Fortunes d’archives [8] : Daniel-Louis Miorcec de Kerdanet (1792-1874) : juriste, historien et défenseur du patrimoine à La Roche-Maurice.

Le fonds de Kerdanet récemment déposé aux archives du CRBC contient quelques « trésors » susceptibles d’interpeller les historiens. Nous avons jeté notre dévolu sur deux pièces rédigées par Daniel-Louis Miorcec de Kerdanet : la première est un petit brouillon de 8 pages intitulé « Le château de La Roche-Maurice » avec des mots et des paragraphes raturés. Il a été publié dans le second volume du Lycée Armoricain, en 1823, pages 346 à 353. Il est actuellement conservé dans la liasse MdK 413. La seconde est un brouillon de correspondance daté de 1856 (liasse MdK 414).

1re page du brouillon de l’article « Le château de La Roche-Maurice »

Daniel-Louis est le fils de Daniel-Nicolas Miorcec de Kerdanet (1752-1836), actif politiquement durant la Révolution et l’Empire. Comme son père, Daniel-Louis est avocat et maire de Lesneven où se trouve son étude. C’est aussi un érudit qui collabore à l’édition du Lycée Armoricain, à Nantes, de 1823 à 1831 et qui publie en 1837 les Vies des saints de la Bretagne Armorique, à Brest et Paris.

La famille de Kerdanet assure à l’époque le suivi d’un certain nombre de clients, notamment les ducs de Rohan-Chabot. Ces derniers ont hérité par mariage dans la seconde moitié du XIVe siècle de la seigneurie de Léon, dont le chef-lieu est Landerneau. Ils sont ainsi les possesseurs de deux châteaux, ruinés dès le début du XVIIe siècle, celui de Joyeuse-Garde à La Forest-Landerneau et celui de La Roche-Maurice. Ceux-ci leur assurent notamment le titre de princes de Léon, mais par ailleurs cette famille, qui a délaissé la Bretagne pour Paris et la cour, accorde peu d’intérêt aux « reliques » de cet ancien fief sur lesquelles veillent durant une trentaine d’années Charles Le Bourg, régisseur du duc de Rohan, avocat et maire de Landerneau, notamment durant la période où Louis-Antoine-Auguste de Rohan cède ses biens en Bretagne à Louis-Henri Janzé, entre 1802 et 1814. Il préserve, jusqu’à sa mort en 1824, les intérêts de ses clients et contribue activement à la conservation des ruines de ces deux monuments.

Daniel-Louis Miorcec de Kerdanet, neveu du précédent, s’investit depuis au moins 1832 dans la même mission, se substituant à eux, même à leur insu, pour percevoir les revenus, bien que peu importants, des anciennes propriétés et s’opposer à l’exploitation abusive de celles-ci, laissées en déshérence. C’est dans ce cadre qu’il cherche par ailleurs avec insistance, sollicitant diverses personnes, à entrer en contact avec le propriétaire de ces biens, qu’il croit d’abord être M. Janzé puis le duc de Rohan et prince de Léon. Plusieurs brouillons de courriers présents dans le fonds d’archives, dans le dossier MdK 414, détaillent ainsi les démarches qu’il a engagées notamment pour assurer une légitimité juridique à ses différentes interventions.


1856, 23 décembre. – Lesneven

Brouillon de courrier rédigé par Daniel-Louis Miorcec de Kerdanet à l’intention de l’homme d’affaire du duc de Rohan au sujet des ruines des châteaux de La Roche-Morice et de La Joyeuse-Garde.

CRBC, fonds Miorcec de Kerdanet, 414, pièce non numérotée.

