Fortunes d’archives [7] : Jean-Louis Milliner, un français libre de la première heure. Fonds Mari Kermareg

Durant mes quatre années de thèse, je n’ai pas trouvé, dans les fonds du CRBC, d’archives concernant mon sujet : le massacre de Penguerec le 7 août 1944. Pour ce texte Fortunes d’archives, j’ai donc recherché quelque chose qui pourrait se rapprocher de ma période, la Seconde Guerre mondiale. Je suis donc tombé sur ce fonds Mari Kermareg, ancienne présentatrice, animatrice et réalisatrice d’émissions télévisuelles et radiophoniques en breton. Celui-ci renferme, entre autres, des photos, coupures de presse et documents privés de Jean-Louis Milliner, ancien membre des Forces Navales Françaises Libres.

Comme l’a écrit l’historien Erwan Le Gall : « Dans la mémoire collective, le Français libre est à la fois un héros et un aventurier, un individu quittant tout pour combattre sous l’uniforme orné de la Croix de Lorraine 1 ». Comme il l’explique ensuite, tout ceci ne résulte que d’une « mystique construite à la faveur d’un terreau mémoriel favorable, entre mythe résistancialistes, irénisme des pouvoirs publics en charge des politiques du souvenir et publication de témoignages emblématiques2 ».

Pour ce texte Fortunes d’archives, j’ai choisi de vous parler d’un Français libre, Jean-Louis Milliner, engagé volontaire à seulement 18 ans dans les Forces Navales Françaises Libres, et ce, dès juin 1940. Il faisait partie de ces 128 Sénans qui ont répondu à l’appel d’un général de brigade alors totalement inconnu du grand public : Charles de Gaulle.

Qui était Jean-Louis Milliner ?

On ne sait pas grande chose de lui dans ce fonds Mari Kermareg. Né le 4 avril 1944 sur l’île de Sein, dans une famille de pêcheurs, il suit la tradition familiale, ou plutôt celle de l’île. Les hommes sont en mer, les femmes cultivent les quelques carrés de terre et ramassent du goémon pour le brûler et récupérer des blocs de soude3. Sein, c’est une île, on pourrait presque dire un banc de sable, accroché sur le récif de la chaussée de Sein, qui se trouve à moins de 8 kilomètres du continent. C’est une île qui en 1940 n’a toujours pas l’électricité, ni de réseau d’eau potable4.

Peu de sources donc, mais nous allons tout de même vous retracer ces jours qui ont précédé, puis suivi l’appel du 18 juin 1940 par Charles de Gaulle, ou plutôt, celui du 22.

Le 10 mai 1940, Adolf Hitler lance ses armées contre les Pays-Bas, la Belgique, le Luxembourg et la France. Comme en 1914, l’armée allemande passe par la Belgique, pays officiellement neutre, là où par conséquent, la ligne Maginot n’avait pas été prolongée. Les armées française et britannique, se ruent vers la Belgique, espérant enrayer l’offensive. Sauf que voilà, l’attaque de la Belgique était un leurre. L’attaque la plus lourde, celle menée par les divisions de panzer, a lieu à travers la dense forêt des Ardennes, jugée par l’état-major français, comme impénétrable.

Cette incrédulité va très vite amener à un encerclement des forces franco-britanniques, notamment dans les poches de Calais et Dunkerque. Si les Britanniques parviennent à évacuer 338 000 soldats alliés, dont 193 000 des leurs, l’armée française est en déroute. Début juin, le front est enfoncé et l’armée allemande avance et atteint Paris le 14 juin.

