je me suis retrouvé à m’amuser à faire des traitements quantitatifs et ça a vraiment été une découverte pour moi ; j’ai dû me former au fur et à mesure. Il y a des moments où on se pose des questions, où on se demande : « Est-ce que je vais dans la bonne voie ? Est-ce que c’est le bon outil ? Est-ce que c’est bien comme ça qu’il faut faire ? Est-ce que ma méthodologie est bonne ? » Mais c’était intéressant parce qu’il y a une sorte de prise de risque qu’il n’y aurait pas eu si je ne m’étais pas engagé dans cette thèse.

Ensuite, j’ai également fait un travail sur la cartographie et les traitements statistiques, il a aussi fallu que je me forme, mais je suis très content parce que ça a été une découverte pour moi et un plaisir, heureusement d’ailleurs !

Le reste, ça a été plus un travail de linguiste, c’est-à-dire de confronter les résultats à d’autres contextes linguistiques, chercher à comprendre, observer les particularités, etc.

J’ai toujours un peu de mal à rester dans ma spécialité, j’aime bien aller voir ce que font les autres et la langue est une possibilité d’envisager les êtres humains dans tout ce qu’ils sont, dans toutes leurs dimensions.

MCC : Je pars du fonds archivistique Fipol, le fonds d’archives de fonctionnement et d’administration des fonds d’indemnisations complémentaires d’un régime conventionnel qui est un peu plus large que le CLC/Fipol qui est le régime global – à partir du moment où un État membre est confronté à une pollution, c’est ce système qui est mis en place pour l’indemnisation des victimes et la définition des dommages, etc. Ils ont un fonds d’archives disponible avec des rapports annuels. J’ai réussi à avoir accès également, via le contact avec des membres de l’Organisation Maritime Internationale, à tous les rapports, les réunions de groupe de travail… Notamment à peu près 500 pages d’archives de réunions de groupes de travail sur la question de la définition du dommage à l’environnement, justement qui est un dommage qui n’est toujours pas défini et identifié au sein du fonds et qui est un de mes gros axes de recherche. Pourquoi cela ne fonctionne pas ? Pourquoi la définition ne correspond pas à la définition de la société civile, en règle générale ?  Sinon, ce sont des rapports annuels de 20 à 70 pages sur le fonctionnement interne de l’institution et ensuite on a le traitement par pollution et toutes les réflexions autour de la modification du système conventionnel international et ses limites.

J’ai aussi rencontré des membres du Fipol et de l’Organisation maritime internationale. J’ai eu des entretiens avec eux, donc je prends aussi comme matériau brut ces entretiens. Et j’ai eu également des entretiens avec des ingénieurs et des professeurs qui travaillent pour The Oil Pollution Act aux États-Unis, qui est le plus gros système concurrent au système international. Les États-Unis ont toujours refusé d’adhérer au système international comme la plupart des États : ils ont donc développé un système concurrent qui paraît beaucoup plus déficient.

La langue n’est pas une barrière. Après mon Bac, je suis partie un an aux États-Unis et un an en Italie : j’avais déjà plus ou moins dans l’idée de m’engager dans ces problématiques. Cela m’a permis de tisser un réseau. La seule chose positive du Covid, c’est que cela a démocratisé les contacts et les travaux par visioconférence et, du coup, les gens sont beaucoup moins réticents à échanger sur ce mode-là. Pour d’autres choses le Covid a été négatif, je devais partir à Londres et j’aurais aimé aussi pouvoir faire une mobilité plus longue aux États-Unis, mais il y a la théorie et la pratique. Je pourrai partir à Londres, mais j’ai fait une croix sur les États-Unis pour mon sujet. Vu la durée de la crise, on n’aura bientôt plus l’excuse de la pandémie mondiale, il va falloir repenser son matériau, sa stratégie d’études. J’aime bien le challenge. C’est intéressant en tant que jeune chercheur de se montrer physiquement pour créer le réseau.

