Fortunes d’archives [10] : Kornog, gloire et chagrin des Seiz Breur

L’année 2023 fut celle du centième anniversaire des Seiz Breur, ce groupe devenu légendaire auquel les principales villes des cinq départements bretons avaient consacré une grande exposition en 2000, au moment de franchir le cap du millénaire1. Il s’agissait alors de célébrer l’inattendue et spectaculaire réinvention de la Bretagne qui s’était opérée au cours du XXe siècle et de rendre hommage à ceux qui en auraient été des acteurs décisifs : en l’occurrence, une poignée de jeunes artistes fixés à Paris après la Grande Guerre, qui avaient souhaité faire de l’Exposition internationale des arts décoratifs la vitrine du renouveau breton qu’ils escomptaient. En dépit de leur rapide dispersion, ils avaient maintenu leur ambition et décidé de la placer sous une bannière commune ; lors du pardon du Folgoët de 1923, Jeanne Malivel, pionnière de cette aventure, avait alors proposé de baptiser le collectif en gestation du nom d’un conte gallo qu’elle affectionnait, Les Sept Frères, aussitôt traduit en breton : Ar Seiz Breur. Leur pugnacité leur avait permis d’aménager l’Osté, grande salle commune installée dans le Ty Breiz, le pavillon que la Bretagne était parvenue à édifier dans le Village français de l’Exposition. Mobilier, objets et décors : tout dans cette pièce leur était redevable.

Couverture du livre accompagnant l’Exposition de 2000.
Livre accompagnant l’Exposition de 2000, d’abord présentée à Rennes, puis à Nantes (2001), Quimper (2001), Saint-Brieuc (2002) et Le Faouët (2002).

Leur contribution fut remarquée et récompensée. Pourtant, à peine écrite, une page déjà se tournait. Jeanne Malivel décéda en effet le 2 septembre 1926, à 31 ans. René-Yves Creston reprit alors le flambeau, élargissant opportunément le propos de la fratrie de manière à en gonfler les effectifs et à lui assurer une pérennité. Elle s’étoffa rapidement en accueillant des architectes, des musiciens, des littérateurs et des éditeurs qui, par leur production certes, mais aussi par le permanent travail de relations publiques de son mentor, allaient lui conférer un rôle de premier plan. Le meilleur exemple résida dans le pavillon breton de l’Exposition internationale de 1937, dont les Seiz Breur furent des protagonistes essentiels et unanimement loués. Mais ce fut aussi l’apogée du mouvement : victime des aléas de l’Occupation et de l’exacerbation des rivalités qu’ils suscitèrent, il sortit en effet exsangue de la guerre et une ultime tentative de relance, en 1947, fut vaine.

Portrait de René-Yves Creston (1898-1964).
René-Yves Creston (1898-1964), c.1930. Coll. part.

Mythe et réalité

La fratrie sombra alors dans l’oubli infligé à la plupart des groupements qui, pour avoir proclamé des idéaux bretons, furent soupçonnés de s’être fourvoyés dans des stratégies désormais discréditées. Toutefois, le mouvement retint à nouveau l’intérêt au cours des années 1970, lorsque l’entre-deux-guerres et ses prolongements durant le conflit mobilisèrent une nouvelle génération de chercheurs. D’abord confidentiels, leurs travaux bénéficièrent bientôt des pulsions identitaires qui agitaient à nouveau la Bretagne : une grande exposition présentée à Paris, Brest et Saint-Brieuc en 1986, leur offrit une actualité qu’ils n’ont jamais quittée depuis2. En juillet 2023, à Rennes, le succès considérable de la présentation, au Parlement de Bretagne, des 300 pièces qui allaient être mises aux enchères pour marquer leur centenaire a montré que l’engouement pour les Seiz Breur demeurait intact3.

Affiche de l’exposition et de la vente de juillet 2023, à Rennes.
Affiche de l’exposition et de la vente de juillet 2023, à Rennes. Coll. part.

