Archives de l’auteur : Marie Salomon-Le Moign

Le manuscrit de Locmaria de Quimper

Le mardi 11 juin à l’occasion d’une vente aux enchères chez Christie’s (Londres), un collectif regroupant des bibliothécaires et responsables de la médiathèque de Quimper et des Champs Libres de Rennes ainsi que des enseignants et chercheurs de l’UBO, membres du CRBC (Arnaud Ybert et Julien Bachelier) est parvenu à acquérir un précieux manuscrit de la fin du XIe siècle.

Continuer la lecture

Les ressources de la bibliothèque : focus sur le nationalisme

On appelle « nationalisme » l’ensemble des processus sociaux et politiques visant à créer, entretenir et défendre une communauté imaginée appelée « nation ». Interrogé par ce mot-clé, le catalogue du CRBC offre 257 résultats, qui concernent tant des références participant de ces processus que de l’étude de ces processus. En voici un petit tour d’horizon1.

La Bretagne est principalement concernée. Nombre de brochures ou d’ouvrages émanent de diverses voix et plumes du nationalisme breton depuis le début du xxe siècle. On retiendra par exemple des brochures publiées au début de la période par des membres du Parti nationaliste breton, du Parti autonomiste breton et du Parti national breton2. Après la Seconde Guerre mondiale, d’autres publications signées parfois par d’anciens leaders historiques ont continué de promouvoir une nation bretonne3. On peut ajouter à cela une presse abondante – entre autres Breiz Atao, L’Heure bretonne, Arvor, L’Avenir de la Bretagne, Ar Vro… – mais également des fonds d’archives importants : les fonds Célestin Lainé ou Raymond Delaporte fils, par exemple. La bibliothèque conserve également de nombreux ouvrages voués à l’étude de ces nationalismes bretons : ceux de Déniel, Tanguy, Nicolas, Frelaut, Hamon, Cadiou, Carney, ou encore les actes du colloque « Bretagne et identités régionales pendant la Seconde Guerre mondiale », principalement axés sur les premiers mouvements bretons4 ; mais aussi ceux de Morvan, Chartier et Larvor, Henri et Lagadec, Rousseau sur les suivants5. On fera une mention toute particulière aux mémoires de maîtrise et de master qui analysent également le nationalisme breton6.

D’autres nationalismes régionaux de France ont retenu l’attention de chercheurs dont les travaux se trouvent au CRBC, notamment concernant le Pays basque7. Le nationalisme français tient également une place non négligeable dans les rayonnages de la bibliothèque. Notons par exemple les ouvrages de Girardet, Beaune, Citron ou Venayre8.

Les ouvrages concernant le nationalisme dans les pays celtiques constituent également un fonds important, tant en langue française qu’en anglais. Ce sont essentiellement l’Irlande et l’Ecosse qui sont étudiées9, mais aussi le pays de Galles et la Galice10. Plus largement, les nationalismes régionaux envisagés à l’échelle européenne concernent quelques ouvrages acquis par la bibliothèque11.

Enfin, et c’est essentiel, la bibliothèque conserve tout un outillage théorique utile à qui étudie les nationalismes. On retiendra les versions originales et françaises des ouvrages indispensables de Gellner, Hobsbawm, Anderson, Thiesse, Guiomar, Billig, entre autres12.

Sébastien Carney,
Maître de conférences en histoire contemporaine.

