Fortunes d’archives [9] : De la nécessité des archives privées. L’exemple du fonds Miorcec de Kerdanet

Les chercheurs et les étudiants sont habitués à consulter les archives dépendant des services publics : municipalités, départements, État ou armées. Mais plus rares sont ceux qui ont accès à des documents privés. Heureusement, le CRBC offre à un large panel de ses lecteurs le loisir de compulser, depuis déjà plusieurs années, une multitude de références issues de fonds privés.

Ces documents, qui apparaissent sous différentes formes (courriers, récits, listes, tableaux, iconographie, etc.), donnent à celui qui les lit et les consulte l’opportunité de rentrer dans l’intimité de l’auteur ou de celle d’une tierce personne dont il peut être question, mais le but recherché n’est-il pas d’établir une précision sur tel ou tel fait permettant d’infirmer ou de confirmer une réalité énoncée ?

C’est pourquoi l’apport des archives privées est un complément essentiel et nécessaire à tout chercheur qui a la chance d’y avoir accès, soit pour compléter un travail, soit pour entreprendre une analyse sur un événement, une situation ou/et des individus.

Les principaux contributeurs de ce fonds

Quand annonce a été faite que l’héritier de la famille Miorcec de Kerdanet remettait aux bons soins du CRBC l’ensemble des archives familiales, plusieurs chercheurs se sont réjouis de pouvoir consulter ce fonds qui, après catalogage, s’est avéré très riche et varié. Car ces documents ne font pas la part belle qu’à ladite famille, mais offrent une perspective de recherche et de travaux sur, par exemple, les villes de Lesneven ou de Landerneau et sur de nombreuses familles léonardes.

Les principaux contributeurs à ce fonds sont Daniel-Nicolas et ses trois fils (François-Louis, Mathurin et Daniel-Louis). Daniel-Nicolas est le descendant d’une vieille famille léonarde, les Miorcec, dont les premières traces remontent à la fin du XIVe siècle à Plounéventer et qui prend racine à Lesneven au début du XVIIIe siècle, paroisse dans laquelle il naît en 1752. Après des études de droit, il prend la suite de son père en ouvrant un cabinet de conseils dans sa ville natale et signe ses actes du patronyme Miorcec-Kerdanet, ce second nom émanant d’une terre achetée à Kernouës par son grand-père Julien. Marié en 1778, il a dix enfants, car en plus des trois garçons cités auparavant, il est le père de trois filles (Armelle, Aimée et Maclovie), ainsi que de quatre enfants décédés avant l’âge d’un an. Son parcours politique débute en 1782 lorsqu’il fait son entrée au sein de la municipalité lesnevienne. Discret dans les premiers temps de la Révolution, il est cependant élu au poste de procureur de la commune au premier semestre 1790 et est porté au rang de maire à la fin 1791, mais son soutien au mouvement royaliste lui vaut des désagréments et des passages en prison ; il échappe même aux courroux du tribunal révolutionnaire grâce à la plaidoirie de son avocat Riou-Kersalaun1. Durant le Consulat et l’Empire, il joue par intermittence un rôle politique tout en restant proche des hommes de pouvoir. Sa consécration, il l’obtient à la Restauration en devenant député du Finistère, siégeant dans le camp des ultraroyalistes. Quand Daniel-Nicolas décède en 1836, ses trois fils ont déjà repris le flambeau familial depuis plusieurs années. En effet, François-Louis est associé avec son père dans le cabinet d’avocats depuis 1805 et intègre à la même époque la municipalité lesnevienne en qualité d’adjoint au maire. Il rejoint Brest et son tribunal d’instance quatre ans plus tard, après avoir obtenu un poste de juge, et très vite obtient le fauteuil de procureur impérial, fonction dont il est révoqué en 1812 pour cause de négligence. De retour à Lesneven, il reprend ses activités professionnelles initiales. Son frère Mathurin épouse aussi une carrière juridique, mais s’installe à Brest en 1806 et se voit nommé adjoint au maire de cette ville deux ans après son arrivée. Il conserve ce poste jusqu’à sa démission en 1821. Le dernier de la fratrie, Daniel-Louis, est considéré comme l’érudit de la famille et c’est en grande partie grâce à lui que ces documents, qui constituent aujourd’hui le fonds Miorcec de Kerdanet, nous sont parvenus. Lui aussi se lance dans le droit en obtenant un doctorat et adhère au barreau, mais c’est surtout au sein de différentes sociétés savantes qu’il se fait un nom, après avoir rédigé plusieurs centaines de notices biographiques sur des personnages marquant de la Bretagne. Sur le plan professionnel, il rejoint le cabinet familial à Lesneven et joue un rôle politique en acceptant le poste d’adjoint puis celui de maire de cette ville, devenant ainsi le troisième de la lignée à rejoindre l’édilité lesnevienne.

