Fortunes d’archives [4] : Programme des Fêtes de Cornouaille 1956 – Notes manuscrites de Pierre-Jakez Hélias

En 1956, les Grandes Fêtes de Cornouaille font, pour la première fois, l’objet d’une retransmission télévisée en direct. La fête bretonne de l’entre-deux-guerres1, événement de bienfaisance réunissant les reines de Cornouaille, est devenue une manifestation d’ampleur, proposant un programme festif et culturel qui attire des milliers de spectateurs et, par conséquent, l’attention des médias. Du 20 au 22 juillet 1956, Quimper bat au rythme des spectacles et animations mettant en avant les traditions populaires, autour d’une programmation bretonne et internationale2. La manifestation trouve sa conclusion – son « apothéose » selon le programme – lors de la journée du dimanche : 1 000 danseurs et 1 500 sonneurs bretons participent au grand défilé du matin et les organisateurs annoncent 100 000 à 150 000 spectateurs pour cette seule journée3. L’Abadenn veur du dimanche après-midi est un grand spectacle de danse et musique assuré par les groupes bretons et étrangers présents au festival. Au sein du comité des fêtes, c’est Pierre Hélias qui est chargé de coordonner ce spectacle.

Le Festival de Cornouaille dans le fonds d’archives Pierre-Jakez Hélias

Professeur de lettres, Pierre Hélias est nommé en 1947 à l’école normale de Quimper. Connu pour ses émissions de radio4, il est approché au printemps 1948 par des personnalités quimpéroises pour participer au renouveau de la fête, comme il l’a raconté dans Le quêteur de mémoire : « Je reçus la visite du député-maire de Quimper, Jo Halléguen et d’un François Bégot que je ne connaissais pas. Ils me firent part de leur projet de reprendre sur d’autres bases et dans d’autres perspectives les Fêtes des reines de Cornouaille instituées en 1923 par Louis Le Bourhis […]. Les deux hommes auraient voulu, à cause de certaines compétences ou qualifications qu’ils me prêtaient trop généreusement, que je leur établisse un projet de programmes et d’orientations pour une décennie, quitte à procéder à des révisions d’une année sur l’autre au vu des résultats5. » Ensemble, ils fondent un comité organisateur et lancent les « Grandes Fêtes de Cornouaille » dont Hélias sera, pendant un quart de siècle, directeur des programmes et conseiller artistique et culturel.

Le fonds d’archives Pierre-Jakez Hélias déposé au CRBC contient une importante documentation liée à l’implication d’Hélias au sein de cette manifestation. Trois boîtes6, comportant 312 pièces datées de 1945 à 1993, concernent les Fêtes de Cornouaille et l’action d’Hélias au sein du comité organisateur. Le corpus est majoritairement constitué de documents imprimés – programmes, articles de presse, photographies – qui permettent d’appréhender, sur la durée, la programmation du festival, son évolution et sa réception. Les documents manuscrits et tapuscrits – notes, ébauches de présentation, plans et brouillons d’éditoriaux, correspondances – ont un caractère plus personnel, et mettent en lumière les multiples facettes de l’action d’Hélias et le processus d’élaboration du festival. L’ébauche de programmation rédigée pour le spectacle du dimanche après-midi des Fêtes de Cornouaille de 19567 appartient à cette seconde catégorie.

J’ai découvert ce document en 2012, lors du séjour à Brest de mon co-directeur de thèse Egil Bakka, de l’Université de Trondheim (Norvège), spécialiste des danses traditionnelles scandinaves. Jean-François Simon et Philippe Jarnoux avaient eu la gentillesse de lui faire visiter la bibliothèque et ses collections, et je les accompagnais. À l’occasion de cette visite, l’équipe du CRBC avait sorti des archives et mis en valeur quelques documents en lien avec la danse, susceptibles d’intéresser Egil Bakka. Je me souviens de mon étonnement et de mon émotion en découvrant un programme manuscrit des Fêtes de Cornouaille datant des années 1950 et rédigé de la main d’Hélias. Comme l’a écrit Sébastien Carney dans le premier billet des Fortunes d’archives, « le contact physique avec le document, véritable Belle au bois dormant parfois, la mise au jour de vies oubliées […] produisent un “effet de réel” qui participe du “goût de l’archive”8 ». Le chercheur peut-il « être affecté » par une archive, comme l’ethnographe par son expérience sur le terrain9 ? Du toucher du papier cartonné à la lecture des notes manuscrites, ce livret, avant de se constituer comme une source à interroger, s’est révélé dans un rapport sensible, entre surprise et plaisir de la découverte. Dix ans plus tard, l’émotion était intacte quand, après avoir fureté dans le fond d’archives, j’ai remis la main sur ce document avec l’envie de le faire partager10.

