Fortunes d’archives [6] : « Voyage dans le Finistère » (1865), traduction manuscrite par Edouard Fleury des chapitres X à XIII et XIV de A Vacation in Brittany de Richard Weld (1856)

À l’époque où je traduisais pour le CRBC Brittany and the Chase, récit de résidence en Bretagne d’un certain James Bromfield, alias I. Hope1, je rêvais, sans trop y croire, de trouver une traduction française d’un récit de voyage du même type, contemporaine de l’original, qui pût m’inspirer. Or, miraculeusement, la bibliothèque du CRBC a conservé un tel document : le manuscrit, daté de 1865, d’une traduction inédite par un Breton d’un récit de voyage en Bretagne, publié à Londres en 1856. On peut facilement imaginer mon excitation : ici, sans aucun doute, j’allais trouver non seulement un précédent, qui plus est auréolé par la sanction du temps, mais, du moins l’espérais-je, l’équivalent le plus proche possible du type de langue que j’essayais péniblement de reconstituer. Le moins qu’on puisse dire est que mes espoirs furent vite déçus.

« Voyage dans le Finistère2 » est la traduction partielle de A Vacation in Brittany3 de Charles Richard Weld correspondant à ce département, c’est-à-dire des chapitres X à XIII, plus la moitié du chapitre XIV sur un total de dix-neuf. Edouard Fleury, le traducteur, naquit à Brest en 1804. Pharmacien de métier, il devint bibliothécaire en chef de la ville en 1846. Il fut l’un des membres fondateurs de la Société Académique de Brest pour laquelle il écrivit de nombreux articles jusqu’à sa démission en 1871. Vu ce pedigree, on pouvait s’attendre à une traduction compétente, voire plus. Le contraire est vrai. Sa traduction est, de l’avis général, médiocre jusqu’à la caricature, sa connaissance de la langue anglaise est si limitée qu’il traduit presque systématiquement le pluriel par le singulier et vice versa ou confond les temps du passé et du présent, son orthographe en français est plus qu’approximative, sa technique de traduction, un mélange de calques, d’omissions, de diverses formes d’appauvrissement qualitatif et quantitatif, d’embellissements et autres déformations. À tel point que le texte ne présente pas les caractéristiques d’un vrai texte.

S’il n’a pu m’apporter de réponses aux questions que je me posais, il en a soulevé d’autres. Il s’agit d’un écrit des plus intrigants : qu’est-ce qui a bien pu conduire cet homme, auteur de nombreux articles sur les antiquités de Brest et de sa région, dont la lisibilité, aujourd’hui encore, est incontestable, à se lancer dans une entreprise pour laquelle il était manifestement si mal équipé, à recopier patiemment, phrase après phrase, un français extrêmement maladroit, traduisant mal un texte qu’il comprenait à peine ? Je voudrais citer un exemple qui contient peut-être une partie de la réponse. L’auteur décrit les détenus du célèbre bagne de Brest, c’est-à-dire de sa ville natale, et les canons chargés de mitraille (« cannon loaded with grape ») destinés à y prévenir toute révolte :

ORIGINAL :
When I entered the hall they had just been chained to the platforms, and those I saw, with few exceptions, possessed physiognomies of the most forbidding nature. To intimidate and suppress revolt, cannon loaded with grape are placed at the ends of the room, and so adjusted as to sweep the entire apartment. Talking is strictly forbidden…

(Weld 1856, p. 181-182, c’est moi qui souligne)

TRADUCTION DE FLEURY :
Quand j’entrai dans la salle ils venaient justement d’être enchaînés à leurs plateformes et ceux que je vis, à peu d’exceptions près, avaient des physiognomies [sic] de la nature la plus repoussante. Pour intimider et empêcher les révoltes, des canons chargés de grappes de raisins sont placés au bout de chaque chambre et ajustés de manière à détruire la salle entière. Franchement parlant…

(Weld 1865, p. 69, c’est moi qui souligne)