  1. Faute de place, ce qui suit ne tient pas compte des articles publiés dans les revues, les actes de colloques ou les ouvrages collectifs. []
  2. Louis-Napoléon Le Roux, Pour le séparatisme, la question bretonne : essai, précédé du Manifeste du “Parti Nationaliste Breton”, Ed. du Parti Nationaliste Breton, 1911 ; Camille Le Mercier D’Erm, La question bretonne : les origines du Nationalisme breton : étude critique, Quimper, Impr. A. Jaouen, 1914 ; François Debauvais, L’intérêt breton et l’avenir de la Bretagne. Essai d’un nationalisme breton positif, Rennes, Ed. de Breiz Atao, 1926 ; Parti National Breton, Le nationalisme breton : aperçu doctrinal, Rennes : Ed. du PNB, 1932 ; Parti National Breton, Notre lutte pour la Bretagne, Rennes, PNB, 1942. []
  3. Par exemple Anonyme (Yann Fouéré), Breton Nationalism, Denbigh, Welsh Nationalist Party, Gee and son Ltd, 1947 ; Yann Fouéré, La Bretagne écartelée. Essai pour servir à l’histoire de dix ans : 1938-1948, Paris, Nouvelles Editions Latines, 1962 ; COBAR, Manifeste des Nationalistes Révolutionnaires Bretons emprisonnés, S.l., s.d., Olier Mordrel, Breiz Atao ou Histoire et actualité du nationalisme breton, Paris, Alain Moreau, 1973. []
  4. Alain Déniel, Le mouvement breton, Paris, Maspéro, 1976 ; Bernard Tanguy, Aux origines du nationalisme breton, 2 vol., Paris, UGE, 1977 ; Michel Nicolas, Histoire du mouvement breton. Emsav, Paris, Syros, 1982 ; Bertrand Frélaut, Les nationalistes bretons de 1939 à 1945, Brasparts, Beltan, 1985 ; Kristian Hamon, Les nationalistes bretons sous l’occupation, Le Relecq-Kerhuon, An Here, 2001 ; Georges Cadiou, L’Hermine et la croix gammée. Le mouvement breton et la collaboration, Paris, Mango, 2001 ; Christian Bougeard (dir.), Bretagne et identités régionales pendant la seconde guerre mondiale, Brest, CRBC, 2002 ; Sébastien Carney, Breiz Atao ! Mordrel, Delaporte, Lainé, Fouéré : une mystique nationale (1901-1948), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2015. []
  5. Françoise Morvan, Le monde comme si. Nationalisme et dérive identitaire en Bretagne, Arles, Actes sud, 2002 ; Erwan Chartier et Ronan Larvor, La question bretonne : enquête sur les mouvements politiques bretons, Plougastel-Daoulas, An Here, 2002 ; Lionel Henry et Annick Lagadec, FLB – ARB : l’histoire 1966-2005, Fouesnant, Yoran embanner, 2006 ; Erwan Chartier et Alain Cabon, Le dossier F.L.B. : plongée chez les clandestins bretons, Spézet, Coop Breizh, 2006 ; André Rousseau, L’idéologie bretonne : entre authenticité et nationalisme ‘soft’, Paris, PUF, 2023. []
  6. Denis Vallier, Célestin Lainé et le Bezenn Perrot. Le courant dur du nationalisme breton, mémoire présenté à l’Institut d’Études Politiques de Paris, 1969 ; Germain Ferec et Alain Le Sann, Breiz Atao et le nationalisme breton entre les deux guerres mondiales, Rennes, mémoire de maîtrise d’histoire, 1969 ; Eric Osmont, Une expression régionaliste dans la France de Vichy : étude du quotidien ” La Bretagne” (1941-1944), mémoire de maîtrise, Brest, UBO, 1991 ; Yann Fournis, Le deuxième EMSAV : des nationalistes bretons en général et du Bezen Perrot en particulier, mémoire de maîtrise, Brest, UBO, 1995 ; Vincent Kerbiquet, De l’exemple à l’exil : le rôle de l’Irlande dans le mouvement nationaliste breton, mémoire de maîtrise, Brest, UBO, 1998 ; Thibault Bourreau, Le FLB devant la Cour de sûreté de l’État : violence politique et répression dans la Bretagne des années 1968 (1974-1981), mémoire de master, Paris, IEP, 2019 ; Laurence Lavrand, Le journal d’un paysan nationaliste breton de Plouguerneau, 1940-1945, mémoire de master, Brest, UBO, 2019. []
  7. Pierre Letamendia, Nationalismes au pays basque, Bordeaux, Presses Universitaires de Bordeaux, 1987 ; Xabier Itcaina, Les virtuoses de l’identité : religion et politique en Pays Basque, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2007. []
  8. Raoul Girardet, Le nationalisme français : 1871-1914, Paris, A. Colin, 1966 ; Colette Beaune, Naissance de la nation France, Paris, Gallimard, 1985 ; Suzanne Citron, Le mythe national. L’histoire de France en question, Paris, Les éditions ouvrières, 1987 ; Sylvain Venayre, Les origines de la France : quand les historiens racontaient la nation, Paris, Seuil, 2013. []
  9. Par exemple, pour l’Irlande : C.H.E. Philpin, Nationalism and popular protest in Ireland, Cambridge, Cambridge University Press, 1987 ; Sophie Ollivier, Les Fenians d’Irlande : une lecture du nationalisme révolutionnaire irlandais, Bern-Berlin-Bruxelles, Peter Lang, 2015 ; Olivier Coquelin, L’Irlande en révolutions : entre nationalismes et conservatismes : une histoire politique et sociale (18e-20e siècles), Paris, Syllepse, 2018 ; Michael Wheatley, Nationalism and the Irish Party. Provincial Ireland 1910-1916, New-York, Oxford University Press, 2005. Pour l’Ecosse : Roger Levy, Scottish nationalism at the crossroads, Edimbourg, Scottisch Academic, Press Ltg, 1990 ; Richard J. Finlay, Independent and free : scottish politics and the origins of the scottish national party 1918-1945, Edimbourg, John Donald Publishers Ltd, 1994 ; Christopher Harvie, Scotland and nationalism. Scottish society and politics 1707 to the present, Londres/New-York, Routledge, 1998 ; William Ferguson, The identity of the Scottish nation : an historic quest, Edimbourg, Edinburgh University Press, 1998 ; Stefan Thomas Hall, The role of medieval Scottish poetry in creating Scottish identity : “textual nationalism”, Lewiston, Edwin Mellen Press, 2006. []
  10. Par exemple Morgan W.J ; Morgan Prys Dr ; Lewis Robyn ; Thomas George, M,P ; The Archbishop of Wales ; Thomas Ned ; Thomas Roy ; Davies Geraint Talfan ; Hughes E.J, The Welsh dilemma : somes essays on nationalism in Wales, Llandybie, Christopher Davies, 1973 ; Jaine E. Beswick, Regional nationalism in Spain. Language use and ethnic identity in Galicia, Clevedon, Buffalo, Toronto, Multilingual Matters, 2007. []
  11. Collectif, dossier « Nationalismes régionaux en Europe », Hérodote, n°95, 1999 ; Frank Tétart, Nationalismes régionaux : un défi pour l’Europe, Bruxelles, De Boeck, 2009 ; Sébastien Carney et Olivier Dard (dir.), Dossier « L’Europe des régionalismes et des nationalismes régionaux », Histoire Economie &Société, n°3/2021. []
  12. Ernest Gellner, Nations et nationalisme, Paris, Payot, 1989 ; Eric Hobsbawm, Nations et nationalisme depuis 1780 : programme, mythe, réalité, Paris, Gallimard, 1992 ; Anne-Marie, Thiesse, La création des identités nationales. Europe XVIIIè-XVè siècle, Paris, Seuil, 1999 ; Benedict Anderson, L’imaginaire national réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, Paris, La Découverte, 2002 ; Jean-Yves Guiomar, Peuple, région, nation, Brest, CRBC, 2015 ; Michael Billig, Le nationalisme banal, Louvain, Presse universitaires de Louvain, 2019. []

