Portraits croisés de doctorant·e·s [5]

Retrouvez les portraits de deux doctorant·e·s du CRBC à des moments différents de leur parcours de thèse. Retrouvez ici les portraits de Malo Adeux, doctorant en littérature médiévale, et Marianne Raguénès, doctorante en histoire de l’art.

Quel est votre thème de recherche et qu’est-ce qui vous a conduit à le choisir ?

Malo Adeux : J’ai fait des études de littérature de lettres modernes, et puis j’ai commencé à faire des études de littérature médiévale à la faculté des Lettres de Brest et à m’intéresser à l’aspect comparatif. J’ai travaillé sur des corpus scandinaves notamment. Le sujet qu’on a choisi avec Hélène Tétrel, ma directrice, c’était un sujet qui permettait de travailler sur des corpus qu’on n’avait pas l’habitude de mettre en regard la plupart du temps, parce qu’il n’y a pas grand monde qui maîtrise à la fois un corpus français et deux corpus étrangers. Notre choix s’est resserré autour du gallois et de l’islandais médiéval, on a cherché quelque chose sur le contact entre les cultures et on a trouvé un texte de la fin de l’Antiquité qui est un faux témoignage de la guerre de Troie, parce qu’à l’époque on sait qu’Homère est quelqu’un qui raconte tardivement les événements.

Marianne Raguénès : À la base, je suis ébéniste, restauratrice de mobiliers anciens. Quand je suis arrivée en master, j’ai ouvert mon atelier de restauration, le temps que la clientèle arrive j’ai voulu poursuivre mes études sur un sujet concernant le mobilier et comme on est en Bretagne, de préférence le mobilier breton.

Je suis alors tombée sur le mobilier néo-breton. Une production complètement kitsch et dévalorisée. J’ai trouvé ça très drôle de choisir de travailler sur un mobilier aussi original, décrié et dont on parlait très peu. Sur ce sujet il y aurait pu n’y avoir strictement rien à dire, mais je me suis aperçu qu’il y avait de nombreux éléments qui gravitaient autour par exemple les ateliers, la critique, la clientèle, mais aussi les questions de sentiment, fierté et de honte de posséder ces meubles, etc. donc en fait plein d’éléments à traiter dont on n’aurait pas pu soupçonner l’existence. Et ça, je m’en suis vraiment aperçu à la fin de mon master que j’ai fait avec Florent Miane et j’ai voulu poursuivre en thèse avec notamment Nelly Blanchard pour la partie culture bretonne et avec Pascal Bertrand de l’Université Bordeaux Montaigne pour la partie histoire de l’art et mobilier.

Et tu as toujours une activité ?

MR : Mon atelier est fermé, mais je travaille de temps en temps avec une collègue, qui est à Landunvez. Je fais notamment ses finitions traditionnelles, je l’aide un petit peu pour la restauration. Pour moi, ça fait sens de connaître le meuble techniquement parlant. Grâce à mes formations en ébénisterie, j’ai appris à les dessiner, à les concevoir, à connaître leur histoire, mais aussi les techniques anciennes avec la restauration. Être à l’atelier me permet aussi d’entendre les discours des artisans, des clients qui sont fiers de vous présenter leurs meubles. Maintenant les étudier plus théoriquement au travers des archives, c’est encore une autre manière de les regarder et je trouve ça bien, ça fait sens.

Quels changements a produits le passage du statut d’étudiant à celui de doctorant ?

MA : Moi je dirais, je ne sais pas si tu es d’accord avec ça, qu’on est plus, seuls. Quand on est en licence, on est dans un groupe. Ce groupe existe toujours en master, même s’il est beaucoup plus petit et donc éventuellement en fonction de si on a une bonne promo ou pas, le master c’est un moment assez fort humainement parce qu’on se retrouve avec une quarantaine d’étudiants. Mais quand on est doctorant, du coup on travaille vraiment sur UN sujet et il suffit qu’on fasse quelque chose d’un peu marginal dans la recherche, la littérature médiévale, celtique, il n’y a personne, je pense au CRBC qui fait ça.