La thèse, c’est aussi oser. Par exemple, il y a eu le colloque international des Nations Unies sur la notion de développement durable pour les trente années à venir, dans le cadre du programme de l’ONU, l’an dernier. Je me suis dit que franchement je n’avais pas du tout les capacités, c’étaient beaucoup d’économistes, de juristes mais j’ai osé, c’était l’occasion de rencontrer des gens qui travaillent de manière pratique sur ces questions. J’ai obtenu un poste de rapporteur pour toute la durée du colloque. L’objectif était de voir comment les sciences sociales et les sciences humaines pouvaient amener à une meilleure gestion du concept de développement durable dans le cadre de l’action des Nations Unies et donc de proposer une lettre et des indications. Il faut oser demander. Souvent quand on demande, les portes s’ouvrent. Je pense que les doctorants oublient parfois, que la plupart de ces personnes sont passées par le doctorat et donc connaissent cette dynamique et l’importance de faire intervenir des doctorants dans des événements. Cela demande du travail, c’est un peu stressant mais sur le CV, cela vaut la peine.

J’ai un carnet, mais je ne l’ai pas nécessairement sur moi et, si je n’ai que mon téléphone, c’est là que je vais noter ; mais ce que je vais noter dans mon téléphone, je vais le renoter dans le carnet, parce que des fois ça permet de se rendre compte que l’idée était complètement stupide. C’est comme ça que j’ai pensé ma problématique : un jour je revenais du sport et j’ai juste noté sur mon téléphone les grandes idées parce que je n’y pensais pas du tout alors que la semaine d’avant, je m’étais dit qu’il fallait absolument que ce soit rédigé et à un moment je me suis dit, ça viendra quand ça viendra. Je suis quelqu’un qui a beaucoup de carnets, j’ai des carnets pour tout, des collections de carnets avec des codes couleur suivant les thématiques. Quand on rédige régulièrement, les carnets, ça fait partie de la personnalité, ça se transporte partout.

Pouvez-vous nous citer vos ouvrages de référence ?

TS : Le NALBB bien sûr et son ancêtre l’ALBB.

Le livre de François Falc’hun, Perspectives nouvelles sur l’histoire de la langue bretonne, et celui de Kenneth Jackson, A Historical Phonology of Breton.

Ma bibliographie s’est construite au fur et à mesure, avec l’idée qu’il faut toujours revenir aux données initiales, aux sources, aux faits.

Le livre de Claude Hagège, L’Homme de paroles, est un livre dont je ne me suis pas inspiré pour faire mon travail, mais qui m’inspire dans mes recherches, avec cette idée que je ne travaille pas que sur des faits linguistiques, mais à travers ces faits linguistiques, c’est l’être de paroles, homo loquens, qui m’intéresse.

MCC : À échelle francophone, ce sont essentiellement des thèses soit en sciences politiques, soit en droit :
Claire Bouteloup, Agir pour la reconnaissance du dommage écologique des marées noires : attachements, stratégies et justification. Cas de l’Amoco Cadiz et de l’Erika. Gestion des risques, AgroParis Tech, 2015, 317 p.
C’est une chercheuse qui a travaillé sur la reconnaissance du dommage écologique – un des axes principaux de ma thèse – cependant elle l’a fait essentiellement d’un point de vue purement économique et sociologique. Elle s’attache vraiment aux stratégies de justification. Elle prend des groupes d’acteurs différents, elle identifie pourquoi ces groupes d’acteurs ont eu nécessité à faire reconnaître le dommage écologique tel qu’ils le pensent. Elle élargit très grandement son panel de groupe d’acteurs : cela peut être les acteurs des conventions internationales comme les groupes d’élus locaux ou les structures non gouvernementales qui souhaitent une reconnaissance internationale du dommage écologique, mais toujours selon des systèmes de justification et d’intérêt différents.

Des thèses plus génériques mais qui m’ont fortement aidée pour comprendre le système du droit maritime et du droit international :
Massimiliano Rimaboschi, L’unification du droit maritime. Contribution à la construction d’un ordre juridique maritime, Aix-en-Provence, Presses Universitaires d’Aix-Marseille, 2006, 625 p.
C’est une thèse d’histoire du droit où l’auteur retrace comment les droits maritimes ont été pensés à échelle nationale et internationale. C’est un travail très intéressant puisque c’est une thèse appliquée et qui essaye de voir les perspectives de ce qu’il appelle l’ordre juridique maritime international et qui propose plusieurs directions pour cet ordre juridique suivant les conclusions qu’il a tiré de l’histoire du droit maritime.