Mais, au fil des années, un public élargi, allant des militants aux collectionneurs, les a installés dans un récit largement fictionnel. On leur a prêté et on leur présume toujours une unité intangible, fondée sur des options absolument partagées et soudée par des amitiés indéfectibles, ce qui ne correspond guère à la réalité. Rien d’étonnant à cela : outre le désir de réhabiliter un entre-deux-guerres injustement déprécié et souvent même discrédité sans nuance, une telle idéation idyllique a concerné la plupart des grands mouvements artistiques ayant marqué leur temps. L’histoire du Bauhaus, que les déchirements n’épargnèrent pas, a été pareillement lissée. Cette histoire arrangée doit être corrigée, mais il faut toutefois se garder de réfutations systématiques et garder en mémoire l’adage de Jacques Lacan, selon lequel l’imaginaire serait trompeur, parce que porteur d’une part de vérité. Certes très différents d’âge, de discipline, de formation et de terrain d’intervention, les 62 Seiz Breur d’un moment ou de longtemps n’adoptèrent jamais une ligne artistique dogmatique et unifiée, même si, dans certains domaines, les arts graphiques spécialement, un « style » put se dégager. En fait, comme beaucoup de mouvements qui comptent dans l’histoire de l’art et des idées, la fratrie, autant que par la production de ses affiliés, valut par la dynamique qu’elle instaura et l’image de la Bretagne qu’elle donna. Ce résultat fut considérable, démontrant que l’on pouvait adopter pleinement son temps, s’arracher aux campagnes ancestrales et aimer la ville, sans pour autant se départir de l’héritage.

Une revue, un fonds

Kornog, la revue, dont le mouvement se dota en 1929, permet de montrer la difficulté à démêler l’impression de la réalité. Elle ne connut que cinq livraisons, mais elle est aujourd’hui icônisée ; un exemplaire a récemment atteint 350 euros dans une vente aux enchères. On la trouve bien sûr au CRBC, depuis ses premiers jours. Elle figurait en effet dans le fonds Éven, repéré par Jean Le Dû et Yves Le Gallo, qui, en 1969, fut le second acquis par le jeune laboratoire au moyen d’un financement exceptionnel obtenu de la Direction des enseignements supérieurs. Les quelque 2 000 livres — des tirages de tête souvent — et les très nombreux périodiques qu’il comportait constituèrent le fondement de la bibliothèque du Centre. Les nombreux documents personnels et professionnels, qui furent engrangés simultanément, inaugurèrent quant à eux ses archives ; ils occupent aujourd’hui 30 cartons et trois mètres linéaires. Enfin, on aura garde d’oublier les cylindres phonographiques et la formidable collection de 20 000 cartes postales qui accompagnaient cet achat exceptionnel4.

Couvertures des cinq numéros parus de Kornog.
Couvertures des cinq numéros parus de Kornog. CRBC.

Francis Éven (1877-1959) avait été un ardent défenseur de la cause bretonne. Ses ressources le poussaient de surcroît à soutenir de nombreuses entreprises et publications — il serait le mécène de Kroaz ar Vretoned, Arvorig et Breiz Atao, notamment —, ce qui lui valut d’être considéré comme « le dépanneur attitré des militants bretons en difficulté5 ». Trégorrois né à Lannebert, où le breton était alors la langue exclusive, il la maîtrisait parfaitement et en défendait l’usage dans la presse et l’édition. Il avait débuté ses études au sein de l’École normale d’instituteurs de Saint-Brieuc, faisant durant cette période les rencontres déterminantes de François Vallée et de François Jaffrennou, qui l’introduisirent dans les cénacles encore confidentiels du mouvement breton.

Francis Éven (1877-1959). CRBC.

