Portraits croisés de doctorant·e·s [4]

Retrouvez les portraits de deux doctorant·e·s du CRBC à des moments différents de leur parcours de thèse. Pour cette Lettre, portraits de Éric Kerjean, doctorant en histoire, et Axelle Lamour, doctorante en histoire antique.

Quel est votre thème de recherche et qu’est-ce qui vous a conduit à le choisir ?

Éric Kerjean : Au terme de mes recherches doctorales, ma thèse s’intitule Hans Frank de A à H. La ligne légale du national-socialisme ? À l’origine, il n’avait bien sûr pas ce titre. En fait, je n’ai pas choisi mon thème de recherche. Quand on ne le choisit pas, tout l’intérêt est de faire que ce sujet devienne sien. S’approprier le sujet. Je viens de l’histoire antique jusqu’au Master 2, et après plusieurs années, j’ai fait un second Master 2 en histoire contemporaine, sur Wilhelm Canaris, le chef des services de renseignements militaires allemands sous Hitler. L’une des sources qui m’a aidé lors de ce mémoire, ce sont les portraits écrits par Werner Best, un juriste important de la SS, qui, après la chute du Reich nazi, a rédigé, en prison, différents portraits des hiérarques du régime déchu. Après le Master 2, j’ai décidé de les traduire avec la collaboration de Wiebke Hildebrandt. Portraits de nazis a été édité chez Perrin, comme mon mémoire de Master 2, Canaris : le maître espion de Hitler. Avec Best, le thème principal restait le nazisme, mais la dimension juridique du national-socialisme commençait à poindre.

Pour répondre à la question, mon sujet, Hans Frank, c’est Fabrice Bouthillon qui me l’a proposé, je suis très heureux qu’il m’ait permis de travailler sur cet individu méconnu. Au départ, je voulais travailler sur les résistances allemandes au national socialisme. Un sujet où je me serais perdu, vraisemblablement. Hans Frank a été le chef des juristes allemands nationaux socialistes. Il a incarné le droit sous le régime hitlérien. Il a aussi gouverné une partie de la Pologne, que les nazis appelaient Gouvernement général. C’est la partie centrale de la Pologne, là où quatre des six camps d’extermination ont été érigés. Frank s’est fait arrêter à la fin de la Seconde Guerre mondiale, le 4 mai 1945. Il a été jugé à Nuremberg parmi une vingtaine d’autres accusés dont Hermann Göring et Albert Speer. Lors de son emprisonnement, à la toute fin, en août et en septembre 1946, il a écrit son testament, son dernier mot littéraire, édité par sa veuve en 1953. Et grâce aux archives qui se trouvent au Centre Yad Vashem à Jérusalem et qui propose, à distance, d’accéder aux deux manuscrits (autographe et dactylographié), j’ai constaté que la version éditée en 1953 avait connu énormément de modifications et que le sens de ce testament n’était plus présent. J’ai décidé d’éditer le texte de façon scientifique en allemand, de le traduire après en français et de faire une annotation critique. Sauf que le travail d’une thèse en histoire ne peut se limiter à la philologie, la traduction et l’annotation, il restait à présenter le parcours de Frank. D’autant que le message principal qui ressort de son testament est le suivant : le national-socialisme est la solution d’avenir pour l’Allemagne. Or, il écrit cela en août-septembre 1946. En tant que chercheur, donner à lire ce message à un public même restreint, universitaire, sans critique historique, ce n’était pas possible. Il a fallu reconstituer l’ensemble du parcours nazi de Hans Frank et comprendre pourquoi le juriste nazi délivrait ce message de la survivance du national-socialisme, malgré l’échec d’Hitler. Il fallait vraiment répondre d’un point de vue historique aux différentes affirmations de Frank.

Si je n’avais pas travaillé à l’édition, à la traduction et au commentaire de ce texte, je n’aurais pas fait le même travail de thèse et le même mémoire que celui auquel je suis parvenu à l’heure actuelle.

J’ai véritablement travaillé cinq ans même si ma thèse a duré six ans, je trouve que c’est assez raisonnable vu l’ampleur du travail. D’autant que je n’ai pas appliqué la méthode de certains doctorants, c’est-à-dire travailler deux ans en master sur un sujet et le poursuivre sur trois ans en doctorat. Les pressions pour réaliser le doctorat en trois ans sont de plus en plus fortes. Pressions sur les laboratoires, sur les écoles doctorales, sur la présidence universitaire. Cela retombe sur les doctorants.