Hélène Lefebvre-Chalain, La stratégie normative de l’organisation maritime internationale (OMI), Aix-en-Provence, Presses Universitaires d’Aix-Marseille, 2012, 678 p.

De manière un peu plus précise, mon travail bibliographique s’est focalisé sur les rapports pour le Ministère au développement durable puisque je travaille aussi avec AMURE, le laboratoire de droit et d’économie qui travaille énormément sur ces questions maritimes et qui avait été engagé pour faire un rapport sur le fonctionnement des fonds Fipol et des conventions internationales :

Julien Hay, Betty Queffelec, Yann Rabuteau, Indemnisation des dommages à l’environnement et régime international d’indemnisation des dommages dus à la pollution par les hydrocarbures. Programme “Evaluation économique des dommages écologiques des marées noires”, UMR AMURE et réseau ALLEGANS pour le Ministère de l’écologie et du développement durables, 2009, 261 p.
Ce sont deux juristes. Yann Rabuteau est un juriste, avec qui je travaille très souvent et qui a aussi un cabinet de consultation de droit maritime à Brest qui s’appelle ALLEGANS et on échange énormément. Ce sont les belles rencontres de la thèse.

Et pour finir, un article et un ouvrage sur les organisations internationales en littérature anglo-saxonne :
José Alvarez, International Organizations as Law-makers, Oxford, Oxford University Press, 2005.
Ce livre présente un panel de l’histoire des organisations internationales mais passe en revue tous les systèmes et les significations de l’accession au statut d’État membre.

Un article de Michael Mason, qui fait le point sur le dommage environnemental dans le fonds que j’étudie : “Civil liability for oil pollution damage : examining the evolving scope for environmental compensation in the international regime” in Marine Policy, volume 27, issue 1, janvier 2003, p. 1-12.

Il est vrai que la littérature est essentiellement juridique et économiste. J’ai fait une mise à niveau en droit. J’ai beaucoup travaillé avec les gens d’AMURE, pour ne pas faire de contresens.

La littérature est essentiellement anglophone, les produits bruts bibliographiques, en France, vont surtout être des thèses, très peu d’articles qui vont offrir un panel exhaustif.

J’étudie trois axes importants que sont le dommage à l’environnement, la question de la gouvernance et un troisième axe de recherche qui est intervenu cette année, qui est un axe beaucoup plus méthodologique d’exploitation pour les sciences humaines de corpus beaucoup plus arides presque mal aimables de l’administration de l’institution, dans le sens où je me suis rendu compte que, dans les études de sciences humaines même interdisciplinaires, il y avait très peu de corpus très administratifs, très contemporains qui étaient mobilisés. Le plus gros problème de ma thèse, c’est que j’avais l’impression de me confronter à un corpus qui était vide, j’avais le sentiment de recopier et de relire des juristes. Que tout avait été fait.

C’est beaucoup plus passionnant de s’intéresser à des textes, des conversations, des relations épistolaires, etc. Il y a quelque chose de plus humain. Une impression de respirer, alors que parfois j’avais l’impression de me perdre entre des formules.

Ce sont des corpus mis de côté, qui pourtant peuvent être des cas d’études pour l’interdisciplinarité entre les sciences sociales et les sciences humaines et c’est aussi mon but avec cette thèse de proposer un projet interdisciplinaire.

Quelles sont vos relations avec le CRBC et les autres doctorant·e·s du laboratoire ?

TS : Les relations avec le CRBC sont fondamentales pour moi. Par rapport aux autres doctorants, j’ai un sujet qui correspond au cœur du projet du CRBC. Il s’inscrit directement dans les interrogations initiales du CRBC, forcément je m’y retrouve. Les affiliations pour certains doctorants peuvent se faire par la force des choses ou à la suite d’aléas administratifs. Mais pour moi, cette appartenance a été très rapidement évidente.