Au même moment, les nouvelles parviennent jusqu’à Sein, mais en décalé. En effet, les insulaires ne reçoivent les journaux de l’Ouest-Éclair et de la Dépêche de Brest que tous les deux jours, via l’Ar Zenith, un dundee construit à Camaret un an plutôt, et qui fait la rotation entre Audierne et Sein. Le 19 juin, l’Ar Zenith est réquisitionné par le lieutenant Emmanuel Dupont, qui commande un détachement de 15 chasseurs alpins. Le navire quitte Audierne, fait escale à Sein où son commandant, Jean-Marie Menou, explique au maire de l’île, Louis Guilcher que son bateau est réquisitionné pour partir vers l’Angleterre. Seul l’équipage fera le voyage avec le militaire, qui n’accepte pas de civils à bord. Le même jour, les Allemands s’emparent de Brest et Quimper. Ils seront bientôt sur l’île, que leurs avions survolent déjà depuis quelques jours.

Outre la presse écrite, les Sénans disposent également de quatre postes de radio, dont un dans le grand phare, détenu par son gardien, Henri Thomas. C’est lui, qui, le 18 juin entend le premier appel du général de Gaulle et qui va répandre la rumeur sur l’île, qu’un appel à continuer le combat a été lancé depuis Londres. Dès lors, plusieurs Sénans sont à l’écoute de la BBC. C’est le cas à l’hôtel Océan, chez Marie Menou, qui a installé un haut-parleur. Plusieurs personnes sont rassemblées le soir du 22 juin pour écouter la nouvelle allocution radiophonique du général de Gaulle. Dans son discours, de Gaulle exhorte les Français qui « n’acceptent pas la capitulation ni la servitude », et « qui veulent rester libres, à [l’] écouter et à [le] suivre5 ».

Dès le lendemain, les Sénans débattent, faut-il oui ou non rejoindre ce général de Gaulle en Angleterre pour y continuer la guerre ?

Le maire et l’abbé Louis Guillerm mènent les débats. Les jeunes de l’île se regroupent sur les quais et discutent entre eux, c’est sûrement le cas de Jean-Louis Milliner6. Deux bateaux sont opérationnels pour prendre la mer, il s’agit du Velleda et du Rouanez-ar-Mor.

Le 24 juin, la décision est prise de gagner le sud de l’Angleterre. Jean-Louis Milliner embarque avec douze autres membres de sa famille, mais on ignore sur quel bateau. Le convoi quitte Sein vers 22 heures, à la tombée du soleil pour éviter les patrouilles allemandes Sur le quai, les femmes et les anciens regardent les navires s’en aller. Les deux navires arrivent en Angleterre le lendemain, vers 16 heures à Newlyn en Cornouaille.

Le 26 juin, trois autres bateaux, le Rouanez-ar-Peoc’h, le Maris Stella et le Corbeau des mers prennent la direction de l’Angleterre. Ambroisine Thymeur, dont le père, Henri a embarqué sur le Rouanez-ar-Mor, témoigne : « Tous les habitants de l’île sont sur le port à regarder 64 des leurs partir et ne sans doute jamais revenir. Ma mère, quand elle ne vit plus rien à l’horizon, rentra à la maison avec mes sœurs et moi, sans rien dire. Une fois chez nous, toujours muette, je me posais la question : quand mon père allait-il rentrer ? Comment allions-nous survivre sans argent, sans la pêche, avec des Allemands qui seront bientôt là ? On raconte des choses horribles sur les Allemands, qu’ils violent, qu’ils pillent et coupent la main des petits garçons7. »

L’arrivée en Angleterre

Une fois sur le sol britannique, les Sénans sont envoyés à Falmouth pour y subir un interrogatoire de la part des services de contre-espionnage. Les Anglais redoutent une infiltration d’espion à la solde du IIIe Reich dans le flot de soldats et civils français à transiter par l’Angleterre. Aucun Sénan n’est inquiété. Début juillet, ils sont convoyés vers Londres pour rejoindre le bureau d’engagement des Forces Françaises Libres, qui s’est installé à l’Olympia empire hall dans l’ouest de Londres. Sur place, Jean-Louis Milliner est déclaré inapte pour un problème d’infection oculaire8. Il ne peut prétendre à devenir marin dans les toutes nouvelles FNFL dirigées par l’amiral Émile Muselier. Mais il n’abdique pas, et arrive à être incorporé dans le service de santé des FNFL pour devenir infirmier (le service de santé des FNFL est au début 1940, totalement dépourvu d’infirmiers9).