On est un peu plus isolés. Il n’y a que nous et notre directeur.

Même avec les autres doctorants, quand on se retrouve, on n’a pas nécessairement beaucoup de choses à se dire. C’est comme si on était sur une île déserte, sur un radeau, mais il peut y avoir qu’une seule personne par île déserte, donc on se croise : « ça se passe bien ? » « Ben oui, il y a de l’eau par là, on va super. » Et puis en fait, on est vraiment seul face à sa recherche.

MR : Moi ce sentiment d’isolement je l’ai depuis le master parce que c’était un master covid. Et on n’était pas un groupe soudé, ce qui m’a fait bizarre, parce que justement avec les formations d’ébénisterie, on était dans des tout petits groupes de 9 à 10 élèves très soudé. Je trouve que le passage de la licence ou du master au statut de doctorant, c’est surtout qu’on est dans un statut bâtard. C’est-à-dire par exemple que quand je vois les étudiants de master, spontanément j’irai les tutoyer, et en fait eux, ils mettent directement une distance, ils vous vouvoient.

Donc on est tout seul comme tu dis sur notre petit radeau.

C’est pour ça qu’on essaie de mettre en place avec Myrzinn Boucher-Durand, doctorante à Harvard, actuellement en séjour de recherche au CRBC, et Axelle Lamour, un mardi tous les quinze jours des réunions avec les doctorants pour justement discuter un peu de nos sujets, mais surtout qu’on soit capable de se retrouver, de se rencontrer dans les couloirs et discuter un peu d’autre chose que de notre recherche. Et c’est vrai que, quand on avait fait les journées de l’école doctorale STT qui avaient eu lieu à l’abbaye de Rhuys, en juin 2022, c’était impressionnant. En fait, les gens ne parlaient que de leur sujet. Il n’y avait pas de vie à côté.

MA : J’ai croisé un doctorant récemment, chargé de cours dans le même département que moi, et là on peut parler de l’autre métier qu’on peut éventuellement avoir quand on est doctorant, c’est chargé de cours. Parce que le fait d’être isolé pendant la thèse, d’être seul, c’est un peu le jeu. Mais je trouve qu’être en contact avec les étudiants, c’est une partie qui me plaît beaucoup. On est dans ce statut bâtard. Donc on est à la fois des chercheurs et des gens qui étudient, donc on est des éternels étudiants et quand on se retrouve face à des étudiants, ça nous permet de relativiser.

Ce qui revient dans les portraits précédents, c’est une certaine illégitimité par rapport aux chercheurs.

MR : J’ai un beau syndrome de l’imposteur. Déjà pour ce qui concerne ma bourse, je suis financée par l’UBO, par le musée de Bretagne et par l’association Bretagne Culture et Diversité. Et il faut savoir que sur ces trois bourses je n’ai posé qu’un dossier pour Bretagne Culture et Diversité, en période de covid. D’après ce que j’ai compris, il n’y avait pas beaucoup de dossiers déposés cette année-là. Donc je me dis que j’ai eu ma bourse parce qu’il n’y avait pas de dossier.

J’ai de la chance d’être là et j’en suis très contente.

MA : Il y a une partie de chance et si on est en thèse, c’est qu’on le mérite.

Quelle est la méthodologie que vous utilisez dans vos recherches ? (enquêtes de terrain, en bibliothèque…)

MR : Moi c’est très large. J’utilise vraiment beaucoup de choses différentes, c’est-à-dire qu’il y a déjà le support photo pour étudier les meubles, mais aussi les meubles en eux-mêmes pour observer les bois, les finitions, les assemblages, ça, c’est quand j’ai la chance de pouvoir accéder aux meubles. Il y a aussi les entretiens avec les anciens fabricants de meubles ou les gens qui se sont passionnés pour cette fabrication. Il n’y en a pas beaucoup, mais ça existe. J’ai aussi tous les documents d’archives, les factures, tout ce qui va être en rapport avec le tourisme, avec les recensements, les dossiers de grèves, les expositions… toutes les séries 10M, 8M, 9M, aux archives départementales, les dossiers spécifiques à une entreprise sont extrêmement rares. Cela demande aussi d’aller chercher des archives chez les particuliers, par exemple, j’ai réussi à obtenir les plaques photographiques d’un sculpteur de Melrand (Morbihan) pour les numériser.