Les relations avec les autres doctorants du CRBC ont été informelles dans le sens où il n’y avait pas encore quelque chose de vraiment structuré d’une part et d’autre part, je n’ai pas fait mes études à l’université de Brest, donc je ne connaissais pas beaucoup de monde. C’est surtout la relation avec l’autre doctorante de Gary German, Gaelle Le Corre qui est, à présente, maître de conférences à l’UBO. Comme moi, elle travaillait sur de la langue, sur du matériel linguistique : forcément, on a échangé et il est vrai que son travail m’a beaucoup inspiré et m’a permis d’ouvrir des perspectives que je n’imaginais pas. C’est vraiment en travaillant à partir de problématiques linguistiques que les liens se sont créés.

C’est à travers le CRBC que s’est construit la relation avec Gary German, sans qui je n’aurais pas pu mener à bien ce projet. Il était là toujours pour me montrer le chemin grâce à sa grande érudition et à sa finesse d’analyse. Il m’a souvent prévenu quand je commençais à faire des digressions et ce, toujours de façon très amicale et très positive.

Je suis un peu un solitaire, j’ai beaucoup travaillé seul à la maison parce que j’étais capable et j’avais l’habitude de le faire. C’est une organisation de travail qui se crée en fonction du caractère des personnes, de leur expérience. J’ai ma famille, je ne suis pas seul – toute la journée – face à mes questionnements, etc. ce que peuvent avoir certains jeunes doctorants mais après, il y a des doctorants de tout âge et des façons différentes de s’inscrire dans la recherche (formation initiale, reprise d’études, ceux qui travaillent à côté).

Il existe aussi la salle des doctorants à laquelle certains sont très assidus. C’est un lieu de socialisation aussi. Des liens se créent. Je crois que, dans toute recherche, il y a une dimension collective au-delà de l’apport individuel dont on ne se rend pas forcément compte d’emblée.

MCC : Les relations sont assez libres, je travaille beaucoup en extérieur, dans les cafés, enfin jusqu’à leur fermeture [à cause de la pandémie], où j’ai dû me faire au télétravail, ce qui est un peu compliqué. Je travaille beaucoup à l’extérieur, donc j’ai beaucoup de relations avec les doctorants, mais en tant qu’amis et assez peu en tant que doctorants ; j’ai de très bons amis doctorants ici [à l’UFR Lettres et Sciences humaines] et à la fac du Bouguen en droit et en économie. J’ai un peu plus de relations depuis cette année dans le sens où je pense aussi qu’il est important d’échanger les expériences et le fait d’avoir été « distancié » rend nécessaire de faire partir d’une espèce de corporation, de ne pas être seule.

Avec le CRBC, j’ai toujours eu de bonnes relations, notamment avec Ronan Calvez qui avait supporté le projet Amoco à l’époque où j’y travaillais pour la présidence. Après, il faut bien reconnaître que j’ai peut-être moins d’affiliation que d’autres personnes qui seraient en linguistique, avec des sujets qui sont plus près de programmes de recherche plus importants ; mais là, j’ai répondu à l’appel concernant l’axe maritime qui va être mis en place [dans le projet quinquennal 2022-2026] où je me dis que peut-être, je peux trouver ma place également.

Mais j’aime bien le côté très interdisciplinaire du laboratoire puisque ça laisse aussi une marge de liberté assez importante et je trouve que les membres du CRBC, personnels d’appui à la recherche comme chercheurs, sont plutôt disponibles et ça c’est aussi une bonne chose ; à disposition pour organiser des projets ou solliciter quand il y a des événements scientifiques. C’est fonctionnel, mais pour avoir discuté avec des doctorants et pour avoir des amis doctorants dans d’autres universités, au sein même de grosses structures, de gros laboratoires, c’est parfois compliqué, il y a des systèmes de gestion de laboratoire qui ne fonctionnent pas, là on est quand même bien intégrés, donc c’est bien de le préciser.

Après la thèse, j’espère postuler à des post-docs et ce serait bien peut-être de faire des partenariats entre plusieurs universités et donc plusieurs laboratoires, dans ce cadre, l’axe maritime est intéressant. Et j’ai beaucoup travaillé, notamment quand je travaillais pour la présidence, avec Yves-Marie Paulet, qui est le vice-président mer de l’UBO, c’est lui qui m’a engagée, qui portait ce projet. On est resté très proche, il fait partie de mon comité de suivi individuel, on échange beaucoup. Je contribue également très régulièrement à la revue Sonar, la revue du campus mondial de la mer. Yves-Marie Paulet a à cœur d’inclure fortement les sciences humaines et les sciences sociales aux sciences de la mer. À Brest, on se dit que c’est pertinent. Je vois en droit, en histoire du droit ou en histoire, les fonds qu’il y a au tribunal de commerce, ce sont des choses très intéressantes.