J’ai eu la chance sur ces six ans, d’être entièrement financé. J’ai obtenu quatre ans de financement du Ministère de l’Enseignement Supérieur de la Recherche et de l’Innovation et après pendant deux ans de Pôle Emploi. Ce sont des solutions qui sont intéressantes. Je n’ai pas bénéficié d’un financement de type ARED ou type Région. C’est un financement bien spécifique qui a été mis en place depuis 2011. C’est un contrat doctoral handicap. C’est évidemment destiné aux personnes qui sont considérées comme travailleurs handicapés. Les critères sont les mêmes, ce sont des critères d’excellence, sauf que là la campagne elle n’est pas liée à une comue ou liée à une université, elle est nationale. C’est tout aussi sélectif que la sélection habituelle (pré-sélection, oral à Rennes, etc.).

Axelle Lamour : Je travaille sur les cultes gentilices à Rome, ce sont des cultes familiaux, ce ne sont pas des cultes domestiques comme on le voit la plupart du temps en religion privée, ce sont plus des cultes très anciens liés à la vie politique romaine. Ce qui m’a amenée à choisir ce sujet c’est, déjà, que j’ai fait un master en histoire des religions romaines aussi avec Valérie Huet et, même si je travaillais sur des divinités très spécifiques, les divinités allégoriques de l’honneur et du courage, il y aura un moment un lien que j’aurai à faire entre les deux sujets. Je trouvais ça intéressant, parce que, à la fois j’élargissais mon sujet de mémoire, je n’étais plus juste sur deux divinités, j’étais vraiment sur un fait plus global de religion privée, et ça permettait aussi d’aller dans plusieurs sphères de la vie, la vie politique, la vie sociale, à Rome. Je n’envisage pas l’histoire de Rome sous la république et sous l’empire de la même façon. C’est pour ça que j’ai choisi ce sujet, conjointement avec Valérie Huet, on a réfléchi toutes les deux, ce n’est pas de son fait, ni du mien, on était d’accord, on en a discuté, on y a travaillé.

Quels changements a produits le passage du statut d’étudiant à celui de doctorant ?

EK : Le doctorat, c’est une reprise d’études. Après mon Master 2 en histoire contemporaine, j’ai travaillé pendant 5 ans au Télégramme et pour Bretagne magazine et Bretagne Histoire magazine, où j’ai côtoyé le journaliste Jean-Luc Germain, qui est quelqu’un d’extraordinaire, intéressé par l’histoire, par la Bretagne aussi, d’une ouverture incroyable. Il m’a beaucoup aidé intellectuellement et humainement. C’est un être qui compte beaucoup. En parallèle, j’ai commencé à enseigner à l’Université catholique de l’Ouest (UCO), à l’antenne de Vannes-Arradon. Je donnais un cours sur l’histoire du national-socialisme. Marie Levant, docteure de l’UBO, chercheuse associée au CRBC et qui est actuellement lauréate lauréate de la bourse de la fondation Gerda Henkel, un prestigieux financement européen, m’a envoyé un mail pour me parler du contrat doctoral handicap. Je me suis tourné vers Fabrice Bouthillon, qui a accepté de constituer le dossier et donc m’a proposé de travailler sur Hans Frank.

Quand je me suis inscrit en première année de doctorat, j’avais l’impression d’être déjà un salarié, le statut d’étudiant était assez loin derrière moi d’autant que je donnais des cours. Le statut de doctorant n’a pas été forcément facile, je l’ai vécu par moments comme une infantilisation. Mais ce parcours-là me plaît. Les rencontres, les liens forts que l’on tisse tous au cours de nos existences, cela m’a permis d’être là.

AL : Après le master, j’ai travaillé un an à la librairie Dialogues, une année où j’étais dans les limbes de ce que j’allais faire plus tard, je ne savais pas, j’étais perdue, c’était très enrichissant, mais j’étais perdue. Au début, je me destinais à passer les concours de l’enseignement, enfin mes parents voulaient que je passe les concours de l’enseignement, et quand on entend ça depuis qu’on est tout petit, on est quand même cadré, on suit quelque chose qui ne nous correspond pas forcément. Je me suis inscrite en Master 1 à l’ESPÉ, mais la formation ne me convenait pas du tout, surtout après deux ans de totale liberté en master recherche. Je le vivais mal, j’étais infantilisée et ça ne me plaisait pas du tout. Ce qui a amené que j’ai vite arrêté, enfin j’ai quand même été aux oraux du Capes. Je suis ensuite passée chez Dialogues pendant un an et on a posé un dossier avec Valérie Huet pour ce projet de thèse, j’avais toujours la recherche qui me trottait dans la tête depuis le master et je l’ai fait, j’ai sauté le pas, même si je savais que ça n’allait pas plaire à ma famille, tant pis, c’est ma vie, ce n’est pas la leur !