Lesneven, près Brest, le 23 décembre 1856

[Brouillons inutiles1]

Monsieur,

J’attends de jour en jour avec la plus vive impatience la procuration que j’ai demandée à monsieur le prince de Léon. Le 11 du mois dernier, j’ai eu l’honneur de vous en adresser le modèle ainsi que vous paraissiez le désirer ; je viens m’informer aujourd’hui près de vous s’il vous est parvenu, ou bien si les quelques mots que j’avais ajoutés à la fin dudit modèle relativement aux terres vaines et vagues de l’ancienne principauté ont pu causer quelque crainte à monsieur le prince. S’il en était ainsi, j’y verrais un remède prompt et facile ; ce serait de retoucher ce passage du projet pour n’y laisser subsister que ce qui a rapport aux ruines des deux châteaux que je désire défendre, les premières lignes enfin et seulement les premières lignes de la procuration que je changerais de la manière suivante :

« Devant nous, etc., a comparu etc… lequel donne pouvoir et procuration à Mr Daniel-Louis Miorcec de Kerdanet, ancien avocat et docteur en droit, membre de l’Institut historique de France, de l’institut d’Afrique, de la Société des antiquaires de Paris, de l’académie d’enseignement, conservateur des monuments du Finistère, etc., demeurant et domicilié en la ville de Lesneven, de, pour lui et en son nom, recevoir les loyers 1° des maisons à four et dépendances de l’ancien château de La Roche-Morice, commune du même nom, 2° de la maison et dépendances de l’autre château de Joyeuse-Garde, // commune de La Forest, le tout dans l’arrondissement de Brest, 3° de faire au besoin pour le recouvrement desdits loyers toutes diligences et poursuites utiles et nécessaire devant tous tribunaux compétents, 4° de renouveller les baux avant leurs échéances et faire les réparations nécessaires auxdites maisons, comme aussi de poursuivre devant les mêmes tribunaux ceux qui auraient usurpé ou tenteraient d’usurper tout ou partie des ruines, emplacements, abords, douves, circonstances, appartenances et dépendances desdits châteaux et faire, ce touchant, ce qu’il jugera convenable pour le mieux des intérêts du prince, avec pouvoir de substituer d’autres s’il en est besoin dans les présents pouvoirs, dont acte, etc. »

Tels sont, ce me semble, les termes ordinaires employés dans les procurations.

D’autre part je vous ferai observer, Monsieur, qu’il ne s’agit point – et bien que je parle de châteaux – de ces hauts intérêts que vous avez à débattre souvent dans la grande ville que vous habitez, mais seulement des plus simples ruines qui n’ont désormais pour elles que des souvenirs, mais des souvenirs précieux pour le pays ; seuls débris que j’ai pu rencontrer en fouillant les ruines de cette belle principauté dont la Révolution s’est disputée à l’envi jusqu’aux moindres lambeaux. Pour vous donner une idée précise des objets qui nous occupent, il suffit de vous dire qu’ils produisent un revenu annuel de 115 F., revenu du reste dont j’aurai à rendre compte au prince, depuis 1834 que je tiens les objets.
On sent que d’après cet exposé on ne peut redouter ni de grands frais ni des poursuites dangereuses. À quoi pourront se borner ces dernières ? À quelques petites citations devant la justice de paix du petit canton de Ploudiry. Mais toujours est-il qu’il faut défendre les droits du prince ; et c’est où je veux en venir et dans l’intérêt de la maison de Rohan, que j’honore, à la suite de mes aïeux, et dans l’intérêt de l’Histoire dont je suis le défenseur dans le département et à laquelle se rattachent ces deux châteaux du royaume de Rohan en Léon. //
De plus, Monsieur, pour vous mettre entièrement au courant de toute l’affaire, j’ai cru devoir insérer ici deux extraits :

L’un de la vente des objets ci-dessus consenties par monsieur le duc de Rohan à Mr de Janzé père par acte du 7 fructidor an 10 (25 août 1802), au rapport de Me Péan de St-Gilles, notaire à Paris, de si digne mémoire2.
Et l’autre référant la rétrocession des mêmes objets par Mr de Janzé père à monsieur de Rohan suivant contrat du 22 novembre 1814, du rapport de Me Le Brun, notaire – mais on ne dit pas où…3

