Archives par étiquette : bibliothèque

La conservation préventive : dépoussiérage de la salle des archives sonores

C’est dans la chaleur du 4e étage de la faculté Victor-Ségalen, début juillet 2023, qu’ont démarré les opérations de dépoussiérage de la salle des archives sonores de la bibliothèque Yves-Le Gallo. 

Cette salle de conservation regroupe à la fois la bibliothèque Francis Even, donnée à la création du laboratoire, une collection d’ouvrages anciens acquise au fil des ans mais également les archives sonores, composées de supports divers allant du cylindre phonographique au CD.

Continuer la lecture

L’ABC du CRBC [1] : Les archives sonores

À l’occasion des 50 ans du CRBC, un appel avait été lancé pour écrire une histoire non institutionnelle du laboratoire. Retrouvez dans cette rubrique quelques entrées de cet abécédaire qui dresse un portrait affectif et distancié du CRBC. Eva Guillorel nous présente les archives sonores.

Plus de 16 000 enregistrements sonores sur 200 mètres linéaires… Les archives du CRBC conservent un trésor bien gardé autour duquel résonnent des noms prestigieux : Donatien Laurent et ses enquêtes ethnographiques autour de la tradition orale en langue bretonne ; Jean Le Dû et ses enquêtes linguistiques à la base du Nouvel atlas linguistique de la Basse-Bretagne ; Daniel Jéquel, Charlez ar Gall, Fañch Broudic et Rémi Derrien et leurs archives radiophoniques, et d’autres encore… Sur rouleaux de cire, disques 33 tours, bandes magnétiques, cassettes ou CD, les formats retracent l’histoire fascinante de l’évolution des technologies d’enregistrement. Peu importe leur support, les archives sonores du CRBC donnent avant tout à entendre les voix de celles et ceux qui ont vécu et construit la Bretagne. Dans les inventaires, les noms de ces milliers d’hommes et de femmes enregistrés n’évoquent le plus souvent rien : ils sont pour la plupart des Bretons parmi d’autres, interrompus dans leur travail ou à leur domicile au moment d’une enquête, parce qu’ils savaient des choses dont ils n’étaient d’ailleurs eux-mêmes pas forcément conscients de l’intérêt : une langue riche de ses dialectes et de ses innombrables prononciations locales, une mémoire se rappelant des contes et chansons appris dans la famille, une connaissance de la nature ou des savoir-faire artisanaux, un regard et des idées sur l’ici et l’ailleurs que le micro capte le temps d’un instant. Qu’ils soient citadins ou ruraux, paysans, ouvriers ou pêcheurs, jeunes ou vieux, ils racontent la Bretagne et le monde d’hier, d’aujourd’hui et de demain. Chaque voix a son timbre, son rythme, sa beauté. Derrière elle, on croit voir un visage, un sourire et une manière d’être au monde. Et pourtant, en l’absence de photographie, ce visage a toutes les chances de ne correspondre en rien à la réalité. Mais le son sans l’image, c’est la porte ouverte à l’imagination : la voix est d’autant plus présente et forte qu’elle se suffit à elle-même, elle capte toute notre attention.

Continuer la lecture