Archives de catégorie : Billets

Le manuscrit de Locmaria de Quimper

Le mardi 11 juin à l’occasion d’une vente aux enchères chez Christie’s (Londres), un collectif regroupant des bibliothécaires et responsables de la médiathèque de Quimper et des Champs Libres de Rennes ainsi que des enseignants et chercheurs de l’UBO, membres du CRBC (Arnaud Ybert et Julien Bachelier) est parvenu à acquérir un précieux manuscrit de la fin du XIe siècle.

Continuer la lecture

Les ressources de la bibliothèque : focus sur le nationalisme

On appelle « nationalisme » l’ensemble des processus sociaux et politiques visant à créer, entretenir et défendre une communauté imaginée appelée « nation ». Interrogé par ce mot-clé, le catalogue du CRBC offre 257 résultats, qui concernent tant des références participant de ces processus que de l’étude de ces processus. En voici un petit tour d’horizon1.

La Bretagne est principalement concernée. Nombre de brochures ou d’ouvrages émanent de diverses voix et plumes du nationalisme breton depuis le début du xxe siècle. On retiendra par exemple des brochures publiées au début de la période par des membres du Parti nationaliste breton, du Parti autonomiste breton et du Parti national breton2. Après la Seconde Guerre mondiale, d’autres publications signées parfois par d’anciens leaders historiques ont continué de promouvoir une nation bretonne3. On peut ajouter à cela une presse abondante – entre autres Breiz Atao, L’Heure bretonne, Arvor, L’Avenir de la Bretagne, Ar Vro… – mais également des fonds d’archives importants : les fonds Célestin Lainé ou Raymond Delaporte fils, par exemple. La bibliothèque conserve également de nombreux ouvrages voués à l’étude de ces nationalismes bretons : ceux de Déniel, Tanguy, Nicolas, Frelaut, Hamon, Cadiou, Carney, ou encore les actes du colloque « Bretagne et identités régionales pendant la Seconde Guerre mondiale », principalement axés sur les premiers mouvements bretons4 ; mais aussi ceux de Morvan, Chartier et Larvor, Henri et Lagadec, Rousseau sur les suivants5. On fera une mention toute particulière aux mémoires de maîtrise et de master qui analysent également le nationalisme breton6.

D’autres nationalismes régionaux de France ont retenu l’attention de chercheurs dont les travaux se trouvent au CRBC, notamment concernant le Pays basque7. Le nationalisme français tient également une place non négligeable dans les rayonnages de la bibliothèque. Notons par exemple les ouvrages de Girardet, Beaune, Citron ou Venayre8.

Les ouvrages concernant le nationalisme dans les pays celtiques constituent également un fonds important, tant en langue française qu’en anglais. Ce sont essentiellement l’Irlande et l’Ecosse qui sont étudiées9, mais aussi le pays de Galles et la Galice10. Plus largement, les nationalismes régionaux envisagés à l’échelle européenne concernent quelques ouvrages acquis par la bibliothèque11.

Enfin, et c’est essentiel, la bibliothèque conserve tout un outillage théorique utile à qui étudie les nationalismes. On retiendra les versions originales et françaises des ouvrages indispensables de Gellner, Hobsbawm, Anderson, Thiesse, Guiomar, Billig, entre autres12.

Sébastien Carney,
Maître de conférences en histoire contemporaine.