Les études n’étaient pas loin, c’était l’année d’avant et franchement, même encore aujourd’hui, même si c’est un vrai contrat de travail etc., je me sens encore étudiante, j’ai du mal, c’est peut-être une question d’affirmation, je ne me sens pas, même par rapport à toi, Éric, ou à Pauline Huon, qui êtes plus anciens, j’ai du mal à me sentir aussi légitime.

Carnets de thèse, Tiphaine Rivière, Éditions du Seuil, mars 2015. @Seuil

EK : Et pourtant tu l’es, tu l’es tout autant.

AL : Je pense, mais j’ai du mal.

EK : Est-ce que le fait de te retrouver dans la position de la personne qui donne cours aux étudiants, ça ne t’aide pas ?

AL : Si complètement, ça permet de faire un pas. Un truc tout bête, mais quand le directeur du département d’histoire, Yvan Maligorne, envoie un mail et que tu vois ton nom dans la liste, tu te dis « je ne suis plus la petite étudiante de licence ou de master », mais je reste dans cette optique-là. Je pense que c’est quelque chose qui va venir à force et c’est peut-être propre à mon esprit dans la phase de recherche, parce que là, je ne suis pas du tout dans la rédaction, pas encore et, même si j’ai des choses, c’est peut-être moins concret qu’une fois la rédaction commencée, je fais vraiment une différence entre la recherche et la rédaction, j’ai hâte d’aller à la rédaction et je pense que ça va m’apporter plus de confiance. Je n’ai pas eu l’occasion de faire d’interventions dans des manifestations scientifiques l’année dernière, c’était compliqué, c’était à distance, on voulait partir, avec Valérie Huet, pour faire quelque chose sur Paris, ça a été annulé. L’année dernière, avec le covid, c’était une catastrophe, ma première année de thèse ; heureusement que ce n’est que de la recherche pure et de la bibliographie, parce que je pense que si j’avais dû partir… Pour revenir à la question, peut-être que cette légitimité arrivera avec la rédaction, je ne sais pas. C’est un problème de manque de confiance, c’est un défaut.

EK : C’est quelque chose à gérer. Et la thèse c’est l’occasion.

AL : On apprend beaucoup de choses sur nous.

EK : Des choses dont on ne s’estimait pas capable et, en fait, on les fait, du coup en termes d’estime, c’est positif.

AL : On est poussé dans nos retranchements, ça nous construit aussi.

Quelle est la méthodologie que vous utilisez dans vos recherches ? (enquêtes de terrain, en bibliothèque…)

EK : Je voudrais insister sur ce qui se fait depuis les années 2000, qui est renforcé depuis les années 2010, c’est-à-dire la numérisation des archives qui permet de travailler à distance. Mon fonds principal se trouve à Jérusalem à Yad Vashem. Ce centre de recherche et d’archives, qui est également un mémorial, a numérisé ces archives, j’ai donc pu travailler à distance. Malheureusement, je ne suis jamais allé là-bas, mais cela va être réparé dans les mois à venir. Je trouve cela extraordinaire de pouvoir être dans la salle des doctorants et d’être connecté à Yad Vashem. C’est pour cela, je suis très content que le CRBC soit très actif dans cette numérisation des archives, avec par exemple tout ce qui s’est fait autour de La Villemarqué. Plus on rendra les archives facilement accessibles, plus cela va intéresser les gens parce qu’ils auront un accès direct aux sources. La numérisation, c’est absolument nécessaire à notre époque, en particulier parce qu’on est à une époque de défiance vis-à-vis des personnes qui produisent le savoir et si tout un chacun peut vérifier directement la source, je crois que cela permet une meilleure transmission des savoirs créés par les chercheurs, car un accès large et facile aux archives permet à tout le monde de voir à quel point les chercheurs sont intègres et éthiques dans leur démarche et qu’ils respectent les sources, les archives.