Il serait bon de savoir si Mr le prince de Léon a ce dernier contrat parce que, dans le cas de la négative, vous pourriez, Monsieur, vous en procurer un extrait authentique (pour ce qui concerne les deux châteaux) sur le titre qu’en a Mr de Janzé fils, qui a eu l’obligeance de m’en donner la note ; il demeure près de vous, rue neuve du Luxembourg, 26.
J’estime que ce dernier contrat me serait nécessaire pour l’opposer à celui de 1802 si l’on venait me le montrer. Si l’on venait me dire, le contrat de 1802 à la main, « C’est M. de Janzé et non pas M. de Rohan qui est propriétaire de ces ruines » ; tandis qu’avec l’acte de rétrocession, je pourrais répondre : « Oui ! M. de Janzé était propriétaire en 1802 mais monsieur de Rohan l’est redevenu en 1814. »
Ce dernier contrat me servirait à réclamer au pétitoire un empiétement qui a acquis la possession annale mais pas la prescription trentenaire.
Avec cet acte aussi et la procuration, je pourrais reconquérir cet article et puis arrêter un autre empiétement qui a déjà six mois et que je veux soustraire à la possession d’1 an et jour le plutôt qu’il me sera possible : motifs qui me font vous prier de presser cette affaire.

[Le brouillon s’arrête ici ; d’autres brouillons de courriers, datés des 21 et 22 décembre et conservés dans le même dossier, laissent penser que Daniel-Louis Miorcec de Kerdanet envisageait d’achever son texte ainsi, ajoutant seulement la formule de politesse et sa signature].


Les deux édifices sont utilisés comme carrière de pierres jusqu’au XXe siècle : un combat incessant semble opposer Charles Le Bourg, puis son fils et son neveu, à la municipalité et à certains habitants de La Roche-Maurice durant des décennies. Des procédures se succèdent, comme en 1805 et en 1821. En 1858, Daniel-Louis Miorcec de Kerdanet fait comparaître le maire de La Roche-Maurice devant un tribunal brestois, après la destruction des ouvrages avancés du château. Les contrats de location du four de La Roche-Maurice au XIXe siècle stipulent que son locataire doit veiller à ce qu’on n’enlève pas de pierres au château voisin et que l’on n’empiète pas sur son emplacement. Ces baux et les quittances des loyers sont conservés dans le fonds de Kerdanet. Certaines pièces de procédure sont préservées aux Archives départementales du Finistère (63 J 1 et 63 J 2).

On comprend ainsi l’intérêt que peut manifester Miorcec de Kerdanet pour les châteaux de La Roche-Maurice et de Joyeuse-Garde : il leur consacre à chacun une étude en 1823-1825. Celle qui concerne La Roche-Maurice s’inscrit dans un ensemble d’une trentaine d’articles intitulé « Châteaux de Bretagne », publiés entre 1823 et 1825 : c’est la plus longue et la mieux documentée de cette série. Cette période est par ailleurs marquée par la destruction de deux forteresses médiévales léonardes : Kermilin à Tréflaouénan et Le Breignou à Bourg-Blanc. Les premiers classements de châteaux comme monuments historiques interviennent en 1840 avec Suscinio à Sarzeau et Nantes, bientôt suivis par Fougères et Tonquédec, en 1862.