  1. Faute de place, ce qui suit ne tient pas compte des articles publiés dans les revues, les actes de colloques ou les ouvrages collectifs. []
  2. Louis-Napoléon Le Roux, Pour le séparatisme, la question bretonne : essai, précédé du Manifeste du “Parti Nationaliste Breton”, Ed. du Parti Nationaliste Breton, 1911 ; Camille Le Mercier D’Erm, La question bretonne : les origines du Nationalisme breton : étude critique, Quimper, Impr. A. Jaouen, 1914 ; François Debauvais, L’intérêt breton et l’avenir de la Bretagne. Essai d’un nationalisme breton positif, Rennes, Ed. de Breiz Atao, 1926 ; Parti National Breton, Le nationalisme breton : aperçu doctrinal, Rennes : Ed. du PNB, 1932 ; Parti National Breton, Notre lutte pour la Bretagne, Rennes, PNB, 1942. []
  3. Par exemple Anonyme (Yann Fouéré), Breton Nationalism, Denbigh, Welsh Nationalist Party, Gee and son Ltd, 1947 ; Yann Fouéré, La Bretagne écartelée. Essai pour servir à l’histoire de dix ans : 1938-1948, Paris, Nouvelles Editions Latines, 1962 ; COBAR, Manifeste des Nationalistes Révolutionnaires Bretons emprisonnés, S.l., s.d., Olier Mordrel, Breiz Atao ou Histoire et actualité du nationalisme breton, Paris, Alain Moreau, 1973. []
  4. Alain Déniel, Le mouvement breton, Paris, Maspéro, 1976 ; Bernard Tanguy, Aux origines du nationalisme breton, 2 vol., Paris, UGE, 1977 ; Michel Nicolas, Histoire du mouvement breton. Emsav, Paris, Syros, 1982 ; Bertrand Frélaut, Les nationalistes bretons de 1939 à 1945, Brasparts, Beltan, 1985 ; Kristian Hamon, Les nationalistes bretons sous l’occupation, Le Relecq-Kerhuon, An Here, 2001 ; Georges Cadiou, L’Hermine et la croix gammée. Le mouvement breton et la collaboration, Paris, Mango, 2001 ; Christian Bougeard (dir.), Bretagne et identités régionales pendant la seconde guerre mondiale, Brest, CRBC, 2002 ; Sébastien Carney, Breiz Atao ! Mordrel, Delaporte, Lainé, Fouéré : une mystique nationale (1901-1948), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2015. []
  5. Françoise Morvan, Le monde comme si. Nationalisme et dérive identitaire en Bretagne, Arles, Actes sud, 2002 ; Erwan Chartier et Ronan Larvor, La question bretonne : enquête sur les mouvements politiques bretons, Plougastel-Daoulas, An Here, 2002 ; Lionel Henry et Annick Lagadec, FLB – ARB : l’histoire 1966-2005, Fouesnant, Yoran embanner, 2006 ; Erwan Chartier et Alain Cabon, Le dossier F.L.B. : plongée chez les clandestins bretons, Spézet, Coop Breizh, 2006 ; André Rousseau, L’idéologie bretonne : entre authenticité et nationalisme ‘soft’, Paris, PUF, 2023. []
  6. Denis Vallier, Célestin Lainé et le Bezenn Perrot. Le courant dur du nationalisme breton, mémoire présenté à l’Institut d’Études Politiques de Paris, 1969 ; Germain Ferec et Alain Le Sann, Breiz Atao et le nationalisme breton entre les deux guerres mondiales, Rennes, mémoire de maîtrise d’histoire, 1969 ; Eric Osmont, Une expression régionaliste dans la France de Vichy : étude du quotidien ” La Bretagne” (1941-1944), mémoire de maîtrise, Brest, UBO, 1991 ; Yann Fournis, Le deuxième EMSAV : des nationalistes bretons en général et du Bezen Perrot en particulier, mémoire de maîtrise, Brest, UBO, 1995 ; Vincent Kerbiquet, De l’exemple à l’exil : le rôle de l’Irlande dans le mouvement nationaliste breton, mémoire de maîtrise, Brest, UBO, 1998 ; Thibault Bourreau, Le FLB devant la Cour de sûreté de l’État : violence politique et répression dans la Bretagne des années 1968 (1974-1981), mémoire de master, Paris, IEP, 2019 ; Laurence Lavrand, Le journal d’un paysan nationaliste breton de Plouguerneau, 1940-1945, mémoire de master, Brest, UBO, 2019. []
  7. Pierre Letamendia, Nationalismes au pays basque, Bordeaux, Presses Universitaires de Bordeaux, 1987 ; Xabier Itcaina, Les virtuoses de l’identité : religion et politique en Pays Basque, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2007. []
  8. Raoul Girardet, Le nationalisme français : 1871-1914, Paris, A. Colin, 1966 ; Colette Beaune, Naissance de la nation France, Paris, Gallimard, 1985 ; Suzanne Citron, Le mythe national. L’histoire de France en question, Paris, Les éditions ouvrières, 1987 ; Sylvain Venayre, Les origines de la France : quand les historiens racontaient la nation, Paris, Seuil, 2013. []
  9. Par exemple, pour l’Irlande : C.H.E. Philpin, Nationalism and popular protest in Ireland, Cambridge, Cambridge University Press, 1987 ; Sophie Ollivier, Les Fenians d’Irlande : une lecture du nationalisme révolutionnaire irlandais, Bern-Berlin-Bruxelles, Peter Lang, 2015 ; Olivier Coquelin, L’Irlande en révolutions : entre nationalismes et conservatismes : une histoire politique et sociale (18e-20e siècles), Paris, Syllepse, 2018 ; Michael Wheatley, Nationalism and the Irish Party. Provincial Ireland 1910-1916, New-York, Oxford University Press, 2005. Pour l’Ecosse : Roger Levy, Scottish nationalism at the crossroads, Edimbourg, Scottisch Academic, Press Ltg, 1990 ; Richard J. Finlay, Independent and free : scottish politics and the origins of the scottish national party 1918-1945, Edimbourg, John Donald Publishers Ltd, 1994 ; Christopher Harvie, Scotland and nationalism. Scottish society and politics 1707 to the present, Londres/New-York, Routledge, 1998 ; William Ferguson, The identity of the Scottish nation : an historic quest, Edimbourg, Edinburgh University Press, 1998 ; Stefan Thomas Hall, The role of medieval Scottish poetry in creating Scottish identity : “textual nationalism”, Lewiston, Edwin Mellen Press, 2006. []
  10. Par exemple Morgan W.J ; Morgan Prys Dr ; Lewis Robyn ; Thomas George, M,P ; The Archbishop of Wales ; Thomas Ned ; Thomas Roy ; Davies Geraint Talfan ; Hughes E.J, The Welsh dilemma : somes essays on nationalism in Wales, Llandybie, Christopher Davies, 1973 ; Jaine E. Beswick, Regional nationalism in Spain. Language use and ethnic identity in Galicia, Clevedon, Buffalo, Toronto, Multilingual Matters, 2007. []
  11. Collectif, dossier « Nationalismes régionaux en Europe », Hérodote, n°95, 1999 ; Frank Tétart, Nationalismes régionaux : un défi pour l’Europe, Bruxelles, De Boeck, 2009 ; Sébastien Carney et Olivier Dard (dir.), Dossier « L’Europe des régionalismes et des nationalismes régionaux », Histoire Economie &Société, n°3/2021. []
  12. Ernest Gellner, Nations et nationalisme, Paris, Payot, 1989 ; Eric Hobsbawm, Nations et nationalisme depuis 1780 : programme, mythe, réalité, Paris, Gallimard, 1992 ; Anne-Marie, Thiesse, La création des identités nationales. Europe XVIIIè-XVè siècle, Paris, Seuil, 1999 ; Benedict Anderson, L’imaginaire national réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, Paris, La Découverte, 2002 ; Jean-Yves Guiomar, Peuple, région, nation, Brest, CRBC, 2015 ; Michael Billig, Le nationalisme banal, Louvain, Presse universitaires de Louvain, 2019. []

Vindiciae celticae

Jo(hannes) Danielis Schoepflini, Argentorate, 1754, in-quarto, 140 p.
Cote: C-07836-00

La bibliothèque du CRBC abrite un livre chargé d’histoire. Il a été écrit par Jean Daniel Schoepflin (1694-1771), qui se définit en page de titre comme conseiller du roi et historiographe français, était aussi professeur d’histoire et d’éloquence latine à Strasbourg (Argentorate en latin). Le titre peut être traduit en français par Recherches sur les origines celtiques. Il s’agit du pointage des mentions des Celtes dans la littérature antique. Schoepflin a aussi contribué au Dictionnaire des Gaules, édité par Jean-Joseph Expilly, mais l’essentiel de ses travaux a porté sur l’Alsace. C’est d’ailleurs à Strasbourg qu’a été édité l’ouvrage qui nous intéresse.

On relève une mention manuscrite sur la page de titre : « Se vend à Paris chez Masson rue Jaques à la Faïence » et une autre sur une page de garde, 1 £ 10 s (1 livre 10 sous), sans doute le prix du livre ou de la reliure. Deux ex-libris figurent sur le contre-plat, ceux de Louis-Alexandre Gitton du Plessis, avocat et bibliophile de Blois (XIXe siècle) et celui de P. de La Morandière. Ils permettent de connaître au moins deux anciens propriétaires de l’ouvrage. On retrouve les mêmes gravures dans plusieurs ouvrages anciens, ce qui laisse penser que le second a hérité de la bibliothèque du premier.

Yves Coativy
Directeur du CRBC

Kornog – Occident, revue illustrée des arts bretons

À l’occasion du centenaire de la naissance du mouvement artistique breton Ar Seiz Breur, la bibliothèque du CRBC souhaite mettre en lumière sa collection de la revue Kornog – Occident.

Kornog – Occident, revue illustrée des arts bretons – dastumadenn skeudennek arzou Breiz, est une revue d’art bilingue (français-breton) publiée à Brest entre 1928 et 1930 (cinq livraisons) et initiée par les Seiz Breur (« Les sept frères » en breton, nom issu d’un conte du pays gallo). Ce collectif voit le jour en 1923 et est, à son origine, constitué de plusieurs artistes, hommes et femmes, provenant de champs artistiques différents : peintres, sculpteurs, graveurs, ébénistes, céramistes, brodeurs, etc. Parmi les membres de ce groupe, qui a compté en tout plus d’une cinquantaine d’artistes, les plus connus sont Jeanne Malivel, René-Yves et Suzanne Creston, Georges Robin, Xavier de Langlais, Youenn Drézen, James Bouillé… Animés par une volonté de renouveler l’image populaire de la Bretagne, ces artistes se sont attachés à mettre en valeur le patrimoine artistique breton souhaitant insuffler un renouveau.