Le 6 juillet, le désormais ex-sous-secrétaire d’état à la guerre, le général Charles de Gaulle, vient passer en revue les nouveaux engagés volontaires à l’Olympia empire hall. Les 129 Sénans sont là, ainsi que 376 autres civils et 334 militaires, ils vont pouvoir mettre un visage sur cet énigmatique général10. De Gaulle questionne les hommes, et se rend très vite compte qu’un bon nombre de ces nouveaux Free French, ont un point en commun : ils viennent pour beaucoup de l’île de Sein. De Gaulle lâche alors : « Mais Sein, c’est donc le quart de la France11? »

Car oui, les Forces Françaises Libres sont constituées de beaucoup de Bretons. C’est en tout cas ce que démontrent les recherches de l’historien Jean-François Muracciole. Ce dernier explique que les FFL ont été, sur la période 1940-1945, entre 63 000 et 73 000 et que 14 % de ces effectifs sont bretons, dont une forte proportion de Finistériens (seule l’Île-de-France fait plus, avec 16 %)12. La ville de Brest ne fournit pas moins de 1 500 recrues, soit 4,7 % des FFL, seules Douarnenez et Sein, toutes proportions gardées, font plus13.

Photo de Jean-Louis Milliner. On reconnaît son bachi portant l’inscription « FNFL ». (s.l.n.d. Fond Mari Kermareg).

Une fois incorporé dans les FNFL comme matelot infirmier en 1941, Jean-Louis Milliner est affecté sur le cuirassé Courbet qui sert à la défense antiaérienne de Portsmouth14. Puis, sur le contre-torpilleur Léopard, sur les corvettes Lobélia et Renoncule, puis à la caserne Bir-Hakeim à Portsmouth. On ne connaît pas sa date de démobilisation, mais comme beaucoup de Sénans le sont début 1945, on peut penser qu’il l’est entre décembre 1944 et l’été 1945.

Après la guerre, Jean-Louis Milliner redevient marin-pêcheur, et devient même patron du coquillier Rouanez Breiz de 1961 à 1983. Par la suite, il est membre de l’amicale des anciens des FNFL. Il décède à Brest le 9 août 2001 à l’âge de 79 ans.

Jean-Louis Milliner, au centre, devant le pavillon de beaupré de la corvette Aconit (île de Sein, 19 juillet 1998. Fond Mari Kermareg).

La question que nous ne nous sommes pas encore posée, c’est pourquoi ? Pourquoi des hommes, souvent jeunes (18 ans pour Jean-Louis Milliner), se sont engagés dans les FFL ? Pourquoi avoir risqué d’abandonner leurs familles, accepter de ne plus avoir de nouvelle d’elles pendant près de quatre années ? Pourquoi quitter son île pour rejoindre un général inconnu ? Plusieurs raisons peuvent être avancées. Tout d’abord, le simple refus de la défaite. Pour ces Sénans, l’effondrement de la France n’est pas une fatalité. Avant le 18 juin, quelques navires de la marine nationale étaient passés par Sein. Les marins expliquaient alors aux Sénans leur volonté de gagner l’Angleterre. Mais à Sein, on s’interroge, rejoindre l’Angleterre, mais pour faire quoi ? Et avec qui ? Puis survient l’appel du général de Gaulle, qui devient la voix du ralliement. Les Sénans sont convaincus, les Allemands se rapprochent et seront bientôt sur l’île, il faut partir.

Et puis il y a aussi le poids de l’héritage familial, des anciens qui ont fait la Grande Guerre, comme en témoigne Joseph Cante : « Je me suis rallié parce que j’avais envie de servir la France. J’avais un oncle qui avait fait 14-18, je n’aurais jamais osé me présenter devant lui autrement15 ».