Comment un homme qui avait sans doute une connaissance directe du bagne a-t-il pu faire fi de la réalité pour produire de telles absurdités ? Il est possible que son incapacité à le faire soit liée à l’autorité, l’autorité du texte écrit tel qu’il le comprenait (mal) prenant le pas sur ses propres connaissances préalables. Ou bien ces raisins sont-ils des raisins de la colère ? A-t-il consciemment ou inconsciemment, en tant que « voyageaire » (travelee) – pour reprendre le néologisme forgé par Mary-Louise Pratt4 pour désigner « celui sur qui l’on écrit, sur qui l’on voyage » – déformé le texte dans un acte de réappropriation vengeur d’une représentation de son propre pays par un voyageur étranger ? Quoi qu’il en soit, il a échoué de manière flagrante, car la traduction, qui fut lue devant la Société plusieurs semaines d’affilée, ne fut jamais finalement publiée pour des raisons sans doute liées à un désaccord au sein de la Société sur l’intérêt de publier un tel livre de voyage par un étranger. Fleury, comme moi qui m’apprêtais à traduire cent vingt ans plus tard un livre analogue, avait foulé un terrain dangereux. Mais aussi étrange que cela puisse paraître, la comparaison des deux expériences montre que ma position (de non-contemporain) était en fin de compte beaucoup plus confortable.

Informativité, posture traductive, éthicité

Fleury s’est efforcé de formuler un projet, mais en tant qu’éditeur et non en tant que traducteur. Il a conçu le livre de Weld comme un récit de voyage dans le Finistère en prenant les dispositions nécessaires chaque fois que l’original faisait référence à des sections précédentes. Cette « finistérisation » du texte correspondait à son intérêt d’antiquaire local et aurait pu lui valoir le soutien institutionnel de la Société. En tant que traducteur, cependant, il n’a pas réussi à définir un projet, encore moins une stratégie de traduction. Quant à moi, en essayant de rendre compte de cet échec, j’ai mieux compris ma propre stratégie que lors du processus de traduction proprement dit. Je pense que son échec peut s’expliquer de trois façons au moins.

Premièrement, il a adopté une vision plutôt naïve de l’informativité, paramètre essentiel de la textualité. On peut bien sûr lui pardonner d’avoir ignoré la maxime de la pertinence de Grice, mais son bon sens aurait dû lui dire que « la pertinence d’une nouvelle information pour un individu doit être évaluée en fonction de l’amélioration qu’elle apporte à sa représentation du monde5 » (notre traduction). De toute évidence, le livre de Weld avait très peu d’informations nouvelles à apporter aux lecteurs bretons. Au contraire, comme la plupart de la trentaine de récits de voyage en Bretagne écrits en anglais au XIXe siècle, il capitalise sur l’ignorance du pays par le lecteur victorien auquel il est destiné, pour produire des collections massives de données, pillant parfois sans vergogne d’autres livres, y compris des livres bretons comme Les Derniers Bretons de Souvestre. La distance historique, paradoxalement, m’a fourni, par contraste, cette informativité qui manquait à la traduction de Fleury. J’ai pu transformer, en quelque sorte, le voyage dans l’espace en un voyage dans le temps. Mieux, ce décalage temporel m’a permis de percevoir le texte comme appartenant à un sous-genre particulier (celui du récit de voyage victorien) pour la simple raison que ce sous-genre a cessé d’exister et peut donc être considéré comme un système fini avec ses propres règles datées. Fleury ne pouvait pas maîtriser le type de texte dans lequel s’inscrit la Vacation in Brittany de Weld parce que celui-ci était au mieux en devenir dans la production littéraire française. L’équivalent le plus proche auquel il pouvait avoir recours était l’excursion locale. De même, il n’a pas de vocabulaire pour dire le pittoresque. Des mots tels que « delightful », « quaint », « gay », « fair », « lofty » or « bewildering » sont invariablement atténués pour devenir simplement « beau » ou « grand ». Le concept même de « scenery » ne trouve pas d’équivalent dans l’écriture de Fleury, qui parle de « pays », terme qui appartient plus au genre de l’exploration qu’à celui du voyage.

Ce que l’étude de la traduction de Fleury m’a aussi appris, c’est que le succès relatif d’une traduction, c’est-à-dire sa conformité à son projet, dépend beaucoup de ce qu’Antoine Berman appelle la position traductive du traducteur. Sa définition mérite d’être citée dans son intégralité :

La position traductive est, pour ainsi dire, le « compromis » entre la manière dont le traducteur perçoit en tant que sujet pris par la pulsion de traduire, la tâche de la traduction, et la manière dont il a « internalisé » le discours ambiant sur le traduire (les « normes »)6.

Berman explique encore que la posture traductive est liée à la fois à la posture des traducteurs vis-à-vis de la langue (leur position langagière), c’est-à-dire leur rapport aux langues étrangères ainsi qu’à leur langue maternelle, et à leur posture scripturaire, c’est-à-dire leur rapport à l’écriture et aux œuvres littéraires.