MA : Moi, ce n’est pas du tout ça. Il y a un aspect contact humain seulement dans le fait que j’ai dû aller dans d’autres universités. Par exemple, j’avais travaillé en Islande et je savais un peu comment l’université fonctionne, contrairement à quelqu’un de complètement extérieur.

Pour ma recherche, je lis beaucoup et la seule variété, c’est dans le type d’approche que j’ai.

Je fais beaucoup de notes de lecture sur des sur des enveloppes que je recycle. Je fais beaucoup de notes. Mon travail consiste à faire communiquer des types de recherches qui ne communiquent pas. Quand vous devez lire des articles en suédois et en gallois, vous savez que ces gens-là ne se sont pas lu du tout. Et donc ce qui est intéressant, c’est de regarder s’ils ont trouvé des choses similaires.

Donc je rentre dans un cadre beaucoup plus rat de bibliothèque. Il faut lire des choses dans des langues qu’on ne maîtrise vraiment pas beaucoup. Le suédois, moi je ne le parle pas, j’ai dû feuilleter Assimil pour être capable de reconnaître des mots et pouvoir lire quelques articles J’aurais bien aimé rencontrer des gens du Moyen Âge pour leur parler…

Pouvez-vous nous citer vos ouvrages de référence

MR :

Quels sont vos relations avec le CRBC et les autres doctorants du laboratoire ?

MR : Avec le CRBC, c’est très bien, c’est un peu l’annexe de la maison. C’est un endroit où on peut être tranquille, se concentrer. Enfin, quand je suis chez moi, j’ai tendance à m’éparpiller. Ici, on peut se contraindre sur des horaires, 9 h-18 h, ça pose un cadre. Et pour les autres doctorants, le problème c’est qu’on ne les voit pas beaucoup. Moi je regrette qu’on ne se connaisse pas. On revient à l’idée de solitude, et la salle des doctorants, je n’y vais quasiment pas.

MA : J’ai commencé à y aller justement parce que j’avais des impressions de dernière minute à faire pour certains cours. Et le fait d’y aller, ça permet de rencontrer des gens. On discute et c’est plutôt sympa. On est face à des gens qui vivent la même chose que nous. On est dans la même dans la même situation. La salle des doctorants, c’est pas mal si tu as des impressions à faire, c’est une bonne excuse.

Ce qui est bien avec le CRBC, c’est qu’il y a une mixité, que la salle des doctorants n’a pas évidemment, mais par définition, c’est qu’on se retrouve avec. On croise des enseignants-chercheurs, on croise des chercheurs, donc les chercheurs du CRBC, les gens de l’administration et même des gens extérieurs.

Je sais qu’après la thèse, c’est probablement un endroit où je vais retourner pour faire des recherches, pour accéder à des fonds auxquels je n’aurais pas accès ailleurs.

MR : En parlant de mixité dans le cadre des ateliers qui se déroulent le mardi de 16 h-18 h, dans l’extension de la bibliothèque du CRBC, et qu’on a lancés pour les doctorants, même si on n’a que des masters 1.

MA : J’ai du mal à être étonné de ça, parce qu’en fait, la thèse, on vit tout le temps avec, donc c’est important qu’il y ait des ateliers comme ça, mais une fois qu’on a arrêté de travailler sur la thèse, on a envie de faire autre chose.

MR : C’est dommage, là j’aimerais bien créer un petit document pour faire une enquête via les réseaux sociaux, pour toucher les gens qui achètent du mobilier néo-breton actuellement, sauf que je ne sais pas faire ça et je me dis qu’il y a sans doute un doctorant en ethnologie qui sait le faire.

Je trouve que rencontrer du monde, avoir un avis extérieur, un conseil, ça permet de débloquer certains problèmes que tu rencontres.

Quelle est la perception de votre entourage sur votre projet de recherche ?

