Archives de catégorie : Fortunes d’archives

Fortunes d’archives [5] : La vie qui va

Nous vivons un moment paradoxal dont les contradictions confinent au tragique. Depuis que l’homme a commencé à humaniser son animalité, il manifeste sa présence au monde en laissant des traces matérielles de son passage sur la terre. Et ces traces matérielles balisent son itinéraire spirituel et intellectuel. On sait ce que mangeait un homme de Néandertal et dans quel environnement naturel il vivait, rien qu’en analysant la plaque dentaire de l’unique molaire qu’on a conservée de lui. Et ses premiers rites funéraires, il y a au moins 70 000 ans, montrent qu’il avait déjà ajouté sa propre culture à la nature, en aménageant pour ses défunts une autre existence dans un autre monde invisible. Cela nous suggère qu’il commençait à manipuler des notions comme celles de « avant » et « après », « ici » et « là-bas », ce qui lui aurait été impossible s’il n’avait déjà disposé d’un langage élaboré dans une longue durée.

Continuer la lecture

Fortunes d’archives [4] : Programme des Fêtes de Cornouaille 1956 – Notes manuscrites de Pierre-Jakez Hélias

En 1956, les Grandes Fêtes de Cornouaille font, pour la première fois, l’objet d’une retransmission télévisée en direct. La fête bretonne de l’entre-deux-guerres1, événement de bienfaisance réunissant les reines de Cornouaille, est devenue une manifestation d’ampleur, proposant un programme festif et culturel qui attire des milliers de spectateurs et, par conséquent, l’attention des médias. Du 20 au 22 juillet 1956, Quimper bat au rythme des spectacles et animations mettant en avant les traditions populaires, autour d’une programmation bretonne et internationale2. La manifestation trouve sa conclusion – son « apothéose » selon le programme – lors de la journée du dimanche : 1 000 danseurs et 1 500 sonneurs bretons participent au grand défilé du matin et les organisateurs annoncent 100 000 à 150 000 spectateurs pour cette seule journée3. L’Abadenn veur du dimanche après-midi est un grand spectacle de danse et musique assuré par les groupes bretons et étrangers présents au festival. Au sein du comité des fêtes, c’est Pierre Hélias qui est chargé de coordonner ce spectacle.

Continuer la lecture
  1. Créée en 1923, la fête s’est tenue jusqu’en 1937. []
  2. Sont présents des groupes venus de Norvège, Russie, Écosse, Italie et Suisse. []
  3. Ronan Gorgiard et Jean-Philippe Mauras, Cornouaille : de Fêtes en Festival, Spézet, Coop Breizh, 2010. p. 52. []

Fortunes d’archives [3] : Amoco Cadiz, le combat continue. Note du Syndicat Mixte à destination des populations, 1983-1984

Genèse de l’affaire Amoco Cadiz (1978-1992)

Le 16 mars 2018 marque les quarante ans de la catastrophe de l’Amoco Cadiz. L’anniversaire du naufrage du supertanker sur les côtes de Ploudalmézeau-Portsall est l’occasion pour différentes institutions de réévaluer l’impact – encore bien réel – de la gestion de l’une des premières marées noires de grande ampleur. L’Université de Bretagne occidentale dont étaient issues les figures de proue de la recherche en océanographie et en biologie marine dans les années 1970 prend la décision de s’associer au Cedre1 ainsi qu’à la Préfecture maritime et au SHD2 afin d’organiser différents événements scientifiques à l’instar de colloques, de tables rondes ou d’exposition portant sur l’histoire de la marée noire de l’Amoco Cadiz et sur l’influence que sa gestion politique, juridique et scientifique a pu entraîner sur la prise en charge contemporaine de ce type de pollution. En effet, il est indéniable que ce que l’on appelle couramment l’« affaire Amoco3 » fait date et ce, à plusieurs échelles.

Continuer la lecture
  1. Centre de documentation, de recherche et d’expérimentations sur les pollutions accidentelles des eaux []
  2. Service Historique de la Défense []
  3. Yvon Rochard, L’Affaire Amoco, Éditions ArMen, 2005 []

Fortunes d’archives [2] : le cahier de Jeanne Drévillon dans le fonds du Barzaz Bro-Leon

Couverture du cahier qui porte, écrit à la main, la mention « appartenant à Jeanne Drévillon – Losmarch – Crozon – Finistère », avec la date « 1907 ».