Continuer la lecture

Fortunes d’archives [9] : De la nécessité des archives privées. L’exemple du fonds Miorcec de Kerdanet

Les chercheurs et les étudiants sont habitués à consulter les archives dépendant des services publics : municipalités, départements, État ou armées. Mais plus rares sont ceux qui ont accès à des documents privés. Heureusement, le CRBC offre à un large panel de ses lecteurs le loisir de compulser, depuis déjà plusieurs années, une multitude de références issues de fonds privés.

Ces documents, qui apparaissent sous différentes formes (courriers, récits, listes, tableaux, iconographie, etc.), donnent à celui qui les lit et les consulte l’opportunité de rentrer dans l’intimité de l’auteur ou de celle d’une tierce personne dont il peut être question, mais le but recherché n’est-il pas d’établir une précision sur tel ou tel fait permettant d’infirmer ou de confirmer une réalité énoncée ?

C’est pourquoi l’apport des archives privées est un complément essentiel et nécessaire à tout chercheur qui a la chance d’y avoir accès, soit pour compléter un travail, soit pour entreprendre une analyse sur un événement, une situation ou/et des individus.

Continuer la lecture

Bibliothèque Miorcec de Kerdanet : les recueils factices

Le catalogage se poursuit, je vous renvoie vers ce billet d’août dernier introduisant le travail sur ces collections. 425 notices bibliographiques sont désormais disponibles à la date de publication de ce billet, à la fois dans les catalogues de la bibliothèque du CRBC et du Sudoc mais la consultation n’est pour le moment pas encore possible. Ça viendra !

Une des particularités de la bibliothèque des Miorcec de Kerdanet est la présence de nombreux recueils factices, terme du jargon bibliothéconomique qui définit un assemblage des feuilles volantes de tailles diverses, imprimées ou manuscrites, indépendantes les unes des autres et reliées entre elles sans forcément de logique précise. Il s’agit avant tout de conserver au même endroit des feuillets et de pouvoir les manipuler de manière pratique.

Continuer la lecture

La conservation préventive : dépoussiérage de la salle des archives sonores

C’est dans la chaleur du 4e étage de la faculté Victor-Ségalen, début juillet 2023, qu’ont démarré les opérations de dépoussiérage de la salle des archives sonores de la bibliothèque Yves-Le Gallo. 

Cette salle de conservation regroupe à la fois la bibliothèque Francis Even, donnée à la création du laboratoire, une collection d’ouvrages anciens acquise au fil des ans mais également les archives sonores, composées de supports divers allant du cylindre phonographique au CD.

Continuer la lecture

Bibliothèque Miorcec de Kerdanet : début du catalogage

Campagne de signalement dans le Sudoc

Début mai 2023, derrière une des portes du CRBC, des milliers d’ouvrages attendent depuis quelques mois leur signalement dans le Sudoc, le catalogue commun des bibliothèques universitaires. Après avoir été formée au catalogage par l’Agence bibliographique de l’enseignement supérieur (ABES), et plus particulièrement au catalogage du livre ancien, je suis parée pour une plongée dans la bibliothèque de la famille Miorcec de Kerdanet, originaire de Lesneven, qui a amassé au fil des siècles des ouvrages aux thématiques variées : droit, religion, histoire, littérature, en français, en breton et dans plusieurs autres langues. Pour un historique de l’arrivée de ce fonds au CRBC, je vous renvoie vers la présentation du fonds d’archives de la famille Miorcec de Kerdanet sur le site du laboratoire.

Continuer la lecture

Le laboratoire linguistique d’Humphrey Lloyd Humphreys

L’arrivée de nouveaux fonds d’archives à la bibliothèque du CRBC suscite toujours la curiosité et l’intérêt, car ceux-ci constituent autant de portes qui s’ouvrent sur des ateliers de la pensée. C’est le cas du fonds « Humphrey Lloyd Humphreys », d’autant plus que ce chercheur est bien connu des spécialistes de linguistique bretonne et galloise, et des participants aux séminaires « La Bretagne Linguistique » du Groupe de recherche sur l’économie linguistique de la Bretagne (GRELB) qu’Humphreys suit depuis sa création en 1984, auquel il participe régulièrement depuis 25 ans et dont il a enrichi d’articles la revue éponyme.

Continuer la lecture

Mémento de requêtes SQL pour Omeka Classic

Omeka Classic, la plateforme de publication de collection numérisées, repose sur le logiciel de base de données relationnelle MySQL (ou sa version entièrement GPL, MariaDB). Aussi, des connaissances de base en SQL et des droits d’accès à cette base de données vous permettront d’obtenir des informations sur les documents déposées sur votre bibliothèque numérique que l’interface d’administration de Omeka ne pourra vous fournir. Par exemple, afficher le nombre de fichiers associés aux documents des collections ou trouver des documents en doublons.

Ce document constitue un mémento de requêtes SQL utilisées pour interroger la bibliothèque numérique du Centre de recherche bretonne et celtique dont vous pouvez vous inspirer pour interroger votre instance de Omeka. Il présuppose une connaissance des concepts de Omeka (fichiers, contenus ou items, collections) et des connaissances de base en SQL1.

Si vous êtes intéressé par la même démarche avec Omeka S, vous pouvez consulter l’article de Pierre Couchet : Quelques requêtes MySql avec Omeka S. Continuer la lecture

  1. Pour une introduction au SQL, voir Des fichiers Excel au SQL, introduction aux bases de données relationnelles et Administrez vos bases de données avec MySQL []

Les affiches de l’Institut National de Recherche et de Sécurité (INRS) aux ateliers des Capucins

Le fonds d’archives des ateliers des Capucins conservé au CRBC présente 21 affiches produites par l’Institut National de Recherche et de Sécurité (INRS) entre 1974 à 1998 et relatives à la protection des personnels.

L’ Institut National de Recherche et de Sécurité (INRS)

L’INRS est créé en 1947 sous l’égide de la Sécurité sociale, avec pour mission la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles. Des campagnes de communication nationales sont alors développées et mènent à la création d’affiches telles que celles qui sont aujourd’hui conservées au CRBC.

Les affiches des ateliers des Capucins

Les travaux  de recherche menés par Céline Angot et Alain Le Moigne (Les ateliers métallurgiques du plateau des Capucins : de la construction à la reconstruction. Phase expérimentale de collecte de mémoire, février-décembre 2008) montrent que les préoccupations concernant la santé des travailleurs émergent au sein des ateliers des Capucins dans les années 1950 et perdurent, malgré l’amélioration des conditions de travail, jusqu’au cours des années 1990.  Elles sont entre autres défendues par le Comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) des ateliers.

Les affiches du fonds permettent de rendre compte du travail effectué aux ateliers et des risques qui y sont liés. La protection de l’ouïe et de la vue des travailleurs était particulièrement ciblée, tout comme la prévention des accidents liés à la manipulation de machines potentiellement dangereuses.

Ces affiches mettent également en avant la situation des ateliers : un site industriel à la pointe en matière de sécurité, d’hygiène et de prévention des risques au travail durant les Trente Glorieuses. 