AL : La première année a été consacrée à l’élaboration d’une bibliographie. J’en avais déjà établi une pour le dépôt du dossier pour le contrat doctoral, je l’ai complétée au début de la première année. J’ai commencé à défricher un petit peu ce qu’il y avait à trouver dans les sources autour de mon sujet. J’ai commencé par le plus facile. Pour le master, j’avais fonctionné de la même façon, j’ai commencé par trier toutes les sources littéraires relatives à mon sujet et ensuite je fais par étapes. Là je suis dans mes sources archéologiques, c’est un travail de fourmi, je dois faire venir un tas de bouquins de Paris par le biais du prêt entre bibliothèques. C’est une collection qui s’appelle le Lexicon topographicum urbis Romae, c’est une encyclopédie qui regroupe tous les sites archéologiques relatifs à l’histoire de Rome dans la ville et je suis obligée de lire page par page. Des fois, c’est barbant, c’est sûr, mais quand on trouve quelque chose, c’est génial. Je suis entre deux choses : la recherche et il y a des points de mon plan qui commencent à émerger, au fur et à mesure, donc je fais des prises de notes, j’écris ce que je pense, ça me permet de construire un début de plan, que je suis censée présenter à la fin de l’année, en juin, juillet. Je fais mes prises de notes sur ordinateur, papier, ce que j’ai sous la main. J’ai plein de carnets, j’achète toujours un gros carnet en début d’année, en septembre, qui va faire l’année, « carnet de thèse n° 1 », « carnet de thèse n° 2 ». J’en prends un bien gros pour qu’il me fasse l’année, mais dedans, il y a tout, de la bibliographie, des idées me viennent des fois quand je ne fais pas ma thèse, quand je fais de la cuisine. J’y reviens tout le temps, je le reprends, je réorganise sur l’ordinateur, je fais des fiches relatives à ce que j’ai pu noter dans le carnet. C’est la base de mon travail, tout est dans le carnet, si je le perds, je suis morte ! et j’ai hâte, à la fin de ma thèse ou dans 10 ans, de reprendre ces carnets je pense que ça va être drôle !

Je travaille beaucoup par écrit et l’ordinateur, c’est plus pour la prise de notes directement sur les livres que je fais venir, les fiches bibliographie et mes cours.

EK : Je suis beaucoup plus désorganisé que ça,

AL : Il n’est pas organisé mon carnet !

EK : J’utilise une application sur mon ordinateur qui s’appelle « note », je crois qu’on a tous ça. Cette application m’a beaucoup aidé, parce que c’est comme avoir un post-it, sauf qu’il est enregistré et ne pas se perdre ! Grâce à l’outil de recherche, on les retrouve facilement. Le recours au carnet écrit, c’est quelque chose qui est venu au cours de la thèse. On m’a offert un très beau carnet et j’ai eu du mal à me dire que j’allais écrire dedans, parce que les feuilles sont très belles. Et en fait, c’est vraiment très important, parce que je ne note pas les mêmes choses sur un carnet papier que sur les notes d’ordinateur. C’est ce couple de notes informatiques et de notes papier qui permet un dialogue. Vraiment ce ne sont pas les mêmes choses, je ne sais pas comment l’expliquer, mais mon cerveau ne fonctionne pas de la même façon quand il voit une feuille et qu’il écrit dessus et je crois que c’est important d’avoir les deux. Ce carnet m’accompagne toujours, parce que je ne l’ai pas encore terminé. Après j’ai d’autres petits carnets, mais qui ont moins de valeur à mes yeux. Il m’est arrivé de perdre des feuilles volantes, mais, je réagis à ce que tu disais Axelle, ce n’est pas grave. Si ton cerveau a été capable d’arriver à une idée, il retrouvera le chemin de cette idée. Je me suis rendu compte plein de fois que j’avais oublié certaines choses, et j’y revenais à chaque fois.

AL : C’est rassurant ! Parce que je suis vraiment très tête en l’air, j’oublie tout et ça ne m’aide pas. Et c’est vrai, parce que, comme tu dis, tu ne mets pas les mêmes choses sur les notes de l’ordinateur et sur ton carnet, moi non plus. Je réfléchis beaucoup plus sur papier que sur écran, donc c’est vrai que, vu que j’ai vraiment réfléchi à mon idée au-dessus de mon carnet, si je le perds… je n’ai pas encore eu cette expérience de le perdre, j’espère que non quand même. C’est vrai qu’on réfléchit différemment.

EK : Et sur les notes informatiques, quand je relis, je suis un peu perdu parce que je ne retrouve pas mon cheminement intellectuel, parce que j’ai effacé des choses, parce que la note ne me plaisait pas au début, donc je suis revenu, j’ai effacé ce que j’avais écrit précédemment et ça me paraît parfois assez peu logique. Sur papier, il y a une trace et ce chemin-là, il est important.

AL : J’ai pris l’habitude quand j’étais en master, je trouvais ça intéressant, c’était facile et ce n’est pas très gros, c’est facile à transporter.