Quelle est la perception de votre entourage sur votre projet de recherche ?

TS : Cela a duré trop longtemps !!! J’ai eu de la chance d’être soutenu dans mon projet. Tout le monde était avec moi. Dans la famille, on avait pratiquement un membre en plus. Certains disent que la thèse est comme un bébé, sauf que les grossesses généralement sont plus courtes. Il est vrai, que la thèse prend de la place dans la vie, mais en même temps, ce n’est pas rien parce que c’est un projet sur plusieurs années, sur lequel on s’investit aussi, dans lequel on se réalise. C’est toujours comme pour le reste, il faut chercher, négocier des équilibres.

MCC : C’est l’amour-haine. Dans mon entourage familial, tout le monde a toujours été bienveillant et relativement fier ; après, c’est un parcours professionnel particulier, donc je pense que c’est normal. Je suis la première de la famille à aller jusqu’au doctorat, ma mère est enseignante et mon père était sous-officier dans la marine, je suis la seule qui ait choisi cette voie-là et, parfois, c’est frustrant de voir mes frères et sœurs qui évoluent dans des sphères qui sont beaucoup moins prenantes au niveau de la charge de travail, qui gagnent beaucoup plus et de voir des chercheurs aujourd’hui parfois galérer. C’est toute la question générique : est-ce qu’on rémunère assez la recherche ? est-ce qu’on la valorise assez ? est-ce qu’on fait de la recherche pour gagner de l’argent ?

J’étais très en colère après ma famille, parce qu’ils ne savaient jamais présenter mes recherches, « un truc de vague marée noire », mais ce n’est pas grave, je me dis que ce n’est pas leur truc, c’est le mien. Comme tous membres de famille aimants, ils seront à la soutenance, ils ne comprendront pas, ça ne les intéressera pas, mais ils reconnaîtront le travail. Le fait d’être financée a changé beaucoup la donne, puisque là, c’est un vrai travail. Le fait, même pour moi, très pragmatique de passer du statut d’étudiant à celui de doctorant dans l’enseignement, pour l’entourage, c’est beaucoup plus palpable, de dire que je suis chargée de cours à la fac. Ils en sont plutôt éloignés, mais en même temps, ils sont fiers,  je sais que ma mère notamment aime bien le dire. C’est aussi beaucoup de conflits parfois parce que la recherche, même si on ne continue pas, avec un parcours de maître de conférences, ouvre à une lecture du monde beaucoup plus critique, beaucoup plus nuancée et ça donne lieu à des débats, il y a beaucoup de désaccords, pas forcément uniquement sur les objets de recherche, mais en règle générale.

Carnets de thèse, Tiphaine Rivière, Éditions du Seuil, mars 2015. @Seuil

Après, dans mon entourage amical ou en règle générale, ça se passe très bien. On s’autoreproduit un peu aussi, on rencontre des gens dans ses propres sphères, même s’il est important d’en sortir !

Quels sont les aspects positifs et les difficultés rencontrées ?

TS : Les aspects positifs, au-delà de faire quelque chose que j’aimais bien, c’est que j’ai pu faire des choses que je n’aurais pas faites autrement. C’est-à-dire que je me suis amusé à jouer avec les données dans les tableurs, à faire des cartes, des tests statistiques…  Je ne pensais pas que je me serais amusé autant à faire ce genre de choses. Peut-être que certains feront des gros yeux en lisant ceci, mais cela a été une belle découverte.

Le deuxième aspect qui m’a surpris, c’est la dimension temporelle que cela m’a permis d’ouvrir. Les archéologues vont rigoler, parce qu’on n’est pas sur les mêmes types de tranches temporelles ! mais je ne pensais pas qu’en travaillant sur des données de la fin du XXe siècle, je pouvais avoir des perspectives sur les débuts du Moyen Âge et au-delà. C’était une surprise, un point positif.