Découverte du fonds Miorcec de Kerdanet (fonds MdK)

Ce sont donc à ces quatre personnages que l’on doit la plus grande contribution de ce fonds familial. Ces archives personnelles, qui couvrent une période allant du dernier tiers du XVIIIe siècle au troisième quart du XIXe siècle, permettent de découvrir le quotidien d’une famille bourgeoise léonarde à travers bon nombre de documents, pour certains inédits aux yeux des chercheurs.

C’est ainsi qu’en se limitant aux seuls papiers familiaux et en faisant abstraction de tous ceux ayant trait à d’autres familles ou d’autres lieux, nous pouvons catégoriser ce fonds.

Il y a tout d’abord les documents inhérents aux affaires professionnelles. Quand les archives de quatre avocats nous parviennent, il est évident que l’on va découvrir un ensemble varié de cas traités : successions, gestion du patrimoine, défense au civil ou au pénal, comptabilité, cession d’affaires commerciales, etc. À travers cet ensemble, on peut établir le déroulement de carrière de tel ou tel de ces quatre personnages ou suivre les tenants et les aboutissants d’une affaire, ce dernier travail – qui demande une connaissance certaine des textes de loi – relevant sans doute plus d’un historien du droit que d’un chercheur en histoire moderne ou contemporaine.

Ensuite, on peut trouver des documents plus personnels ayant un rapport direct avec la famille. Ici la notion de famille ne se limite pas à la famille généalogique, mais à un ensemble plus large basé sur des alliés, le tout formant un réseau avec ses nombreuses ramifications (ce vaste réseau découle le plus souvent de rapprochements familiaux par le mariage, mais est aussi régulièrement le résultat de services rendus, qu’ils soient professionnels ou politiques). Avec ces relations épistolaires, le lecteur entre directement dans l’intimité de la famille où l’on découvre l’état de santé de tel individu, l’organisation d’un mariage, le déménagement d’un autre, les états d’âme d’un personnage ou les demandes d’aides financières d’un des membres de ce clan. Cet ensemble permet aussi de comprendre comment se tisse le maillage familial, avec les alliances réalisées. Ce type d’archives nous offre donc une vue directe sur la société bourgeoise et nobiliaire, pas exclusivement du Léon, mais d’une grande partie de la Basse-Bretagne.

Autre catégorie, les documents en lien direct avec le parcours professionnel, personnel et politique du père et de ses trois fils. Au fil des liasses, nous découvrons les avancées ou les stagnations de ces hommes au fur et à mesure que les années passent. Le meilleur exemple pour illustrer cela est le dossier d’anoblissement monté par Daniel-Nicolas (liasse MdK140) en 1814. On y trouve son parcours professionnel et personnel détaillé, mais surtout un ensemble de courriers qui montre tous les soutiens qu’il a accumulés au fil des années et dont il se sert pour étayer sa demande.

Le dernier sous-dossier que l’on peut retirer de ces archives familiales est celui ayant trait aux opinions politiques de nos protagonistes, documents qui nous permettent de connaître leur ressenti selon la période vécue. Par exemple, Daniel-Nicolas ne se cache pas d’avoir défendu les familles d’émigrés durant la Révolution (courrier du 28 août 1814, MdK140) ; François-Louis, sous la Monarchie de Juillet, promeut et rejoint le mouvement qui milite pour un retour à l’Ancien régime (courrier du 22 juillet 1846, MdK185) ; Mathurin n’hésite pas à intégrer des comités pour soutenir des candidatures royalistes (document du 29 juin 1842, MdK225) ; quant à Daniel-Louis, il fait régulièrement part de ses préoccupations politiques dans bon nombre de courriers, comme celui adressé à son père et où il se réjouit que la Bretagne ne compte aucun député libéral (courrier du 29 février 1824, MdK161).

Comité pour soutenir des candidatures royalistes (document du 29 juin 1842, MdK225)

Ces quelques exemples, tirés de cette mine d’archives privées, prouvent l’importance de pouvoir consulter – à fin d’analyse – des documents personnels, ceux-ci permettant – après bon usage – de s’en servir pour apporter de nouveaux éléments pouvant corroborer ou contredire des faits énoncés.

Bruno Baron, docteur en histoire moderne, chercheur associé au CRBC.



Citer ce billet
Marie Salomon-Le Moign (2024, 15 janvier). Fortunes d’archives [9] : De la nécessité des archives privées. L’exemple du fonds Miorcec de Kerdanet. Bibliothèque Yves-Le-Gallo (CRBC). Consulté le 22 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vlfz

  1. L’ensemble des pièces concernant son emprisonnement et la plaidoirie de la défense sont consultables dans la liasse MdK632. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.