Délaissant sa vocation première, il avait vite regagné le Trégor et obtenu un emploi de clerc chez un notaire de Pontrieux, sans toutefois en rabattre de ses convictions, qu’il affichait volontiers : en 1898, il avait ainsi assisté à la création de l’Union régionaliste bretonne (URB) à Morlaix et, à Guingamp en 1900, avait figuré parmi les fondateurs du Gorsedd (Collège des druides, bardes et ovates de Bretagne)6. La même année, avec Jaffrennou et Victor de Kerangué, il avait créé Ti Kaniri Breiz, un groupe de chanteurs se produisant sur l’espace public pour redonner vigueur à une tradition musicale qui s’étiolait. Il s’était fait également collecteur de chants et de récits, fort de l’aide matérielle de Vallée qui lui avait permis d’acheter un phonographe. Le CRBC possède quelques-uns de ses cylindres, dont une dizaine, dûment numérisés, ont pu être exploités en dépit de leur délabrement7. En 1907, il fut fondateur et trésorier de la Breuriez ar brezoneg puis, l’aisance venant, il avait participé au second Congrès panceltique à Caernarvon en 1910, comme représentant du Gorsedd, dont il était membre du Pouellgor (comité exécutif) et porteur de la Korn-hirlas (corne à boire). L’année suivante, lors de l’éclatement de l’URB, il avait choisi la dissidence aux côtés de Vallée et figuré parmi les fondateurs de la Fédération régionaliste de Bretagne (FRB), dont il serait élu vice-président en 1919.

En 1925, reprenant une étude de Tréguier, il était devenu notaire, sans se tenir pour autant sur la réserve : la même année, il fut, aux côtés de François Debeauvais, de Yann Sohier et de James Bouillé, un des orateurs d’une réunion organisée à Guingamp sous le patronage de Breiz Atao 8 ; en 1928, c’est au congrès du jeune Parti autonomiste breton (PAB) qu’il prendrait la parole à Châteaulin. Surtout, en 1930, il fut le créateur de la Kevredad Kretaat evit adsevel Breiz, une société de crédit destinée à lever des fonds pour soutenir Breiz Atao et à installer une imprimerie qui emploierait les permanents du mouvement. En 1942, enfin, il siègerait au Comité consultatif de Bretagne comme représentant du Gorsedd.

Une fraternisation illusoire

Francis Éven s’était évidemment abonné à Kornog, « dastumadenn skeudennek arzou Breiz », revue illustrée des arts bretons, d’autant plus volontiers qu’elle ouvrait un second âge dans l’histoire tourmentée des Seiz Breur. Leur impécuniosité chronique les avait contraints longtemps à repousser son lancement : il aurait été imaginé dès 1923 sur les bancs de l’amphithéâtre de la Sorbonne où Jeanne Malivel et Creston suivaient les cours de breton dispensés par le Cercle celtique. Le sculpteur Georges Robin, membre de la fratrie depuis ses débuts, relança le projet en 1927 tandis que Creston s’employait à chercher des soutiens. Ce dernier, dont l’optimisme ne connaissait pas d’intermission, annonça une première parution en janvier 1928 et publia un Manifeste de Kornog tonitruant dans Gwalarn, dont le directeur, Roparz Hemon, se félicitait de voir le champ des arts rejoindre dans l’action culturelle celui de la littérature, qu’il couvrait :

Kornog veut redonner à la Bretagne la phalange de peintres, de sculpteurs, de décorateurs, d’architectes, de tailleurs d’images de musiciens, d’artisans qui lui manquent depuis bientôt 200 ans et qui jadis firent sa grandeur.

Kornog veut, en les faisant connaître, en les protégeant, rappeler à la vie l’art paysan, l’art populaire, bases de tout art national. Kornog veut, détruisant la muraille qui bouche la vue dehors et qui s’appelle Paris et son emprise intellectuelle, faire entrer directement les jeunes artistes bretons, comme ceux d’un peuple libre, dans le grand mouvement d’échanges d’idées internationales, et leur faire connaître, sans passer par le filtre édulcorant de Paris, l’art des autres peuples.