Vindiciae celticae

Jo(hannes) Danielis Schoepflini, Argentorate, 1754, in-quarto, 140 p.
Cote: C-07836-00

La bibliothèque du CRBC abrite un livre chargé d’histoire. Il a été écrit par Jean Daniel Schoepflin (1694-1771), qui se définit en page de titre comme conseiller du roi et historiographe français, était aussi professeur d’histoire et d’éloquence latine à Strasbourg (Argentorate en latin). Le titre peut être traduit en français par Recherches sur les origines celtiques. Il s’agit du pointage des mentions des Celtes dans la littérature antique. Schoepflin a aussi contribué au Dictionnaire des Gaules, édité par Jean-Joseph Expilly, mais l’essentiel de ses travaux a porté sur l’Alsace. C’est d’ailleurs à Strasbourg qu’a été édité l’ouvrage qui nous intéresse.

On relève une mention manuscrite sur la page de titre : « Se vend à Paris chez Masson rue Jaques à la Faïence » et une autre sur une page de garde, 1 £ 10 s (1 livre 10 sous), sans doute le prix du livre ou de la reliure. Deux ex-libris figurent sur le contre-plat, ceux de Louis-Alexandre Gitton du Plessis, avocat et bibliophile de Blois (XIXe siècle) et celui de P. de La Morandière. Ils permettent de connaître au moins deux anciens propriétaires de l’ouvrage. On retrouve les mêmes gravures dans plusieurs ouvrages anciens, ce qui laisse penser que le second a hérité de la bibliothèque du premier.