Or, je pense que le principal problème de Fleury est précisément celui-là. Pour le Breton que je suis, c’est une expérience tristement émouvante que de tenir entre ses mains cette traduction manuscrite, témoignage de l’aliénation qui caractérise souvent l’auto-expression7. Fleury ne peut pas traduire parce qu’il n’a pas de position sûre à partir de laquelle traduire. L’envie de traduire est là, mais le compromis qu’il a essayé d’atteindre a eu l’effet d’un boomerang et a fait de lui un sujet colonial au-delà de ce que la culture française (qu’il a si manifestement voulu intégrer) ou le prisme britannique de son identité bretonne (qu’il a essayé de faire sien) n’osaient imaginer.

J’avais plus en commun avec Fleury que je ne voulais l’admettre. N’avais-je pas moi aussi, consciemment ou inconsciemment, été pareillement attiré par la langue anglaise peut-être pour compenser la perte d’une autre langue ? Mon projet, pour être mené à bien, ne pouvait faire l’économie d’une réflexion d’ordre éthique.

L’éthique, en effet, est la troisième raison pour laquelle la traduction de Fleury laisse tant à désirer. « L’éthicité [de la traduction], écrit Berman, réside dans le respect, ou plutôt dans un certain respect de l’original ». Il y a fort à parier que Fleury ait mal compris la notion de respect dû à l’original. En raison de sa posture de traducteur peu sûr de lui, sa relation au texte est plus servile que respectueuse. Il est fidèle au texte, mais seulement comme un esclave est fidèle, s’inclinant devant son « autorité » même quand ce texte contredit ce que lui disent ses yeux et ses oreilles ou l’amène à déformer la langue cible au point de la rendre méconnaissable. Comme le dit si bien le poète et traducteur Jean-Yves Masson : « La dimension du respect n’inclut pas la négation de soi de celui qui respecte son propre respect ».

Il est difficile d’imaginer une situation où la question de l’éthique pourrait être plus cruciale que dans le cas, certes limite, de la traduction par un Breton d’un récit (par un voyageur britannique) de voyage ou de séjour en Bretagne. Il faut, dirais-je, respecter l’original, mais aussi prendre une certaine revanche. Membre du CRBC et non plus de la Société Académique de Brest, je formulais à mon tour, cent vingt ans plus tard, le projet, en tant que médiateur impliqué, de négocier cette dialectique du respect et d’une certaine forme de revanche (amicale)…

« Voyage dans le Finistère » (1865), traduction manuscrite par Edouard Fleury des chapitres X à XIII et XIV de A Vacation in Brittany de Richard Weld (1856)
Bibliothèque du CRBC – C-08599-00
Jean-Yves Le Disez, maître de conférences en anglais



Citer ce billet
Marie Salomon-Le Moign (2022, 16 mai). Fortunes d’archives [6] : « Voyage dans le Finistère » (1865), traduction manuscrite par Edouard Fleury des chapitres X à XIII et XIV de A Vacation in Brittany de Richard Weld (1856). Bibliothèque Yves-Le-Gallo (CRBC). Consulté le 22 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m646

  1. I. Hope [alias James Bromfield], La Bretagne et la chasse, traduction et introduction de Jean-Yves Le Disez, Brest, CRBC-UBO, 1995, 105 p. [Titre de l’original : Brittany and the Chase (Londres, 1853)]. []
  2. Charles Richard Weld, Voyage dans le Finistère, traduit de l’anglais par E. Fleury. Extrait du voyage en Bretagne de Charles Richard Weld publié à Londres en 1856, manuscrit, 1865. Brest, bibliothèque du CRBC, université de Bretagne occidentale. []
  3. Charles Richard Weld, A Vacation in Brittany, London, Chapman and Hall, 1856. []
  4. Mary Louise Pratt, Imperial Eyes: Travel Writing and Transculturation, London and New York, Routledge, 1992. []
  5. H. P. Grice, The Logic of Conversation, Cambridge (MA), Harvard University Press, William James Lectures, 1967. []
  6. A. Berman, Pour une critique des traductions : John Donne, Paris, Gallimard, 1995, p. 74-75. []
  7. Inversement, dans ma propre stratégie de traduction, je me suis davantage situé dans ce que Marie Louise Pratt, appelle « l’autoethnographie », terme par lequel elle désigne « toute situation dans laquelle des sujets colonisés se représentent eux-mêmes selon des modes qui questionnent les termes mêmes du colonisateur » (1992, p. 7, ma traduction). []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.