Un troisième point qui m’a beaucoup satisfait, c’est qu’à travers l’exemple breton, j’ai pu réfléchir aux questions suivantes : qu’est-ce qu’une langue ? comment se crée une langue ? et finalement que fait l’être humain quand il parle ? Ce sont des questions plus philosophiques. Je suis content, ce sont des questionnements que j’ai de longue date et j’ai pu rattacher ce travail de recherche à ces réflexions.

Les difficultés, c’est de réussir à tenir les délais. Je suis un peu l’exemple à ne pas suivre. Réussir à faire des choix, ne pas tout dire parce qu’on ne peut pas tout dire. La grosse difficulté que j’ai rencontrée, c’est d’avoir dû traiter des données pendant une durée relativement importante sans pouvoir obtenir des résultats intermédiaires, pour se rassurer, en me disant que j’étais sur la bonne voie. J’ai pratiquement passé quatre ans à regrouper mes données, à les entrer, à les traiter, avant d’avoir un résultat d’ensemble… C’est un travail sur le temps long, donc il faut s’accrocher, ne pas se décourager, apprendre la patience. Dans ce cas, on se sent en porte-à faux avec le temps de l’actualité, le temps du quotidien qui est une succession rapide de choses.

L’autre difficulté, et cela c’est profondément humain, c’est de savoir ce qui se passera après. La période étant ce qu’elle est, je savais déjà avant même de commencer mes recherches que d’un point de vue professionnel, mon avenir est tout sauf tracé. D’autre part, il y a aussi un questionnement de fond sur l’apport de notre thèse au débat scientifique, est-ce que notre réflexion restera d’actualité.

MCC : Une thèse, c’est toujours difficile, c’est un exercice intellectuel un peu compliqué. J’avais tendance à être toujours beaucoup dans la compétition, pas forcément écraser les autres, mais ce qui me portait, c’était de vouloir être dans le top, et la temporalité de la thèse est différente, se mettre dans cette nouvelle temporalité, pour des gens qui viendraient de masters assez compétitifs ou d’écoles comme sciences-po, des concours, l’agrégation ou le capes, etc. où on est conditionné à la performance, c’est une autre dynamique. Il faut prendre le temps de voir que c’est un autre type de travail. Après il y a des gens à qui ça convient parfaitement, c’est une bonne surprise pour certains pour qui c’est une source de stress beaucoup moins importante que le concours, d’avoir un temps long et une organisation personnelle.

Dans les points négatifs, je dirais l’organisation personnelle, mais ça c’est propre à mon caractère.

Les points positifs, c’est cette méthode, l’ouverture sur le monde. C’est un des points forts du doctorat, qu’il faut savoir saisir (et c’est pour ça que, comme conseil, je dirais qu’il ne faut pas oublier de consacrer du temps à autre chose, à la lecture d’autres livres, à la pratique du sport, parce que, même si les délais limitent les hobbies, je pense qu’il faut quand même avoir une ouverture sur le monde, c’est ce qui nourrit sa propre recherche, sa propre réflexion, sans que la hiérarchie ne s’inverse et que le hobby prenne le pas sur le travail), l’opportunité de la thèse, c’est aussi de dire, maintenant j’ai la capacité de faire de la recherche ; l’objet de recherche, ça n’est pas très important, au final, c’est la méthodologie, la capacité à développer une réflexion sur un sujet. Même dans mon parcours, comme je l’ai dit, je n’étais pas prédestinée à traiter ces questions, même si je pense que j’ai toujours été persuadée, dès la licence, que, si je continuais dans la recherche, il fallait que ce soit quelque chose qui se prête à l’interdisciplinarité parce que j’ai envie de faire partie de cette évolution des modèles disciplinaires peut-être un peu trop dans leur carcan, de proposer une recherche à une nouvelle échelle, matérialisée autour de groupes de recherches, de think tank, etc. d’avoir cette ouverture sur l’extérieur aussi, la capacité de travailler avec des organismes privés, mais ça aurait pu tomber sur autre chose et j’aurais très bien pu lire quelque chose et être intéressée par autre chose et me dire, là il y a quelque chose à faire. Là, il s’est avéré que c’étaient les marées noires et c’était Bernard Fichaut, et Bernard Fichaut était un très bon professeur, qui racontait très bien, qui a su poser cette idée-là et j’ai aussi su trouver les personnes qui ont accepté de porter le projet. Je le vois toujours régulièrement. Autant j’ai une relation très professionnelle avec Laurent Le Gall, autant Bernard Fichaut, c’était un peu le « papa du master ».