Pouvez-vous nous citer vos ouvrages de référence

EK : Évidemment, on a beau faire un travail de recherche, ce qui nourrit ce travail de recherche, c’est toute la littérature qu’on peut lire et même aussi les vidéos. Voici la liste des ouvrages qui me tiennent à cœur et qui m’ont nourri pendant le doctorat, selon l’ordre d’un menu :

L’entrée :
Paul Ricœur, Sur la traduction, Paris, Bayard, 2004.
Ulrich Herbert, Werner Best. Un nazi de l’ombre, Paris, Tallandier, 2010 (Best : Biographische Studien über Radikalismus, Weltanschauung und Vernunft. 1903-1989, 1996), trad. de l’allemand par D. Viollet.
un autre Herbert, mais côté fiction, Frank Herbert, Dune ; Philip K. Dick, Le Maître du Haut-château (fiction) ; Philip Kerr, Bleu de Prusse (fiction) ; Agatha Christie, N ou M ? (fiction).
Gitta Sereny, Albert Speer. Son combat avec la vérité, Paris, Le Seuil, 1997 (Albert Speer : his Battle with Trust, 1997), trad. de l’anglais par W. O. Desmond.

Le plat de résistance :
Götz Aly, „Endlösung“. Völkerverschiebung und der Mord an den europäischen Juden, Frankfurt am Main, S. Fischer Verlag, 1995.
Hannah Arendt, Eichmann à Jérusalem. Rapport sur la banalité du mal, Paris, Gallimard, 1966 (1963), trad. de l’anglais par A. Guérin. H. Arendt, j’adore sa voix et la voir fumer, je dirais que je l’écoute et la regarde plus souvent que je ne la lis. Pareillement Michel Foucault, je préfère l’écouter et le regarder que le lire, par exemple.
Christian Ingrao, Croire et détruire : les intellectuels dans la machine de guerre SS, Paris, Fayard, 2010 ; La promesse de l’Est. Espérance nazie et génocide. 1939-1943, Paris, Le Seuil, 2016.
Maurizio Serra, Malaparte. Vies et légendes, Paris, Éditions Grasset et Fasquelle, 2011.

Le dessert :
Paul Veyne, Quand notre monde est devenu chrétien. 312-394, Paris, Albin Michel, 2007 ; L’empire gréco-romain, Paris, Armand Colin, 2016.
Michel Foucault, Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris, Gallimard, 1975.
Saint Augustin, Les Confessions, in Œuvres, I, Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1998, éd. dirigée par L. Jerphagnon.

AL : Sur les cultes gentilices à proprement parler je possède trois ouvrages/articles d’envergure : un ouvrage précurseur de Mario Fiorentini, Ricerche sui culti gentilizi, publié aux éditions de La Sapienza en 1988 ; mais aussi la thèse d’Annalisa de Franzoni, Culti gentilizi a Roma tra III e II secolo A.C., soutenue à l’Université de Trieste en 2013 et enfin un article de Mario Torelli, « Culti gentilizi, culti degli antenati », publié dans Scienze dell’antichita, storia archeologia anthropologia en 2007.

Si le premier commence à dater, il apporte une bonne base de travail, et les trois productions corrélées permettent de dresser un tableau général de ce que sont les cultes gentilices. La thèse d’Annalisa de Franzoni, si elle apporte de sérieuses pistes de réflexion et permet une bonne première approche du sujet, il est regrettable qu’elle ne traite que des IIIè et IIè siècles avant J.-C, alors qu’il y a tant à dire avant et après. Quant à l’article de Mario Torelli, il apporte un nouveau regard sur l’interprétation mémorielle à donner aux cultes gentilices.

Mais au-delà de ces ouvrages, je dois aussi prendre en compte toute une bibliographie relative à l’histoire de la famille dont les deux principaux dont je me sers sont celui de Carla Fayer, La familia romana, aspetti giuridici ed antiquari, L’Erma di Bretschneider, 1994 et celui de Christopher J. Smith, The roman clan : the gens from ancient ideology to modern anthropology, Cambridge University Press, 2006 ; et ce, sans compter de nombreux articles qui me sont tout aussi utiles.

Cette bibliographie est pour le moment majoritairement étrangère, mais du côté francophone, une partie des travaux de Robinson Baudry m’apporte beaucoup, notamment autour des questions familiales, de l’aristocratie et des identités. De plus, le travail de Yann Berthelet m’est précieux quant à l’imbrication du politique et du religieux sous la République romaine (à ce propos on peut citer son ouvrage issu de sa thèse, Gouverner avec les dieux : autorité, auspices et pouvoir sous la République romaine et sous Auguste, publié aux Belles-Lettres en 2015), et enfin les productions scientifiques de Michel Humm me sont incontournables tant sur le contexte socio-politique sous la République que sur l’histoire institutionnelle de Rome.