MR : Mes parents sont assez enthousiastes et compréhensifs, c’est plutôt positif. Ils ont fait des études longues aussi donc ce n’est pas un souci. Par contre tous les quinze jours, mes grands-parents me demandent quand je termine. Et la question qui revient, c’est : Pourquoi ? Pourquoi ce meuble moche ? Pourquoi tu étudies ça ?

MA : C’est la Basse-Bretagne. Si on commence à toucher au patrimoine, les gens se posent des questions Mais alors pourquoi ? ça peut être les meubles, ça peut être la langue bretonne, les vieux métiers ? Pourquoi s’intéresser à ça ? Moi je n’ai pas ce problème. Moi j’ai des grands-parents qui se posent la question du choix du sujet. Mais ils savent que c’est plutôt pour se diriger vers l’enseignement. Et les gens de l’extérieur se demandent l’utilité même des choses que j’enseigne, comme l’ancien français.

MR : Je ne rencontre pas forcément de jugement négatif. Il y a un petit peu d’incompréhension sur pourquoi pousser ses études sur ce type de sujet ou tout simplement en histoire de l’art, ce ne sont pas des sciences dures, ce n’est pas quelque chose de palpable.

C’est drôle autant quand on se retrouve entre doctorants, on ne sait parler que de nos sujets, autant en famille ou dans notre entourage, on n’en parle pas.

MA : Il y a toujours les questions sur l’utilité ou sur le fait qu’il y ait très peu de métiers sur lesquels ça débouche. ça fait suffisamment longtemps que j’entends ça pour avoir, pour avoir des réponses toutes prêtes. Quand on fait une école qui prépare à un métier, les débouchés ne sont pas forcément très nombreux, mais ce n’est pas grave. Et ce discours sur les sciences dures et leur utilité, je réponds que la théorie quantique, à ce stade, ça ne sert à rien.

Carnets de thèse, Tiphaine Rivière, Éditions du Seuil, mars 2015. @Seuil

Je trouve par exemple pour le mobilier néobreton, c’est beaucoup plus facile à défendre que la littérature médiévale. Je suis obligé d’avoir un discours autour de l’histoire, en disant que je contribue à l’histoire des représentations, mais je sais que mon travail c’est une note de bas de page dans une histoire des représentations. Alors que ton travail, c’est quelque chose qui à mon avis intéresse, ne peut qu’intéresser les gens qui habitent en Bretagne parce que ça fait partie un peu de leur vie.

MR : Ça fait partie des choses qu’ils envoient à la déchetterie parce que justement on leur a répété que c’était moche, qu’ils n’avaient pas de goût de posséder ça, donc ça ne va intéresser que quelques personnes.

Pour revenir sur la perception de notre entourage sur ce qu’on fait. Ma famille est déjà habituée à ce que je sois dans des études complètement décalées, avec des perspectives d’emploi très bouchées. Quand je leur ai dit que je voulais faire ébénisterie à 17 ans, ils ne sont pas vraiment marrés.

MA : Ma famille a toujours su que j’allais faire des études longues. Après le master ici, j’ai fait un master en Islande. Donc dans la famille, il y a ceux qui ne s’y intéressent pas parce qu’ils n’ont pas fait d’études longues. Ils demandent si ça avance.

MR : Oui, c’est une question horrible. À chaque fois que j’ai ma tante ou mes grands-parents au téléphone, ils me demandent : « c’est quand que tu finis », « tu en es où ? » « Et tu cherches quoi là actuellement ? Et cette semaine, tu cherches quoi ? »

Carnets de thèse, Tiphaine Rivière, Éditions du Seuil, mars 2015. @Seuil

MA : La plupart du temps, quand on est dans des groupes d’amis, le jeu, c’est de poser la question à ma femme. Parce que déjà elle n’est pas française, donc il faut qu’elle explique ça en français, ça crée un sketch. Mais de manière générale, dans mon entourage, je n’ai vraiment pas de problème, au pire c’est de l’indifférence, je me suis indifférent à l’indifférence.

Quels sont vos projets, vos actualités ?