Une sélection des affiches du fonds est disponible ci-dessous.

Déclaration: les affiches sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'Institut National de Recherche et de Sécurité (INRS) ou les ayant-droits des œuvres reproduites. Les photographies des affiches de l'INRS sont diffusées par le CRBC dans un cadre de recherche. La reproduction et la réutilisation de ces photographies n'est pas autorisée par le CRBC. 

 

L’Institut National de Recherche et de Sécurité (INRS) a développé une exposition virtuelle intitulée “La sécurité et la santé au travail s’affichent“, présentant de façon plus globale les affiches créés pour les campagnes de communication de l’institut entre 1949 et 2016. 

 

Découverte de CRBC Dataset (1)

Depuis le 16 avril 2020, une sélection de données produites sous la direction de chercheurs du Centre de recherche bretonne et celtique (CRBC) sont mises à la disposition de tous sur la nouvelle plateforme de données, CRBC Dataset.

Au 26 mai 2020, deux jeux de données sont disponibles selon la Licence Ouverte version 2.0 d’Etalab : Une première extraction d’une base de données des forçats du bagne de Brest et la base de données PRELIB (Projet de recherche en littérature de langue bretonne).

Découvrons dans ce premier billet le jeu de données des registres du bagne de Brest.

Les 988 premiers forçats arrivés au bagne de Brest, en mai 1749

La base de données des forçats du bagne de Brest est un projet de l’historien Philippe Jarnoux1. Elle est constituée à partir des registres conservés à la Division Nord-Ouest du Service historique de la Défense2.

Cette première mise en ligne de la base sur CRBC Dataset concerne les 988 forçats arrivés à l’ouverture du bagne, en mai 1749. Les données suivantes (actuellement sous la forme d’un fichier Microsoft Excel) seront mises en ligne progressivement. En attendant, vous pouvez consulter l’intégralité des registres de matricules des bagnards emprisonnés au bagne de Brest de son ouverture en 1749 à sa fermeture en 1858 sur la bibliothèque numérique du CRBC3.

Que contient ce jeu de données ?

Au 26 mai 2020, donc, le jeu de données des bagnards est un tableau de 95 colonnes et 988 lignes dans lequel chaque ligne correspond à une entrée du registre 2 O 7, comme indiqué dans la colonne “Registre”.

Par exemple, la toute première ligne correspond au matricule de Jean Gatté, que l’on peut trouver dans les premières pages du registre 2 O 7.

Enregistrement de Jean Gatté au bagne de Brest

Matricule du bagnard Jean Gatté dans le registre 2 O 7 du bagne de Brest

Un bagnard ayant pu s’évader puis être repris, il pourra apparaitre plusieurs fois dans le jeu de données complet (de 1749 à la fermeture du bagne en 1858).

Les informations saisies ont été commentées colonne par colonne par Philippe Jarnoux. Vous y trouvez par exemple la raison pour laquelle les numéros de matricules attribués à chaque condamné à son arrivée ne se suivent pas forcément ou pourquoi un bagnard a pu avoir plusieurs  numéros de matricules durant son séjour au bagne.

Pour les informations recodées, telles que la situation familiale, le code a été explicité (c = célibataire, m = marié , v = veuf).

Rechercher un bagnard par son nom

Le formulaire “Search” affiché au dessus du tableau permet de rechercher les bagnards par leur nom ou celui de leurs parents. Par exemple, la recherche sur “pierre audié” ou “Pierre Audié” ou “audie” affiche la ligne correspondant à Pierre Audié, n° de matricule 340, condamné à vie pour désertion le 3 aout 1723.

Recherche de Pierre Audié

Recherche de Pierre Audié

Filtres multicritères, les forgerons ayant commis des vols

Sous le moteur de recherche par nom de bagnards, un formulaire permet de filtrer les colonnes selon le critère de votre choix.

Par exemple pour trouver les forçats ayant exercé le métier de forgeron condamnés pour vol, vous pouvez chercher la chaine de caractère “forge” dans la colonne “Métier” et “vol” dans la colonne “crime”.

On obtient trois forçats : Pierre Guinet (originaire de Barjac), François Matthieu (originaire de Fréjus) et Antoine Salarvrier (originaire de Aumignac).

Les forgerons ayant commis des vols

Les forgerons ayant commis des vols

Le critère utilisé est “contains” au lieu de “=” auquel cas, vous n’obtiendrez que les lignes pour lesquelles la valeur saisie correspond exactement au critère. Or le mot “vol” est contenu dans des mentions telles que “les cas résultant du procès et suivant le rôle du Procureur Général pour vol” pour Antoine Salarvrier. De même si nous avions lancé une recherche selon le critère “= forgeron” au lieu de ” contains forge”, nous n’aurions pas trouvé François Matthieu dont le métier a été saisi dans le registre comme “maréchal à forge”.

Les critères supérieur >, inférieur <, supérieur ou égal à ⩾, inférieur ou égal à ⩽ permettent de filtrer les données numériques. Par exemple le filtre “> 1789” appliqué à la colonne “année_mort” permet l’affichage des bagnards décédés après la Révolution.

Bagnards décédés après la Révolution

Bagnards décédés après la Révolution

Les lieux

La plateforme permet d’afficher des cartes si le jeu de données contient des latitudes et des longitudes4 mais les noms des communes d’origine ou de résidence des bagnards étant parfois difficiles à identifier, cette information ne figure pas dans les données.

Portraits robots

L’appareil photographique n’existant pas encore, les registres contiennent des informations sur  des signes distinctifs permettant de dresser le portrait-robot du bagnard en cas d’évasion, en particulier dans les colonnes “cicatrice”, “lieu_cicatrice” et “signes_particuliers” : cicatrices, couleur des sourcils, des cheveux, de la barbe, tâches de rousseur, verrues, infirmités…

Trier le contenu des colonnes

Pour trier le contenu des colonnes, cliquez sur leur titre.

Explorer, trier les données des colonnes avec les facettes

Pour visualiser toutes les informations saisies dans une colonne et leurs nombres d’occurrences, vous pouvez utiliser les facettes dont vous trouverez des suggestions au dessus des titres de colonnes.

Les suggestions de facettes

Les suggestions de facettes

Si vous cliquez par exemple sur la facette Prénom_2, la liste de tous les deuxièmes prénoms et de leur nombre d’occurrences est affichée.

Facette de la colonne Prénom_2

Facette de la colonne Prénom_2

Ce qui permet de constater que sur les 988 bagnards arrivés en mai 1749, 32 ont pour deuxième prénom “François”. Cliquer sur le prénom, affiche toutes les lignes correspondantes du tableau.

Les facettes sont cumulables. En cliquant sur la facette “situation-famille”, puis sur le prénom François, vous obtenez parmi les 32 personnes ayant pour deuxième prénom François : 16 célibataires, 8 mariés et 8 pour lesquels l’information ne figure pas dans le registre.