Yves Coativy
Directeur du CRBC

Kornog – Occident, revue illustrée des arts bretons

À l’occasion du centenaire de la naissance du mouvement artistique breton Ar Seiz Breur, la bibliothèque du CRBC souhaite mettre en lumière sa collection de la revue Kornog – Occident.

Kornog – Occident, revue illustrée des arts bretons – dastumadenn skeudennek arzou Breiz, est une revue d’art bilingue (français-breton) publiée à Brest entre 1928 et 1930 (cinq livraisons) et initiée par les Seiz Breur (« Les sept frères » en breton, nom issu d’un conte du pays gallo). Ce collectif voit le jour en 1923 et est, à son origine, constitué de plusieurs artistes, hommes et femmes, provenant de champs artistiques différents : peintres, sculpteurs, graveurs, ébénistes, céramistes, brodeurs, etc. Parmi les membres de ce groupe, qui a compté en tout plus d’une cinquantaine d’artistes, les plus connus sont Jeanne Malivel, René-Yves et Suzanne Creston, Georges Robin, Xavier de Langlais, Youenn Drézen, James Bouillé… Animés par une volonté de renouveler l’image populaire de la Bretagne, ces artistes se sont attachés à mettre en valeur le patrimoine artistique breton souhaitant insuffler un renouveau.

Continuer la lecture

Fortunes d’archives [10] : Kornog, gloire et chagrin des Seiz Breur

L’année 2023 fut celle du centième anniversaire des Seiz Breur, ce groupe devenu légendaire auquel les principales villes des cinq départements bretons avaient consacré une grande exposition en 2000, au moment de franchir le cap du millénaire1. Il s’agissait alors de célébrer l’inattendue et spectaculaire réinvention de la Bretagne qui s’était opérée au cours du XXe siècle et de rendre hommage à ceux qui en auraient été des acteurs décisifs : en l’occurrence, une poignée de jeunes artistes fixés à Paris après la Grande Guerre, qui avaient souhaité faire de l’Exposition internationale des arts décoratifs la vitrine du renouveau breton qu’ils escomptaient. En dépit de leur rapide dispersion, ils avaient maintenu leur ambition et décidé de la placer sous une bannière commune ; lors du pardon du Folgoët de 1923, Jeanne Malivel, pionnière de cette aventure, avait alors proposé de baptiser le collectif en gestation du nom d’un conte gallo qu’elle affectionnait, Les Sept Frères, aussitôt traduit en breton : Ar Seiz Breur. Leur pugnacité leur avait permis d’aménager l’Osté, grande salle commune installée dans le Ty Breiz, le pavillon que la Bretagne était parvenue à édifier dans le Village français de l’Exposition. Mobilier, objets et décors : tout dans cette pièce leur était redevable.

Couverture du livre accompagnant l’Exposition de 2000.
Livre accompagnant l’Exposition de 2000, d’abord présentée à Rennes, puis à Nantes (2001), Quimper (2001), Saint-Brieuc (2002) et Le Faouët (2002).
Continuer la lecture
  1. Le Couédic Daniel, Veillard Jean-Yves (Dir), Ar Seiz Breur, 1923-1947 : La création bretonne entre tradition et modernité, Rennes, Terre de brume & Musée de Bretagne, 2000. Le livre fut également édité en breton. []

Fortunes d’archives [9] : De la nécessité des archives privées. L’exemple du fonds Miorcec de Kerdanet

Les chercheurs et les étudiants sont habitués à consulter les archives dépendant des services publics : municipalités, départements, État ou armées. Mais plus rares sont ceux qui ont accès à des documents privés. Heureusement, le CRBC offre à un large panel de ses lecteurs le loisir de compulser, depuis déjà plusieurs années, une multitude de références issues de fonds privés.

Ces documents, qui apparaissent sous différentes formes (courriers, récits, listes, tableaux, iconographie, etc.), donnent à celui qui les lit et les consulte l’opportunité de rentrer dans l’intimité de l’auteur ou de celle d’une tierce personne dont il peut être question, mais le but recherché n’est-il pas d’établir une précision sur tel ou tel fait permettant d’infirmer ou de confirmer une réalité énoncée ?