MA : J’aimerais bien continuer à travailler ici. Cette année, je suis en demi-contrat LRU. J’aime bien enseigner à la fac, donc si je peux faire ça le maximum de temps, c’est super. Mais si ce n’est pas ça, ce sera autre chose, éventuellement dans l’enseignement, parce que j’aime bien ça et peut-être des post-doc, mais on verra.

MR : On va déjà finir la thèse et après on verra. En fait comme je suis financé, je vois vraiment ça comme un CDD. Je ne me pose pas encore de questions sur d’éventuels concours. C’est un travail à part entière.

MA : En deuxième année, ce ne sont pas des questions qu’on a envie de se poser, en deuxième année, on est dedans quoi.

MR : Tu vois la fin de ton financement qui arrive, tu te dis quand même, il va falloir y réfléchir.

Avez-vous un conseil à donner à un nouveau doctorant ?

MA : Mon conseil, c’est le conseil que j’ai reçu et que j’ai appliqué : il faut commencer à rédiger tout de suite. La deuxième chose, je dirais qu’il ne faut pas hésiter à solliciter son directeur de recherche. Il faut avoir une bonne hygiène de vie, ne faut pas se laisser envahir. Je pense qu’il faut se soigner parce que c’est un marathon. Il faut avoir une un bon rythme de vie, faire du sport, sortir, voir des gens, il ne faut pas s’enfermer dans sa tour. Ce n’est pas productif justement. Si on n’est pas heureux dans ce qu’on fait, si ça nous rend fatigué, aigri, c’est dommage, ce n’est quand même pas pour ça qu’on a signé, c’est parce qu’on trouvait un sujet intéressant.

MR : Je suis assez d’accord, il faut que ça reste un plaisir et il faut aussi avoir des moments pour soi. Moi je vais à l’atelier par exemple, je fais autre chose que j’aime bien. Et puis je suis d’accord avec le fait de se fixer des horaires.

MA : Il faut que ça reste un plaisir tout en sachant que de toute façon sur la fin, ça ne l’est plus sur la fin, c’est un travail qu’il faut finir. Je ne dis pas que je suis malheureux, ce n’est pas du tout le cas, mais là par exemple, j’ai deux pages à remplir, c’est un travail pénible et ce n’est pas quelque chose que j’ai envie de faire. Mais il y a beaucoup de plaisir qu’on peut trouver encore sur la fin, du plaisir à relire des pages qui sont bien par exemple.

Le plaisir est super important à prendre en compte, mais il faut d’autant plus en profiter que sur la fin, la part du plaisir est quand même réduite.

Il faut je pense ne pas oublier que ce n’est qu’un travail, donc il n’y a pas de perfection à atteindre. C’est comme un exposé, sauf qu’on a plusieurs années pour le faire. Il ne faut pas se mettre trop de pression.

MR : Je trouve que c’est une chance, surtout quand on est financé, c’est doublement une chance d’être payé pour approfondir un sujet qui nous intéresse.

MA : C’est extraordinaire en fait. J’en profite au maximum, j’ai passé cinq mois au pays de Galles, j’ai passé du temps à la bibliothèque nationale.

MR : J’ai beaucoup de chance avec ma directrice. C’est quand même incroyable de pouvoir envoyer un mail, avoir une réponse dans les deux jours au maximum sans jamais avoir l’impression de déranger. Le fait d’avoir un deuxième directeur permet d’avoir un regard différent. Il pose des questions auxquelles on n’aurait pas du tout pensé. Par exemple quand je lui ai envoyé un article que j’avais écrit, il m’a fait remarquer que je m’intéressais beaucoup à la Bretagne et je me suis rendu compte qu’il me manquait toute une partie comparative.

MA : Ici, le fait que ce soit une petite université, il y a des gens qui continuent de bien faire leur travail, d’être accueillant. On retrouve ça au CRBC, on est bien accueilli, je trouve qu’on a de la chance.



Citer ce billet
Marie Salomon-Le Moign (2023, 29 mars). Portraits croisés de doctorant·e·s [5]. Bibliothèque Yves-Le-Gallo (CRBC). Consulté le 22 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m648

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.