Le Barzaz Bro-Leon

Le Barzaz Bro-Leon est un concours lancé en 1906 par le vicaire Jean-Marie Perrot dans le journal Le Courrier du Finistère. Ordonné en 1903, ce jeune prêtre décide d’organiser ce concours dans un contexte tendu entre l’Église et l’État, avec une volonté de valorisation de la langue bretonne, qu’il considère comme étroitement liée à la foi catholique.

Le concours a également pour objectif de montrer la richesse de la tradition orale du Léon, considéré, depuis la seconde moitié du XIXe siècle, comme le parent pauvre des terroirs de Basse-Bretagne en matière de tradition chantée.

Il est précisé dans l’annonce publiée que les envois les plus intéressants recevraient un prix et seraient publiés dans un recueil. Ce projet d’anthologie rassemblant les plus belles chansons du Léon ne verra jamais le jour. Une très petite part des pièces envoyées dans le cadre du concours seront publiées dans des journaux ou des revues. Il faudra attendre 2013 et la parution du livre Barzaz Bro-Leon. Une expérience inédite de collecte en Bretagne, sous la direction d’Eva Guillorel, pour qu’une partie du corpus soit publiée.

Continuer la lecture

Fortunes d’archives [1] : Lettre de Raymond Delaporte à ses parents, 1er avril 1912

Des archives privées

Ces dernières années ont vu apparaître plusieurs fonds d’archives privées de militants bretons. Cela s’inscrit vraisemblablement dans une tendance actuelle mettant l’accent sur les archives politiques et syndicales. Celles-ci constituent en général un corpus extrêmement varié, ne serait-ce qu’en ce qui concerne le « papier », terme qui désigne aussi bien le manuscrit, la lettre, la facture, l’affiche ou la carte d’invitation. Les objets, le mobilier aussi peuvent parler et mettre en évidence la personnalité des hommes, ou encore tout un milieu. Ainsi, on découvre de quelle manière les archives de l’intime permettent une « traversée du siècle1 ».

La possession d’archives et leur mise à disposition du public sont douloureuses et compliquées pour les familles qui portent leur « mort en bandoulière2 », quelque destin qu’ait eu leur ascendant. Les « enfants de » sont à la croisée de plusieurs tensions qui peut les conduire soit à cacher les papiers, avec toute la suspicion que cela fait peser sur la personne qu’ils prétendent protéger, soit à laisser accès aux archives, avec ou sans restriction. Les archives de Raymond Delaporte s’inscrivent sous cette alternative : elles ont été versées au CRBC dans le but d’être mises à la disposition des chercheurs, des historiens et des étudiants. À la lumière du témoignage apporté par certains de ces « enfants de », on peut comprendre qu’il s’agit, dans cette volonté revendiquée, de faire avancer la recherche, de faire en sorte que l’exploitation des travaux paternels puisse rendre des services à même de justifier tant d’années de militantisme et de sacrifices. D’autres motivations entrent également en ligne de compte : ici il s’agira tout simplement pour les enfants de faire entrer leurs parents dans une histoire qui les a boudés jusqu’à présent ; ailleurs, il pourra s’agir de poursuivre implicitement leur œuvre ; enfin on cherchera à chasser un fantôme de la maison ou à se défaire d’un héritage trop lourd à porter. Partout, il est finalement nécessaire de légitimer un engagement qui a connu bien plus d’échecs et de souffrances que de réussites. En cela, les archives, en pérennisant le souvenir, participent surtout d’une construction mémorielle, d’où une forte tension avec l’histoire, surtout lorsque celui dont on dépose les papiers a eu un rôle de premier plan.

Continuer la lecture
  1. Yann Potin, Catherine Dolto-Tolitch, Muriel Djéribi-Valentin, et Manon Pignot, Françoise Dolto. Archives de l’intime, Paris, Gallimard, 2008. []
  2. Id., p. 13. []