Je ne me sens pas isolée, je me sens plutôt assez libre de circuler entre les deux espaces, entre des périodes où j’ai besoin de travailler seule, pour éviter d’être dans le stress lié à la compétition, à la dévalorisation, où on se dit qu’on n’a pas assez avancé par rapport aux autres, qui vont faire une thèse incroyable par rapport à nous. Dans le cadre de la thèse, quand j’avais toutes les archives à décortiquer, ce n’était pas vraiment un travail intellectuel, c’est un travail qu’on peut faire seul, alors qu’après, dans des périodes d’échanges ou de composition du plan, sur la problématique ou même sur la méthodologie, j’étais plus apte à venir discuter à l’université et j’avais plus besoin du conseil des autres, de savoir comment les autres s’organisaient dans leurs recherches.

Il y a eu un sentiment d’isolement, mais c’était plus lié à la pandémie ; ne plus se rendre à la fac, ne plus avoir un lieu de travail, d’échanges, c’était particulier, mais c’était vraiment tributaire de la situation internationale.

Quels sont vos projets, vos actualités ?

TS : En ce moment, c’est réussir à conclure véritablement cette thèse, c’est-à-dire  terminer les corrections. Je ne pensais pas que cela serait aussi compliqué. Il y a un creux après la soutenance qui doit varier selon les personnes. Il faut réussir à relancer la machine pour véritablement mener le travail à son terme.

L’actualité c’est de rédiger les articles à partir de ces travaux, publier et continuer différents projets. Se pose ainsi la question de la suite professionnelle. Post-doc pas Post-doc, où ? quand ? dans quelles conditions ? etc. Quand on a une famille, c’est plus difficile. Avec la question qui vient : est-ce qu’au vu de la situation actuelle, cela vaut-il la peine ou pas ? etc.

Un autre projet, c’est retrouver mes informateurs. J’ai tout un travail de documentation linguistique qui était en cours avant. J’ai un peu avancé durant le temps de la thèse, mais que je ne l’ai pas exploité pleinement. Une autre perspective, c’est de prolonger ce travail de thèse et éprouver mes hypothèses. Et puis dans dix ans pouvoir regarder tout cela et dire « est-ce que j’étais complètement à côté de la plaque ou finalement c’était à peu près cela… »

MCC : Je suis en train de voir pour proposer au CRBC de monter un colloque international sur la gouvernance de l’environnement, sur des problématiques un peu plus larges que mon sujet de recherche. Je suis en contact avec un chercheur danois que j’avais rencontré dans le cadre de la réunion des Nations unies, Sebastian Linke, qui a écrit ce que les universitaires appellent le Mare manifesto, un manifeste pour les études pluridisciplinaires sur la mer en sciences sociales, et voir avec lui s’il peut aussi faire porter ça par l’université de Copenhague.

Quelques publications à paraître, notamment dans la Revue française de science politique pour le dernier trimestre 2021.

Je vais en janvier 2022 à Londres à L’Organisation Maritime Internationale. Certes le plus gros du travail est fait, je n’ai pas de matériau à aller chercher, mais ça permet de montrer aussi qu’on est impliqué dans ses réseaux, de partager ses travaux avec des gens qui travaillent sur le même sujet. Je pense que c’est important, je le préciserai dans les conseils aux doctorants : ne négligez pas votre travail mais ne négligez pas non plus vos relations. Un très bon travail dans son coin, cela n’apporte pas, ne vaut pas grand-chose. Exporter son travail au maximum et ne pas avoir peur de se prendre des claques. On s’en prend, mais ce n’est pas grave. Cela nourrit, on n’a plus de questions d’amour-propre qui rentre en jeu.

Ça fait beaucoup sur un an, mais je vois ça comme un investissement pour l’avenir.