C’est pourquoi l’apport des archives privées est un complément essentiel et nécessaire à tout chercheur qui a la chance d’y avoir accès, soit pour compléter un travail, soit pour entreprendre une analyse sur un événement, une situation ou/et des individus.

Continuer la lecture

Fortunes d’archives [8] : Daniel-Louis Miorcec de Kerdanet (1792-1874) : juriste, historien et défenseur du patrimoine à La Roche-Maurice.

Le fonds de Kerdanet récemment déposé aux archives du CRBC contient quelques « trésors » susceptibles d’interpeller les historiens. Nous avons jeté notre dévolu sur deux pièces rédigées par Daniel-Louis Miorcec de Kerdanet : la première est un petit brouillon de 8 pages intitulé « Le château de La Roche-Maurice » avec des mots et des paragraphes raturés. Il a été publié dans le second volume du Lycée Armoricain, en 1823, pages 346 à 353. Il est actuellement conservé dans la liasse MdK 413. La seconde est un brouillon de correspondance daté de 1856 (liasse MdK 414).

1re page du brouillon de l’article « Le château de La Roche-Maurice »

Daniel-Louis est le fils de Daniel-Nicolas Miorcec de Kerdanet (1752-1836), actif politiquement durant la Révolution et l’Empire. Comme son père, Daniel-Louis est avocat et maire de Lesneven où se trouve son étude. C’est aussi un érudit qui collabore à l’édition du Lycée Armoricain, à Nantes, de 1823 à 1831 et qui publie en 1837 les Vies des saints de la Bretagne Armorique, à Brest et Paris.

Continuer la lecture

Portraits croisés de doctorant·e·s [5]

Retrouvez les portraits de deux doctorant·e·s du CRBC à des moments différents de leur parcours de thèse. Retrouvez ici les portraits de Malo Adeux, doctorant en littérature médiévale, et Marianne Raguénès, doctorante en histoire de l’art.

Quel est votre thème de recherche et qu’est-ce qui vous a conduit à le choisir ?

Malo Adeux : J’ai fait des études de littérature de lettres modernes, et puis j’ai commencé à faire des études de littérature médiévale à la faculté des Lettres de Brest et à m’intéresser à l’aspect comparatif. J’ai travaillé sur des corpus scandinaves notamment. Le sujet qu’on a choisi avec Hélène Tétrel, ma directrice, c’était un sujet qui permettait de travailler sur des corpus qu’on n’avait pas l’habitude de mettre en regard la plupart du temps, parce qu’il n’y a pas grand monde qui maîtrise à la fois un corpus français et deux corpus étrangers. Notre choix s’est resserré autour du gallois et de l’islandais médiéval, on a cherché quelque chose sur le contact entre les cultures et on a trouvé un texte de la fin de l’Antiquité qui est un faux témoignage de la guerre de Troie, parce qu’à l’époque on sait qu’Homère est quelqu’un qui raconte tardivement les événements.

Marianne Raguénès : À la base, je suis ébéniste, restauratrice de mobiliers anciens. Quand je suis arrivée en master, j’ai ouvert mon atelier de restauration, le temps que la clientèle arrive j’ai voulu poursuivre mes études sur un sujet concernant le mobilier et comme on est en Bretagne, de préférence le mobilier breton.

Continuer la lecture

Fortunes d’archives [7] : Jean-Louis Milliner, un français libre de la première heure. Fonds Mari Kermareg

Durant mes quatre années de thèse, je n’ai pas trouvé, dans les fonds du CRBC, d’archives concernant mon sujet : le massacre de Penguerec le 7 août 1944. Pour ce texte Fortunes d’archives, j’ai donc recherché quelque chose qui pourrait se rapprocher de ma période, la Seconde Guerre mondiale. Je suis donc tombé sur ce fonds Mari Kermareg, ancienne présentatrice, animatrice et réalisatrice d’émissions télévisuelles et radiophoniques en breton. Celui-ci renferme, entre autres, des photos, coupures de presse et documents privés de Jean-Louis Milliner, ancien membre des Forces Navales Françaises Libres.

Comme l’a écrit l’historien Erwan Le Gall : « Dans la mémoire collective, le Français libre est à la fois un héros et un aventurier, un individu quittant tout pour combattre sous l’uniforme orné de la Croix de Lorraine 1 ». Comme il l’explique ensuite, tout ceci ne résulte que d’une « mystique construite à la faveur d’un terreau mémoriel favorable, entre mythe résistancialistes, irénisme des pouvoirs publics en charge des politiques du souvenir et publication de témoignages emblématiques2 ».