Facette de la situation familiale des individus ayant pour deuxième prénom "François"

Facette de la situation familiale des individus ayant pour deuxième prénom “François”

Étant donné que le tableau comprend 95 colonnes, les 95 facettes correspondantes ne sont pas suggérées. Mais vous pouvez modifier l’URL (l’adresse web) qui s’affiche dans la barre d’adresse de votre navigateur pour afficher une facette absente des suggestions.  Par exemple, pour afficher la facette de la colonne “signes_particuliers”, il faut modifier l’URL comme suit : http://crbc-dataset.huma-num.fr/bagnards/matricules?_facet=signes_particuliers. Pour rajouter une deuxième facette, il faut la séparer de la première par un & : http://crbc-dataset.huma-num.fr/bagnards/matricules?_facet=signes_particuliers&_facet=Emplacement_cicatrice.

Notez que ces paramètres d’URL, comme on les appelle, sont automatiquement renseignés lorsque vous modifiez l’affichage de la page en faisant une recherche, en cliquant sur une facette suggérée, en triant les colonnes, etc.

Les filtres et les facettes peuvent être cumulés. Afficher la facette de l’année de décès permet d’afficher les années de décès des bagnards décédés après la Révolution.

Années de décès des bagnards morts après la Révolution

Années de décès des bagnards morts après la Révolution

Graphiques

Sous les suggestions de facettes, le bouton “Show charting options” permet de choisir deux colonnes pour l’affichage d’un graphique. Vous avez le choix entre des diagrammes à barres (Bar), des lignes (Line) ou des nuages de points (Scatter).

Vos choix sont conservés dans nos fameux paramètres d’URL, ce qui vous permet de communiquer vos réglages à d’autres personnes. Par exemple en suivant ce lien vous pouvez consulter le nuage de points des prénoms en fonction du lieu d’origine.

Diagramme den barres des prénoms en fonction de la commune d'origine

Nuage de points des prénoms en fonction de la commune d’origine

Le bouton “Swap W and Y”, sous le choix “Y column”, permet d’inverser l’axe des abscisses avec celui des ordonnées.

“Color” permet de coloriser les barres, les lignes ou les points en fonction d’une colonne et “Size” d’afficher le diamètre des points d’un nuage de points en fonction d’une colonne contenant une valeur numérique. Ce qui permet, à titre d’exemple, de coloriser les points du graphique des prénoms avec le pays d’origine et d’afficher leur taille en fonction de l’âge du bagnard (voir le résultat sur CRBC Dataset).

Nuage de points des prénoms en fonction de la commune d'origine

Nuage de points des prénoms en fonction de la commune d’origine avec la couleur des points en fonction du pays d’origine et le diamètre des points en fonction de l’âge

La palette de couleurs étant limitée, il ne vaut mieux pas choisir une colonne avec un nombre élevé d’occurrences.

Pour enregistrer le graphique sous forme de fichier SVG (image vectorielle) ou PNG (image matricielle), déplacez votre souris en haut à droite du graphique pour faire apparaitre le menu correspondant.

Sauvegarder le graphique au format PNG ou SVG

Sauvegarder le graphique au format PNG ou SVG

Vous avez bien entendu la possibilité de représenter graphiquement le résultat d’un filtre multicritère ou d’une recherche.

Télécharger les données

Vous pouvez télécharger l’intégralité des données ou le résultat de vos filtrages ou de vos recherches en utilisant la fonction “This data as json, CSV” affiché au dessus des facettes.

Exporter les données

Exporter les données

Deux formats possibles : le CSV (comma-separated values), qui peut être exploité avec Microsoft Excel ou LibreOffice Calc ou le format JSON, qui conviendra plus à des informaticiens.

 

  1. https://www.univ-brest.fr/crbc/menu/Lab-members/Enseignants-chercheurs/Philippe_Jarnoux []
  2. Division Nord-Ouest du Service historique de la Défense – 4, rue du Commandant Malbert 29240 Brest []
  3. Les registres cotés de 2 O 1 à 2 O 39 ont été numérisés par la Division Nord-Ouest du Service historique de la Défense de 2015 à 2016 puis mis en ligne sur la bibliothèque numérique du CRBC. []
  4. L’affichage des cartes sera abordée dans un prochain billet sur le jeu de données du projet de recherche en littérature de langue bretonne []

Un clavier phonétique pour transcrire les parlers bretons

Présentation

Comment décrire les sons produits par l’homme ? À la manière du solfège pour décrire la musique, il existe un alphabet pour transcrire les sons produits par les humains lorsqu’ils parlent. Pour cela, on fait appel à un mode de transcription uniforme et identique pour toute les langues du monde.

C’est ce que propose depuis la fin du XIXème siècle, l’Association de Phonétique Internationale en mettant régulièrement à jour un Alphabet Phonétique International (API). Cet alphabet propose de séparer les sons en phonèmes, des segments phoniques qui ensemble produisent du sens. Outre les consonnes et les voyelles, l’alphabet prévoit des signes diacritiques pour montrer qu’une voyelle se nasalise comme dans « maman » /mamã/. On trouvera également des signes suprasegmentaux qui indiquent la position de l’accent, sa qualité, la longueur des voyelles et les pauses.

Tous les sons ne sont pas utilisés par tout le monde. Par exemple, les bretonnants n’utilisent pas les clics bilabiaux, que l’on retrouve uniquement dans certaines langues d’Afrique australe. On trouvera par contre des sons étrangers aux zones dialectales environnantes comme le [x], la consonne vélaire fricative sourde, que l’on entendra dans ar c’hi-dour /ar xi ˈduːr/ « la loutre ». Les parlers bretons varient suivant les localités ce qui pousse les linguistes les étudier sur des cartes. Ils observent les variations phonologiques dans l’espace et tentent de les comprendre. On parle alors de variation diatopique. La variation linguistique peut aussi s’étudier d’un point de vue sociologique, c’est-à-dire que l’on considère la variation suivant des critères sociaux (les jeunes, les vieux, les médecins, les forgerons, les curés). On parle alors de variation diastratique, qui varie selon la classe ou du groupe social. Un autre type de variation concerne le temps, c’est la variation diachronique. Certains sons étaient utilisés mais ne le sont plus actuellement.

Pour conserver la trace d’une manière de parler, pour la décrire et la comparer, on peut utiliser un alphabet phonétique. Néanmoins, ce travail devient assez fastidieux lorsqu’on le réalise sur un ordinateur. Il faut souvent faire appel aux caractères spéciaux qui sont difficilement identifiables dans une liste proposée par des logiciels de traitement de texte. Pour se faciliter la tache, il faut donc obtenir un clavier spécifique à la transcription en API, et c’est ce que nous proposons ici. Un clavier, adapté au breton, inspiré du clavier phonétique Unicode développé par l’UMR 7320 : Base, Corpus, Langage pour l’aire romane.

Il ne s’agit pas d’un clavier numérique que l’on utilise en cliquant sur des caractères proposés à l’écran mais une modification de la réponse du clavier physique de l’ordinateur. Cette modification permet de transcrire en API en tapant sur le clavier.

