Archives de catégorie : Portraits croisés de doctorant·e·s

Portraits croisés de doctorant·e·s [4]

Retrouvez les portraits de deux doctorant·e·s du CRBC à des moments différents de leur parcours de thèse. Pour cette Lettre, portraits de Éric Kerjean, doctorant en histoire, et Axelle Lamour, doctorante en histoire antique.

Quel est votre thème de recherche et qu’est-ce qui vous a conduit à le choisir ?

Éric Kerjean : Au terme de mes recherches doctorales, ma thèse s’intitule Hans Frank de A à H. La ligne légale du national-socialisme ? À l’origine, il n’avait bien sûr pas ce titre. En fait, je n’ai pas choisi mon thème de recherche. Quand on ne le choisit pas, tout l’intérêt est de faire que ce sujet devienne sien. S’approprier le sujet. Je viens de l’histoire antique jusqu’au Master 2, et après plusieurs années, j’ai fait un second Master 2 en histoire contemporaine, sur Wilhelm Canaris, le chef des services de renseignements militaires allemands sous Hitler. L’une des sources qui m’a aidé lors de ce mémoire, ce sont les portraits écrits par Werner Best, un juriste important de la SS, qui, après la chute du Reich nazi, a rédigé, en prison, différents portraits des hiérarques du régime déchu. Après le Master 2, j’ai décidé de les traduire avec la collaboration de Wiebke Hildebrandt. Portraits de nazis a été édité chez Perrin, comme mon mémoire de Master 2, Canaris : le maître espion de Hitler. Avec Best, le thème principal restait le nazisme, mais la dimension juridique du national-socialisme commençait à poindre.

Continuer la lecture

Portraits croisés de doctorant·e·s [3]

Retrouvez les portraits de deux doctorant·e·s du CRBC à des moments différents de leur parcours de thèse. Pour cette Lettre, portraits de Marie-Clémentine Corvest, doctorante en histoire, et Tanguy Solliec, doctorant en linguistique.

Quel est votre thème de recherche et qu’est-ce qui vous a conduit à le choisir ?

TANGUY SOLLIEC : J’étais avant professeur des écoles et j’avais envie de me former aux questions de bilinguisme, d’acquisition du langage, etc. j’ai repris mes études et j’ai donc suivi une licence de linguistique par correspondance pour travailler sur ces notions et de fil en aiguille, j’ai été pris par la question de la linguistique, ce qui m’a amené à m’inscrire en master en région parisienne. Là j’ai retrouvé un goût, une appétence que j’avais pour la recherche sur un sujet qui m’intéressait beaucoup et Denis Costaouec, un de mes directeurs de thèse, a proposé que je travaille sur un sujet pour lequel il cherchait quelqu’un depuis longtemps, la dialectométrie sur les données du NALBB (le Nouvel Atlas linguistique de la Basse-Bretagne de Jean Le Dû, 2001). Denis Costaouec avait lui-même fait un peu de dialectométrie dans le prolongement du travail précurseur de Gary German et avait abouti à des résultats intéressants, mais il avait travaillé à partir de données de l’ALBB, l’Atlas linguistique de la Basse Bretagne (Le Roux 1924-1963), l’ancêtre direct du NALBB. Il se disait que c’était dommage qu’un tel corpus comme le NALBB ne soit pas exploité plus en profondeur. C’est donc comme ça que ce thème de recherche est apparu avec la perspective de la thèse.

Continuer la lecture

Portraits croisés de doctorant·e·s [2]

Retrouvez les portraits de deux doctorant·e·s du CRBC à des moments différents de leur parcours de thèse. Pour cette Lettre, portraits de Manon Deniel, doctorante en littérature bretonne, et Mael Jézéquel, doctorant en sociolinguistique.

Quel est votre thème de recherche et qu’est-ce qui vous a conduit à le choisir ?

MAEL JÉZÉQUEL : Ma participation dans les recherches sur la variation dialectale en domaine côtier a débuté en 2018. Depuis, j’ai compilé un bon nombre de données issues d’ouvrages sur la description des parlers locaux entre le sud de la Péninsule Ibérique et le nord de l’Écosse. Ensemble, elles permettent d’examiner les concordances lexicales et sémantiques dans les désignations d’animaux et de plantes marines.

Le choix du champ sémantique d’investigation – le vocabulaire maritime dialectal – est conditionné par ce que l’on connaît des dynamiques d’implantation humaines à l’ouest de l’Europe, au moins depuis le Mésolithique. L’occupation des sites côtiers à cette époque semblent s’étendre dans le temps, plus qu’à l’intérieur des terres et par là, révèle une caractéristique importante de l’économie à la Préhistoire. L’analyse des déchets provenant des sites mésolithiques montrent aussi que l’alimentation est en grande partie basée sur les ressources marines, puis complétée par des expéditions ponctuelles à l’intérieur des terres. Depuis ces sites, on retrouvera des objets de parure en coquillages à des centaines de kilomètres de la côte. Au Néolithique ancien aussi, les tombes et les foyers d’habitations sont situés dans des zones qui constituaient alors le bord de mer à l’époque. Aujourd’hui donc, on les retrouve essentiellement dans les îles.

Continuer la lecture

Portraits croisés de doctorant·e·s

Retrouvez les portraits de deux doctorant·e·s du CRBC à des moments différents de leur parcours de thèse. Pour cette Lettre, portraits de Pauline Huon, qui a soutenu en décembre 2020 une thèse en histoire, et Eve Rouxel, doctorante en sociologie de la littérature.

Quel est votre thème de recherche ?

PAULINE HUON : Le corps antique et sa construction sociale. Comment le corps, au sens large (vêtements, parure, gestes…), participe à la construction de l’individu.

EVE ROUXEL : Je travaille sur les pratiques de lecture en breton chez les enfants et les adolescents, et plus particulièrement sur la place du livre et des lectures en breton en dehors du cadre scolaire. Est-ce que le livre en breton sort du cadre scolaire ? Par quel(s) moyen(s) ? Est-ce qu’il y a des cas de figure récurrents où la présence du livre en breton sera plus forte, où l’on observe une pratique de la lecture en breton plus présente que chez d’autres enfants ou d’autres adolescents ? Je cherche par exemple à comprendre l’influence de l’environnement sociolinguistique, familial dans un premier temps, élargi dans un second temps (par exemple, est-ce qu’il y a une médiathèque ou librairie à proximité qui va mettre particulièrement en avant des ouvrages en breton, est-ce qu’il va y avoir des « passeurs » de lecture en breton, des personnes qui vont permettre un relais entre le livre et le lecteur, etc.). Je cherche à comprendre dans quelle mesure tous ces facteurs ont une influence sur le choix final de l’enfant ou de l’adolescent sur la lecture (ou la non lecture) en breton en dehors du cadre scolaire.

Continuer la lecture