La fougue de la jeunesse explique aussi cet engagement. Il est vrai, qu’il est plus facile à un jeune de 18 ans sans femme et sans enfants de partir, plutôt que l’inverse. Et pourtant, des hommes mariés avec des enfants quittent Sein. Les convictions politiques, religieuses, le sens du devoir, la perception que le nazisme doit être farouchement combattu et la république défendue coûte que coûte. Même si, comme le souligne Erwan Le Gall, la majorité des engagés volontaires au sein des FFL, « ne perçoivent pas les implications macro-historiques des bouleversements qu’ils rencontrent16 ».

L’effet de groupe également, conditionne le départ de ces 129 Sénans. On ne souhaite pas être celui qui est resté par couardise. Surtout sur une petite île où tout le monde se connaît. Mais il faut également reconnaître la facilité qu’avaient les Sénans à rejoindre l’Angleterre. Comme l’explique Jean-François Muracciole, « il était plus facile de rejoindre l’Angleterre depuis la Bretagne, que depuis le Limousin17 ». En effet, les Bretons, et a fortiori les Sénans, ont eu le temps de se préparer à l’arrivée des Allemands, et avaient les moyens géographique et matériel de pouvoir partir.

Photos, coupures de presse et documents privés de Jean-Louis Milliner, ancien membre des Forces Navales Françaises Libres, fonds Mari Kermareg
Dimitri Poupon, docteur du CRBC en histoire contemporaine



Citer ce billet
Marie Salomon-Le Moign (2023, 28 mars). Fortunes d’archives [7] : Jean-Louis Milliner, un français libre de la première heure. Fonds Mari Kermareg. Bibliothèque Yves-Le-Gallo (CRBC). Consulté le 22 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m647

  1. Erwan Le Gall, « L’engagement des Français Libres : une mise en perspective », dans Patrick Harismendy et Erwan Le Gall, Pour une histoire de la France Libre, PUR, Rennes, 2012, p. 29-30. []
  2. Idem. []
  3. Jean-Paul Ollivier, Sein, 18 juin 1940. Ils étaient le quart de la France, Palantines, Quimper, 2013, p. 31. []
  4. Brigitte Vital-Durand, « Île de Sein, quatre ans de solitude », Libération, juin 1994, p. 34-35. []
  5. Discours radiophonique du général Charles de Gaulle à la BBC en date du 22 juin 1940. Source : https://www.ordredelaliberation.fr/fr/les-appels-du-general-de-gaulle []
  6. Jean-Paul Ollivier, Sein, 18 juin 1940. Ils étaient le quart de la France, op. cit, p. 44. []
  7. Brigitte Vital-Durand, « île de Sein, quatre ans de solitude », Libération, juin 1994, p. 34-35. []
  8. Témoignage de Jean-Louis Milliner, dans Serge Ribault, Les marins FNFL du Finistère. Étude sociologique, TER d’histoire, UBO, Brest, 2000, p. 62. []
  9. Émile Chaline, Pierre Santarelli, Historique des FNFL, tome 1, Service historique de la Marine, Paris, 1990, p. 151. []
  10. Serge Ribault, Les marins FNFL du Finistère. Étude sociologique, op. cit, p. 62. []
  11. Erwan Le Gall, « Quand Sein était le quart de la France », Bécédia, juin 2020. []
  12. Jean-François Muracciole, Les Français Libres. L’autre Résistance, Tallandier, Paris, 2009, p. 36. []
  13. Idem. []
  14. Émile Chaline, Pierre Santarelli, Historique des FNFL, tome 1, op. cit, p. 183. []
  15. Témoignage de Joseph Cante, dans Serge Ribault, Les marins FNFL du Finistère. Étude sociologique, op. cit, p. 54. []
  16. Erwan Le Gall, « L’engagement des Français Libres : une mise en perspective », op. cit, p. 40. []
  17. Jean-François Muracciole, Les Français Libres. L’autre Résistance, op. cit, p. 91. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.