Procédure d’installation (10 étapes)

Sous Windows

  1. La première étape consiste à télécharger Microsoft Keyboard Layout Creator, ce logiciel permet de modifier le clavier de l’ordinateur sous Windows et de l’adapter en fonction des besoins. Pour l’installer suivez ce lien. Il vous amène sur la page de téléchargement du logiciel. Cliquez ensuite sur l’encadré Download en rouge.
  2. Si le logiciel ne s’ouvre pas directement, dans vos téléchargements, lancez le fichier MKLC.exe. Suivez ensuite la procédure d’installation du logiciel.
  3. Téléchargez ensuite le fichier clavier breton apibre ici et enregistrez le dans un dossier intitulé « Clavier phonétique ». Il faut extraire le fichier du dossier compressé et cliquer dessus pour le lire. Le logiciel va afficher un clavier virtuel phonétique adapté au breton. Les commandes sur la gauche « shift states » vous permettent de visualiser les différents modes : NORMAL / MAJUSCULE (shift) / ALT+CTRL / CTRL.
  4. Ensuite, toujours sur cette page, allez dans ProjectProperties ≥ Sélectionnez French (Français)OK.
  5. Sélectionnez un endroit ou vous allez enregistrer le clavier phonétique en breton en cliquant sur l’icône avez trois petits points. Par exemple, dans un dossier appelé « Clavier phonétique ».
  6. Ensuite, retournez dans ProjectBuild DDL and Setup Package. Cette étape crée automatiquement un dossier pour le clavier phonétique dans le dossier que vous avez indiqué.
  7. Allez dans ce dossier et cliquez sur le fichier setup.exe (il est possible que l’extension ne soit pas affichée, alors cliquez sur le seul fichier qui s’appelle « setup ».
  8. Le clavier est maintenant installé sur l’ordinateur. Vous devez néanmoins redémarrer votre appareil pour qu’il fasse les mises à
    jour. Une fois votre ordinateur redémarré, ouvrez un fichier texte (Word ou LibreOffice par exemple).
  9. Sélectionnez le clavier phonétique en bas à droite de votre écran.
  10. Vous pouvez maintenant utiliser le clavier phonétique et retourner  quand vous voulez au mode normal en sélectionnant le clavier FRA FR.

REMARQUE : Il faut utiliser ce clavier avec une police dite unicode, c’est-à-dire une police qui permet l’affichage de l’ensemble des caractères. Doulos SIL est une police unicode gratuite et spécifique à la saisie en phonétique. 

Questions

Comment utiliser le clavier phonétique ?

La touche o donne un [o] mais si vous faite o + majuscule, vous obtenez [ɔ].
e donne un [e] mais si vous faite e + majuscule, vous obtenez [ɛ]. i ≥ ɪ ; a ≥ ɑ ; y≥ ɯ. Voici se que produisent la position en majuscule de chaque touche du clavier ordinaire :

a-ɑ z-ʒ e-ɛ r-ʀ t-θ y-ɯ u-ʊ i-ɪ o-ɔ p-ɸ ø-oe
q-ʔ s-ʃ d-ð f-ɹ ɡ-ɣ h-ɦ j-ɟ k-χ l-ʎ m-ɱ ŋ-ɳ
w-ɥ x-χ c-ç v-ʌ b-β n-ɲ

Pour simplifier les choses les deux points : indiquent maintenant la longueur des voyelles [ː] et l’apostrophe indique l’accent tonique noté [ˈ].

Pour la nasalisation ex : õ on utilise o + la touche du trait d’union / ã (a + touche du trait d’union).

Voici le résultat des touches du clavier en différentes positions 1. Normal 2. Majuscule 3. Atl gr.

1. Le clavier en position normale

2. Le clavier avec la touche majuscule (shift)

3. Le clavier avec la touche atl gr

Comment modifier le clavier phonétique breton pour ajouter / enlever des caractères ?

1. Ouvrez le fichier apibre.klc. Le logiciel Keyboard Layout Creator va s’ouvrir.
2. Cliquez sur la touche que vous voulez modifier et remplacez la en insérant un nouveau caractère à la place. Pour trouverez les différents caractères de l’Alphabet Phonétique International voir ici.
3. À la fin de la modification allez dans FileSave source file et réinstallez le clavier en allant dans le dossier « Clavier phonétique » ≥ setup.exe. Vous devrez certainement redémarrer l’ordinateur pour mettre à jour vos modifications.

Créer une carte avec Wikidata, OpenRefine et uMap

A l’occasion de la Méridienne du CRBC du 13 décembre 2018, une carte des communes de Bretagne liées aux cylindres phonographiques conservés au CRBC a été créée sur uMap.

Les données nécessaires à la carte ont été construites en alignant avec Wikidata les noms des communes saisies dans l’inventaire Excel de Blanca Pérez González, stagiaire à la bibliothèque Yves-Le-Gallo, puis en récupérant sur Wikidata leurs coordonnées géographiques. Pour cela nous avons utilisé le logiciel libre OpenRefine (version 3.1). Dans ce tutoriel, nous détaillons toutes les opérations à effectuer pour créer la carte à partir de l’inventaire. Nous avons délibérément utilisé une version de l’inventaire où subsistent quelques erreurs pour montrer les capacités de OpenRefine en matière de nettoyage des données.

Qu’est ce que Wikidata ?

Mais avant toute chose, qu’est ce que Wikidata ? Wikidata est un projet de base de connaissances libre lancé en 2012 par la Wikimedia Foundation, l’organisme qui héberge Wikipédia. Les informations saisies dans Wikidata sont des données “brutes”. C’est à dire que l’on y saisi non pas des phrases telle que “Quimperlé [kɛ̃pɛʁle] est une commune française, située dans le département du Finistère en région Bretagne. ”1 mais des déclarations ou statements.

On trouve par exemple sur la page Wikidata de la ville de Quimperlé, ou plus précisément sur la page de l’élément Wikidata correspondant à Quimperlé, les déclarations comme quoi Quimperlé est une “commune of France”, que sa population était de 11.978 habitants en 2013 et pour ce qui nous concerne aujourd’hui, que ses coordonnées géographiques sont 47°52’22″N, 3°32’59″W.

Si l’affichage de l’interface par défaut en anglais vous dérange, vous pouvez ouvrir une session sur Wikidata avec votre compte Wikipédia (en haut à droite, lien Log in) soit en créer un en déclarant le français comme langue par défaut.

Il existe plusieurs manières pour récupérer ces informations. L’une d’entre elle est le point d’accès SPARQL Wikidata Query Service (WQS) qui suppose d’avoir des notions élémentaires du langage SPARQL2. Mais WQS ne vous permettra pas de récupérer les coordonnées géographiques à partir de votre propre liste de noms de communes. Il faut un outil qui vous permettre de faire correspondre le nom d’une commune avec un élément Wikidata (“Quimperlé avec Q235382) puis d’interroger Wikidata pour récupérer la valeur de la propriété coordinate location de chaque élément. C’est exactement ce que permet le logiciel libre OpenRefine.

Le fichier Excel utilisé dans la suite de ce tutoriel nécessite un nettoyage préalable. Pour aller directement à l’étape de réconciliation des données, vous pouvez télécharger et importer le projet OpenRefine nettoyé, puis consultez le chapitre Réconciliation des données avec Wikidata.