Pour ce texte Fortunes d’archives, j’ai choisi de vous parler d’un Français libre, Jean-Louis Milliner, engagé volontaire à seulement 18 ans dans les Forces Navales Françaises Libres, et ce, dès juin 1940. Il faisait partie de ces 128 Sénans qui ont répondu à l’appel d’un général de brigade alors totalement inconnu du grand public : Charles de Gaulle.

Continuer la lecture
  1. Erwan Le Gall, « L’engagement des Français Libres : une mise en perspective », dans Patrick Harismendy et Erwan Le Gall, Pour une histoire de la France Libre, PUR, Rennes, 2012, p. 29-30. []
  2. Idem. []

Fortunes d’archives [6] : « Voyage dans le Finistère » (1865), traduction manuscrite par Edouard Fleury des chapitres X à XIII et XIV de A Vacation in Brittany de Richard Weld (1856)

À l’époque où je traduisais pour le CRBC Brittany and the Chase, récit de résidence en Bretagne d’un certain James Bromfield, alias I. Hope1, je rêvais, sans trop y croire, de trouver une traduction française d’un récit de voyage du même type, contemporaine de l’original, qui pût m’inspirer. Or, miraculeusement, la bibliothèque du CRBC a conservé un tel document : le manuscrit, daté de 1865, d’une traduction inédite par un Breton d’un récit de voyage en Bretagne, publié à Londres en 1856. On peut facilement imaginer mon excitation : ici, sans aucun doute, j’allais trouver non seulement un précédent, qui plus est auréolé par la sanction du temps, mais, du moins l’espérais-je, l’équivalent le plus proche possible du type de langue que j’essayais péniblement de reconstituer. Le moins qu’on puisse dire est que mes espoirs furent vite déçus.

Continuer la lecture
  1. I. Hope [alias James Bromfield], La Bretagne et la chasse, traduction et introduction de Jean-Yves Le Disez, Brest, CRBC-UBO, 1995, 105 p. [Titre de l’original : Brittany and the Chase (Londres, 1853)]. []

Le laboratoire linguistique d’Humphrey Lloyd Humphreys

L’arrivée de nouveaux fonds d’archives à la bibliothèque du CRBC suscite toujours la curiosité et l’intérêt, car ceux-ci constituent autant de portes qui s’ouvrent sur des ateliers de la pensée. C’est le cas du fonds « Humphrey Lloyd Humphreys », d’autant plus que ce chercheur est bien connu des spécialistes de linguistique bretonne et galloise, et des participants aux séminaires « La Bretagne Linguistique » du Groupe de recherche sur l’économie linguistique de la Bretagne (GRELB) qu’Humphreys suit depuis sa création en 1984, auquel il participe régulièrement depuis 25 ans et dont il a enrichi d’articles la revue éponyme.

Continuer la lecture

Fortunes d’archives [5] : La vie qui va

Nous vivons un moment paradoxal dont les contradictions confinent au tragique. Depuis que l’homme a commencé à humaniser son animalité, il manifeste sa présence au monde en laissant des traces matérielles de son passage sur la terre. Et ces traces matérielles balisent son itinéraire spirituel et intellectuel. On sait ce que mangeait un homme de Néandertal et dans quel environnement naturel il vivait, rien qu’en analysant la plaque dentaire de l’unique molaire qu’on a conservée de lui. Et ses premiers rites funéraires, il y a au moins 70 000 ans, montrent qu’il avait déjà ajouté sa propre culture à la nature, en aménageant pour ses défunts une autre existence dans un autre monde invisible. Cela nous suggère qu’il commençait à manipuler des notions comme celles de « avant » et « après », « ici » et « là-bas », ce qui lui aurait été impossible s’il n’avait déjà disposé d’un langage élaboré dans une longue durée.

Continuer la lecture

Portraits croisés de doctorant·e·s [4]

Retrouvez les portraits de deux doctorant·e·s du CRBC à des moments différents de leur parcours de thèse. Pour cette Lettre, portraits de Éric Kerjean, doctorant en histoire, et Axelle Lamour, doctorante en histoire antique.

