Le laboratoire linguistique d’Humphrey Lloyd Humphreys

L’arrivée de nouveaux fonds d’archives à la bibliothèque du CRBC suscite toujours la curiosité et l’intérêt, car ceux-ci constituent autant de portes qui s’ouvrent sur des ateliers de la pensée. C’est le cas du fonds « Humphrey Lloyd Humphreys », d’autant plus que ce chercheur est bien connu des spécialistes de linguistique bretonne et galloise, et des participants aux séminaires « La Bretagne Linguistique » du Groupe de recherche sur l’économie linguistique de la Bretagne (GRELB) qu’Humphreys suit depuis sa création en 1984, auquel il participe régulièrement depuis 25 ans et dont il a enrichi d’articles la revue éponyme.

Humphrey Lloyd Humphreys est originaire du pays de Galles où il s’est formé à la fois à la géographie et au français à l’université d’Aberystwyth. Venu poursuivre en Bretagne ses études de français en 1957-1958, il suit en parallèle les cours de breton de François Falc’hun à l’université de Rennes : il est d’ailleurs le seul étudiant à obtenir son diplôme d’études celtiques en 1958. Passionné de linguistique, il complète son apprentissage du breton par les livres, mais il commence également très vite à l’apprendre auprès de locuteurs natifs, sur le terrain. Le plaisir de parler breton lui vient justement de ce contact avec les bretonnants, comme il le dit dans un extrait de l’émission « Quatre étrangers bretonnants » animée par Fañch Broudic et diffusée sur FR3 en 1978 (L’Ouest en mémoire, INA) : « Kaozeal a-walc’h a ran galleg pa vezan oc’h ober skol bremañ met muioc’h plijadur am bez gant ar brezhoneg peogwir am eus desket ar brezhoneg en ur gaozeal gant an dud. » Alors qu’il enseigne l’anglais à Corlay puis à Scaër, il commence à mener des enquêtes sur la langue bretonne dès 1961-1962. De retour au pays de Galles où il enseigne le français à l’université de Lampeter entre 1963 et 1997, il écrit une thèse de doctorat en dialectologie bretonne, soutenue en 1985, sur le breton de Bothoa : Phonologie et morphosyntaxe du parler breton de Bothoa en Saint-Nicolas-du-Pélem (Côtes-d’Armor), publiée chez Emgleo Breiz (Brest) en 1995.

Les documents d’archives qui émanent de ses recherches et qu’on pourra désormais consulter à la bibliothèque du CRBC comportent trois grands volets du laboratoire linguistique d’Humphreys. Premièrement, sa correspondance depuis les années 1960, qui témoigne entre autres de ses relations et interrogations partagées avec des dialectologues et linguistes universitaires ou amateurs, et avec des acteurs des mouvements culturels bretons comme Ar Falz ou Emgleo Breiz. Deuxièmement, un grand nombre d’ouvrages en gallois, dont certains datant du milieu du XVIIIe siècle (photo n° 1). À ce volet « gallois », on peut ajouter la présence d’un dossier du chercheur sur ses travaux préparatoires à la traduction en gallois de la pièce de théâtre Mevel ar Goskêr de Pierre-Jakez Hélias (photo n° 2) et dont le tapuscrit se trouve déjà dans les rayonnages de la bibliothèque (Yr Hwsmon).

Troisièmement, on y trouvera diverses notes liées à ses recherches sur le parler breton de la région de Saint-Nicolas-du-Pélem : une cinquantaine de carnets de notes contenant des relevés linguistiques dont certaines parties sont inédites par rapport au contenu de sa thèse (photo n° 3) ; des cartes de relevés lexicaux classées par ordre alphabétique (photo n° 4) ; un dictionnaire phonétique manuscrit du dialecte de Botoha par son principal informateur, François Le Provost, des notes tapuscrites corrigées ; des carnets d’entretien avec Loeiz Roparz et de collecte de chansons dans la région de Poullaouen dans les années 1962-1963 (photo n° 5), tournées de collecte qui ont pu être réalisées grâce à l’achat d’une voiture par Roparz, prêtée à Humphreys, et financée par la comtesse rennaise de Rohan-Chabot, qui a mis en œuvre plusieurs actions de mécénat de soutien au mouvement culturel breton dans les années 1960.

Ce fonds présente l’intérêt de rappeler l’importance de la matérialité dans les opérations de création de savoirs. Ces échafaudages concrets des pratiques savantes ont ici la particularité de présenter un fort aspect sériel – listes de mots, fiches, cartes, carnets, etc. – qui ne sont pas sans rappeler le « Penser / Classer » de Georges Perec. Ces objets mettent à jour les processus de corrélation et de coordination entre le classement et la réflexion, qui, par nombre d’allers-retours entre ces deux pôles et par le passage de la trivialité des matériaux (notes éparses, photocopies, brouillons, agendas…) à l’abstraction de la pensée, finissent par aboutir à des publications, matérialisées sous une forme présentable et manipulable. L’examen critique ne naît pas ex nihilo et s’appuie ici fortement sur l’accumulation matérielle, la compilation et le classement de traces sonores ou écrites (les carnets de petit format ont ainsi été des outils commodes pour travailler sur le terrain), la hiérarchisation, la conservation (les spirales des carnets réduisent par exemple grandement l’éparpillement des feuilles), la mémorisation. Les archives donnent accès aux gestes besogneux, routiniers, mais essentiels à l’élaboration de connaissances.

Le CRBC archive de la sorte ce que le réel des ateliers scientifiques crée et, en tant que lieu dédié à la production de savoirs, il joue son rôle en en abritant aussi les archives.

Nelly Blanchard, professeure en langue et littérature bretonnes
Mars 2022


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.