Création d’un nouveau projet dans OpenRefine

Commençons par créer un nouveau projet dans OpenRefine à partir du fichier Excel Inventaire des cylindres phonographiques du CRBC de Blanca et la commande Create Project > This computer.

La colonne Dublin Core Spatial Coverage des noms des communes est dans la feuille Catalogue du fichier Excel où chaque ligne correspond à un cylindre (la deuxième feuille, Inventaire, contient la liste des contenus intellectuels : chansons, interprétations musicales). Dans les paramètres d’importation du fichier Excel, cochons la case correspondant à la feuille Catalogue et cochons la case permettant de considérer la première ligne comme contenant les titres des colonnes (Parse next 1 line(s) as column headers).

Préparation des données à réconcilier

Appliquons une facette textuelle sur la colonne Dublin Core Spatial Coverage (Depuis le menu de la colonne, commande Facet > Text facet).

La facette nous permet de constater qu’une des cellules du tableau contient deux noms de communes séparées par un point-virgule (Saint Avé et Morlaix).

Pour séparer ces deux communes sur deux lignes distinctes utilisons la commande Edit cells > Split multi-valued cells

… en précisant le point-virgule comme séparateur de valeur.

La facette est automatiquement mise à jour et on voit apparaitre de manière distincte Saint-Avé et Morlaix .

Par contre, petit problème, Saint-Avé (56206) apparait deux fois et Morlaix  (29151) apparait en premier dans la liste classée alphabétiquement. Le premier problème est dû au fait que Saint-Avé a été saisi une fois “Saint Avé” (sans tiret) et cinq fois “Saint-Avé” (avec un tiret). On corrige le problème en éditant directement le nom de la commune dans la facette.

Morlaix apparaît en début de liste car lors de l’étape de séparation de « Saint Avé (56206); Morlaix (29151) » sur deux lignes, nous aurions dû utiliser comme séparateur un point-virgule suivit d’un espace au lieu du point-virgule seul. Ce qui fait que nous avons laissé un espace avant “Morlaix (29151)”. Rien de bien grave. Nous pouvons supprimer l’espace en éditant la valeur dans la facette ou utiliser la commande Edit cells > Common transforms > Trim leading and trailling whitespace.

Dans cette colonne, Goelo correspond à une aire géographique et non pas à une commune. OpenRefine ne permet pas de supprimer des lignes mais cela n’a pas d’importance pour la suite des opérations.

Notez au passage que toutes les opérations que vous effectuez dans OpenRefine sont sauvegardées automatiquement. Vous pouvez également revenir aux étapes précédentes dans l’onglet Undo/Redo. Bon à savoir également : Le fichier Excel original reste intact puisque ses données ont été importées dans OpenRefine.

Le nom de la commune est suivit de son code commune entre parenthèses. Par exemple, Quiberon (56186). Nous pourrions lancer l’alignement avec Wikidata en utilisant les données telles quelles mais nous allons améliorer la réconciliation en répartissant ces deux informations dans des colonnes distinctes.

Une des manières de procéder est d’utiliser Edit column > Split into several columns en choisissant la parenthèse ouvrante précédée d’un espace comme séparateur.

On se retrouve avec une deuxième colonne Dublin Core Spatial Coverage 2 qui contient le code commune et la parenthèse fermante.

Pour supprimer la parenthèse fermante, on utilise la même commande que précédemment en choisissant cette fois la parenthèse fermante comme séparateur.

Réconciliation des données avec Wikidata

On lance la réconciliation avec Wikidata par la commande Reconcile > Start reconciliation sur la colonne Dublin Core Spatial Coverage 1 et on choisi la réconciliation avec Wikidata.

Le service de réconciliation devine que les données sont du type commune of France. Il aurait également été possible de préciser le type dans Reconcile against type. Pour renforcer la réconciliation, on précise que la colonne Dublin Core Spatial Coverage 2 contient des codes INSEE. Il suffit de commencer à taper “INSEE” pour afficher une liste de suggestions. On choisit INSEE municipality code.

Une fois la réconciliation terminée, deux nouvelles facettes sont affichées dont une qui permet d’afficher les lignes où l’alignement n’a pas pu se faire automatiquement.

Quand on clique sur none dans la facette,  les lignes correspondant à Landerneau et Goëlo s’affichent. Goëlo, comme nous l’avons vu n’est pas une commune mais un ancien pays de Bretagne. Nous n’allons donc pas l’afficher sur la carte. En ce qui concerne Landerneau (écrit Landernau dans l’inventaire), une lettre “e” a été omise mais cela n’aurait pas posé de problème au service de réconciliation de Wikidata si ce n’est que c’est le code postal qui a été saisi dans l’inventaire (29800) et non le code commune (29103).

Pour aligner à la main la commune avec Wikidata, on clique sur Search for match sous Landernau et dans le formulaire qui s’affiche on rajoute le e de Landerneau et on valide la commune proposée par Wikidata.

Pour récupérer les coordonnées géographiques de la commune, on commence par réinitialiser la facette de la réconciliation en cliquant sur reset.

On choisit ensuite depuis la colonne Dublin Core Spatial Coverage 1 la commande Edit Column > Add columns from reconcilied values.

On choisit dans le formulaire suivant la propriété Wikidata coordinate location.

Une fois la récupération des coordonnées géographiques terminée, on se retrouve avec une nouvelle colonne coordinate location contenant la latitude et la longitude de la commune séparées par une virgule. uMap a besoin de ces données séparément. On ventile la latitude et la longitude dans des colonnes distinctes avec la commande déjà utilisée Edit column > Split into several columns appliquée à la colonne coordinate location.

Préparation de l’export des données pour uMap

On se retrouve maintenant avec un tableau de données où l’on a bien une ligne par commune (après la séparation de Saint-Avé et Morlaix qui se trouvaient dans la même cellule), où les erreurs ont été corrigées (Saint-Avé orthographié de deux manières différentes, Landerneau écrit Landernau), où l’on a récupéré la latitude et la longitude des communes dans des colonnes séparées. Comment extraire de ce tableau uniquement les communes et les coordonnées spatiales, sans doublons ?

Pour supprimer les doublons, il faut commencer par les rassembler. Nous pourrions pour cela appliquer un tri alphabétique sur le nom des communes. Mais bien que cet inventaire soit exempt de communes portant le même nom, il vaut mieux trier les lignes par codes communes par la commande Sort….

Pour rendre le tri permanent, on va dans Sort > Reorder rows permanently.

Assurez-vous ensuite que vous êtes bien dans le mode d’affichage des lignes (rows) et non pas des entrées (records).

On vide ensuite les noms des communes consécutives en utilisant dans le menu de la colonne des noms de communes, la commande Edit cells > Blank down (Editer les cellules > Vider des valeurs répétées dans des cellules consécutives).

Toujours sur la colonne des noms des communes, on applique une facette par ligne vide : Facet > Customized facets > Facet by blank (null or empty string).

On clique ensuite sur false dans la facette pour n’afficher que les lignes non-vides.