L’article de huit pages, consacré par Miorcec de Kerdanet au château de La Roche-Maurice commence par le recours aux vies des saints d’Albert Le Grand faisant allusion au roi Élorn qui se jeta par désespoir dans ce fleuve car le sort avait désigné son jeune fils pour être livré à l’appétit d’un dragon terrifiant la région. L’auteur emprunte ensuite au récit d’Ermold Le Noir faisant du Roc’h Morvan la demeure du roi breton Morvan révolté contre Louis le Pieux en 818, refusant de payer tribut et succombant face aux troupes carolingiennes après une longue guérilla. Les historiens ont depuis montré que ces combats s’étaient déroulés dans la région de Priziac (Morbihan). La narration repose ensuite sur l’utilisation des chroniqueurs plantagenêts, Guillaume de Malmesbury puis Robert de Torigny, pour le XIIe siècle, évoquant successivement le comte Hervé de Léon puis son fils Guyomarch ; là encore l’auteur s’égare faisant intervenir Jarnogon de Rochefort comme gardien de La Roche-Maurice. Il emploie ensuite Guillaume Le Breton au sujet des vicomtes Guyomarch et Conan de Léon. Par un probable raccourci historique il fait périr Hervé III, seigneur de Léon, au château de La Roche-Maurice, lors d’une révolte attestée par ailleurs, en 1241. Il emprunte aux Preuves… de dom Morice pour relater la résidence d’Hervé VIII de Léon à La Roche-Maurice vers 1359-1360. Il puise dans un registre manuscrit contenant la copie de la réformation de 1696 conservée dans ses archives, mais aussi dans le supplément des Preuves… de dom Morice publié par Charles Taillandier pour évoquer l’enquête produite par Jean II de Rohan en 1479 lors de son différend avec le comte de Laval pour la préséance aux états de Bretagne. Le vicomte de Rohan y fait étalage de sa puissance à La Roche-Maurice et dans les environs. Quelques dates et événements issus, pour l’essentiel, des Preuves… de dom Morice complètent ensuite le tableau historique pour le XIVe et le XVe siècle. L’auteur évoque néanmoins quelques « vieux titres sur La Roche-Maurice » et un « registre manuscrit de Blain », probablement un inventaire des archives de Léon, préservé lors de la destruction des archives de Rohan et de Léon, à Blain, en 1793.

Bien que connaissant le site, Miorcec de Kerdanet n’en fait pas la description et se réfère au témoignage de Bourreau-Deslandes datant de 1719 ; il évoque des souterrains qui ont été bouchés. On conserve quelques dessins du château datant de cette période, notamment ceux de Christophe de La Poix, chevalier de Fréminville, auteur des Antiquités de Bretagne, Finistère, en 1832 (p. 262-263). Cet « antiquaire » nous a laissé la première description précise du monument qui se limite dès lors aux vestiges actuellement visibles au sommet de l’éminence rocheuse.

Le château de La Roche-Maurice a été inscrit comme monument historique en 1926, à l’issue d’une « chasse au trésor » menée, une fois encore, à l’occasion d’un empiètement sur ses ruines. Le château de Joyeuse-Garde a été classé en 1975. Le « continuateur » de Daniel-Louis Miorcec de Kerdanet est Jehan Bazin, historien landernéen qui a consacré un fascicule au château de La Roche-Maurice en 1964 et un article à celui de Joyeuse-Garde, en 1968. Le second a été exploré par des archéologues entre 1967 et 1977. Le premier, acquis par le département du Finistère en 1987, fait l’objet d’une fouille programmée depuis 2002, successivement menée par Jocelyn Martineau puis par Ronan Pérennec.

Patrick Kernévez, maître de conférences en histoire médiévale
et Maud Sallansonnet, doctorante en histoire médiévale



Citer ce billet
Marie Salomon-Le Moign (2023, 4 septembre). Fortunes d’archives [8] : Daniel-Louis Miorcec de Kerdanet (1792-1874) : juriste, historien et défenseur du patrimoine à La Roche-Maurice. Bibliothèque Yves-Le-Gallo (CRBC). Consulté le 22 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m64a

  1. Daniel-Louis Miorcec de Kerdanet a, en effet, rédigé au moins cinq ébauches de courriers, datés du 21 décembre (1), du 22 décembre (3) et celui-ci du 23, conservées dans le même dossier 414. []
  2. Original conservé aux Archives nationales, dans le dossier coté MC ET XCI 1392 (ou MC/ET/91/1392). []
  3. Original conservé aux Archives nationales, dans le dossier coté MC ET XCII 1072 (ou MC/ET/92/1072). []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.