Kornog veut révéler au public breton l’art de la Bretagne future, le lui faire comprendre, aimer et soutenir.Les conceptions artistiques que défendra Kornog seront furieusement modernes, car tout art qui ne crée plus est un art mort.

Il fallut patienter quelques mois encore, mais la revue, annoncée comme trimestrielle, vit enfin le jour à l’automne 1928. Creston s’était battu sur plusieurs front. Tout d’abord, il avait réunifié le cosmos artistique breton, éparpillé par négligence ou en raison de fortes rivalités. Ainsi, en dépit de leurs antagonismes, James Bouillé, laissé jusque-là sur le seuil, intégra la frairie, qui allait changer de statut et d’organisation le 29 mars 1929, devenant l’Unvaniez ar Seiz Breur, « Société centrale des artistes bretons pour la rénovation de la Bretagne ». Creston la présiderait, mais flanqué de Bouillé, chargé de l’administration, prix de son ralliement. Cette alliance était primordiale car cet architecte, qui avait été secrétaire général et conseiller artistique de la Chambre de métiers, avait de l’entregent, spécialement dans les milieux catholiques : il s’apprêtait d’ailleurs à créer un Atelier breton d’art chrétien (ABAC) regroupant les principaux créateurs engagés dans le renouveau de l’art religieux. Il naîtrait en 1929 sous le nom d’An Droellen. Le risque pour les Seiz Breur était de voir les rivalités de personnes augmentées d’une concurrence de groupe. Nouer une alliance avec Bouillé était donc nécessaire, d’autant qu’il était proche de Francis Éven, ce dont témoignent 49 lettres conservées dans le fonds du CRBC. Or, l’aide de ce mécène universel était évidemment escomptée pour financer la nouvelle revue. Il fallait par ailleurs la doter d’un comité de soutien rassurant et susceptible d’attirer des contributeurs. En tête de cet aréopage figura Alphonse de Châteaubriant, dont Creston venait d’illustrer de 24 bois l’édition populaire de La Brière. En seconde position venait le compositeur Paul Ladmirault. Il devançait les parents de Jeanne Malivel, James Bouillé — qui affichait ainsi son ralliement —, et diverses personnalités du militantisme breton, dont Roparz Hemon, qui apporterait des subsides personnels tandis que Gwalarn, assurerait la diffusion de Kornog. Jean Perquis, un médecin fixé à Tours, qui avait versé son écot, clôturait la liste

Portrait de James Bouillé (1894-1945).
James Bouillé (1894-1945), c.1930. AD des Côtes-d’Armor.

Une tentative de captation

Bénéficiant en l’occurrence de sa longue gestation, la revue eut fière allure. Dotée d’une élégante couverture dessinée par Creston dans le graphisme celtisant l’Art déco, qu’il avait mis au point, elle était imprimée sur beau papier, abondamment illustrée, et augmentée de planches hors-texte. Elle ne rencontra pourtant qu’un succès mitigé : bien des régionalistes, offusqués par l’intention proclamée d’être « furieusement moderne », la boudèrent, comme ceux qui, tel Mordrel, n’avaient pas été invités à se joindre à l’entreprise. À cela s’ajoutait d’emblée des entraves à sa pérennité :  son coût de fabrication élevé, la dispersion de Creston, happé sans cesse par de nouvelles occupations, et le peu d’aide apportée par la plupart des autres Seiz Breur9. Dans ce contexte morose, Gwalarn annonça la fin de son soutien, sinon pour le service de traduction que requérait cette revue bilingue : ses finances se trouvaient en effet trop lourdement affectées par sa contribution, comme celles, personnelles, de Roparz Hemon et d’Yves Le Drezen, son administrateur, qui avaient généreusement mis de leurs poches jusque-là10. Kornog continua cependant de paraître, ramassant parfois deux livraisons en une, mais maintenant sa qualité et l’intérêt de son propos.