Le processus d’élaboration du programme et ses traces

En lançant les Grandes Fêtes de Cornouaille, les fondateurs se donnent comme ambition de faire de la manifestation « une sorte de célébration commune des “pays”, un rassemblement annuel ouvert qui gagnerait toute la Bretagne par cercles concentriques, dépassant ainsi la simple festivité locale ou départementale11». Ce projet – présenter au public la diversité des costumes, des danses et des musiques de Bretagne – se concrétise dès la première édition par l’invitation de groupes venus de toute la Bretagne12 qui participent, le quatrième dimanche de juillet 1948, au « défilé des guises » le matin et à l’Abadenn veur l’après-midi. Cette formule se pérennise et, au fil des éditions, prend de l’ampleur tant du point de vue des participants que des spectateurs. Dans le foisonnement du renouveau culturel des années 1950, cercles celtiques et bagadoù se créent en nombre en Bretagne : ils sont tous invités à Quimper pour défiler et se produire en public. La place de la Résistance est transformée en arène : un podium central accueille les prestations et des gradins, d’une capacité de 20 000 places assises, sont répartis sur les quatre côtés. Le spectacle dure quatre heures.

L’organisation d’un spectacle de cette envergure nécessite une préparation minutieuse, et Pierre Hélias est chargé de le mettre en forme et d’élaborer la programmation, qui sera envoyée aux groupes et imprimée dans le livret du festival. C’est cette ébauche de programme et les recommandations qui l’accompagnent qu’Hélias a consignées dans ses notes. Ce document intitulé « Fêtes de Cornouaille 56 » se présente sous la forme d’un carré cartonné plié en deux dans le sens de la hauteur. La couverture porte la mention « Programme » ainsi que la signature d’Hélias en haut à gauche. La double page centrale comporte le programme détaillé du spectacle. La quatrième page, titrée « Notes de régie », est une liste de recommandations à l’intention des participants. Avec sa couverture titrée, son programme intérieur rédigé sur deux colonnes et sa mise en page construite et aérée, ce papier cartonné préfigure le livret imprimé du festival, permettant à son auteur de le visualiser.

Parmi les documents consacrés au programme des Fêtes de Cornouaille, ce manuscrit présente l’avantage d’être daté, ce qui permet de le situer, mais il appartient à un lot composé de notes personnelles, de brouillons, de programmes intermédiaires ou définitifs – manuscrits, tapuscrits, imprimés – qui sont autant de traces du travail d’Hélias permettant de reconstituer une partie du processus d’élaboration de l’Abadenn veur de 1956. Le document propose un programme en trois parties, dont la première et la troisième sont consacrées à la danse bretonne et la deuxième aux groupes étrangers13. Le spectacle s’achève par la « Présentation des Reines », suivie de la « Danse des mille » et du « Triomphe des sonneurs ». Le programme des danses bretonnes est construit autour de « Variations » de danses : ridée, quadrille, passepied et dérobée dans la première partie, gavotte, bal/jabadao et piler lann dans la troisième14. Entre deux « Variations », des danses qu’Hélias qualifie « de caractère » – Danse du cheval Mallet, Danse des bergers de Poullaouen – sont présentées en « intermèdes ».

Un autre manuscrit, non daté, portant la mention « Esquisse de programme15 », comporte des références identiques – groupements de danses, terroirs, consignes – avec des flèches et des chiffres qui indiquent une version antérieure et un ordonnancement en construction. Dans le cheminement qui doit aboutir au programme définitif, les différents manuscrits nous permettent de retracer un processus d’agencement progressif :

  • Hélias a d’abord posé son projet de spectacle sous forme de listes : besoins de mise en scène, groupements de danses, déclinaisons de formes d’une danse, liste d’intermèdes possibles ;
  • il a réparti les variations de danses dans l’une ou l’autre partie et les a ordonnées ;
  • il a choisi des danses pour servir d’intermèdes et les a positionnées entre chaque variation.