Je regarde beaucoup également les post-docs pour pouvoir, si ma soutenance se passait bien, proposer des dossiers et j’aimerais bien m’expatrier. Je sais qu’au Canada, francophone comme anglophone, ce sont des champs de recherche qui sont valorisés, c’est l’occasion d’acquérir une expérience ; toute la Scandinavie est vraiment axée aussi sur ces problématiques. Je vais essayer. L’échec, ça n’est jamais très agréable, mais ça peut donner de belles choses : la première fois que j’ai soumis mon projet de recherche pour un contrat doctoral, directement après le master, il y avait trois bourses, il a été classé quatrième ; on m’a expliqué pourquoi, mais j’étais vraiment très déçue. Un mois après la présidence m’appelait, parce qu’Yves-Marie Paulet avait lu mon master et qu’il voulait organiser la journée d’études et l’exposition Amoco Cadiz : j’ai été engagée pendant sept mois par la présidence. Au final, parfois, il y a des ouvertures qui se font ailleurs. Je sais bien qu’il y a des gens qui sont programmés, qui veulent devenir maîtres de conférences au sein des universités depuis toujours, qui ont cette perspective ancrée et je pense que c’est encore plus difficile pour ces personnes-là quand l’échec arrive, mais il ne faut jamais être fermé aux opportunités qui peuvent s’offrir à côté. Il faut avoir cette capacité à rebondir. J’ai vraiment appris ça sur le tas : apprendre à valoriser ses recherches et ses capacités autrement que simplement conditionné par le modèle universitaire. Je pense qu’on vit aujourd’hui dans un monde où il y a cette perspective d’une ouverture pour des recherches beaucoup plus appliquées, avec beaucoup de groupes plus ou moins privés ou des groupes gouvernementaux ou intergouvernementaux et ça peut offrir un autre type de travail, parfois plus épanouissant pour certaines personnes ou à certaines phases de la vie. Je ne suis pas certaine qu’aujourd’hui, la société soit pensée pour qu’on ait le même métier toute une vie, une carrière comme ça pouvait être le cas auparavant. Pour un universitaire, une fois qu’il a un poste, c’est beaucoup plus linéaire, mais je pense que c’est comme le covid, ça a ses côtés négatifs parce qu’il y a de l’incertitude et en même temps, ça permet de repenser les choses.

Mes premiers échecs, je les ai vécus comme la fin, c’était horrible, ça mettait ma valeur intrinsèque en tant que personne en cause, c’était tout de suite la fin du monde et rétrospectivement, en étant un peu plus âgée, je vois que ça m’a apporté d’autres choses qui ont contribué à faire que  je me suis améliorée ou que j’ai été amenée à rencontrer certaines personnes.

Avez-vous un conseil à donner à un·e nouveau·elle doctorant·e ?

TS : C’est déjà se connaître, savoir comment on travaille. De quoi a t-on besoin pour travailler, pour avancer ? Ce qui compte avant tout c’est qu’il y ait un certain plaisir à faire de la recherche., c’est le principal. Plaisir à discuter de ses observations, de ses trouvailles et ne pas hésiter à revenir dessus par la suite. Et surtout dans le domaine des sciences humaines, il faut encore et toujours écrire, écrire et encore écrire. On ne le fait jamais assez. Cela permet d’être au plus proche de ses idées et de leurs nuances

MCC : J’allais dire l’organisation, pour pallier mes propres défauts, mais chacun s’organise tellement suivant son caractère. Je dirais de travailler beaucoup, puisque c’est beaucoup de travail, mais de travailler de manière optimale. J’ai fait l’erreur de penser, toute la première année de thèse, qu’il fallait travailler beaucoup en termes d’horaires de travail et quand j’ai pu discuter avec des personnes, j’ai vu qu’il y avait peut-être des manières plus optimales d’organiser mon temps et de répartir mon travail sur plusieurs années de thèse, travailler beaucoup, mais sur le format du marathon et pas du sprint.

Dès qu’il y a une opportunité, il faut la saisir, oser et au pire, c’est un non. Ça n’est jamais très agréable pour l’ego, en tant qu’être humain, on n’est pas tellement fait pour accepter le non, mais dans la recherche, oser, c’est le moyen d’ouvrir des portes. C’est plutôt des oui, généralement.

Garder un petit œil sur ses passions, sur l’actualité, sur la vie du monde, pour ne pas être complètement déconnecté, fermé et tout ce qui est du domaine culturel peut tellement apporter, soit à la réflexion, soit à l’objet de recherche.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.