L’ABC du CRBC [3] : Panoramique

À l’occasion des 50 ans du CRBC, un appel avait été lancé pour écrire une histoire non institutionnelle du laboratoire. Retrouvez dans cette rubrique quelques entrées de cet abécédaire qui dresse un portrait affectif et distancié du CRBC. Julien Fuchs et Sylvaine Derycke nous présentent la salle panoramique de la bilbiothèque.

Ils se dressent, là, devant le lecteur venu consulter les archives du Courrier du Finistère, devant le chercheur venu sonder les cartes anciennes de la ville, devant ceux qui entrent dans cet espace pour une anodine réunion. Le téléphérique et le plateau des Capucins, ancien site de construction navale, comme une parenthèse hypermoderne, cicatrice d’un héritage rénové, sur fond d’un Brest à l’allure rectangulaire, grise et blanche, d’une ville reconstruite après la guerre. Un peu plus loin, les grues de l’arsenal, qui rappellent l’essentiel : nous sommes bien dans une ville militaire. Les ponts, aussi, en imposent. L’Harteloire et Recouvrance, comme deux vaisseaux irriguant la ville, comme deux agrafes accrochant un bord et l’autre de la Penfeld, jumelant deux Brest pourtant bien différents. Plus à gauche, le regard se porte sur l’église Saint-Louis, toute proche, massive comme du granit, presque anachroniquement parée de pierres de Logonna, dominant les environs et rappelant, mais l’aurait-on oublié, l’ancrage catholique d’une population. Sur la droite, le panorama s’ouvre sur le vallon de la Penfeld et sur l’ensemble universitaire du lieu : site de Segalen, que l’on surplombe littéralement, et dans l’alignement celui du Bouguen, que ceinture le quartier de Bellevue. Oui, Brest est universitaire, et populaire… Et puis la mer. La rade, le phare de Sainte-Anne du Portzic, le goulet, le bleu profond. Un horizon maritime comme une signature : Brest existe d’abord et avant tout, par, avec et contre la mer.

@antoineborzeix

La salle panoramique du CRBC, attenante à la bibliothèque, au dernier étage de la Faculté des Lettres et Sciences humaines, est plus qu’un espace de travail. C’est d’abord un endroit. Un lieu qui ne laisse pas indifférent. Perchée telle la coupole d’un phare, elle procure à ses habitués comme à ses visiteurs la sensation de flotter au-dessus de la ville. Ou plutôt de s’y immerger. Car de là, on plonge littéralement dans Brest, on en voit les arcades, les places, les ruelles, les cicatrices, dont les contours sont constamment redessinés en fonction des caprices de la météo, pour le plus grand plaisir de ses spectateurs-chercheurs. On s’imprègne d’une atmosphère. Mais cette impression d’être coupé de la vie brestoise est chère à celui ou celle qui vient y travailler, y dénicher de rares ouvrages : elle est propice à la réflexion. Cette salle, c’est une métaphore. Comme un symbole d’un laboratoire et de ses chercheurs, dont la caractéristique est, justement, de porter un regard panoramique sur la ville, sur la région à laquelle elle appartient et au-delà, sur son histoire. Autant de fragments de vie et de ville devenus objets de recherche pour les chercheurs du CRBC qui s’inscrivent dans les pas des pionniers et en défrichent de nouveaux. Images de Brest et de la Bretagne, langages et échanges, questions sociales, traditions et héritages : comme l’observateur examinant les détails de la ville, les chercheurs du CRBC prennent le pouls d’un territoire, y scrutent les empreintes du temps, fouillent les traces et les expressions contemporaines des relations humaines au sein de leur environnement. C’est en partie dans cette salle panoramique que tout cela se construit…

Julien Fuchs, professeur en Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives
Sylvaine Derycke, maître de conférences en sociologie et anthropologie culturelle du sport


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.