Enfin, je dispose bien sûr d’outils de base comme le Lexicon Topographicum Urbis Romae, couvrant la topographie de la Rome antique, ou le Lexicon Iconographicum Mythologiae Classicae, encyclopédie consacrée aux figures de la mythologie classique et à leurs représentations dans les sources.

Quels sont vos relations avec le CRBC et les autres doctorants du laboratoire ?

EK : Mon sujet est relativement éloigné des axes principaux du laboratoire et pourtant, j’ai toujours trouvé ma place au CRBC. Je suis très fier d’appartenir à ce laboratoire, d’autant plus sous la direction de Ronan Calvez (directeur du CRBC de 2017 à 2021). J’ai beaucoup aimé ce qu’il a fait pour le laboratoire, il y a un dynamisme. L’image du CRBC s’est transformée au cours de ces cinq ans. C’est un plaisir de venir au CRBC, c’est toujours extrêmement humain, chaleureux. C’est un laboratoire qui occupe un certain espace. Le fait de venir – je vais au CRBC – c’est géographique, c’est comme aller à la maison, à la maison du laboratoire. Je suis content du soutien constant que j’ai eu financièrement. Quand j’ai eu des demandes spécifiques, sur des déplacements, des dossiers… à chaque fois il y a eu un accueil favorable, une écoute. À une période, j’ai eu besoin d’être en contact avec Ronan Calvez. La porte était toujours grande ouverte. Il y a eu l’anniversaire des 50 ans, j’ai adoré travailler avec Mannaig Thomas et Myriam Dupouy sur le projet de l’exposition Figures du CRBC. C’était une belle aventure, avec la photographe Marion Volant et l’idée aussi de les coller sur les vitres de la salle des Abords. Avec ce genre de moments là, on se dit que l’on fait partie de l’équipe.

Je travaille dans la salle des doctorants qui accueille les doctorants de l’ensemble de la faculté Victor Segalen. Parmi les doctorant·e·s du CRBC, je connais surtout Gwendal Piegais, Marie-Clémentine Corvest, Myriam Dupouy et Pauline Huon, dont trois sont maintenant docteur·e·s. C’est toujours très agréable de côtoyer ces personnes-là, même si nos travaux n’ont pas forcément grand-chose à voir. Ce sont des personnes qui comptent et qui peuvent aussi contribuer à ce que le doctorat se passe bien, par quelques mots, quelques échanges. Maël Jézéquel, c’est toujours un plaisir de le voir. Il a été le représentant des doctorants. Il s’est vraiment engagé auprès du laboratoire et des doctorants. Quand il y avait des demandes, il les relayait, il était là. Il s’est mis au service des doctorant·e·s.

AL : Il y a une solidarité qui fait que comme on est tous en doctorat, qui est un travail assez difficile, on s’entend tous. Il y a une bonne ambiance, des échanges. On ne se sent pas seul·e.

Le CRBC, c’est un microcosme. Une bibliothèque très agréable, c’est toujours très convivial. Quelquefois, la recherche c’est difficile et c’est un bonheur de venir travailler au CRBC, de venir voir l’équipe, de discuter, d’échanger. En termes de travail, c’est un laboratoire qui soutient énormément les doctorants. J’ai une très bonne image du CRBC, c’est une bouffée d’air dans le travail.

J’ai des contacts avec Pauline Huon, Audrey Morvan, mais je ne fréquente pas la salle des doctorants. J’ai toujours eu mes habitudes de travail en bibliothèque, à la BU ou au CRBC.

Quels sont les aspects positifs et les difficultés rencontrées ?

EK : La principale difficulté, c’est soi-même ; j’ai été mon meilleur ennemi pendant ces différentes années. Parce qu’on peut douter, trop se remettre en cause, on peut s’illusionner aussi. Pour moi, ce fut la principale difficulté à dépasser.

Les points positifs, j’espère qu’ils sont nombreux. Tout à l’heure, je parlais de numérisation, c’est une sorte de bouleversement dans la recherche et au-delà ; pour moi, c’est crucial. Le deuxième point positif que je vois, c’est désormais la certitude que j’ai d’apprendre tout au long de ma vie, parce que je suis convaincu que, plus on sait, plus on a conscience d’en savoir peu ; c’est une image d’Épinal, c’est bateau. Ce qui m’a fait le plus mal, mais qui est en même temps extrêmement positif, c’est, à chaque fois, de me dire que j’ignorais, que je ne savais pas et que je devais acquérir des connaissances sur tel ou tel point précis et ça demande beaucoup d’efforts. Finalement ce processus amène un apprenti chercheur à devenir un apprenti chercheur un peu plus compétent. Ce processus implique une humilité face à notre travail, ce qui rend possible la nécessaire remise en question de ce qu’on sait à quasiment toutes les étapes de la recherche.