Il fallait être un lecteur très attentif et porter un regard interrogatif à l’ours de la revue pour subodorer les changements qui se préparaient. D’abord domiciliée à Nantes, au domicile de Ladmirault, Kornog migra à Perros-Guirec, chez Bouillé. Plus étonnant, il en alla de même pour Creston, mentionné naguère comme directeur résidant à Paris. Il était donné maintenant comme rédacteur en chef, mais son déménagement fictif introduisait évidemment un doute sur son rôle véritable. En fait, un accord contraint se lisait en filigrane. Propriétaire du titre, Creston ne pouvait être totalement écarté ; de son côté, il se voyait contraint d’accepter cette situation dégradante, car il en allait de la survie de la revue, dont Bouillé avait désormais les clés : sa continuation tenait en effet au soutien de Francis Éven, dont il était de plus en plus proche. Il venait d’ailleurs d’en recevoir la commande d’une résidence secondaire à Ploumilliau, commune natale de son épouse. Intégralement consacré à l’art religieux, le numéro de Kornog qui parut durant l’hiver 1929-1930 marqua déjà un infléchissement vers les prédilections de Bouillé. Cette livraison avait d’ailleurs été préparée par Jean-Pierre Le Meur, qui n’avait rien à lui refuser : il était le principal collaborateur de son agence. Mais au moins la revue annonçait-elle encore, pour les livraisons à venir, des thèmes négociés par les deux partis : ameublement, céramique, peinture décorative et vitrail, architecture civile.

Photo de la résidence secondaire de Francis Éven à Ploumilliau, conçue par James Bouillé.
Résidence secondaire de Francis Éven à Ploumilliau, conçue par James Bouillé, 1931. AD des Côtes-d’Armor.

Le numéro 6-7, qui parut au printemps1930, fit litière de ces bonnes intentions et ne laissa plus de doute sur la manœuvre en cours. Il déclencha aussitôt une tempête dévastatrice dont les archives du CRBC permettent de prendre la mesure et d’en comprendre les conséquences. Creston s’estima en effet poignardé lorsqu’il découvrit au générique la signature de Mordrel, qu’il s’était toujours employé à tenir à bonne distance. Son indignation fut d’autant plus vive qu’un bruit insistant prétendait que ce dernier préparait le lancement d’une revue appelée à prendre la relève de Kornog tenue pour moribonde. Il le confirmerait d’ailleurs rétrospectivement, en 1934, livrant même alors le nom qu’il lui avait choisi, Brekilien, et le manifeste qu’il avait rédigé pour accompagner son lancement11. Creston comprit qu’une captation de Kornog par Bouillé et Mordrel accointés se préparait, qui l’exclurait et marginaliserait les Seiz Breur. Il se répandit bien sûr en dénonciations de cette usurpation programmée.

Les révélations du fonds Éven

Le fonds Éven nous révèle la suite pathétique de cette querelle envenimée. On y trouve en effet trois circulaires, que la presse de l’époque ne mentionna pas et qui, semble-t-il, n’ont été conservées nulle part ailleurs. Ici même, deux d’entre elles sont curieusement déchirées. N’ignorant rien des fulminations de Creston, Bouillé diffusa un « Avis aux abonnés » rédigé sur un papier à en-tête de Kornog, constatant l’impossibilité de travailler avec son rival, qualifié de « décorateur de Paris ». Il annonçait en conséquence sa décision de ne plus s’occuper de la revue à dater du 16 février 1931. Creston répliqua aussitôt de la même façon. Il exprima son désaccord sur le contenu comme sur la forme du numéro qui venait d’être livré et annonça sa démission du poste de rédacteur en chef. Mais, de façon inattendue, il ajouta qu’il abandonnait le titre de la revue à Bouillé, mentionné comme « entrepreneur de construction ». Creston avait probablement trouvé là une bonne occasion d’attribuer au sens de l’honneur une décision qui lui permettait de s’extraire d’une entreprise impossible pour lui à financer. Nullement dupe de la manœuvre, par une nouvelle circulaire datée du 10 mars 1931, Bouillé fit savoir qu’il avait refusé le cadeau empoisonné qu’aurait été la propriété d’un titre devenu synonyme de déchirement, quand il avait prétendu symboliser l’union. Il savait de surcroît que toute nouvelle parution aurait déclenché une campagne rageuse de Creston, fatale à la revue. C’en fut donc fini de Kornog, sans que la plupart des lecteurs ne connussent les dessous de cette lamentable affaire.