On obtient un tableau où ne figure plus que la liste des communes sans doublons :

Subsistent néanmoins les lignes correspondant à Goëlo qui peuvent être masquées par une deuxième facette “by blank”. Mais étant donné qu’elles sont à la fin de la liste, nous les supprimerons une fois les données exportées.

Export des données pour uMap

Dans le menu Export en haut à droite, il faut choisir Custom tabular exporter.

Dans l’onglet Content, on ne coche que les trois colonnes contenant le nom des communes, les latitudes et les longitudes. Notez que Matched entity’s name permet d’exporter les noms des communes tel qu’il ont été saisi dans Wikidata et non pas tels que saisis dans l’inventaire.

Dans l’onglet Download, on sélectionne le format CSV et on clique sur Download.

Le fichier CSV doit contenir les lignes suivantes :

Dublin Core Spatial Coverage 1,coordinate location 1,coordinate location 2
Morlaix,48.5775,-3.8277777777778
Plonévez-du-Faou,48.252222222222,-3.8247222222222
Trégourez,48.106111111111,-3.8630555555556
Landerneau,48.450833333333,-4.2494444444444
Arzon,47.548055555556,-2.8913888888889
Belz,47.675833333333,-3.17
Melrand,47.980277777778,-3.1116666666667
Plumergat,47.741944444444,-2.9172222222222
Quiberon,47.483333333333,-3.1205555555556
Saint-Avé,47.686666666667,-2.7344444444444
Saint-Nolff,47.703611111111,-2.6516666666667
Sainte-Anne-d'Auray,47.703611111111,-2.9538888888889
Goëlo,,
Goëlo,,
Goëlo,,
Goëlo [Q3112879],,

On supprime à la main les dernières lignes concernant Goëlo. On renomme les titres des colonnes correspondant à la latitude (à renommer lat) et à la longitude (à renommer lon), faute de quoi l’import dans uMap ne fonctionnera pas. On renomme également la colonne des noms de communes en name. Ce qui donne :

name,lat,lon
Morlaix,48.5775,-3.8277777777778
Plonévez-du-Faou,48.252222222222,-3.8247222222222
Trégourez,48.106111111111,-3.8630555555556
Landerneau,48.450833333333,-4.2494444444444
Arzon,47.548055555556,-2.8913888888889
Belz,47.675833333333,-3.17
Melrand,47.980277777778,-3.1116666666667
Plumergat,47.741944444444,-2.9172222222222
Quiberon,47.483333333333,-3.1205555555556
Saint-Avé,47.686666666667,-2.7344444444444
Saint-Nolff,47.703611111111,-2.6516666666667
Sainte-Anne-d'Auray,47.703611111111,-2.9538888888889

Création de la carte avec uMap

uMap est un service de création de cartes personnalisées du projet OpenStreetMap, concurrent libre de Google Maps. Vous pouvez utiliser uMap sans vous créer de compte. Mais créer un compte vous permettra de gérer vos cartes plus facilement et vous évitera de perdre vos cartes.

Pour importer les données dans uMap, on clique sur le lien Créer une carte en haut à gauche de la page d’accueil de uMap. Puis on clique sur l’outil rond avec une flèche vers le haut dans la barre d’outils, à droite de la carte.

Je vous conseille d’importer les données dans un nouveau calque. Si uMap ne vous permet de cliquer sur le bouton Importer, c’est que vous n’avez pas renommé les colonnes des cordonnées géographies en lat et lon.

Les points correspondants aux communes apparait sur la carte. uMp appelle ces points des marqueurs.

Pour afficher les noms des communes et modifier l’aspect des marqueurs, vous pouvez éditer les propriétés du calque en cliquant sur l’icône en forme de cylindre (Gérer les calques) puis sur l’icône en forme de crayon à côté du nom du calque.

La forme des marqueurs se paramètre dans Propriété de la forme.et l’affichage des étiquettes dans Options d’interaction > Afficher une étiquette. Si vous avez bien renommé la colonne du nom des communes en name, avant d’importer le fichier CSV, vous devez voir apparaitre le nom des communes.

Pour partager votre carte ou l’intégrer dans une page web, utilisez le bouton Exporter et partager la carte dans la barre d’outils en haut à gauche de la carte.

Déposer les données absentes sur Wikidata

Dans le cas où les coordonnées spatiales de certaines communes étaient introuvables sur Wikidata (comme le soulève Brian Chauvel dans les commentaires), vous pouvez contribuer au projet en les saisissant directement sur Wikidata ou en utilisant la fonctionnalité de dépôt en masse de OpenRefine en partant de l’exemple du tutoriel Dépôt de données sur Wikidata avec OpenRefine des Ateliers du Web sémantique.

Pour en savoir plus sur OpenRefine

Pour en savoir plus sur OpenRefine, voir le cours et le TP de l’atelier OpenRefine de l’ANF « Sciences des données : un nouveau challenge pour les métiers liés aux bases de données » (5 au 7 novembre 2018, Sète). Ces documents sont inspirés de Nettoyer et préparer des données avec OpenRefine : atelier pour les journées du consortium MASA de Mathieu Saby. 

Pour les anglophiles, la documentation de OpenRefine, bien qu’un peu fouillis, reste la référence, notamment la page concernant la réconciliation des données.

Pour en savoir plus sur Wikidata

Pour en savoir plus sur Wikidata, lire les publications de Markus Krötzsch, un chercheur de l’Université de Dresde qui a contribué à la conception de Wikidata. Notamment la publication Denny Vrandečić, Markus Krötzsch. Wikidata: A Free Collaborative Knowledgebase. In Communications of the ACM 57:10, pp. 78–85. ACM 2014

  1. source : la page Wikipédia en français de Quimperlé []
  2. Lecture conseillée pour s’initier au langage SPARQL : Wikidata:SPARQL tutorial. []

La collection de cylindres phonographiques du CRBC

Les méridiennes du CRBC

Le CRBC organise régulièrement dans ses locaux des rencontres ouvertes à tous à l’heure de la pause déjeuner pour faire découvrir les projets menés par les membres du laboratoire et de la bibliothèque de recherche.

Ce jeudi 13 décembre 2018 entre 12h30 et 13h30, Blanca Pérez González, stagiaire au CRBC et étudiante en master à l’Université d’Estrémadure (Espagne) présente son travail d’inventaire et de documentation de la collection de 178 cylindres phonographiques conservée au CRBC ainsi que notre phonographe, en état de fonctionner.

La carte ci-dessous permet de visualiser les communes bretonnes où les cylindres ont été probablement été enregistrés.


Cylindre cote CRBC 75 : Comin’ thro’ the rye  by the 48th Highlanders Band (The Kilties), Edison Gold Moulded Record: 12879
Cylindre cote CRBC 68 : The campbells are coming by Pipe major H. Forsyth, Edison Gold Moulded Record: 13648, édité en 1907
Cylindre cote CRBC 23 : Cylindre de la Maison de la Bonne Presse, contenu inconnu
Cylindre cote CRBC 30 :  Cylindre de la Maison de la Bonne Presse, contenu inconnu