AL : Pour rebondir sur ce que tu as dit, je suis d’accord que le point négatif, l’ennemi, c’est nous-mêmes. C’est difficile, le ¾ du temps, je me sens comme un imposteur, illégitime par rapport à mon travail, depuis le départ. Pourquoi j’ai eu un contrat de thèse, pourquoi moi ? J’ai toujours été bloquée dans ce schéma de pensée, dans mon master déjà, je me suis sentie illégitime par rapport à ce que je faisais, même si j’étais bien encadrée. C’est peut-être un stress interne qui ressort. C’est vraiment le problème principal dans ma recherche. Et au-delà de ça, le fait d’avoir un contrat, c’est très bien, mais c’est à chacun d’organiser son emploi du temps, et des fois on a tendance à dévier, je me laisse vite porter par des choses et je m’étale trop. Soit il y a certaines périodes qui ne sont pas du tout propices au travail, comme Noël, c’est une catastrophe ; fin décembre, j’ai décroché, mais ça, ce n’est pas grave, c’est l’histoire de quelques jours et c’est normal, c’est pour tout le monde ; mais il y a d’autres périodes où c’est plutôt propre à mon travail, j’organise un emploi du temps, je sais ce sur quoi je dois travailler tel jour, quel thème j’aborde ce jour-ci, mais je m’étale en fait, je tire trop de ficelles et, à la fin de la journée, j’ai trouvé des choses, mais pas toujours en rapport ; ce n’est pas négatif pour autant, parce que ça veut dire que j’ai des choses à dire sur mon sujet ; c’est entre les deux, c’est à la fois positif et négatif de s’étaler un petit peu, je pense. C’est l’organisation, le maître-mot du doctorat et ce n’est pas ma qualité première, mais on apprend, je pense que c’est ça aussi le but du doctorat, c’est professionnalisant, mais on est encore dans les études, on est toujours en apprentissage perpétuel et c’est aussi intéressant. Ça fait aussi partie des aspects positifs.

Je tire un gros aspect positif des relations humaines nouées dans le doctorat parce que j’ai toujours été très dans l’échange, j’ai toujours aimé sortir, j’adore voir des gens, rencontrer des gens.

L’apprentissage, c’est génial, de pouvoir approfondir son sujet, qu’on a choisi dans la lignée de son master, c’est exceptionnel, c’est une sacrée chance, de ne pas avoir la pression financière, comme certains doctorants, c’est quand même un gros point positif, je le reconnais et j’ai de la chance.

Ma directrice de thèse, Valérie Huet, a été nommée directrice du centre Jean-Bérard à Naples (Italie) en 2021, et elle est du coup moins présente. Ça me stresse, mais j’ai la chance d’avoir l’appui de Pauline Huon, elle m’aide énormément à relativiser les choses et dans l’organisation des cours, on est complémentaires et on travaille ensemble, donc c’est vraiment un point positif. Et Yves Coativy est un très bon soutien aussi, on se connaît depuis longtemps, il fait partie de mon CSI, donc je pense que c’est une bonne oreille, j’ai une très bonne relation avec lui ; mais ce n’est pas mon directeur et il ne faut pas que je l’oublie. C’est une habitude à prendre, là ça a été stressant ce semestre, mais c’est aussi ce qui fait que j’ai pu beaucoup parler à Delphine Acolat, maître de conférences d’histoire ancienne au pôle Pierre-Jakez-Hélias à Quimper, par exemple, il y a un côté positif malgré tout. Il ne faut jamais rompre les liens avec son·a directeur·rice de thèse : même si on n’a rien à dire et qu’on ne lui a pas parlé pendant un mois, un petit mail, c’est important de garder un lien, en tout cas, moi, c’est comme ça que je le vis. Mme Huet est très humaine, dès qu’elle peut, elle est vraiment là, elle est loin, mais si j’ai un problème, je sais que je peux compter sur elle. Je trouve ça important, de bien choisir son directeur. Je sais que des fois, ça se fait un petit peu comme ça, mais il faut réfléchir à ça, je pense.

Quels sont vos projets, vos actualités ?

EK : C’est la soutenance bientôt. Normalement, le 2 mars. J’ai hâte pour me dire que ça y est, c’est fait, la page se tourne ; tout en gardant à l’esprit que le livre reste ouvert parce que, comme je le disais tout à l’heure, j’estime que je n’ai pas terminé, c’est une étape. J’aimerais, je ne sais pas comment cela sera possible, dans les mois ou les années à venir, travailler avec 3 ou 4 chercheur·e·s sur le texte d’Hans Frank. Je suis arrivé au maximum de mes capacités, et là il faut qu’il y ait d’autres personnes, pour que, si jamais ce texte devait être édité, et je me pose encore la question de sa publication, il faut que ce travail soit absolument irréprochable.