Bouillé fut évidemment rayé illico de la liste des Seiz Breur après quatre années seulement d’une présence suspicieuse. Obtenant alors ses plus importantes commandes, dont la remarquable chapelle Saint-Joseph de Lannion, aujourd’hui inscrite à l’inventaire des monuments historiques, il se contenta de l’ABAC comme moyen de rayonnement, sans s’opposer à la double appartenance de certains de ses compagnons, Jules-Charles Le Bozec et Xavier de Langlais notamment. Le second succéda même à Creston à la présidence des Seiz Breur le 7 mars 1944. Quant à ce dernier, en décembre 1932, il lança sans succès Keltia, une revue cousine de la précédente, qui n’eut que deux livraisons. Forte de ses cinq numéros aujourd’hui unanimement loués, Kornog demeure la prometteuse mais éphémère démonstration d’une capacité à théoriser un renouveau artistique préludant à celui de la Bretagne. Le fonds Éven garde discrètement la mémoire des lourdes vicissitudes qui en entravèrent l’accomplissement.

Daniel Le Couédic, Professeur en urbanisme, aménagement de l’espace

Sur le même sujet, retrouvez l’article Kornog – Occident, revue illustrée des arts bretons



Citer ce billet
Marie Salomon-Le Moign (2024, 20 mars). Fortunes d’archives [10] : Kornog, gloire et chagrin des Seiz Breur. Bibliothèque Yves-Le-Gallo (CRBC). Consulté le 22 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w1xa

  1. Le Couédic Daniel, Veillard Jean-Yves (Dir), Ar Seiz Breur, 1923-1947 : La création bretonne entre tradition et modernité, Rennes, Terre de brume & Musée de Bretagne, 2000. Le livre fut également édité en breton. []
  2. Collectif, 1918-1945 – Bretagne, modernité et régionalisme, Liège, Pierre Mardaga, 1986. []
  3. Ar Seiz Breur, 2023 : Centenaire, sl, Thierry-Lannon, Rennes enchères, Salorges, 2023. []
  4. L’acquisition comportait aussi des documents ayant appartenu à Yves Berthou, que Francis Éven avait recueillis. Ils ont été réunis dans un fonds spécifique par Yves Le Gallo et Philippe Le Stum. []
  5. Raoul Lucien, Un siècle de journalisme breton, Le Guilvinec, Le Signor, 1981, p. 661. []
  6. Le Stum Philippe, Le néo-druidisme en Bretagne, origine, naissance et développement, Rennes, Éditions Ouest-France, 1998. []
  7. Lasbleiz Bernard, « Francis Éven, pionnier des collectages sonores de chants populaires en Basse-Bretagne », Annales de la Bretagne et des Pays de l’Ouest, n°128-2, 2021, p. 177-199. []
  8. Mordrel Olier (pour Olivier Mordrelle), Breiz Atao, histoire et actualité du nationalisme breton, Paris, Alain Moreau, 1973, p. 120. []
  9. Lettre de Yves Le Drezen à Suzanne Candré-Creston, 23 avril 1929. Coll. part. []
  10. « Aux lecteurs de Galarn – Communiqué par Gwalarn », La Patrie bretonne, n° 29, 1er juillet 1929, p. 3. []
  11. « Programme de Brekilien », Stur, n°1-2, juillet-octobre 1934, p. 101. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.