Hélias a construit son programme par des opérations successives d’identification, de sélection et de distribution des danses. Le document qui nous intéresse montre le résultat de ces opérations qui consistent à assembler un certain nombre d’éléments pour constituer un ensemble, à la façon d’un puzzle. Dans cette version intermédiaire, on note un besoin de visualisation du programme en construction à travers l’organisation sur une double page et l’utilisation d’encres de couleurs qui permettent de distinguer les groupements de danses en rouge, et les intermèdes en noir. Des biffures, ajouts, réécritures et espaces en blanc sont la trace d’une programmation en train de se stabiliser, et à laquelle Hélias met la dernière main avant d’en fournir une version tapuscrite.

Pierre-Jakez Hélias et le spectacle des Fêtes de Cornouaille

Chargé d’établir le programme et les orientations au sein du nouveau Comité des Fêtes, Hélias préconise alors « d’abandonner la formule surannée de la fête folklorique pour l’étendre à tous les aspects de la culture populaire bretonne sans en excepter un seul et en veillant sévèrement à l’authenticité des prestations spectaculaires tout en tenant compte de l’évolution que subissait cette culture sous la pression des temps nouveaux16 ». Dans un paysage de fêtes bretonnes marquées par l’héritage de Botrel et du bardisme, cette intention nécessitait, tout d’abord, d’évacuer « les accents désarmants d’une nostalgie nourrie de clichés » et de « remonter aux véritables sources de l’inspiration populaire17 », puis de proposer des mises en scène « composées avec le plus grand soin pour que le public en ait la meilleure lecture18 ». À l’examen des notes d’Hélias pour l’Abadenn veur, on perçoit la volonté du programmateur de mettre en acte ces orientations dans le « Festival des danses de Bretagne » de 1956.

Comme l’indique le titre de l’Abadenn veur, les danses traditionnelles bretonnes constituent le cœur du spectacle. Hélias, qui a consacré une monographie au sujet19, est un bon connaisseur des répertoires bretons et de leur pratique dans l’ancienne société rurale. Le programme reflète sa connaissance du répertoire de danses, de leur distribution géographique et de leur histoire20. Il choisit, par exemple, de présenter une séquence de gavottes, qu’elles soient de la montagne, du pays bigouden ou de l’Aven. Alors que la diversité de leurs formes – ronde, chaîne, couple – ou de leurs pas – marché, sautillé, couru – faisait fréquemment considérer ces danses comme étant différentes, Hélias les rassemble sous la même appellation, donnant à voir qu’elles sont des variations issues d’une origine commune. Le programme montre la volonté de mettre en scène une matière bretonne ancrée dans les terroirs et issue de la tradition populaire. Chaque groupe est considéré comme un ambassadeur de son terroir, sa prestation illustrant les différentes dimensions de ses traditions locales. Dans cette perspective, le répertoire vannetais – ridées, en dro – est dansé par les groupes du Morbihan, qui se présentent dans le costume de leur pays (Auray, Lorient, Pontivy, etc.) et accompagnés par les instruments locaux. Les prestations successives, mises ensemble, composent une mosaïque qui fait du spectacle une sorte de tableau vivant représentant la diversité des danses de Bretagne.

Cette mosaïque étant constituée de danses présentées dans leur forme « brute21 », il revient à l’organisation du festival de les mettre en valeur « soit en jouant sur les contrastes et les transitions, soit en faisant appel à la géographie physique et humaine pour les expliquer22 ». La composition du spectacle autour de quelques grandes familles de danses manifeste la volonté d’une présentation intelligible pour le public, qui est comme guidé dans sa découverte des danses de Bretagne par l’exposition de variations de ridées, de gavottes ou de quadrilles. Au-delà de cette dimension, qu’on pourrait qualifier de « pédagogique », le travail sur la lisibilité et la qualité de la mise en scène se traduit par une attention aux éléments visuels et temporels du spectacle. Hélias note ainsi dans son ébauche de programme que les danses dites « de caractère » seront à « intercaler en tenant compte du jeu des costumes23 ». Il se montre également soucieux du rythme du spectacle : il minute les passages, ne prévoit pas d’entracte, enchaîne les variations, fait la chasse aux temps morts (« pas d’intervention durant le spectacle – pas de discours ou de communication24 ») et inscrit dans une note de conseils à l’intention des groupes : « Mieux vaut une production trop courte que trop longue25. » Dès son ébauche de programme, Hélias note que « le podium a quatre côtés26 » et cherche à optimiser la lisibilité du spectacle pour le public. Il cherche à écarter les présences ou mouvements parasites (« pas d’allées et venues autour du podium »).