AL : Moi à côté de ça, ce sont de petites actualités. Concernant ma thèse, le but de cette deuxième année est de continuer les recherches telles qu’elles sont lancées et pour ce faire, je dois/aimerais me rendre sur Paris ce semestre en bibliothèque spécialisée (Bibliothèque Gernet-Glotz de l’INHA) en plus d’un usage intensif du service de PEB de la BU Lettres. J’espère pouvoir présenter un premier plan de rédaction à ma directrice (Valérie Huet) d’ici juin ou début juillet afin de tenir mon calendrier prévisionnel.

Quant aux projets annexes au-delà des cours que je dispense à l’UBO, je suis intervenue autour de mon sujet de thèse fin novembre à Radio Évasion, radio associative du Faou, c’était très intéressant, l’expérience de la radio, et il est peut-être question de continuer à collaborer épisodiquement avec eux en mettant en place des podcasts de vulgarisation d’histoire de l’Antiquité, parce que ce n’est pas quelque chose que tout le monde connaît, au-delà des histoires mythologiques. Aussi, une amie qui est professeure de latin m’a contactée pour que j’intervienne auprès de ses collégiens latinistes de la région de Dinan, dans le but d’ouvrir leurs champs des possibles autour de l’histoire antique. Enfin, avec Pauline Huon, docteure et ATER à l’UBO, nous avons pour projet commun de monter un colloque ou une journée d’étude pour l’année prochaine, soit autour des thèmes de ma recherche, à savoir les religions privées, la famille etc., soit sur un thème conjoint, retiré de nos deux recherches. Ça vient aussi d’une histoire d’amitié, on s’entend très bien et on s’est dit, pourquoi pas, on fait de l’Antiquité toutes les deux, de la religion romaine, on va essayer de monter quelque chose.

Avez-vous un conseil à donner à un nouveau doctorant ?

EK : Ne pas faire de thèse si elle n’est pas financée. Pour moi, c’est radical. Être financé, c’est, je crois, être quasi sûr d’aller jusqu’au bout du travail. Ne pas être financé et commencer une thèse, je n’ai pas les statistiques, mais j’ai l’impression que c’est compliqué d’aller jusqu’à la soutenance.

AL : Le financement c’est super, mais je ne sais pas si tu l’as vécu comme moi, ça ajoute une pression supplémentaire, je suis financée, on attend des résultats et ça entretient mon côté imposteur.

EK : À partir du moment où tu soutiens la thèse tu as rempli ta part du contrat. C’est plus une sorte de propulsion, on te fait confiance. Malgré tous les doutes qui peuvent nous traverser, on est capable de mener cette recherche doctorale à son terme.

Mon deuxième conseil, c’est, comme tu disais Axelle, que pendant le doctorat, il faut multiplier les interactions sociales, voir beaucoup de gens, c’est-à-dire ne pas rester dans son coin, échapper au cliché du chercheur seul sur sa table, le dos courbé, non ce n’est pas ça, il faut vivre, côtoyer des gens, s’ouvrir, et de ces relations peuvent naître des amitiés exceptionnelles. Ce seraient mes deux seuls conseils.

AL : Je suis complètement en adéquation avec ce que tu dis et j’insiste vraiment sur les relations humaines, c’est très très très important. C’est important d’insister sur ces relations déjà existantes, très solides, et en plus de créer de nouvelles interactions, c’est aussi un des buts du doctorat, ça ne sert à rien de se refermer sur soi-même et je ne suis pas sûre que ça aboutisse à une bonne expérience. Et j’insisterais, mais c’est aussi parce que c’est un de mes défauts, sur le fait de s’organiser, d’être rigoureux, parce que c’est important, surtout quand on a un contrat, où on est vraiment libre de tout, et on n’a pas d’heure, on fait ce qu’on veut, on peut travailler la nuit et dormir le jour, il faut organiser ses semaines, et s’écouter aussi, si des gens ne sont pas du matin, ils décalent sur le soir, mais s’organiser, être rigoureux, carré. Et je pense, ces deux points, l’organisation et les relations humaines réunis, c’est ce qui va venir enrichir son projet.

Entretiens réalisés par Hélène Gombert et Marie Salomon-Le Moign en janvier 2022.



Citer ce billet
Marie Salomon-Le Moign (2022, 25 janvier). Portraits croisés de doctorant·e·s [4]. Bibliothèque Yves-Le-Gallo (CRBC). Consulté le 22 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m642

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.