Quel est votre thème de recherche et qu’est-ce qui vous a conduit à le choisir ?

Éric Kerjean : Au terme de mes recherches doctorales, ma thèse s’intitule Hans Frank de A à H. La ligne légale du national-socialisme ? À l’origine, il n’avait bien sûr pas ce titre. En fait, je n’ai pas choisi mon thème de recherche. Quand on ne le choisit pas, tout l’intérêt est de faire que ce sujet devienne sien. S’approprier le sujet. Je viens de l’histoire antique jusqu’au Master 2, et après plusieurs années, j’ai fait un second Master 2 en histoire contemporaine, sur Wilhelm Canaris, le chef des services de renseignements militaires allemands sous Hitler. L’une des sources qui m’a aidé lors de ce mémoire, ce sont les portraits écrits par Werner Best, un juriste important de la SS, qui, après la chute du Reich nazi, a rédigé, en prison, différents portraits des hiérarques du régime déchu. Après le Master 2, j’ai décidé de les traduire avec la collaboration de Wiebke Hildebrandt. Portraits de nazis a été édité chez Perrin, comme mon mémoire de Master 2, Canaris : le maître espion de Hitler. Avec Best, le thème principal restait le nazisme, mais la dimension juridique du national-socialisme commençait à poindre.

Continuer la lecture

Fortunes d’archives [4] : Programme des Fêtes de Cornouaille 1956 – Notes manuscrites de Pierre-Jakez Hélias

En 1956, les Grandes Fêtes de Cornouaille font, pour la première fois, l’objet d’une retransmission télévisée en direct. La fête bretonne de l’entre-deux-guerres1, événement de bienfaisance réunissant les reines de Cornouaille, est devenue une manifestation d’ampleur, proposant un programme festif et culturel qui attire des milliers de spectateurs et, par conséquent, l’attention des médias. Du 20 au 22 juillet 1956, Quimper bat au rythme des spectacles et animations mettant en avant les traditions populaires, autour d’une programmation bretonne et internationale2. La manifestation trouve sa conclusion – son « apothéose » selon le programme – lors de la journée du dimanche : 1 000 danseurs et 1 500 sonneurs bretons participent au grand défilé du matin et les organisateurs annoncent 100 000 à 150 000 spectateurs pour cette seule journée3. L’Abadenn veur du dimanche après-midi est un grand spectacle de danse et musique assuré par les groupes bretons et étrangers présents au festival. Au sein du comité des fêtes, c’est Pierre Hélias qui est chargé de coordonner ce spectacle.

Continuer la lecture
  1. Créée en 1923, la fête s’est tenue jusqu’en 1937. []
  2. Sont présents des groupes venus de Norvège, Russie, Écosse, Italie et Suisse. []
  3. Ronan Gorgiard et Jean-Philippe Mauras, Cornouaille : de Fêtes en Festival, Spézet, Coop Breizh, 2010. p. 52. []

Fortunes d’archives [3] : Amoco Cadiz, le combat continue. Note du Syndicat Mixte à destination des populations, 1983-1984

Genèse de l’affaire Amoco Cadiz (1978-1992)

Le 16 mars 2018 marque les quarante ans de la catastrophe de l’Amoco Cadiz. L’anniversaire du naufrage du supertanker sur les côtes de Ploudalmézeau-Portsall est l’occasion pour différentes institutions de réévaluer l’impact – encore bien réel – de la gestion de l’une des premières marées noires de grande ampleur. L’Université de Bretagne occidentale dont étaient issues les figures de proue de la recherche en océanographie et en biologie marine dans les années 1970 prend la décision de s’associer au Cedre1 ainsi qu’à la Préfecture maritime et au SHD2 afin d’organiser différents événements scientifiques à l’instar de colloques, de tables rondes ou d’exposition portant sur l’histoire de la marée noire de l’Amoco Cadiz et sur l’influence que sa gestion politique, juridique et scientifique a pu entraîner sur la prise en charge contemporaine de ce type de pollution. En effet, il est indéniable que ce que l’on appelle couramment l’« affaire Amoco3 » fait date et ce, à plusieurs échelles.

Continuer la lecture
  1. Centre de documentation, de recherche et d’expérimentations sur les pollutions accidentelles des eaux []
  2. Service Historique de la Défense []
  3. Yvon Rochard, L’Affaire Amoco, Éditions ArMen, 2005 []