Mais il va plus loin : il dessine, dans les différents manuscrits, des croquis de mise en espace de certaines danses, afin qu’elles soient bien visibles par tous. Ces schémas sont inscrits dans un rectangle qui représente la scène, vue d’en haut, des lignes et des ronds symbolisant la position des danseurs ou leurs déplacements. À travers ces schémas, Hélias nous laisse le témoignage de sa maîtrise des enjeux du spectacle de danse et de son engagement dans un travail proche de celui que ferait un chorégraphe.

Les Fêtes de Cornouaille ont joué un rôle déterminant dans le renouveau culturel d’après-guerre, en offrant un lieu de production prestigieux et exigeant au mouvement des cercles et bagadoù alors en plein développement. Au sein du fonds Pierre-Jakez Hélias, les archives des Fêtes de Cornouaille complètent et enrichissent les commentaires qu’Hélias a fournis concernant son action culturelle dans ses écrits mémoriels. Ensemble, ils jettent une lumière nouvelle sur le travail d’Hélias au service du festival et sa contribution majeure à l’évolution de la présentation scénique de la Bretagne et de la danse bretonne à travers un projet d’éducation du public et des participants.

Programme des Fêtes de Cornouaille 1956 – Notes manuscrites de Pierre-Jakez Hélias
Fonds Pierre-Jakez Hélias – PJH257.45
Fabrice David, docteur en anthropologie de la danse, chercheur associé au CRBC

  1. Créée en 1923, la fête s’est tenue jusqu’en 1937. []
  2. Sont présents des groupes venus de Norvège, Russie, Écosse, Italie et Suisse. []
  3. Ronan Gorgiard et Jean-Philippe Mauras, Cornouaille : de Fêtes en Festival, Spézet, Coop Breizh, 2010. p. 52. []
  4. Il anime, à partir de 1946, l’émission hebdomadaire en breton sur les ondes de Radio-Quimerc’h. []
  5. Pierre-Jakez Hélias, Le Quêteur de mémoire. Quarante ans de recherche sur les mythes et la civilisation bretonne, Plon, 1990, p. 290. []
  6. CRBC, fonds Pierre-Jakez Hélias, PJH257, PJH258 et PJH259 (boîtes 40 à 42). []
  7. Ibid., PJH257.45. []
  8. Sébastien Carney, « Lettre de Raymond Delaporte à ses parents, 1er avril 1912 », Fortunes d’archives, en ligne : https://bylg.hypotheses.org/1401, consulté le 28/12/2021. []
  9. Jeanne Favret-Saada, « Être affecté », Gradhiva, n° 8, 1990, pp. 3-9. []
  10. Je tiens à remercier Philippe Lagadec et Marie Salomon-Le Moign pour leur invitation à contribuer à la rubrique Fortunes d’archives et les personnels d’appui à la recherche de la bibliothèque Yves-Le Gallo pour leur disponibilité. []
  11. Pierre-Jakez Hélias, op. cit., p. 290. []
  12. Ce sont essentiellement des groupes de danseurs. Le premier bagad, celui des cheminots de Carhaix, est créé en 1947, et c’est à partir du début des années 1950 que ces orchestres vont se multiplier. []
  13. Je ne m’intéresse ici qu’au programme de danse bretonne, celui des groupes étrangers n’étant pas détaillé dans le manuscrit. []
  14. Au sein d’une famille de danses, les variations proposent des danses différant du point de vue de la forme ou du pas. Ainsi, dans la famille des gavottes, la danse est présentée en couple, en chaîne courte, chaîne longue et en ronde. []
  15. PJH257.44. []
  16. Pierre-Jakez Hélias, op. cit., p. 150. []
  17. Ibid., p. 300. []
  18. Ibid., p. 302. []
  19. Pierre Hélias, Danses de Bretagne, Châteaulin, Éd. Jos Le Doaré, 1955. []
  20. Dans l’état des connaissances d’alors : la thèse de Jean-Michel Guilcher sera publiée en 1963. Jean-Michel Guilcher, La tradition populaire de danse en Basse-Bretagne, Coop Breizh-Chasse Marée/Ar Men, 1995 [1re édition, 1963]. []
  21. Au cours du XXe siècle, la pratique des groupes folkloriques a constitué la danse sociale des anciens milieux ruraux en une expression scénique mais, en 1956, les danses n’étaient pas chorégraphiées. []
  22. Pierre-Jakez Hélias, op. cit., p. 303. []
  23. PJH257.44. []
  24. PJH257.45. []
  25. PJH257.43. []
  26. PJH257.44. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.